Bienvenue sur le forum Invité <3
Before Anyone Else a ouvert ses portes le 14 octobre 2016.
Fais connaître toi aussi le forum pour avoir plus de jolis coeur dans notre famille.
Le forum fête ses 8 MOIS.
C'est le moment de vous recenser pour la saison 2 : ici et d'envoyer un Londres pour les BAE AWARDS
BAE rejoint twitter, pour nous suivre et tout savoir dans la minute des actualités du forum, c'est par ici coeur

Partagez|
avatar
Strawberry
Voir le profil de l'utilisateur

◈ A Londres depuis : 06/02/2017
◈ Les mensonges que j'ai : 311
◈ Ressemblance avec : Nicolas Simoes, sûrement parce qu'on est bruns tous les deux. ◊ Vava crédit : POLARIZE
◈ Schizophrénie : Pas encore, patience ça pousse.
◈ Foule sentimentale : Trop froussard pour s'engager et à la fois trop prude pour jouer le débauché à tout va.
Secrets : 353
My mind went blank, I lost control. ♢ Ft Louka Jones
MessageSujet: My mind went blank, I lost control. ♢ Ft Louka Jones Dim 14 Mai - 1:12


My mind went blank, I lost control.
I better let you go, to find the prince you thought you found in me. I better set you free and give you up
Inspire, expire.

Tes paupières s’ouvrent et se ferment plusieurs fois, cherchant à s’habituer à la lumière chaude et vive du soleil. Dans chaque centimètre de ton corps tu sens la douleur, celles des courbatures et d’autres dont tu ne sais pas encore la cause. Douloureusement tu te redresses, restant assis à même le sol tu t’étires doucement histoire de réveiller lentement ton corps tout en jetant un regard à ton environnement. Devant toi se trouve une étendue de poussière, de terre, de gens alcoolisés décuvant de la même manière que toi à même le sol, des taches de couleur un peu partout et surtout la fête qui bat encore son plein même à cette heure.

Trou noir. Pendant une dizaine de secondes terrifiantes tu ne sais plus où tu es, ce que tu fais ici et qui sont ses gens. Puis avec soulagement les brides de souvenirs refont surface, s’entremêlent pour finalement se reformer et reconstituer tout ce qu’il te manque. Et la descente aux enfers commence. Tu revois l’arriver de tes amis et toi-même un peu trop impatient, les gens qui hurlent la bienvenue dans ce festival trop dément, la fête qui commence et qui continue encore et encore. De l’alcool que tu as bu jusqu’à plus soif, de ton état lamentable, comme si ça changeait de d’habitude tiens, qui te faisais faire n’importe quoi. Tu revois ses gens avec qui vous avez fait une bataille de peinture, les images de la jeune peintre qui faisait du body painting sur ton dos te reviens à l’esprit. Trop de souvenirs. Trop de remords. Trop. Et pourtant tu es conscient que dans tes souvenirs, tu te sens revivre, tu respires. Tu t’abandonnes, cédant le contrôle à un toi que tu boycottes habituellement. Le réel toi se manifestes, tu pleures, tu hurles, tu ris, tu discutes. Toutes ses émotions te traversent et tu les vis pleinement comme si demain était si loin. Est-ce donc ça ton réel univers ? Là où devrait être ta place parmi ses débauchés ? T’es déjà bien pathétique mon p’tit gars, il manquerait plus que ça.

Un nouveau soupire, t’incline la tête pour offrir ton visage au rayon aussi dévastateur que bienfaiteur de l’astre chaud, là tout de suite tu n’as qu’une envie : regagner votre tente et dormir quelques instants supplémentaires. Décidé à te bouger, tu retires le corps étendu de la peintre inconnue sur tes jambes pour te lever. Il te faut une bonne demi-heure avant de finalement retrouver votre emplacement, tu ressembles à un zombie, enfin si on admet qu’une de ses créatures pourraient se balader portant seulement un jean trouer et un bandana rouge comme seul habit, exposant alors son corps dont la moitié recouverte de peinture laisse apparaître la peau halée que tu possèdes.

Une nouvelle fois tu luttes, cette fois-ci contre la fermeture de la tente qui demande trop de force dans ton état actuel, finalement elle cède. Tu jettes un regard à l’intérieur, reconnaissant tes propres affaires et ceux de tes amis tu te rassures en te disant que tu n’es pas si mal finalement. Regagnant la partie de la vôtre toit de fortune que tu partages avec ton ami, directement la vision d’une forme avachie sous un drap te frappes de plein fouet. Qu’est-ce qui branle encore celui-ci là ? Comment pouvait-il avoir besoin d’un drap alors que toi-même tu crevais de chaud. Sans ménagement tu t’allonges à ses côtés, n’hésitant pas à le pousser, tout de même gentiment, pour avoir plus de place. La prochaine fois il faudra vraiment que prenne ta propre tente.

« - C’est la dernière fois que je t’écoute. Grondes-tu en plongeant ta tête dans l’oreiller laissant un moment de silence tu tournes ton visage pour pouvoir parler librement, je t’avais bien dit que je ne supportais pas la vodka.. Je me suis réveillé allongé dans l’herbe, tu as dû bien te marrer en me laissant là-bas. »

Fusillant du regard ton colocataire, il a bien de la chance qu’un regard ne peut pas tuer sinon il serait déjà si pieds sous terre depuis bien longtemps. Mauvaise position, ton estomac fait de nouveau des siennes, tu as vraiment passé l’âge de toutes ses conneries. Une occasion de fêter tes trente ans en retard. Gneu gneu gneu. Tu es trop faible Andréas, trop naïf. Trop con. Te mettant sur le dos tu respires longuement avant de fixer droit devant toi, attendant que l’envie de vomir parte.

« - Passe-moi l’eau. Demandes-tu soudainement fronçant les sourcils face au silence que tu reçois, tu lèves ta main pour tapoter la masse à tes côtés, Tu m’écoutes quand je te parle ? Commence pas à faire ton connard, n'aggrave pas ton cas. »

Commençant à perdre patience tu attrapes soudainement les bords du drap pour le retirer lentement, peut-être bien qu’il dort encore ce fourbe et si c’est le cas tu comptes bien te venger en lui réservant un réveil mouvementé. Malheureusement ce n’est pas maintenant que tu auras tes réponses à tes questions puisque à mesure que le drap laisse apparaître une tête qui ne ressemble a rien à celle de ton ami. Sur ton visage intriguer, tu te demandes comment cette personne est arrivé ici, pourtant la seule chose qui te répond, c’est ses yeux saphir qui rencontrent les tiens. Le bout de drap t’échappe des mains alors que ce visage découvert ne t’est pas inconnu, tu fais un petit bond en arrière alors que tu replonges dans tes années de lycéen.

..Inspire, expire..


« - J’suis pas pédé !! »


Un coup. Du sang.
code by bat'phanie

_________________


Et se suspend, sur vos lèvres, sa solitude.


LIKE A BOSS:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Raspberry
Voir le profil de l'utilisateur

◈ A Londres depuis : 01/03/2017
◈ Les mensonges que j'ai : 141
◈ Ressemblance avec : Sebastian Stan
◈ Schizophrénie : Nop
Secrets : 25
My mind went blank, I lost control. ♢ Ft Louka Jones
MessageSujet: Re: My mind went blank, I lost control. ♢ Ft Louka Jones Mar 23 Mai - 22:48

My mind went blank, I lost control.Passionné de musique, fétard, accro à l'alcool, quoi de mieux qu'un festival ? Depuis un moment j'avais fermé boutique pour y assister, les billets étaient payés depuis belle lurettes manqué plus que ma présence et tout était parfait! J'avais tout prévu :
-Toile de tente
-Brosse à dent
-PQ au casou!
- Des fringues propres
- Et bien entendu des bouteilles!!
Dans les festivals j'arrivais toujours seul, mais je finissais toujours accompagné! Je ne sais pas comme je faisais, mais j'arrivais à me tirer un plan cul, sans même lever mon petit doigt. Ou alors, c'est parce que je me souviens jamais de ce que je fais durant ces soirées. La seule chose que je me rappelle, c'est toujours de cette musique me déchirant les tympas, ainsi que du trop plein d'alcool ingéré.

Alors si je dois vous dire le pourquoi du comment, je me suis retrouvé dans un lit inconnu, vous avez votre réponse. L'alcool, toujours l'alcool, elle vout donne bien plus que des ailes! Seulement, comment j'ai fait pour tomber dans le lit d'Andréas, de ce mec avec qui ont a pu fricoter dans un placard, il y a super longtemps ? La franchement je me pose moi même une colle. Surement un tour du destin, comme je le dis si souvent. Lorsque j'ai ouvert les yeux, pour croisé son magnifique regard, j'eu d'abord du mal à comprendre ce qu'il m'arrivait. Je pensais à une hallucination, mais en me concentrant bien, il n'y avait aucun doute.

Si il bien une chose qu'il ne sait pas, c'est bien entendu, que depuis ce fameux jour dans ce placard, il ne m'a pas laisser insensible à son charme. Malgré le fait que je n'accepte toujours pas le fait que je suis gay. Je suis peut être toujours l'homme actif, mais cela ne m'empêche pas de ne pas m'accepter telle que je suis. Je ferme les yeux, pour les rouvrir à nouveau et de soulever la couverture. Je voulais quand même vérifié ma tenue. Peut-être que cela pourra m'éclairer sur cette soirée, qui m'est inconnu.

La pateuse à la bouche, je finis quand même par m'exprimer d'une voix trop grave et cassé. Le comble pour un chanteur comme moi.

-Qu'est-ce que tu fiches dans ma toile... ?
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Strawberry
Voir le profil de l'utilisateur

◈ A Londres depuis : 06/02/2017
◈ Les mensonges que j'ai : 311
◈ Ressemblance avec : Nicolas Simoes, sûrement parce qu'on est bruns tous les deux. ◊ Vava crédit : POLARIZE
◈ Schizophrénie : Pas encore, patience ça pousse.
◈ Foule sentimentale : Trop froussard pour s'engager et à la fois trop prude pour jouer le débauché à tout va.
Secrets : 353
My mind went blank, I lost control. ♢ Ft Louka Jones
MessageSujet: Re: My mind went blank, I lost control. ♢ Ft Louka Jones Ven 26 Mai - 18:37


My mind went blank, I lost control.
I better let you go, to find the prince you thought you found in me. I better set you free and give you up
D’habitude tu ne vas pas dans les festivals, tu n’en as jamais eu l’occasion ou bien le temps nécessaire. Tes amis t’en on parler plusieurs fois à leurs retours, ravis de cette expérience qui semblait être hors du commun mais, pour toi ça semblait être quelque chose d’insipide. Dénué de sens. Tu qualifiais ses évènements ainsi uniquement parce que ce n’est pas quelque chose que tu comprenais, tu pensais que si on voulait écouter de la musique alors autant aller à un simple concert. Ce que tu appréciais mais, pour les festivals tu étais bien trop sage, bien trop rangé pour ce genre de chose. C’est ce que disaient tes amis et toi tu les croyais. Alors, forcément vu que tu avais fêté tes trente ans cette année, tes amis habitués à ce genre de chose, persuadé de pouvoir briser la pudeur qui t’entourer, ils ne t’avaient guère laissé le choix. Et au vu des évènements qui s’étaient déroulés dernièrement dans ta vie, tu avais accepté. Qu’avais-tu à perdre après tout Andréas ?

Et avec surprise tu t’es rendu compte que tous les aprioris que tu avais, c’était avéré être infondé. Seule la frustration profonde que tu gardais en toi parlait, celle qui te faisais jalouser tes amis d’être si libéré alors que toi, tu te sentais constamment en cage. Cette euphorie que tu as ressentie, ce sentiment de briser tes chaînes grâce à la débauche, même si elle t’avait forcé à te réveiller à même le sol, t’avais fait un bien fou. Jamais tu n’aurais pensé que ça pouvait se passer ainsi et encore moins qu’allait retrouver cette vieille connaissance en voulant te reprendre en main de ton état de zombie.

Il y avait bien des choses qu’avec le temps tu espérais oublier, des moments de ta vie que tu mettais en ombres avec l’espoir de ne plus jamais revivre ses souvenirs. Et il y avait ceux dont cet homme en faisait partie, ceux que tu revivais lorsque tu croisais en cet instant ses yeux. Tu revoyais ce placard minuscule, la bière que tu tenais à la main et dont tu te réfugier dedans pour échapper à la gêne de la situation. Après tout à l’époque avec ce garçon c’était assez tendu, il ne semblait pas pouvoir te blairer et il t’agaçait. Alors quand en une seconde vos lèvres se sont rencontrées, que vos mains ont découvert vos corps fiévreux, que tu as senti son désir contre le tien, tu as oublié tout ce que tu pouvais lui reprocher. Laissant juste le désir vous emportez, c’est lorsqu’il t’a frappé que tu es redescendu sur terre. Ce souvenir.. Il te laisser un coup amer dans la bouche, une envie de vengeance. C’est bien pour ça que quand tu as reconnu cet homme dans ce lit qui n’est pas le sien, tu as sursauté. La surprise passée, tu le vois te fixer avant de fermer les yeux, les rouvrir et vérifier sa tenue. Tu manques de t’étouffer, il pense vraiment que vous auriez pu coucher ensembles après ce qu’il t’avait fait ?

« - Qu'est-ce que tu fiches dans ma toile... ? »

Tu lèves un sourcil mi-surpris mi-blasé, tu penses que c’est sûrement le karma, cette chienne qui a voulu te jouer un tour ou bien se venger des mauvaises actions que tu as bien pu faire. Lâchant un grand soupire tu remets ta tête dans l’oreiller, c’est tellement étrange de le revoir après tout ce temps, après ce qui a pu se passer entre vous surtout. Ce retrouvais dans le même lit était assez dérangeant, tu crains que ton corps réagisse mais, heureusement celui-ci est bien trop fatigué pour ça. Finissant de rager contre le monde entier tu te relèves pour t’asseoir avec précaution face à ton envie de vomir encore présente.

« - Ca serait plutôt à moi de te retourner la question, Jones. Répliques-tu durement, c’est ma toile. Enfin celle de mes amis et moi. Ça s’est mon lit que je parta.. »

Soudainement tu écarquilles les yeux sous la stupeur, ton sang ne fait qu’un tour dans ta tête alors que tu te relèves brusquement. S’il était dans ce lit ça ne signifiait qu’une chose.. Et tu ne voulais pas rester allonger dans ce que ça signifiait. Même si ce n’était pas sûr valait mieux être prudent. Brusquement un nouveau haut de cœur vient t’arracher une plainte, tu t’es relevé trop rapidement mais, dieu merci tu ne vomis pas.

« - Qu’est-ce que vous avez foutus là-dedans ? Demandes-tu les sourcils froncer la mine quelque peu dégoûtée, Non laisse tomber je ne veux pas savoir.. C’est plutôt ironique sachant qu’il y a plusieurs années je me suis pris une droite pour moins que ça. »

Tu lâches un ricanement jaune, te redressant avec le peu de prestance qu’il te reste, tu évites son regard faisant le tour du lit de fortune pour attraper la bouteille d’eau à ses côtés. L’ouvrant rapidement tu bois quelques petites gorgées qui calment la braise douloureuse de ta gorge ou bien de ta fierté brisée jadis qui sait ?
code by bat'phanie

_________________


Et se suspend, sur vos lèvres, sa solitude.


LIKE A BOSS:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Raspberry
Voir le profil de l'utilisateur

◈ A Londres depuis : 01/03/2017
◈ Les mensonges que j'ai : 141
◈ Ressemblance avec : Sebastian Stan
◈ Schizophrénie : Nop
Secrets : 25
My mind went blank, I lost control. ♢ Ft Louka Jones
MessageSujet: Re: My mind went blank, I lost control. ♢ Ft Louka Jones Ven 2 Juin - 23:37

My mind went blank, I lost control.Qu'il se rassure, j'ai toujours mon boxer sur moi, ce qui veut dire, ce que cela veut dire. En temps normal lorsque je couche avec un homme, je remets au moins un boxer, mais vu que je ne suis jamais dans un état normal lorsque j'ai de telle relation. Donc  il n'y a surement aucune crainte à avoir sur cette nuit, qui m'est encore inconnu. C'est fou comment, une putain de soirée, finit par devenir un cauchemar... Aucune explication au comment je me suis retrouvé ici, aucun souvenir de ce que j'ai pu faire. En tant normal cela ne m'aurais pas déranger, mais au vue de la situation, il m'est vraiment vitale d'en savoir plus. Après tout, me retrouvais dans le même lit qu 'Andréas et bien la dernière chose, à laquelle j'aurais pu pensé. Bon ok la situation est vraiment très éxitante, mais au vu de ce qui c'est passé la dernière fois entre nous, mes réactions sont vraiment déplacées. Cependant, pour une fois j'ai envie de joué au con, de faire le malin. J'ai envie de le faire chier une fois de plus, de lui montrer que je suis indifférent à ce qu'il me raconte, même si ce n'est pas le cas au fond de moi, mais ca personne ne le sait.

Qu'on partage ? Tu n'acceptes pas de dormir avec un mec qui t'a marqué au visage ?  Tu sais ca arrive à tout le monde de ce prendre des râteaux!

Malgré qu'il se soit éloigné subitement de moi, je reste toujours allongé sur le torse, le surveillant du coin de l'oeil. Je suis peut-être en boxer, mais je n'ai pas envie qu'il me fasse la blague de me tirer par les chevilles en dehors de sa toile. Imaginez le sketch devant tout le monde. La honte ultime! Je mordille mon épaule, lorsque j'aperçois ses formes musclés et surtout magnifiquement dessinaient. J'en suis presque au point de ne plus pouvoir me contrôler. Je n'ai jamais assumer qui je suis, mais cela n'a jamais empêcher à mon corps de me trahir, quelque soit la situation! Merci les hormones, pire qu'une gonzesse!

Tu n'as vraiment pas changé depuis tout ce temps, toujours le même petit crétin que la dernière fois. Le même môme grotesque. Je ris Détend toi, si tu veux tout savoir, je n'ai pas eu le temps de te sauter dessus que tu as fuis telle une pucelle. Maintenant si cela ne te gène pas, j'aimerai que tu fasses moins de bruit. J'ai fais que baiser cette nuit, je suis mort!

L'envie de continuer à le narguer de la sorte, me fait sourire. Peut-être qu'ainsi j'obtiendrais au moins une réaction de sa part... Il ne le sait sans doute pas, mais j'ai secrètement envie de lui tout de suite maintenant. Dans son lit, contre mon corps, le sentir près de moi, en moi... Le comble pour un mec qui se dit ne pas être pédé!
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Strawberry
Voir le profil de l'utilisateur

◈ A Londres depuis : 06/02/2017
◈ Les mensonges que j'ai : 311
◈ Ressemblance avec : Nicolas Simoes, sûrement parce qu'on est bruns tous les deux. ◊ Vava crédit : POLARIZE
◈ Schizophrénie : Pas encore, patience ça pousse.
◈ Foule sentimentale : Trop froussard pour s'engager et à la fois trop prude pour jouer le débauché à tout va.
Secrets : 353
My mind went blank, I lost control. ♢ Ft Louka Jones
MessageSujet: Re: My mind went blank, I lost control. ♢ Ft Louka Jones Lun 5 Juin - 17:30


My mind went blank, I lost control.
I better let you go, to find the prince you thought you found in me. I better set you free and give you up
Attention propos vulgaires.

L’eau traverse ta gorge, remplissant quelque peu ton ventre déjà assez rempli comme ça, le goulot quitte tes lèvres alors que tu refermes avec précaution la bouteille. Tu soupires bruyamment, restant dos à lui tu fermes les yeux douloureusement, tu avais pourtant imaginé ses retrouvailles des centaines de fois. Selon tes humeurs la trame du scénario changé, lorsque tu étais encore rancunier tu imaginais vos retrouvailles brutales, ou tu laisserais ta colère t’échapper. Puis quand la nostalgie ou bien l’envie t’habitait, celle-ci prenait une circonstance toute autre, plus semblable à ce petit moment dans ce placard qui restait gravé dans ton monde de fantasmatique. Pourtant jamais tu n’avais imaginé que ça se passerait ainsi au milieu d’un festival, que tu ressentiras cette rage t’attraper par les tripes. Et le pire c’est que celle-ci ne faisait que de grimper d’un cran à l’image que la nuit dernière il s’était soit passer quelque chose avec toi sois avec ton ami. Et ça, ça te foutait en rogne. Mais, dis-moi Andréas, est-ce que ça te fout les nerfs de ne pas t’en souvenir ou bien  pour l’autre hypothèse la jalousie parle-t-elle ?

Tu ne sais pas à quoi ce con joue mais, tu commençais vraiment à perdre patience. Tu n’es pas dupe, tu vois bien qu’il essaye de te provoquer, qu’il se joue de toi. Et forcément ça t’agace. Tu soupires une seconde fois alors que tu retires le bandana rouge qui retenait encore tes cheveux en arrière, ils finissent par retomber lourdement sur ton front. Tu passes une main distraite à l’intérieur, les ébouriffant au passage.

« - Qu'on partage ? Tu n'acceptes pas de dormir avec un mec qui t'a marqué au visage ? Tu sais ca arrive à tout le monde de ce prendre des râteaux! »

Tu lèves les yeux au ciel alors que tu mords ta lèvre inférieure pour ne pas l’insulter, tu sens son regard sur ton corps à moitié nu qui est plus recouvert de peinture que de vêtement. Tu es bien conscient que lorsque tu bouges les muscles de ton dos qui roule contre ta peau font bouger le dragon que la jeune artiste a choisi de peindre sur la surface libre. Tu finis par te retourner vers lui croisant les bras sur ton torse.

« - Ouais de base je partage cet endroit avec mes amis. Pas avec toi. Réponds-tu au tac au tac lui lançant un regard noir avant de reprendre, Exactement, je n’apprécie déjà pas qu’on me frappe alors dormir avec cette personne… »

Tu lèves les yeux au ciel, franchement il considérait vraiment qu’il lui avait mis un râteau ce jour-là ? Techniquement la seule chose qui lui a mis c’est un coup-de-poing en pleine mâchoire. Tu restes dans la même position attendant que queen drama, continue de lancer son venin dans un but précis dont tu recherches encore la cause.

« - Tu n'as vraiment pas changé depuis tout ce temps, toujours le même petit crétin que la dernière fois. Le même môme grotesque. Je ris Détend toi, si tu veux tout savoir, je n'ai pas eu le temps de te sauter dessus que tu as fuis telle une pucelle. Maintenant si cela ne te gène pas, j'aimerai que tu fasses moins de bruit. J'ai fais que baiser cette nuit, je suis mort! »

Tu serres les poings douloureusement alors que tu rêves de passer tes mains autour de son cou pour l’étrangler tellement il était insupportable. Tu avais oublié pourquoi jadis tu ne pouvais pas le voir, pourquoi il t’agaçait autant, tu pensais que c’était sûrement ton ego de mâle mais pas du tout. Il est et était simplement un connard. Pendant plusieurs minutes tu restes silencieux à le fixer, essayant de déchiffrer ce qu’il pouvait ressentir. Tu n’apprécies vraiment pas cette manière qu’il a de se jouer de toi et tu comptes bien retourner ce petit jeu contre lui. Lentement tu t’approches de lui, le rejoignant rapidement sur le lit de fortune pour le surplomber de ton corps, tu t’assois sur ses fesses sans pour autant l’écraser. Subitement ta main vient s’abattre sur sa nuque, qu’elle serre délicatement pour le maintenir en place, tu te penches à son oreille pour lui murmurer.

« - J’ai fuis comme une pucelle hein ? Pourtant à l’époque c’est toi qui es partie comme une effarouchée alors que tu allais venir dans ma main. Tu t’en souviens Louka ? Quand on était tous les deux dans ce placard, lorsque ma main était autour de ta queue dure ? C’est ce que tu veux ? C’est pour ça que tu agis comme un figlio di una cagna* ?»

Finis-tu par demander, faisant glisser ta main le long de son corps pour la poser à plat en travers son boxer-là ou ses parties intimes se trouvait. Le bout de ta langue vient glisser le long de sa nuque, ta main se referma un peu sur elle avant qu’un bruit à l’extérieur ne casse l’ambiance qui commencer à peser sur vous. L’air de la tente s’était soudainement réchauffé, probablement à cause de vos chaleurs humaines ou bien de l’excitation du plus jeune presque bien dissimulé. En quelques secondes tu te relèves comme si rien ne s’était passer alors que tu essuie ta main sur ton jean, tu laisses un grand froid venir s’abattre sur le corps de ton partenaire indifférent à ce qu’il pourrait ressentir, te dirigeant vers ta valise tu te mets à ricaner.

« - Tu as raison Jones, je suis toujours le même petit crétin, le même môme grotesque. Mais toi, oh oui toi, tu es toujours la même petite salope imbuvable. Claques-tu un petit sourire moqueur aux lèvres, Encore heureux que j’ai fui, comme quoi il me rester un minimum de fierté pour ne pas me rabaisser à passer la nuit avec toi. Mais bon.. Tu m’as facilement remplacé. I’m not sorry. »

En prononçant ses paroles tu avais tourné la tête vers lui pour guetter sa réaction, c’est ce qu’il voulait ? Te faire sortir de gong ? Te pousser à bout pour voir autre chose de l’indifférence ? Mais si tu avais fait volontairement ce qu’il désirait pouvait-on alors considérer que c’était lui qui avait gagné ? La vraie victoire est pour toi mon grand. Tu espères au moins qu’au fond il est heureux de ce qu’il a provoqué, il ne manquerait plus que ça soit lui qui te fasse une scène dans ta propre tente.

« - Comme monseigneur le veut, je le laisse tranquille pour l’instant puisque je vais me laver. Déclares-tu en cherchant des affaires propres avant de lever un sourcil prenant un air hautain, Et je te conseille vivement de prendre une douche aussi, tu pues le foutre, c’est dégueulasse. »

Prenant finalement un sac avec toi, rangeant tout ce que tu as besoin, c’est-à-dire des affaires de rechanges et le nécessaire pour ta toilette tu finis par te relever pour quitter la tente sans même lancer un dernier regard au brun. En sortant tu bouscules le fameux ami avec qui tu devais partager ton coin de tente, le présumé amant d’une nuit de ta vieille connaissance. Il te demande si Louka est toujours à l’intérieur, après avoir réfléchi brièvement tu finis par lui mentir en lui disant qu’il est parti à un certain endroit. Tu ne sais pas pourquoi tu as fait ça mais, une chose est sûre, c’est que cette journée s’annonce être mouvementée.

* un figlio di una cagna = Fils de pute.
code by bat'phanie

_________________


Et se suspend, sur vos lèvres, sa solitude.


LIKE A BOSS:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Raspberry
Voir le profil de l'utilisateur

◈ A Londres depuis : 01/03/2017
◈ Les mensonges que j'ai : 141
◈ Ressemblance avec : Sebastian Stan
◈ Schizophrénie : Nop
Secrets : 25
My mind went blank, I lost control. ♢ Ft Louka Jones
MessageSujet: Re: My mind went blank, I lost control. ♢ Ft Louka Jones Lun 5 Juin - 23:28

My mind went blank, I lost control.Je ne sais pas ce qui m'a pris d'agir ainsi avec lui. De lui balancer toute ses paroles qui ne me corespond pas...Mais vraiment rien. Et puis je raconte que des conneries. Pourquoi, pourquoi j'ai fais ca ? Maintenant il me prend pour une personne que je ne suis pas. Je me fais insulter de nom salace, dont j'ai entendu plusieurs fois, à l'époque, alors que je n'étais qu'un gamin abandonné. Je me force à me contrôler pour ne pas craquer face aux souvenirs du passé. Le pire dans tout ca, c'est surement la façon dont il me traite. Comment sa main serre ma nuque. J'ai peur, vraiment, j'en tremble. Je n'ai jamais apprécier c'est prise de pouvoir que chacun exerce chez les autres. J'ai longtemps été une victime pendant ma jeunesse, je pensais qu'avec le temps cela se calmerai, mais bien au contraire. Alors que je sens ses gestes devenir plus instant sur moi, je n'éprouve plus aucun plaisir, j'ai voulu joué, c'est vrai. Mais je me rends compte que je suis vraiment idiot de me sentir supérieur ainsi, alors qu'au fond je ne vaux rien. Les larmes commencent à se déverser sur mes joues.

Lâche moi! Tu me fais mal. Putain je t'en pris bouge de là.

La panique continue de prendre le dessus. Que va t'il me faire ? Est-ce qu'il va faire comme tout les autres ? Es-ce que lui aussi va me frapper ou même pire me violer ? Je ne supporte plus cette présence qui se fait de plus en plus imposante. Un bruit le fait se dégager, je resserre aussitôt les couvertures sur moi pour cacher mon corps et surtout mes larmes. C'est déjà assez humiliant comme ca. Le voilà qu'il continue ses insultes. Cela devient une torture pour moi, mais j'en gagne le prix de ma faute. Il est vrai que j'ai aimé ce moment dans le placard avec Andréas. J'ai eu tellement peur que je lui ai donné un coup. Mais c'était par peur! Je me serais sentis en sécurité, tout cela aurait été différent.
En ce qui concerne cette soirée, le pourquoi je suis arrivé ici est bien différent de ce que je lui ai raconté. Il est vrai que j'ai rencontré un de ses potes. Bien entendu, je ne savais pas qui il était, surement la boisson, et puis plus ca aller, plus il me chauffait. Comme toute personne normalement constitué, j'ai suivis ce gars, sans penser aux conséquences. Mais en suite je ne me souviens de plus rien, le vrai trou noire. Maintenant que mes esprits sont un peu plus claires, je sais que je n'aurais rien pu faire de mon plein gré cette nuit. Quelque soit la personne je ne me serais pas laisser faire. Je ne supporte pas que l'on pose ses mains sur moi, même avoir des relations sexuelles est terrible à mes yeux. Au vue de mon passé, il m'est difficile d'en avoir, je préfére trouver le bon partenaire pour cela, une personne de confiance..

Je ne suis pas une salope... Je murmure tout bas essayant de me relever malgré les émotions. Arête de dire des conneries, je n'en suis pas une, pour ca faudrait déjà que je couche avec ton pote!

Je me rend de plus en plus compte, que mon baratin ne fera que ce retourner contre moi. Je ne sais pas ce qu'il m'a pris de partir dans un délire pareil. Quel idiot. J'ai envie de remonter en arrière et de réparer ma connerie de mentir. C'est ca de ne pas vouloir s'assumer, de s'inventer une vie! Il m'annonce que je sens le foutre à plein nez. Je me redresse aussitôt du lit en panique. Je tire les couvertures à la recherche de la moindre trace d'une quelconque aventure. En me redressant, je n'ai rien vu, rien de rien, mais les douleurs que j'avais dans les cuisses se sont réveiller. Elles sont terribles. Le visage effrayé, je comprends enfin ce qu'il vient de ce passer cette nuit. Son pote avait du abuser de moi, quelque chose de bien au vu des douleurs. Je fond en larmes avant même qu'Andréas ne sorte de la toile. Je me m'est à crier dans la toile, un cri déchirant, un cri de souffrance.

NON! Putain, pas ca! Pas ca, je vous en supplis! Je cherche mes affaires en tremblant. Je l'avais dis, que ce week-end, serait une torture. Je ne savais même plus quoi faire après toutes ses révélations
 
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Strawberry
Voir le profil de l'utilisateur

◈ A Londres depuis : 06/02/2017
◈ Les mensonges que j'ai : 311
◈ Ressemblance avec : Nicolas Simoes, sûrement parce qu'on est bruns tous les deux. ◊ Vava crédit : POLARIZE
◈ Schizophrénie : Pas encore, patience ça pousse.
◈ Foule sentimentale : Trop froussard pour s'engager et à la fois trop prude pour jouer le débauché à tout va.
Secrets : 353
My mind went blank, I lost control. ♢ Ft Louka Jones
MessageSujet: Re: My mind went blank, I lost control. ♢ Ft Louka Jones Lun 12 Juin - 20:10


My mind went blank, I lost control.
I better let you go, to find the prince you thought you found in me. I better set you free and give you up
Si tu te contrôles pour essayer de ne pas te mettre en colère d’habitude, c’est bien pour une raison. Une cause dont le jeune homme en face de toi en fait les frais, les doigts autour de ton estomac la rage ne voulait plus le lâcher. Louka c’est jouer de toi, il avait essayé de te pousser à bout avec ses âneries et ça avait marché. Le connard. Il avait réussi à briser ce self-contrôle que tu prônais à qui contre. Il t’avait poussé dans tes retranchements jusqu’à ce que la bombe à retardement n’explose qu’à moitié, tu ne ressemblais plus à l’homme que tu étais d’habitude, à l’homme jadis qu’il avait rencontré au détour d’une soirée arrosée. Alors lorsque tu t’étais retrouvé sur lui, ta main sur sa nuque, tu n’avais pas vu à quel point il était soudainement affolé, c’est ce qu’il voulait non ? Te faire agir comme un salaud pour pouvoir te détester davantage avec cette fois-ci une raison, pas comme dans le passé ou sa haine à tes yeux étaient injustifié. Était-ce une manière de te venger du coup qu’il t’avait porté cette fameuse nuit ? Probablement, même si objectivement, ce qu’il ignore, c’est qu’il n’avait pas besoin de te provoquer pour t’énerver, il te sortait par les yeux naturellement.

« Lâche moi! Tu me fais mal. Putain je t'en pris bouge de là. »

Tu l’entends qu’à moitié, un voile sur tes yeux, ayant perdu la tête dans ta haine. Insensible tu lâches presque un ricanement amusé, voilà qu’à présent il jouait la prude à vouloir te repousser. La main sur ses parties intimes tu remarques pourtant bien qu’il n’est pas excité, c’est ce qui te pousse à te reculer en plus du bruit extérieur. Puis soudainement tu te rends compte de ton comportement, de ta manière d’agir qui te dégoûte au plus profonds de toi. Tu n’aurais pas dû faire ça mais, t’es con Andréas. Terriblement con.

« Je ne suis pas une salope... Il murmure tout bas essayant de se relever malgré les émotions. Arête de dire des conneries, je n'en suis pas une, pour ça faudrait déjà que je couche avec ton pote! »

Tu lâches un soupir en levant les yeux au ciel, conscient de ton erreur et pourtant la rogne passes toujours dans tes veines. Ce qui te fait penser qu’il ment encore, qu’il ne cesse de jouer à ce petit jeu qu’il a déjà perdu contre toi. Il resserre le drap contre son corps, tu restes dos à lui prenant tes affaires, ne pouvant pas t’empêcher d’arrêter de sortir ton venin. Les émotions actuelles se mélangeant à celles de votre dernière rencontre, tu n’as jamais su pourquoi il avait fait ce geste. Pourquoi il avait dit ne pas être gay alors qu’il se mouver contre toi quelques minutes avant. Il te blâmer pour ce qui venait de se passer alors qu’il n’était pas au courant, qu’à l’époque c’est dans ses bras que tu avais réalisés que tu aimais les hommes et la peur qui t’habiter maintenant de te faire repousser de la même manière. Cette crainte ne t’avait jamais quitté depuis toutes ses années, l’amertume toujours présente, à chaque fois qu’un homme t’approchait tu étais terrifié. Persuadé qu’il réagirait de la même façon.

Tu ne réponds pas, qu’est-ce que tu pourrais lui dire de toute manière ? Il fait ce qu’il veut de son cul, même si ça ne te plaît pas qu’il se tape tes potes, il est libre. Tu ne peux plus rester là, à le regarder à moitié nu dans ton lit, les veines pulsant par l’adrénaline, si près d’exploser encore une fois. Tu entends ses sanglots que tu préfères ignorer, tu es allé beaucoup trop loin, t’es un salaud mon gars. Et pas qu’un petit. Tu quittes finalement la tente tes affaires dans les mains, tu te détestes, tu ne captes pas tout de suite le cri de souffrance qu’il lâche ainsi que ses sanglots. Tu tournes légèrement la tête vers le bruit, est-ce de ta faute ? Ton attention se refait capturer par ton pote qui malgré que tu aies dit que Louka n’est plus là, commence à te raconter sa soirée. La tête baissée, tu regardes tes ongles, ne l’écoutant qu’à moitié, cependant lorsqu’il t’annonce qu’effectivement il s’est tapé le jeune homme encore dans la tente, tu relèves la tête le fixant durement. Il ricane, il est content de sa connerie, il ne suffit pas plus pour comprendre ce qu’il s’est passé dans cette foutue tante la nuit dernière. En une seconde tout dégénère, ton poing atterri dans sa mâchoire, il recule de quelques pas puis le sien rencontre tes lèvres, t’encaisse le coup douloureusement sentant directement le goût métallique du sang dans ta bouche. Les poings continuent de voler tu te retrouves vite sur le dos te protégeant comme tu le peux, tu n’as jamais été doué pour te battre, rapidement il prend le dessus avant que des passants vous séparent. Il hurle que tu n’es qu’un con, que tu n’aurais pas dû faire ça. Mais toi, toi, tout ce que tu arrives à lui cracher c’est que tu vas le tuer.

Quelques minutes tu rentres une nouvelle fois dans la tente, ayant récupéré tes habits au passage, tu les laisses tomber au sol quand tu croises le regard bleu du plus vieux. Tu n’essayes pas de t’approcher, ni de faire un geste, tu te contentes de le regarder. Est-ce déplacer de ta part de maintenant essayer de le réconforter ? Acceptera-t-il tes excuses ?

« - Ecoute je suis désolé.. Je ne te veux pas de mal. J’ai étais un connard tout à l’heure et je m’excuse. Je ne voulais pas, j’ai perdu le contrôle de moi-même et-j.. Je .. »

Tu baisses la tête en soupirant longuement, ta main passant sur ton visage jusqu’à rejoindre tes cheveux. Tu sens la douleur pulser dans ton corps, dans tes veines, dans ton âme. Tu ne t’attendais pas à ce que ce foutu festival ne soit que le théâtre désastreux d’un nouvel acte de ta vie.
code by bat'phanie

_________________


Et se suspend, sur vos lèvres, sa solitude.


LIKE A BOSS:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

My mind went blank, I lost control. ♢ Ft Louka Jones
MessageSujet: Re: My mind went blank, I lost control. ♢ Ft Louka Jones

Revenir en haut Aller en bas

My mind went blank, I lost control. ♢ Ft Louka Jones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» she's lost control again.» ABIGAIL + She's lost control again.» joanne ∞ we lost control» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21» I'm lost in the world, I'm down on my mind ► 16/07 - 21:48
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: The World :: Europe-