Revenir en haut Aller en bas



 
Bienvenue sur le forum Invité <3
Before Anyone Else a ouvert ses portes le 14 octobre 2016.
Fais connaître toi aussi le forum pour avoir plus de jolis coeur dans notre famille.
LA SAISON DEUX DE BAE EST OUVERTE
C'est le moment de vous recenser pour la saison 2 : ici et d'envoyer un Londres pour les BAE AWARDS

Partagez | 
 

 And remind me who I really am ♚ ft Kiara E. Layne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Andréas M. Visconti
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 06/02/2017 et j'ai déjà raconté : 380 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Nicolas Simoes, sûrement parce qu'on est bruns tous les deux. Sur le forum je suis aussi, : Wolfgang, le connard sur pattes.
rides et tu dois savoir que je suis : Trop froussard pour s'engager et à la fois trop prude pour jouer le débauché à tout va.



DANAË COTINS


A N D R É A S


❝ GUARDIANS OF YOUR DEMONS❞

« - J'ai vu la mer et son écume
se perdre dans ta chevelure,
et nos fleurs sentent l'amertume
de ton absence et sa fêlure. »




◊ Vava crédit : Minefly (wife ❤) ◊ Citation crédit : @Bleulivide from twitter


Mes petits secrets bien gardés: : 494

And remind me who I really am ♚ ft Kiara E. Layne | Jeu 18 Mai - 2:48

And remind me

who I really am
Kiara E. Layne & Andréas M. Visconti


La mélancolie de la chanson envahissait le bar rajoutant un poids sur la tristesse de la situation, l’ambiance tamisée quelque peu détraqué du bar te faisais sentir encore plus misérable que tu ne l’étais déjà. Il y avait quelques pauvres gars comme toi autour, eux aussi devant un verre dont seul le contenu était différent, sûrement pas les mêmes soucis mais bien évidemment la même échappatoire que vous recherchiez. Soupirant une nouvelle fois les yeux à demi-clos en jetant un regard au fond de ton verre, tu le fais tournoyer à défaut que l’ivresse te monte à la tête. Qu’es-tu arrivé pour que tu te retranches dans ce bar ? Envahis par cette tristesse pesante, ce sentiment qui malgré que tu sois entouré par une mer de gens, te fais sentir terriblement seul.

Rien de bien grave, il s’agissait seulement d’un petit truc anodin dont en vérité tu avais déjà pris l’habitude. Une presque routine dont tu t’étais accommodé avec le temps, quelque chose qui ne devrait plus te blesser et pourtant c’était toujours le cas. La scène repassait en boucler, d’une manière que tu ne pouvais pas contrôler. Comme à ton habitude tu avais téléphoné à tes parents adoptifs, la conversation s’étirant, les commérages ont rapidement étaient au centre de la discussion. Mais pas n’importe lequel celui qui concerner le fils de la voisine. Lorsqu’ils t’ont appris son homosexualité tu as joué la carte du gars surpris, celui qui ne comprenait pas, qui ne se doutait pas. Alors que la vérité est que tu connaissais cette partie de lui depuis bien longtemps puisqu’il y a eu un temps où pendant tes premiers émois amoureux avec les hommes, il a été l’un de ceux-là.  

Puis forcément au lieu de défendre le pauvre garçon, d’agir en diplomate en essayant de raisonner ton père et ses propos, tu as fui. Tu t’es caché derrière cette personnalité que tu joues lorsque tu es avec ta famille, le fils modèle. L’italien macho, pieu et soyons réaliste un vrai connard. Au début tu n’as pas réfléchi, tu t’es laissé guidés par la peur qu’ils réalisent en fin tes penchants, tu as craint que cette vieille connaissance a balancé ce qu’ils y avaient eu entre vous. Mais une fois le téléphone raccroché, c’est la honte qui t’a frappé. Elle t’a mis à genoux avec la culpabilité qui te rouait de coups, ta bisexualité te crachant au visage que tu faisais pitié.

Ça explique donc pourquoi tu te trouves ici, dans ce repère pour les âmes égarées qui peuplent ce monde de brute. Finissant cul sec le reste de ton verre, tu interpelles poliment la barmaid.

« - Un autre s’il vous plait. Demandes-tu plongeant tes yeux dans les siens tu l’observes quelques instants avant de continuer, vos yeux sont magnifiques. »

Faisant glisser ton verre vide jusqu’à elle, tu lui lâches un petit sourire. T’sais bien que ce n’est pas fameux, que c’est maladroit mais, t’es pas doués pour ce genre de chose. Encore moins pour le fameux cliché du consommateur qui drague la pauvre petite derrière le bar. Posant ta tête sur ta main tu attends gentiment ton verre, te demandant bien combien de temps il suffirait pour que tu oublies tout ça.

_________________
J'ai trouvé du charme dans les battements effrénés de son coeur balafré.
©crack in time


LIKE A BOSS X3:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Kiara E. Layne
Lemon
J'ai débarqué à Londres le : 07/05/2017 et j'ai déjà raconté : 95 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Clara Alonso Mes petits secrets bien gardés: : 156

Re: And remind me who I really am ♚ ft Kiara E. Layne | Sam 20 Mai - 2:17
"And remind me who I really am"

feat. Kiara & Andréas

Ce soir, Kiara avait une soirée morne devant elle. Et pourtant, elle ne rechignait pas à aller travailler. En fait, elle aimait son boulot, et l’une des raisons qui faisaient qu’elle allait toujours bosser avec le sourire était que c’était l’un des seuls endroits qu’elle fréquentait très régulièrement qui lui avait demandé explicitement de profiter de son physique pour vendre. Alors non elle n’était pas obligée de porter un tee-shirt ridicule portant l’enseigne de la maison, elle pouvait s’habiller comme elle le souhaitait, tant qu’elle avait l’air charmante, clairement. Pour ce soir elle avait donc choisi un petit haut moulant bordeaux, avec un skinny jean, et des talons noirs. Est-ce qu’elle aimait cette tenue ? Secrètement elle l’adorait, et elle adorait surtout pouvoir porter des habits de ce genre et en être remerciée. Mais elle se gardait bien de le dire à son patron, n’ayant aucune envie de lui exposer cet aspect de sa personnalité.

Ainsi, elle venait de vendre un mètre de shots à un groupe de jeunes de plus. Ils étaient là pour s’amuser, et leur bonne humeur faisait plaisir à voir, mais aucun de ces jeunes boutonneux n’auraient eu de chance avec elle, pour deux raisons. Tout d’abord, leur âge, et ensuite, leur sexe. Etait-ce étrange qu’une fille comme elle n’ait jamais été attirée pour de vrai par un mec ? Oh oui elle savait faire semblant d’être charmée, juste pour le plaisir de les taquiner jusqu’au dernier moment où, lorsqu’ils sont pendus à ses lèvres, elle leur avoue être gay ; mais jamais elle n’avait eu l’envie ne serait-ce que d’embrasser l’un d’eux, et jamais elle n’avait regretté n’avoir fréquenté que des femmes. En fait, c’était carrément une partie d’elle qu’elle assumait tellement qu’elle avait aidé bon ombre de personnes à assumer eux aussi qui ils étaient au fond, et à faire leur coming out. Aujourd’hui la plupart d’entre eux est en couple, et tous sont heureux, et c’est à ses yeux ce qui prime.

21H45. Tout était calme, les jeunes étaient partis, sûrement partis en boîte maintenant qu’ils étaient bien saouls. La Texanne profitait de ce moment pour passer un petit coup de propre au comptoir. Nettoyage des verres pour qu’ils brillent, remplir les boissons où les bouteilles seraient bientôt vides, passer un coup de chiffon sur le comptoir, jeter les tickets de caisse abandonnés, c’était un job simple, mais ça lui plaisait. Elle voyait beaucoup de gens de tous les horizons et ça, c’était très précieux à ses yeux. La diversité, c’était ce qui était le plus joli dans le monde pour elle, et si elle avait la chance d’avoir obtenu ce job, elle comptait bien le garder jusqu’à ce qu’elle rentre au pays.  

22H. Le client qui est là à sembler vouloir plonger dans son verre pour s’y noyer depuis tout à l’heure commande un autre verre. La brune hoche la tête, et revient vers lui, souriante comme l’exige son métier. Elle ne s’attendait cependant pas à ce compliment du (soyons objectif voulez-vous) beau brun se tenant à quelques mètres d’elle. A sa place, n’importe quelle femme aurait craqué. Dommage pour lui, il était tombé sur une fille qui ne jouait pas dans sa cours…

« Je parie que ça les fait toutes chavirer quand vous leur sortez ça habituellement ? » Elle demande, amusée. Elle secoue doucement la tête, et prépare le verre demandé par son client. « Désolée mon beau, mais il te manque des attributs non négligeables pour pouvoir me séduire ce soir … » Elle répond, pour ne pas qu’il se fasse de faux espoirs, en désignant du regard une fille installée en salle pour qu’il comprenne ce qu’elle voulait dire par là.



made by guerlain for bazzart

_________________
It's like you knew that smile was gonna melt me down, it's like you knew those lips are what I'm needing right now
found myself in wonderland
(gif tumblr/code northern lights.)

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Andréas M. Visconti
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 06/02/2017 et j'ai déjà raconté : 380 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Nicolas Simoes, sûrement parce qu'on est bruns tous les deux. Sur le forum je suis aussi, : Wolfgang, le connard sur pattes.
rides et tu dois savoir que je suis : Trop froussard pour s'engager et à la fois trop prude pour jouer le débauché à tout va.



DANAË COTINS


A N D R É A S


❝ GUARDIANS OF YOUR DEMONS❞

« - J'ai vu la mer et son écume
se perdre dans ta chevelure,
et nos fleurs sentent l'amertume
de ton absence et sa fêlure. »




◊ Vava crédit : Minefly (wife ❤) ◊ Citation crédit : @Bleulivide from twitter


Mes petits secrets bien gardés: : 494

Re: And remind me who I really am ♚ ft Kiara E. Layne | Sam 20 Mai - 4:02

And remind me

who I really am
Kiara E. Layne & Andréas M. Visconti


Balayant une nouvelle fois du regard la salle, tu te rends soudainement compte que tu dois sûrement faire tache dans le décor. Alors que d’autres abordes leurs plus belles parures, où bien qui s’habilles simplement mais avec tant d’élégance comme la petite brune, toi tu étais là avec ta chemise cintrée et ton pantalon en lin. Tu m’diras tu as une excuse, tu as fini de travailler il n’y a pas si longtemps. Portant d’habitude un costume sous ta blouse de travail, pour rentrer dans cet endroit tu avais laissé tomber ta veste et ta cravate. Histoire d’abandonner un peu l’air coincé qui est déjà gravé sur ton visage. Tu devrais avoir bien l’air pathétique, le bon travailleur voulant s’échapper dans l’ivresse. Peu importe.

« Je parie que ça les fait toutes chavirer quand vous leur sortez ça habituellement ? » Elle demande, amusée. Elle secoue doucement la tête, et prépare le verre demandé par son client. « Désolée mon beau, mais il te manque des attributs non négligeables pour pouvoir me séduire ce soir … »

En vérité tu ne sais pas pourquoi tu as sorti ça soudainement, pourquoi tu as voulu t’approprier l’attention de la jeune femme. Peut-être pour combler cette solitude dont tu t’étais accommodé avec le temps. Pour soulager peut-être cette noirceur qui t’habiter depuis la fameuse preuve que tu es un lâche. Tu ne sais pas vraiment, Espérais-tu pouvoir la séduire ? La ramenée chez toi tard dans la nuit ? La première phase peut-être bien mais, pas la seconde. Tu n’es pas un homme comme ça, tu es trop prude pour ça. Pas assez confiant pour envisager ce genre de chose, pourtant tu sais bien que tu n’es pas moche. Ses cours de dessin où occasionnellement tu servais de modèle nu, t’avais fait suffisamment réaliser que tu étais un bel homme sans pour autant être narcissique. Mais pour le sexe c’était différent, partagé cette intimité avec un(e) inconnu(e) te faisais peur. Tu étais si vulnérable dans ses moments-là, tu ne pouvais pas partager ça avec n’importe qui.

« - Vous allez rigoler mais, non. Généralement, je n’ai pas besoin de ça pour les faire « chavirer ». Réponds-tu d’un ton rieur te moquant de ta modestie, je déconne. En général je suis un mauvais dragueur, je préfère laisser faire les femmes. C’était si terrible que ça ? Questionnes-tu une moue boudeuse collée aux lèvres »

Des attributs non-négligeables ? Tu lèves un sourcil intrigué alors qu’au fond tu te doutes bien de ce qu’elle essaye de te dire, distraitement tu attrapes ton verre pour le porter à tes lèvres. Prenant une gorgé tu suis le regard de la barmaid vers l’autre jeune femme. Surpris, ni une ni deux, tu t’étouffes avec le liquide qui envahit ta cavité buccale. Pris de la violente toux, tu tapotes sur ton torse pour la faire passer. Miracle celle-ci s’en va, te laissant la peau rougie et le souffle saccadé. Tu reportes ton attention vers ton interlocutrice.

« - Bordel… Excusez-moi je m’attendais à ça. Vous faites souvent votre coming-out ainsi ? Demandes-tu clignant des yeux surpris, en plus d’être jolie, vous êtes admirables. Je connais des personnes qui n’oseraient jamais faire ça ainsi. J’ai presque le cœur brisé de savoir que je ne peux pas vous charmer. »

Posant une main sur ledit organe tu prends une pause dramatique qui aurait peut-être fait pâlir les plus grandes stars craignant que tu rafles leurs oscars. Mélancolie disparut un petit sourire amusé restes scotchés bêtement sur ton visage, échanger quelques paroles avec cette femme est semblable à un rayon de soleil dans un nuageux. Comme quoi cet endroit pouvait être vraiment magique pour les âmes en détresse, celles qui recherchent la chaleur des autres. Ce n’est peut-être pas dans un lit que tu obtiendras cette chaleur mais, pourtant celle que la brune possédait inconsciemment dans ses paroles te suffit amplement.

_________________
J'ai trouvé du charme dans les battements effrénés de son coeur balafré.
©crack in time


LIKE A BOSS X3:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Kiara E. Layne
Lemon
J'ai débarqué à Londres le : 07/05/2017 et j'ai déjà raconté : 95 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Clara Alonso Mes petits secrets bien gardés: : 156

Re: And remind me who I really am ♚ ft Kiara E. Layne | Dim 21 Mai - 1:38
"And remind me who I really am"

feat. Kiara & Andréas

Est-ce que Kiara avait l’habitude des avances de ses clients ? Eh bien comment dire, elle était embauchée pour ça, c’était malheureusement vraiment le cas. Elle était l’image de marque du bar, pour cette année. D’ailleurs, beaucoup de clients habitués depuis quelques années lui avaient déjà dit que le patron aurait du mal à faire mieux qu’elle l’année prochaine. A chaque fois, elle trouvait ça mignon et adorable de leur part, et une partie d’elle-même en était même flattée. Une autre partie trouvait ça tout à fait normal et habituel comme remarque. Enfin, une dernière partie d’elle-même trouvait qu’ils avaient bien raison. Bon, les jolies filles ne manquent pas à Londres, mais il est clair qu’elle avait quelque chose que les autres n’avaient pas : Le charme des States. Bonne chance pour faire mieux. A la rigueur peut être une italienne… Elle trouvait personnellement que leur accent à lui seul était une invitation au sexe …

Pour autant, le jeune homme qu’elle venait de resservir n’avait présentement aucune chance avec elle. C’est dommage très franchement, car n’importe quelle autre barmaid aurait été ravie de ce compliment. Mais pour elle, ça ne valait pas grand-chose… En fait, depuis tout à l’heure, elle se demandait si Blondie assise dans le fond de la salle semblait être en couple avec l’une des personnes constituant son petit groupe de bons potes, ou bien si elle avait une chance de finir par la ramener chez elle ce soir. Parce que même si elle n’avait que très peu de limites, les couples en était une pour elle. En effet, elle n’avait aucune envie que son mode de vie lui retombe dessus en constituant ainsi une source de problème. Elle ne cherchait pas non plus à créer des discordes, elle avait bien d’autres chats à fouetter. Un peu de compétition ne la dérangeait pas, mais elle refusait d’être la méchante.

En revanche, elle n’avait aucune difficulté à avouer qu’elle était gay et que c’était pour cette raison qu’elle n’était absolument pas intéressée par le jeune homme. Elle ne savait pas encore quelle réaction il pourrait avoir. Il avait l’air bien habillé, donc en fait, il pourrait tout aussi bien être un jeune entrepreneur à l’esprit neuf, qu’un fils à papa macho et prétentieux comme pas deux … Elle s’en fichait un peu de sa réaction au final, mais elle n’avait pas envie de voir sa bonne soirée s’assombrir … Par contre, ce qui était certain c’est qu’il était plutôt respectueux. Peu de gens s’embête à la vouvoyer, c’est aussi ça le rôle d’un barman, être une oreille attentive, et le vouvoiement installe une distance entre le client et son confident d’un soir qui est plutôt dérangeante… Néanmoins, elle secoue doucement la tête, amusée. Prétentieux.

« Elles se jettent toutes à vos pieds alors ? » Et il confirme ses dires en disant qu’il était généralement un mauvais dragueur, et qu’il préférait laisser faire les femmes. Il demande ensuite si c’était si terrible, et elle ne peut s’empêcher de le comparer à un mignon bébé ourson quand il fait cette petite moue boudeuse. « Disons que j’ai déjà vu mieux … Mais si vous manquez d’entraînement, alors vous êtes tout pardonné. Vas falloir qu’on vous trouve des cobayes si vous voulez mon avis. Parce que là c’est du gâchis … » Elle dit, pour plaisanter. (A moitié …)

Au final, la Texane finit par désigner la jeune blonde au fond de la salle du regard. Son nouveau client essaye de suivre son regard, portant distraitement son verre à ses lèvres, et au final même pas une seconde plus tard, il avale de travers, apparemment ayant manqué de s’étouffer. Elle arque un sourcil, bah quoi ?

« Tout va bien ? » Elle demande, tandis que l’un des autres clients assis au bar lève un regard interrogateur vers le brun, qui répond qu’il ne s’attendait tout bonnement pas à ça. Puis, il pose cette question, qui fait sincèrement sourire Kiara. On lui dit très (trop) souvent qu’elle est jolie, mais admirable… « Peut-on vraiment le considérer comme un coming-out perpétuel quand on l’assume avec fierté ? » Il ajoute ensuite que bien des personnes n’oseraient pas faire ceci. Elle hausse les épaules : « Je n’ai personnellement jamais eu de souci avec cette partie de moi-même. C’est tellement naturel … » Elle sourit légèrement, puis aoute : « Ca ne plaît pas à tout le monde, mais je ne vis pas pour les autres. Et vous ? »


made by guerlain for bazzart

_________________
It's like you knew that smile was gonna melt me down, it's like you knew those lips are what I'm needing right now
found myself in wonderland
(gif tumblr/code northern lights.)

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Andréas M. Visconti
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 06/02/2017 et j'ai déjà raconté : 380 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Nicolas Simoes, sûrement parce qu'on est bruns tous les deux. Sur le forum je suis aussi, : Wolfgang, le connard sur pattes.
rides et tu dois savoir que je suis : Trop froussard pour s'engager et à la fois trop prude pour jouer le débauché à tout va.



DANAË COTINS


A N D R É A S


❝ GUARDIANS OF YOUR DEMONS❞

« - J'ai vu la mer et son écume
se perdre dans ta chevelure,
et nos fleurs sentent l'amertume
de ton absence et sa fêlure. »




◊ Vava crédit : Minefly (wife ❤) ◊ Citation crédit : @Bleulivide from twitter


Mes petits secrets bien gardés: : 494

Re: And remind me who I really am ♚ ft Kiara E. Layne | Dim 28 Mai - 13:28

And remind me

who I really am
Kiara E. Layne & Andréas M. Visconti

Observant une nouvelle fois la couleur de l’alcool dans ton verre, tu réalises soudainement qu’en ce moment tu passes beaucoup de temps en tête-à-tête avec ce vice. Loin d’être accroc à celui-ci mais la solitude qui t’envahissait depuis quelque temps, ou plutôt celle qui s’était imposée à toi depuis bien longtemps mais que tu ne réalisais que maintenant, te forcer plutôt à la fuir que de l’affronter. Pas assez de courage diront-ils, ils n’ont pas tort. Pourtant, c’est la vie que tu as choisie, celle qui consiste à se dévouer aux autres en oubliant notre propre personne, c’est la vision que tu as de ton travail bien que d’autres personnes le verraient autrement. Hors, avec le temps, cette semi-vérité te pesait ce qui était la cause de cette solitude, de ses moments privés avec les flux de l’alcool qui te faisaient tourner la cervelle.

Souvent tu te demandais comment ta vie aurait pu être si tu n’avais pas choisi la psychologie mais, si tu avais continué dans le sport. Peut-être qu’aujourd’hui tu serais un coureur, dans l’équipe de ton pays natale ou bien de celui qui t’accueille. Probablement que tu ne penserais qu’à toi, faisant attention à ton corps pour rayonner lors de tes performances. Ou bien à l’inversement tu n’aurais pas réussi à t’élever jusqu’à tes espérances, tu aurais échoué et tu aurais fini en tant que caissier qui sait. Au final la psychologie n’avait pas été une si mauvaise idée.

Différemment à elle, tu n’avais jamais réussi à accepter ton attirance pour les hommes. Enfin, du moins pas avec ta famille ni la personne que tu aimes, tes amis proches étaient au courant puisque tu savais que tu pouvais être le véritable toi avec eux. Mais ta famille elle.. Elle s’était toujours montrée plus au moins homophobe, comme avec l’histoire du voisin, à cause de leur religion. Alors tu n’avais jamais osé leur en parler, imaginer voir leurs regards déçus ou dégouté te terrifier. On t’avait déjà abandonné une fois, c’était trop dur d’imaginer que ça pourrait se reproduire n’est-ce pas Andréas ? Quant à Kamryn, tu ne lui en avais jamais parlé puisque tu attendais le bon moment, mais lorsqu’à la saint-valentin elle t’a annoncé en parlant d’un film qu’elle fuirait si elle avait un homme comme ça, tu avais donc compris. Compris, qu’encore une fois tu devrais cacher la personne que tu étais réellement.

Du coup voire une personne qui s’assumer ainsi te faisais chaud au cœur, elle te demande si toutes les femmes se jettent à tes pieds, ton rire redouble. Si seulement, ça serait tellement plus simple. Et aussi beaucoup moins drôle, ça finirait sûrement par te lasser. Mine de rien tu aimais les défis, les choses compliquées, tu idéalises si bien l’amour que pour toi ça te semble logique. Mais bon, t’es tellement paradoxale mon gars.

« Disons que j’ai déjà vu mieux … Mais si vous manquez d’entraînement, alors vous êtes tout pardonné. Vas falloir qu’on vous trouve des cobayes si vous voulez mon avis. Parce que là c’est du gâchis … »

Tu retiens un nouveau ricanement, sans blague, tu te doutais qu’elle eût déjà vu mieux en travaillant dans ce genre d’endroit elle a sûrement dû voir des centaines de méthodes de dragues différentes.

« - Beaucoup mieux c’est ça ? Vous pouvez le dire, je ne me vexerai pas. Déclares-tu regardant la jeune femme, Dois-je ne conclure que vous voulez m’apprendre à draguer ? J’imagine que ça serait drôle. »

Soudainement tu imagines la scène, comme un entraîneur qui encouragerait son combattant sur le ring, tu l’imagines derrière toi à te tapoter les épaules en disant des paroles qui te motiveraient à séduire une femme. Intérieurement tu en rigoles, connaissant ton talant, inexistant avouons-le, dans le domaine tu es sûr qu’elle finirait pas s’arracher les cheveux désespéré de ton cas. L’idée en soi ne te déplairait pas même si là à chaud elle aurait tendance à te faire perdre tous tes moyens. Finalement lorsque tu comprends enfin ce qu’elle voulait dire pour les attributs tu avales de travers.

« Tout va bien ? »

Tu hoches la tête positivement, histoire de la rassurer tu te demandes bien qu’est-ce qu’elle a bien pu pensais en voyant ta réaction. Tu crains le pire, pensant qu’elle pourrait croire que tu es un de ses homophobes ou pire un de ses hétéros qui adore voir deux filles ensembles. Les autres clients assis au bar lèvent un regard interrogateur vers toi, tu te sens soudainement gêné quelques instants mais ça passe rapidement puisque tu reposes ton attention vers la brune.

« Peut-on vraiment le considérer comme un coming-out perpétuel quand on l’assume avec fierté ? »

Tu hausses les épaules ne sachant pas vraiment quoi répondre à ça. Mais elle n’avait pas tort, c’était comme un coming-out perpétuel. Sûrement quelque chose dont tu ne serais jamais capable si tu veut mon avis. T’imagines la réaction de tes parents ? De ton père surtout ? Il te claquera à coup sûr que s’il avait su le déshonneur que tu leur causerais, il ne t’aurait jamais accepté dans sa famille, te laissant en pâture aux services sociaux.

« Je n’ai personnellement jamais eu de souci avec cette partie de moi-même. C’est tellement naturel … »

Ton sourire se fane immédiatement, encore une fois tu restes silencieux, tu l’observes juste. Si naturel..En disant ses mots elle semblait être sincère, tu ne voyais pas de mensonge sur ses traits, ce n’était pas juste une excuse pour te refouler mais uniquement la pure vérité.

« Ca ne plaît pas à tout le monde, mais je ne vis pas pour les autres. Et vous ? »

De nouveau, l’un de tes sourcils se lève intrigué. Qu’est-ce qu’elle voulait dire par là ? Enfin, tu finis rapidement ton verre une seconde fois, sans t’étouffer cette fois-ci. Tu grimaces légèrement avant de faire signe poliment à la brune pour une nouveau verre.

« - Et moi ? Vous me demandez si ça ne me plaît pas ou bien si je vis pour les autres ? Questionnes-tu l’œil espiègle ton sourire, de retour, en coin s’agrandit, Pour répondre à la première partie, ça ne me déplaît pas. Au contraire, sinon je ne dirais pas que vous êtes admirable. Et je vous rassure, je ne dis pas ça uniquement pour vous flatter. Pour la seconde partie, tout dépend des points de vue. Ma fierté aimerait dire que non.. »

Soudainement un coup de chaleur te traverse, sûrement à cause de l’alcool, tu fais craquer ton cou avant de déboutonner les premiers boutons de ta chemise ainsi que de remonter tes manches sur tes avant-bras. Fouillant rapidement dans l’une de tes poches de pantalon, tu fais glisser ta carte de visite jusqu’à elle, dévoilant ton identité et ton travail. Peut-être que ça lui donnerait une réponse à sa question.

« - Je m’appelle Andréas. Je suis ravi de vous embêter ce soir, dites-moi si je suis trop lourd. Déclares-tu reposant ta tête sur ta main où ton coude est posé sur le bar, Est-ce qu’on peut se tutoyer ? »

Encore une fois tu jettes un regard à la blonde qui avait charmé sans le savoir, ta confidente d’un soir. Tu l’observes quelques instants mais, quand son regard croise le tien tu le détournes soudainement, reportant ton attention vers la Texane. Si les choses se passent bien, tu pourrais probablement rendre ce service à la jeune femme.

_________________
J'ai trouvé du charme dans les battements effrénés de son coeur balafré.
©crack in time


LIKE A BOSS X3:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Kiara E. Layne
Lemon
J'ai débarqué à Londres le : 07/05/2017 et j'ai déjà raconté : 95 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Clara Alonso Mes petits secrets bien gardés: : 156

Re: And remind me who I really am ♚ ft Kiara E. Layne | Dim 28 Mai - 17:22
"And remind me who I really am"

feat. Kiara & Andréas

Si une chose était sûre pour Kiara c’est que ce client l’accompagnerait jusqu’à la fermeture du bar. A force, elle les reconnaissait ceux qui ont besoin d’une oreille attentive pour se confier. En bonne barmaid qu’elle était à présent, elle savait être là pour eux, les réconforter, les encourager à dire ce qu’ils ont sur le cœur, afin de pouvoir les aider à aller mieux. Parfois, ça fonctionnait, seulement l’espace de la soirée, d’autres fois en revanche, elle les aidait à avoir le courage nécessaire à aller mieux, durablement. Bien sûr, ce n’était pas chose facile, mais lorsqu’elle travaillait, elle rentrait dans une humeur que l’on pourrait de qualifier de « Bisounours ». En fait, c’est comme si l’espace d’une heure, ou quatre, ses clients devenaient ses meilleurs amis. Et non, cela ne venait pas du fait qu’il l’aidait à obtenir un bon salaire à la fin du mois. L’argent, ce n’était pas ce pour quoi elle vivait. Mais en revanche, une partie d’elle vivait pour aider les gens à aller mieux. Ce qui est contraire à sa personnalité puisqu’elle s’attache très difficilement … Mais c’est aussi cette non-exclusivité qui lui permettait d’aider un plus grand nombre de personnes. Et c’était ainsi qu’elle se sentait utile lorsqu’elle n’était pas avec ses chevaux …

Ce client avait cependant l’air d’avoir un petit secret. Hors, Kiara adorait en apprendre plus sur les gens qui ne disaient pas tout au monde entier. Elle-même, n’avait que très peu de secret, puisqu’elle assumait très largement qui elle était. Cependant, certaines choses elle n’avait pas d’autres choix que de les garder pour elle. Le fait qu’elle était gay, en revanche, n’était un secret pour personne, mise à part les pauvres individus de la gente masculine qui essayaient parfois de la charmer au détour d’un verre. Elle ne les laissait cependant pas espérer, et il lui arrivait même de s’amuser à leur trouver une prétendante à la hauteur. Elle n’avait pas formé beaucoup de couples ainsi, mais l’autre jour, elle avait été ravie d’apprendre que Gleyna et Vince, deux de ses premiers clients, étaient encore ensembles, deux mois après leur première rencontre, créée par Kiara. Elle s’amusait à jouer les Cupidons mais, ne nous mentons pas, en général ça se terminait en coups d’un soir. Alors bien sûr qu’elle adorait revoir ces deux là ensembles. C’était comme un moyen de se dire qu’elle faisait bien son boulot …

Alors au final Kiara lui avait proposé de lui trouver un cobaye dans le bar. Parce que oui, les prétendantes ne manqueraient pas. Objectivement elle était bien obligée de reconnaître qu’il était un homme charmant. Alors oui, elle savait d’avance qu’aucune hétéro ne saurait lui résister…

« Je n’ai aucun doute là-dessus. » Elle lui dit quand il émit l’idée qu’une leçon de drague serait drôle. « Après ça vous seriez un véritable professionnel ! Plus jamais une soirée seul dans votre lit. » Elle lui dit, avec un clin d’œil joueur.

Pendant qu’il repart dans ses pensées, Kiara jette un coup d’œil furtif à Blondie, toujours dans le fond de la salle. Mille et une idées perverses lui traversent l’esprit, elle pourrait faire envie à n’importe quelle hétéro un tant soi peu curieuse de sa sexualité, elle aurait bien envie de s’amuser avec elle cette nuit. Mais pour l’heure, ses clients avaient besoin d’elle, et elle se devait d’assurer. Elle ne pouvait cependant pas s’empêcher de remarquer que son client actuel, aux allures de mannequin, n’avait pas l’air dans son assiette. Elle essaya donc de s’assurer qu’il allait bien. En revanche, rien ne l’obligeait à répondre sincèrement, et quand il hocha la tête, elle le trouva bien distant. Cependant, elle ne supportait pas vraiment l’idée de faire de lui le centre d’attention de tous les clients du bar, alors elle passe rapidement à autre chose en disant qu’elle assume sa sexualité avec fierté. Encore une fois, il semble pensif, et elle sourit doucement. Elle commence à comprendre un peu quel genre de personne il est, et elle se dit alors qu’apprendre à le connaître ne sera que plus intéressant encore. Elle lui avoua par la même occasion qu’en ce qui la concernait elle, elle ne vivait pas pour les autres, et cela sembla l’intriguer.

« Je vous écoute. » Elle répondit simplement suite à sa première question, hochant les épaules. « Ma fierté aimerait dire que non … » Elle se répéta cette phrase dans sa tête, et elle finit par dire : « Mais vous ne savez pas comment faire pour vous sentir bien au final … ? On ne vit qu’une fois … » Elle sourit tristement. Elle s’efforçait toujours de vivre sa vie à fond, justement pour cette raison. « Un jour, ma mère m’a dit qu’il fallait toujours s’efforcer d’être le meilleur « soi » possible, parce qu’on est tous unique à notre façon. »  Elle essaye d’être rassurante, de lui montrer que tout va bien, et qu’il a le droit d’être heureux aussi.

Finalement, monsieur se débraille, avant de lui dire son prénom. « Kiara. Enchantée. Ne vous en faites pas, j’adore les clients « lourds ». » Elle dit avec un sourire en coin. Elle glisse les yeux vers la carte de visite dudit Andréas, et découvre ainsi qu’il est psy. Amusée, elle dit : « Alors c’est moi qui vous fait la morale depuis tout à l’heure et c’est vous le psy .. Vous avez du me trouver ridicule. » Elle dit en riant doucement. « Je tutoie mes clients préférés avec plaisir. » Elle dit, avant de voir son regard glisser vers Blondie. « Pas touches, c’est chasse gardée. » Elle dit, sûre d’elle.


made by guerlain for bazzart

_________________
It's like you knew that smile was gonna melt me down, it's like you knew those lips are what I'm needing right now
found myself in wonderland
(gif tumblr/code northern lights.)

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Andréas M. Visconti
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 06/02/2017 et j'ai déjà raconté : 380 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Nicolas Simoes, sûrement parce qu'on est bruns tous les deux. Sur le forum je suis aussi, : Wolfgang, le connard sur pattes.
rides et tu dois savoir que je suis : Trop froussard pour s'engager et à la fois trop prude pour jouer le débauché à tout va.



DANAË COTINS


A N D R É A S


❝ GUARDIANS OF YOUR DEMONS❞

« - J'ai vu la mer et son écume
se perdre dans ta chevelure,
et nos fleurs sentent l'amertume
de ton absence et sa fêlure. »




◊ Vava crédit : Minefly (wife ❤) ◊ Citation crédit : @Bleulivide from twitter


Mes petits secrets bien gardés: : 494

Re: And remind me who I really am ♚ ft Kiara E. Layne | Lun 5 Juin - 15:40

And remind me

who I really am
Kiara E. Layne & Andréas M. Visconti

D’habitude lorsque tu te rends dans ce genre d’endroit pour égoïstement pleurer sur ton sort que d’autre pourraient envier, tu ne rester pas jusqu’à la fermeture. En général tu repartais lorsque tu étais pompette ou du moins que malgré les verres que tu avais pu boire tu pouvais plus au moins rentrer chez toi sans soucis. Les serveurs que tu rencontrais n’étaient pas aussi bavards que la Texane ou du moins tu ne ressentais pas la même connexion que tu pouvais ressentir avec elle, cette petite chose qui te poussait dans tes retranchements, faisant trembler les limites que tu te fixes.

D’aussi loin que tes souvenirs te portaient tu as toujours été un gars secret, quelqu’un qui préférer garder ce mystère permanent autour de lui. Pourquoi ? Parce qu’on t’avait toujours appris qu’il fallait se méfier des autres, que nos faiblesses que nous ne voyons pas à première vue dans nos paroles innocentes pouvaient se révéler une arme contre nous. Ainsi, tu laisses certes des choses sur ta vie paraître à des inconnus mais, il y avait d’autres choses que tu gardais au plus profonds, des secrets que tu emporteras sûrement dans ta tombe. Ou bien ils exploseront à la vue du monde une fois ta retenue disparu qui sait.

« Je n’ai aucun doute là-dessus. » Elle lui dit quand il émit l’idée qu’une leçon de drague serait drôle. « Après ça vous seriez un véritable professionnel ! Plus jamais une soirée seul dans votre lit. » Elle lui dit, avec un clin d’œil joueur.

Le rire cristallin qui résonne quelque peu attire une nouvelle fois l’attention de tes compagnons de bar vers toi, tu caches ta bouche du dos de ta main quelque peu gêné. Tu murmures discrètement si dieu le veut, dans ta langue natale. Tu détailles Kiara du regard, c’est vrai qu’elle était une très jolie femme, elle devait sûrement faire des ravages aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Pour le plus grand plaisir de ses dernières qui devait fondre rien que lorsque la brune posée le regard sur elle. En plus d’avoir un physique avantageux, elle avait cette voix qui semblait vous envelopper dans un cocon de chaleur et cette aura taquine. Tu remarques bien que la brune ne lâche pas l’autre jeune femme du regard, qu’elle doit sûrement vouloir que ça soit-elle à toi place.

« Mais vous ne savez pas comment faire pour vous sentir bien au final … ? On ne vit qu’une fois … » Elle sourit tristement. Elle s’efforçait toujours de vivre sa vie à fond, justement pour cette raison. « Un jour, ma mère m’a dit qu’il fallait toujours s’efforcer d’être le meilleur « soi » possible, parce qu’on est tous unique à notre façon. »

Tu penches un peu la tête sur le côté, semblant réfléchir quelques instants. En soi la barmaid n’avait pas tort, on ne vit qu’une fois et il était préférable de vivre sa vie à fond. Pourtant cette merveilleuse version de soi possible est pour toi celle que tes parents adoptifs avaient façonnée pour toi et malgré tous tes efforts tu ressentais ces sentiments paradoxaux permanents. Celui de savoir que tu étais le fils prodige désiré mais, à la fois que ce n’est pas assez. Jusqu’où devras-tu aller pour les satisfaire ou plutôt pour te satisfaire ?

« - En gros c’est ça, je ne sais pas où je me trouve. Je ne sais pas si les choix que je fais sont bons ou non. Justement on ne vit qu’une fois, est-il préférable alors de rendre les gens heureux par les faux-semblants ou bien triste par la vérité ? Lui demandes-tu l’observant quelques instants avant de continuer, et si cette meilleure version de soi ce n’était pas vous qui la décider ? »

Tu remarquais bien que la barmaid faisait de son mieux pour passer du baume sur ton cœur meurtri de tes pensées funestes en cette belle soirée. Tu la trouves attendrissante, elle aurait pu très bien te refourguer à un de ses collègues ou bien t’ignorer.  

« Kiara. Enchantée. Ne vous en faites pas, j’adore les clients « lourds ». »

Gentiment tu lui tends la main pour serrer la sienne poliment, tu lui lances un petit sourire amusé lui répondant rapidement que de ta part tu adorais être un client lourd. Attrapant ta carte, elle semble la lire avant qu’elle lance sur un ton amusé.

« Alors c’est moi qui vous fait la morale depuis tout à l’heure et c’est vous le psy .. Vous avez du me trouver ridicule. » Elle dit en riant doucement. « Je tutoie mes clients préférés avec plaisir. »

Tu lèves un sourcil amusé, levant légèrement ton verre dans sa direction avant de le finir en une gorgée. C’est toujours à la fois drôle et quelque peu agaçant de voir la réaction des autres quand ils apprenaient qu’un gars comme toi est psychothérapeute, l’ironie de la situation jouant d’autant plus puisque c’était toi qui avais besoin d’une épaule réconfortante. Pour une fois c’était toi assis dans ce grand fauteuil et la brune qui portait la fameuse blouse blanche.

« - Comme quoi il ne suffit pas d’être psy pour échapper aux leçons de morales. Déclares-tu posant ton coude sur le bar puis caler ta tête dans la paume de ta main, Oh non tu n’étais pas ridicule, au contraire je t’ai trouvé plutôt pertinente. »

Et tu ne mentais pas, peut-être que la jeune femme ne posséder pas de diplôme certifiant qu’elle était reconnue comme soigneuse de mœurs, comme tu aimes surnommer ton métier, d’un sens elle l’était puisqu’elle accepter derrière ce bar de servir de conseillère aux clients comme toi. Tu laisses ton sourire en coin d’agrandir lorsqu’elle évoque ses clients préférés, du bout des doigts tu pousses ton verre vide vers elle. À ce rythme-là tu n’allais pas rester debout très longtemps, sachant déjà que les flux de l’alcool commencent déjà à faire des siennes dans ton corps.

« Pas touches, c’est chasse gardée. »

Un petit ricanement s’échappe de tes lèvres alors que tu secoues la tête, levant les mains en signe de paix. Loin de toi l’idée de vouloir lui prendre sa proie, qui tu es sûre devait être plus intéressé par la Texane au tempérament de feu que ta propre personne. Cette fois-ci tu commandes un nouveau verre en plus du tien, une petite idée germant lentement dans ta petite caboche.


_________________
J'ai trouvé du charme dans les battements effrénés de son coeur balafré.
©crack in time


LIKE A BOSS X3:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Kiara E. Layne
Lemon
J'ai débarqué à Londres le : 07/05/2017 et j'ai déjà raconté : 95 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Clara Alonso Mes petits secrets bien gardés: : 156

Re: And remind me who I really am ♚ ft Kiara E. Layne | Mar 6 Juin - 1:13
"And remind me who I really am"

feat. Kiara & Andréas

Est-ce que la Texane avait été surprise d’apprendre que son « client lourd du jour » était en fait psychothérapeute ? Oui, et pas qu’un peu. Il était loin de ressembler à un mec sûr de lui qui pourrait donner des conseils à tout le monde H24. En même temps, ça ne devait pas être un métier simple tous les jours, et probablement avait-il besoin de se détendre lui aussi de temps en temps. En tout cas, une chose était actuellement sûre, elle le trouvait suffisamment fascinant pour lui donner tous ses conseils qu’il devait, en son âme et conscience, trouver ridicule. Et il en aurait eu bien le droit, après tout elle donnait des conseils de barmaid, lui, devait avoir un doctorat en psychologie ou je ne sais quel grand diplôme qui faisait qu’à côté de ça, Kiara était une jolie plaisanterie … Qu’importe, s’il était venu chercher un peu de réconfort, et une oreille attentive, elle serait ravie de jouer ce rôle. Elle était d’ailleurs très douée dans ce domaine …

Elle ne pouvait cependant pas s’empêcher de repenser à ce qu’il lui avait dit il y a encore quelques secondes… Il ne savait pas où il se trouvait. Elle restait pensive face à cela. Ses parents ne l’avaient pas élevée pour faire attention à ce que les autres pensaient d’elle, c’est loin d’être le genre des gens habitués au Texas, alors elle trouvait toujours ça étrange quand quelqu’un lui avouait qu’il n’arrivait pas à vivre pour lui-même. Et pourtant, avec le temps elle avait fini par comprendre, de manière objective uniquement, ce concept étrange. Elle secoue la tête, en souriant sincèrement :

« Très franchement Andréas, si quelqu’un ici est en mesure de juger tes choix, et ta vie, c’est bien toi… De toute manière, les gens ne seront jamais tous satisfaits par ce que tu es, et ce que tu décides d’être. » Elle hausse les épaules. « Mais le jour où toi, tu seras heureux avec qui tu es, et qui tu es devenu, alors leurs jugements n’auront plus aucun effet sur ton moral. C’est ce qui compte. Sois heureux. Vis heureux. » Elle lui sourit doucement, si un jour elle avait douté d’elle-même, sûrement aurait-elle aimé qu’on lui tienne ce genre de discours.

Heureusement, Andréas finit par lui dire qu’elle n’était pas ridicule, et qu’il l’a même trouvée très pertinentes dans ses leçons de moral. Elle ricane silencieusement, elle ne s’attendait vraiment pas à avoir affaire à un psy, c’était bien la première fois, et elle ne regrettait en rien ce qu’elle lui avait conseillé simplement, elle se sentait un peu bête d’avoir essayé de lui apprendre à vivre « correctement » alors que c’est son métier à lui …

« Quand tu donnes des conseils à tes patients, tu les encourages à les suive dans la mesure du possible, non ? » Elle n’a jamais suivi de psy. Est-ce que vraiment leurs sessions donnent des résultats positifs ? « Alors si je peux te donner un conseil : Vis ! Vis ta vie comme jamais tu ne l’as vécue, car tu n’auras pas de deuxième essai. »

Cependant, avec tout le pacifisme dont elle était capable, elle ne pouvait pas ignorer les regards qu’Andréas jetait de temps à autre à la jolie Blondie dans le fond de la salle alors taquine, Kiara lui rappela que c’était chasse gardée. Il leva les mains, montrant que ses intentions n’étaient pas de lui prendre sa proie, et elle sourit en coin.

« J’aime mieux ça. Bon aller, sois sage. » Elle lui rappela, quand un des amis de Blondie vint commander un verre.

« Une nouvelle tournée de ce qu’on vient de prendre. »

Kiara hocha la tête, elle n’avait pas oublié leur commande, et c’était un avantage quand on était barman, avoir une bonne mémoire était très utile. Cependant, elle prépara la boisson de Blondie avec encore plus d’attention qu’à son habitude, et quand elle donna ses trois verres au jeune homme, elle lui dit, taquine :

« Avec mes compliments à Blondie avec toi. » Elle sourit en coin, puis quand il fut reparti, non sans un sourcil arqué, elle se tourna vers Andréas en haussant les épaules : « Tu vois, c’est pas plus compliqué que ça. »


made by guerlain for bazzart

_________________
It's like you knew that smile was gonna melt me down, it's like you knew those lips are what I'm needing right now
found myself in wonderland
(gif tumblr/code northern lights.)

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Re: And remind me who I really am ♚ ft Kiara E. Layne |
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Communication :: And last night you were in my room :: Saison une. :: scènes-
Sauter vers: