Revenir en haut Aller en bas



 
Bienvenue sur le forum Invité <3
Before Anyone Else a ouvert ses portes le 14 octobre 2016.
Fais connaître toi aussi le forum pour avoir plus de jolis coeur dans notre famille.
BAE A UN AN ! JOYEUX BAEVERSAIRE !

Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tragi-comédie.

avatar


Néo Callaghan
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 10/01/2017 et j'ai déjà raconté : 787 mensonges. Je ressemble à : selena gomez Sur le forum je suis aussi, : Mackenzie Moore et Aloïs Rosenwald
rides et tu dois savoir que je suis : célibataire, pour le plus grand bonheur de tous évidemment.
qui est quoi ?:
 


Mes petits secrets bien gardés: : 183

MessageSujet: (rp libre) It ain't the gun, it's the man behind the trigger.   Mar 13 Juin - 21:43

It ain't the gun, it's the man behind the trigger.
rp libre
La vie est un banal ramassis de conneries. On nous apprend à parler pendant des mois quand on est gosse pour nous dire de la fermer quand on s'exprime enfin. On lutte pur notre liberté mais on s'emprisonne nous même dans un tourbillon infernal de travail et de contraintes. La vie est un ramassis de conneries. Ma vie est un enfer dont le seul échappatoire que j'ai trouvé est de me poser sur les bords du London Bridge pour réfléchir. Comportement dangereux et névrosé qui m'avait valu plusieurs remarque mauvaises de vieilles dames qui à cette heure tardive n'aurait même pas du être encore debout ou du moins dans les rues Londoniennes.
Pour moi, c'était devenu un rituel, chaque soir à la même heure et jusqu'au petit matin, je me posais ici, clope au bec pour réfléchir au sens que prenait ma vie, j'observais l'eau sous mes pieds et je m'imaginais plonger et laisser mes problèmes à la surface. J'avais toujours eu peur de la noyade et aujourd'hui, je n'avais plus peur de rien si ce n'est de la mort. Je ne saurais dire à quel moment tout à dérapé, à quel moment j'ai perdu l'équilibre pour ressentir en une petite minute le contact froid et douloureux de l'eau glacé.
En ce début d'été, la chaleur aurait pu réchauffer l'eau, mais non, la première chose qui m'a frappé avant même la douleur de l'impact, ça avait été la température de l'eau, bien trop froide pour être supporté par quelqu'un de normal. Et je ne me posais encore la question de comment j'avais pu perdre l'équilibre alors que je me sentais couler. Battant des pieds comme je le pouvais pour remonter à la surface, reprendre mon souffle, emporter par le courant peu violent, mais assez fort pour que je n'arrive pas à m'en sortir.
Piètre nageur, j'avais tout de même des bases assez solide pour remonter assez souvent à la surface et reprendre ma respiration.
Ne dit on pas que nous n'étions jamais aussi vivant qu'au seuil de notre mort ?
Et bien ce soir, pour la première fois depuis des mois, je n'avais jamais eu autant envie de me battre pour ma vie. Peut-être avais-je finis ici à cause de l'alcool ou d'un faux mouvement, je n'en savais rien. Je perdais la notion des choses en ce moment. Et tout ce qui, à cet instant, me poussais à me battre encore était ces cris du haut du pont, on m'avait vu tomber et j'avais encore une chance de m'en sortir. Malgré la douleur, le froid et les forces qui me manquaient peu à peu.
J'avais à peine eu le temps d'entendre qu'on s'adressait à moi quand le noir m'avait emporter. « Rester avec moi monsieur, on s'occupe de vous... »
J'avais envie d'ouvrir les yeux mais j'en étais incapable. Je voulais leur dire que je ne voulais pas mourir. Je voulais voir mes soeurs, j'avais besoin de Lucy et de Naomi maintenant à mes côtés. J'avais mal, j'avais peur. Et j'étais seul. Le Karma est une belle salope, fait une erreur dans ta vie et tu vivra un enfer.
A moitié conscient, incapable de réagir tant la douleur est lancinante, j'entends des bribes de conversations, je me réchauffe lentement, mais je n'ai plus la force de rien. « On l'emmène [..]  St Bartholomew's Hospital. [...] Plusieurs fractures [...] Ne réagis plus [...] » Le noir. Le vide.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: (rp libre) It ain't the gun, it's the man behind the trigger.   Mer 14 Juin - 1:58

"It ain't the gun,
it's the man behind the trigger."

libre

La Texanne le savait, celui qui lui avait fait visiter Londres lorsqu’elle était arrivée allait mal. Ils étaient devenus de très bons amis. C’était facile pour elle de se confier à lui, et il lui arrivait d’en faire de même. Elle avait essayé de le soutenir, et quand il avait cessé de lui donner des nouvelles elle était carrément trouvé chez lui, enfermé, totalement bourré, bref dans un sale état. Elle avait tenté de lui remonter le moral, et elle avait pensé y arriver, l’espace de quelques heures. Mais après sa visite, elle n’avait plus eu de nouvelles à nouveau. Elle s’inquiétait pour son ami, et elle avait bien du mal à ne pas réussir à l’aider à aller bien. Et puis il faut bien dire que cette journée orageuse ne l’aidait pas à aller mieux. Elle avait cependant besoin de prendre l’air, pour réfléchir à des choses et à d’autres. Elle n’allait pas aussi bien qu’elle le voulait depuis quelques jours, et elle se refusait d’avouer que c’était lié au départ de Ruby qu’elle n’avait d’ailleurs toujours pas réussi à mettre dans son lit.

Elle ria silencieusement à cette pensée. C’était ridicule. Depuis quand est-ce qu’elle tombait amoureuse ? Elle ? Cela étant dit, elle fronça les sourcils quand elle aperçu un attroupement au bord du pont qu’elle était en train de traverser. A son tour elle pencha donc le regard vers la Tamise, pour finalement voir un homme en train de se noyer, ou plutôt, de résister à la noyade. Son sang ne fit qu’un tour dans ses veines avant qu’elle ne se saisisse de son téléphone. Soit quelques secondes s’étaient écoulées depuis la chute, et personne n’avait encore eu le temps d’appeler, soit tout le monde était tétanisé, et choqué. Elle préférait croire la première option, et c’est ainsi qu’elle composa rapidement le numéro des urgences. Heureusement ils furent bien plus réactifs que les voyeurs rassemblés ici, on pouvait bel et bien distinguer que la victime avait de plus en plus de difficultés à rester à la surface. Et alors qu’elle espérait pour cet homme qu’il s’en sorte, elle eut l’impression de croiser le regard de quelqu’un qu’elle connaissait … Holden ?! Non !

Quand il fut remonté par les ambulanciers, ils furent clairs sur le fait qu’ils n’avaient pas de temps à perdre. Elle n’eut qu’une fraction de seconde le loisir d’apercevoir son visage, mais pas de doute c’était bel et bien le charmant Holden qui voyait sa vie être mise en suspens suite à une noyade évitée de peu …

« Holden … Qu’est-ce que tu as fait ? » Son cœur battait plus vite que jamais, et elle décida contre toute raison de suivre l’ambulance jusqu’à l’hôpital où ils emmenaient le jeune homme.

Bien évidemment, une fois arrivée là-bas, ils ne la laissèrent pas les suivre. Elle eut beau avancer le fait qu’elle était celle à avoir appelé les secours, ils ne pouvaient pas la laisser entrer aux soins intensifs, où Holden était à présent pris en charge. Elle ne pouvait pas laisser faire ça. Ca n’était certainement pas la réalité … Comment cela pouvait-il arriver ? C’était un cauchemar, il ne pouvait être ici. Il ne pouvait pas être entre la vie et la mort, c’était impossible … Elle ne pouvait être en train de faire les cents pas dans une satanée salle d’attente en espérant que quelqu’un lui dirait ce qui allait advenir de lui. Non …

Elle serra les poings. Elle refusait cette réalité, et alors que les jointures de ses poings blanchissaient à vue d’œil alors que ses ongles s’enfonçaient dans ses paumes, les larmes finirent par surgir, incontrôlables. Tous les événements des semaines passées refaisaient surface, et elle n’était à présent plus assez forte pour pouvoir les contenir.


made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: (rp libre) It ain't the gun, it's the man behind the trigger.   Dim 25 Juin - 13:08

it rain't the gun, it's the man behind te trigger

Ce soir-là des heures supplémentaires étaient assurées, tu avais besoin de travailler tard. Puis ton chef de service te l'a chaudement recommandé, il avait peu d'infirmière ces temps-ci, car il y avait eu une grève récemment à cause des conditions de travail dans certains autres hôpitaux de l'Angleterre, mais toi personnellement les conditions au St Bartholomew Hospital était l'une des meilleures de tout l'Angleterre. Mais, certaines se plaignaient de ne pas être assez payée. Tu méditais sur cette grève dans la salle de pause déserte, seule une infirmière près du poste d'accueil et moi seule dans la salle de pause. Tout était calme, chaque patients dans le service des urgences avaient eu les médicaments et tout soin effectué avait été parfaitement administré. Seulement comme on dis c'est le calme après la tempête. On entendit la sirène d'une ambulance qui approcha, deux chirurgien en chef débarquèrent.

" Tenez vous prête à effectuer les soins de base, on a un blessé grave : multiple fracture. " tu acquiesces sans dire un mot, tu te précipites dans la salle de pharmacie afin d'obtenir tout ce dont tu as besoin, surtout de la morphine. Le patient vient d'arriver tu entends l'excitation. Surtout les quelques ambulanciers qui confient à ma collègue et aux chirurgien le patient dans l'état critique, tu te diriges aussitôt vers l'agitation. Tu vois une femme qui suit le brancard jusqu'aux soins intensifs.

" Je suis désolé vous ne pouvez pas aller plus loin. " tu tentes de la rassurer, mais il est évident que ça ne marche pas. Tu pousses alors les portes et tu fais ton job, tu t'approches du patient.

" Injectez la morphine. " te demande le chirurgien. Ce que tu fais immédiatement, tu nettoies l'endroit où tu comptes faire la perfusion, puis tu te permets de la faire, rejoignant à la poche de morphine que tu enclenches.

" On va procéder déjà par faire quelques radios pour voir où se situe exactement les fractures et nous lui poseront des broches sur les os fracturés. " déclare le médecin en chef de l'intervention. Tu sors de la salle en tirant le brancard direction, les salles de radio.


☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
Tragi-comédie.

avatar


Néo Callaghan
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 10/01/2017 et j'ai déjà raconté : 787 mensonges. Je ressemble à : selena gomez Sur le forum je suis aussi, : Mackenzie Moore et Aloïs Rosenwald
rides et tu dois savoir que je suis : célibataire, pour le plus grand bonheur de tous évidemment.
qui est quoi ?:
 


Mes petits secrets bien gardés: : 183

MessageSujet: Re: (rp libre) It ain't the gun, it's the man behind the trigger.   Dim 25 Juin - 21:13

It ain't the gun, it's the man behind the trigger.
rp libre
Tout était noir et froid, je ne ressentais plus rien d'autre que la douleur dans mes os, l'impression constante de noyade et le froid.
Toujours le froid, de plus en plus. A demi conscient mais incapable d'ouvrir les yeux ou de faire le moindre geste qui pourrait montrer aux personnes autour de moi que je les entends, au moins un peu, je ne peux que me concentrer sur la douleur et sur les bribes de conversations que j'entends.
Je me trouve à l'hôpital et je sais pertinemment que ma sœur saura bientôt que je suis là. Et j'ai besoin de Lucy, elle a toujours été celle qui me donnait la force de me battre et j'ai besoin de sa force pour m'accrocher. C'est de plus en plus difficile, comme si après tout ces mois passés à penser à en finir, je regrettais de me sentir si proche de la fin aujourd'hui. Un regret si prononcé qu'il m'empêchait de réagir.
J'entends des voix, des ordres médicaux. La douleur s'estompe, mais elle ne s'arrête pas. C'est dans ma tête. la douleur est dans ma tête plus qu'elle n'est physique. Morphine. Un simple mot qui me confirme que j'ai encore une chance. Toutes ces conneries qu'on nous raconte quand on se sent partir sont bien des mythes. Je ne vois pas ce que font les médecins, je ne me vois pas allonger sur mon lit d'hôpital. Aucune d’expérience étrange de contact avec l'au delà. J'ai peur. Je suis effrayé. Comme le petit garçon qui a fait sa première chute en moto. Oncle Cal n'est pas là pour m'encourager à remonter, Lucy et Naomi ne sont pas là pour me soutenir. Je suis seul, seul face à moi même,
face à ma souffrance et à ce besoin de remonter à la surface.
Prise de conscience, je réalise maintenant toutes les erreurs que j'ai commise depuis mon retour de France. Cette prise de tête ridicule avec ma soeur à cause de Nao, cet éloignement de tout ce que j'avais, cette chute libre vers le fond du gouffre. Je m'étais détruis moi-même et c'est ce qui m'avais amené au bord de ce foutu pont ce soir. Je n'avais pas l'intention de sauter, peut-être était-ce donc un signe du destin qui m'avait fait basculer ? Peut-être que je devais arrêter de me battre et que quelqu'un là-haut avait enfin décidé de mon sort, de faire s'arrêter la souffrance et la noirceur de mes pensées ?
electric bird.



Bébé Callaghan attend sa grande soeur @Lucy A. Callaghan pour mourir en paix, quand elle sera motivé à tomber en dépression totale, vu qu'elle l'est déjà à moitié Puis si elle a des mouchoirs pour @Kiara E. Layne qu'elle les ramènes, elle en a besoin :caché
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (rp libre) It ain't the gun, it's the man behind the trigger.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(rp libre) It ain't the gun, it's the man behind the trigger.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: And last night you were in my room :: Saison une. :: scènes-
Sauter vers: