Revenir en haut Aller en bas



 
Bienvenue sur le forum Invité <3
Before Anyone Else a ouvert ses portes le 14 octobre 2016.
Fais connaître toi aussi le forum pour avoir plus de jolis coeur dans notre famille.
BAE A UN AN ! JOYEUX BAEVERSAIRE !

Partagez | 
 

 Comme un flahs en plein visage - FEAT ARTHUR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Keira S. Murphy
Tragi-comédie.

J'ai débarqué à Londres le : 15/10/2016 et j'ai déjà raconté : 564 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Kaya scodelario. Sur le forum je suis aussi, : Pas encore.
rides et tu dois savoir que je suis : en couple.. dans une relation.. j'ai encore du mal avec toutes ces choses là.
TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 27

Comme un flahs en plein visage - FEAT ARTHUR | Mar 25 Avr - 23:10
 
Comme un flash en plein visage
Maman était là pour ma sortis de prison. Elle semble toujours avoir espoir en moi.. Et je commence à me dire que je devrais sérieusement arrêter de l'inquiéter comme ça. Ça suffit les conneries. Depuis que je me suis tailladée les veines et que j'ai vu la mort de vraiment plus près qu'autrefois et que j'ai eu cette conversation avec ce médecin... je vois la vie différemment. Enfermée dans cette prison, ne plus avoir de vie m'a ouvert les yeux sur le fait que je ne vivais pas. Je n'ai jamais vécu. J'avais peur de vivre.. J'ai toujours peur. Mais aujourd'hui il me semble comme une révélation. Je dois vivre si je ne veux pas mourir. Je ne veux pas mourir. C'est certain aujourd'hui.. Andrew, sa mort.. Tout ça m'a détruite mais maintenant je me rends compte que je ne dois plus me trouver d'excuse. Je suis une adulte.. Du moins je dois le devenir.

Depuis mon retour je vis de nouveau chez mes parents. Ils ont changer ma chambre de façon à ce que je commence une nouvelle vie et donc tout est remit à neuf.. Seule problème je n'ai presque rien à me mettre si ce n'est quelques vieux vêtements que ma mère à récupérer dans mon ancien appartement avant qu'il ne soit vidé de mes affaires. Je porte donc, aujourd'hui, un jean simple de ma mère et un débardeur à moi très large laissant apparaître mon soutien gorge bordeaux. Le jean est basique, bleu pâle au sous ton de gris.. Classique. Mais avec mes docks martens marron, heureusement je ne ressemble pas à une demoiselle parfaite. Je veux bien changer.. Mais mon style vestimentaire reste tout de même mon style vestimentaire. Je n'ai plus de maquillage sur le visage, laissant voir mes tâches de rousseur et mes cheveux boucles naturellement. Ma mère veut que nous allions faire du shopping pour remplir mon nouveau dressing tout neuf.. Il n'y a qu'elle pour aimait faire les magasins.. Mais je sens bien qu'elle cherche à renouer un lien avec moi

Nous sommes donc, en ce début d'après midi, dans le centre commerciale de Londres. Le plus grand, avec des galeries gigantesques. Il y a bien trop de monde.. Je ne cache pas mes bandages au poignet. Autant assumer ce qu'on fait directement plutôt que de se cacher toute notre vie. Mon long gilet fin et noir est attacher autour de ma taille tombant derrière mes fesses, touchant presque le sol. Je porte des lunettes de soleil, comme pour cacher mon ennuie mortelle. Après quelques heures, j'abandonne ma mère dans un magasin, lui disant que je vais faire un tour. Alors que je marche, lâchant les vitrines d'un air non chalant, je manque de rentrer dans quelqu'un, m'arrêtant net alors qu'il entre dans mon champ de vision. D'ordinaire je l'aurais insulter mais là, je me contente de sursauté en retirant mes lunettes et alors que je m'apprête à m'excuser, je me stop net. Je connais ce visage.. Je l'ai déjà vu. En prison.. Il venait de voir Eva. Je sais pas qui Est-ce type exactement mais.. C'est la deuxième fois que je le vois.. Et la deuxième fois qu'il me fait un drôle d'effet. Je n'arrive pas à parler.. Comme bloquer dans mon élan, stopper, ahurie :  

"Heu.. Pardon." Arrive-je simplement à dire, ne bougeant même pas mon bras qui relevait mes lunette sur ma tête.  

roller coaster

_________________


IL Y A TOI A QUI JE NE CESSE DE PENSER. IL Y A TOI QUI A SU ME SAUVER. IL Y
A TOI QUE JE PEUX EMBRASSER. IL Y A TOI QUI SAIT M'ENLACER. IL Y A VOUS MES HOMMES QUE JE SAIS AIMER.— Clarice Lispector.


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
http://beforeanyoneelse.1fr1.net/t793-arthur-connor-eddie-redmay
Arthur Connor
Tragi-comédie.

J'ai débarqué à Londres le : 22/04/2017 et j'ai déjà raconté : 292 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Eddie Redmayne Sur le forum je suis aussi, : Raphaël de Cambridge - le Prince extravagant
rides et tu dois savoir que je suis : en couple avec elle, mais cela suffira-t-il pour nous sauver de nos angoisses?
Répertoire des récompenses

TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 14

Re: Comme un flahs en plein visage - FEAT ARTHUR | Mer 26 Avr - 0:00
Comme un flash en plein visage.


J'avais eu le plaisir... Ou devrais-je plutôt dire le malheur de recevoir ma soeur aujourd'hui. Elle venait me voir pour prendre de mes nouvelles et se rassurer que j'allais toujours "bien" et que j'étais en vie. Je disais malheur, non pas parce que je n'aimais pas ma soeur mais par le fait que Kara était un phénomène. Elle ne faisait jamais rien comme tout le monde, elle était beaucoup plus extravagante que moi.

Aujourd'hui, nous avions alors discuté autour d'un café, pour elle, et d'une cigarette pour moi. La vie qu'elle continuait de mener auprès des autres membres de ma famille, à Cambridge, se déroulait sans problèmes. Elle m'avait aussi parlé de son idée de déménagé à Liverpool pour suivre son petit ami. Je n'avais pas donné mon avis sur cette idée car je savais bien que dans tous les cas elle ne m'écouterait pas et ferait ce qu'elle veut au final.

A ma dernière bouffée de cigarette, Kara me proposa... Que dises-je... M'imposa d'aller au centre commercial car madame voulait passer du temps avec moi et s'acheter de nouveaux vêtements. Je l'accompagna sans plus d'entrain. Heureusement que j'étais constamment habillé pour sortir, j'avais une chemise blanche assez simple, un jeans bleu et ma veste marron, celle dont Kara disait qu'elle me faisait vieille mais que j'aimais beaucoup.
Une fois arrivés là-bas, elle me balada de magasins en magasins pour que je lui donne mon avis sur ses choix. Comme je pouvais m'y attendre, Kara ne m'écoutait qu'à moitié. A un moment donné j'en eu assez et je lui demanda alors de continuer sans moi et qu'elle m'appelle lorsqu'elle aurait fini. Après m'avoir réprimander sur ma demande, a soeur avait continué son chemin. Pour ma part je regardais plus les vitrines, la tête dans la lune, sans réellement pensé  quelque chose.

C'est alors que je me sentais observé, je me retourna et vis une jeune femme brune qui me regardait et me dit... "pardon"? Je ne comprenais pas tout de suite ce qu'elle voulait dire par là. Je l'observa et me rappela de qui elle était. Je lui sourie, reconnaissant l'amie d'Eva. Elle aussi avait fait un tour par la case prison mais pour moins de temps que ma petite protégée. Mais comment s'appelait-elle déjà? Je pense m'en rappeler.

Bonjour... Tu es ... Keira c'est ça? Je vois que tu es sortie, c'est une bonne chose ça.

Elle semblait bloquée par quelque chose.

Tu es sûre que ça va?

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
I love every parts of you

Even the scars.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Keira S. Murphy
Tragi-comédie.

J'ai débarqué à Londres le : 15/10/2016 et j'ai déjà raconté : 564 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Kaya scodelario. Sur le forum je suis aussi, : Pas encore.
rides et tu dois savoir que je suis : en couple.. dans une relation.. j'ai encore du mal avec toutes ces choses là.
TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 27

Re: Comme un flahs en plein visage - FEAT ARTHUR | Mer 26 Avr - 18:40
 
Comme un flash en plein visage
Je le regarde toujours sans bouger et je finis par me rendre compte que mon bras est toujours en l'air tenant mes lunettes de soleil. Je baisse le regard vers le sol rapidement en rangeant mes lunettes dans un sac et relève mes yeux sur cet homme. N'est-ce pas étrange que je retombe sur lui encore une fois et que pour la seconde fois je me retrouve comme bloquée. Etre sobre ne me réussit peut-être pas.. Plusieurs mois que je n'ai touché ni à l'alcool ni à la drogue.. Les premiers mois n'ont pas été facile et j'ai faillis rechuté plusieurs fois à cause des grosses pétasses de la taule.. Mais j'ai survécu.. Eva est toujours en prison.. Je ne sais pas pour combien de temps et je trouve ça injuste. Il n'y aucune preuve.. Elle n'a rien fait, rien du tout. Je croise le regard de l'inconnu en face de moi, mon visage est comme ahurie sans savoir quoi dire ni comment réagir. Sourire ? Etre froide ? Je ne suis pas vraiment à l'aise en fait.. Pourquoi ça j'en sais rien.

Il me parle alors.. Il connait mon prénom. Comment ? Eva lui aurait-elle parler de moi ? Et d'abord comment connait-il ma meilleure amie ? Qui sont-ils l'un pour l'autre. Eva ne cause jamais mais tout de même, il est assez rare que je ne connaisse pas son entourage. Je détails le visage de cet homme en face de moi qui semble ravie de me voir sortis de prison. Enfin ravie est un grand mot mais il me dit que c'est une bonne chose. Oui évidemment c'était pas la fiesta tous les soirs à la prison c'est sûr.. Je pourrais rétorquer ça et me renfermer comme je sais si bien le faire. Mais non je n'y arrive pas je suis comme hypnotiser par ses yeux bleus et son air naturellement mystérieux. Il a réellement un air purement British, ce charme que l'on trouve seulement aux anglais. Je ne saurais dire son âge.. Il a un style très classique presque vieux jeu mais son visage semble témoigner la jeunesse tandis que son regard d'une profonde douceur semble empli de sagesse. Je suis en train de gagatiser ou quoi ?

Soudainement, il me demande si tout va bien et je me rend compte que je suis silencieuse à le fixer comme une profonde imbécile sans ne savoir quoi dire. Je hoche tout d'un coup la tête rapidement et maladroitement tout en parlant sans articuler et nerveusement:

"Ha ! Heu oui oui enfin, oui je veux dire, oui ça va enfin oui c'est bien d'être sortis c'est sûr. Enfin de prison. Quoique sortis dehors ici aussi c'est pas mal quoique j'aime pas vraiment les magasins alors.."

Je m'emballe.. Je me stop en le regardant et mon visage se crispe. On peut voir que j'ai envie de me mettre des baffes. Sans drogue et sans alcool je perd toute l'arrogance et la répartie que je pouvais avoir d'ordinaire. Je pense pouvoir le retrouver avec le temps.. Mais je dois m'habituer à cette nouvelle-moi.. Apprendre à me connaître et.. Apparemment, je suis comme ça. Je ne sais pas encore si ça me plaît vraiment. Je pousse un soupire en regardant sur le côté, le regard fuyant un instant en passant ma main dans mes cheveux et passant ma langue sur ma lèvre puis je me retourne vers lui et dit après avoir bien penser à mes mots :

"Vous connaissez mon nom ? Mais je ne connais pas le votre."
 

roller coaster

_________________


IL Y A TOI A QUI JE NE CESSE DE PENSER. IL Y A TOI QUI A SU ME SAUVER. IL Y
A TOI QUE JE PEUX EMBRASSER. IL Y A TOI QUI SAIT M'ENLACER. IL Y A VOUS MES HOMMES QUE JE SAIS AIMER.— Clarice Lispector.


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
http://beforeanyoneelse.1fr1.net/t793-arthur-connor-eddie-redmay
Arthur Connor
Tragi-comédie.

J'ai débarqué à Londres le : 22/04/2017 et j'ai déjà raconté : 292 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Eddie Redmayne Sur le forum je suis aussi, : Raphaël de Cambridge - le Prince extravagant
rides et tu dois savoir que je suis : en couple avec elle, mais cela suffira-t-il pour nous sauver de nos angoisses?
Répertoire des récompenses

TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 14

Re: Comme un flahs en plein visage - FEAT ARTHUR | Mer 26 Avr - 23:29
Comme un flash en plein visage.


Elle n'avait pas l'air de réagir. Avait-elle peur de moi? Elle ne semblait être facilement effrayée. Elle m'avait paru bien sympathique.
Pour la rassurer je lui fis un petit sourire. Keira me répondit maladroitement, semblant hésiter sur la réponse qu'elle me fournit. J'avais alors décidé d'adopter une attitude rassurante, celle venait de sortir de prison, les femmes n'y étaient pas tendres donc elle a sûrement dû apprendre à se méfier et à présent elle replonge dans la vie civile. Comment je savais ça? Eva était toujours là-bas, pour notre plus grand désespoir, lors de mes visites elle me racontait son quotidien dans la prison. Il y avait aussi les lettres que je lui demandais de me rédiger, c'était une sorte de petit travail de mémoire pour elle et moi. Ainsi je pouvais utiliser ses lettres pour écrire mon roman... Ou devrais-je plutôt dire: son histoire. Je me doute qu''elle soit un peu déboussolée. Je remis mes cheveux en place en passant une main dedans.

Tout en l'écoutant je m'amusais à l'observer, rien de méchant bien sûr mais je trouvais que malgré son séjour en prison elle restait une belle jeune femme. Eva m'avait bien dit qu'elle était sa meilleure amie, cependant je doute que la jeune femme me connaisse; j'étais du genre discret même dans la vie de mes amis proches, ma soeur de coeur n'y faisait pas exception. J'eu un léger rire à sa remarque sur les magasins.

C'est rare de nos jours une fille qui n'aime pas faire les magasins. Ce n'est pas une mauvaise critique bien sûr mais tu es une exception.

Je me rendis que je n'avais cessé de lui sourire depuis qu'elle était dans mon champ de vision. Elle me demanda ensuite mon nom.

Je suis Arthur, Arthur Connor.

Tandis qu'elle tentait à fuir mon regard, qui trahissait sa position de nervosité, je resta calme et souriant. Elle devait sûrement se demander comment j'avais connu Eva.

J'étais le professeur d'Eva quand elle était au lycée. Mais même après son départ, nous avons gardé un bon contact et puis... J'ai l'impression d'être le seul qui va la voir au parloir...

C'était triste à dire mais j'avais l'impression qu'on l'avait abandonner. Peut-être que je me trompais, mais je sais que dans tous les cas je ne l'abandonnerai pas.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
I love every parts of you

Even the scars.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Keira S. Murphy
Tragi-comédie.

J'ai débarqué à Londres le : 15/10/2016 et j'ai déjà raconté : 564 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Kaya scodelario. Sur le forum je suis aussi, : Pas encore.
rides et tu dois savoir que je suis : en couple.. dans une relation.. j'ai encore du mal avec toutes ces choses là.
TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 27

Re: Comme un flahs en plein visage - FEAT ARTHUR | Jeu 27 Avr - 8:25
 
Comme un flash en plein visage
J'ai l'air d'une folle ou d'une détraquée.. En même temps c'est pas réellement loin de la vérité tout ça mais je ne veux pas que les personnes que je vais rencontré aujourd'hui connaisse celle que j'étais avant. Y aura toujours cette part de moi, ce dêchet.. Celle qui détruit tout et refuse la vie qui s'offre à elle mais je dois essayer. Car je ne veux pas mourir. J'en suis sûr maintenant. Après avoir parler à une vitesse folle, je le vois et l'entend alors rire lorsque je finis ma tirade et je hausse un sourcil, surprise.. Je ne fais rire personne d'ordinaire. Et il ne cesse de sourire en ne détachant pas son regard de moi.. La dernière personne à ne pas avoir eut à détourner le regard de moi fut Gary.. Et je n'ai plus de nouvelle depuis des mois. En l'entend rire, je me stoppe dans ma lancé et je ne sais pas comment réagir.. Je dois rire aussi ? Je ne sais pas, j'aurais peut-être l'air con, je ne sais pas rire. Un semblant de sourire se forme juste là, dans le coin de mes lèvres à droite, alors que je regarde vers le sol en mettant une main dans la poche arrière de mon jean pour ne pas la laisser sans rien faire dans le vent.

J'en viens à lui demander qui il est.. Du moins son nom. Arthur Connor.. C'est très anglais. En le détaillant tout en me disant cette affirmation à moi-même, je ne me rend pas compte que je souris dans le vide. Puis lorsqu'il m'explique être l'ancien professeur de Eva.. Mon regard s'assombrit, comme si je reprenais une carapace protectrice. Je suis assez possessive envers Eva et dans un sens on peut dire aujourd'hui que je l'a considère comme ma sœur.. Lorsqu'il finit de parler je regarde vers le vide, au sol, le regard plus triste. Je viens juste de sortir de prison, je l'ai laissé là-bas. Je me dis que si j'y étais encore je serais avec elle.. Mais je dois aller la voir maintenant que je suis libre et pas elle.. Son anniversaire approche si vite. Il serait bien qu'elle soit sortis pour le fêter.. Mais j'en doute. Je me pince les lèvres et relève mon regard vers lui, moins sur la défensive et avec un regard témoignant de plus de reconnaissance que je ne pouvais le penser :

"oui.. Merci d'aller la voir.. Lorsqu'on est dans ce genre de situation, on ne sait pas comme on peut avoir besoin de personne pour nous soutenir.. On a tendance à rejeter ce qui nous est bénéfique donc.. C'est bien que vous alliez la voir" dis-je à mi-voix

Je ne sais pas trop si je parle de elle ou moi tout d'un coup. Moi-même j'ai également toujours été ainsi. Brisée, agressive et envoyant tout promener je me fichais bien de l'aide et du soutien qu'on pouvait m'apporter.. Mais je me rend compte aujourd'hui que les périodes où je n'avais personne étaient les pires de toutes en réalité.. Même en rejetant les gens, leur présence m'était vitale et nécessaire. Eva a de la chance d'avoir cet homme.. Il semble être un homme d'exception et quelqu'un de bien à première vue. Il m'intrigue tout autant que l'effet qu'il m'a fait lorsque mes yeux on croiser les siens la première et la seconde fois. De plus.. Nouvelle vie exige faire des efforts du point de vue sociale.. Je réfléchis donc à quoi dire de plus afin de changer ce sujet peu joyeux :

"Vous voulez.. Enfin si c'est non tant pis mais, ça vous dit un café ou un thé ?"

Je désigne du menton un café juste là dans la galerie un peu plus loin.
roller coaster

_________________


IL Y A TOI A QUI JE NE CESSE DE PENSER. IL Y A TOI QUI A SU ME SAUVER. IL Y
A TOI QUE JE PEUX EMBRASSER. IL Y A TOI QUI SAIT M'ENLACER. IL Y A VOUS MES HOMMES QUE JE SAIS AIMER.— Clarice Lispector.


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
http://beforeanyoneelse.1fr1.net/t793-arthur-connor-eddie-redmay
Arthur Connor
Tragi-comédie.

J'ai débarqué à Londres le : 22/04/2017 et j'ai déjà raconté : 292 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Eddie Redmayne Sur le forum je suis aussi, : Raphaël de Cambridge - le Prince extravagant
rides et tu dois savoir que je suis : en couple avec elle, mais cela suffira-t-il pour nous sauver de nos angoisses?
Répertoire des récompenses

TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 14

Re: Comme un flahs en plein visage - FEAT ARTHUR | Jeu 27 Avr - 23:49
Comme un flash en plein visage.


Elle était alors assez calme. Peut-être qu'elle le serait un peu moins après avoir discuter avec moi. Keira avait fini par sourire, je trouvais qu'elle était plus belle ainsi, du moins elle paraissait moins distante, plus agréable. Mais dès lors que j'avais parlé son regard avait changé. Avais-je dis une bêtise? J'espère que non, c'était bien ma veine, à peine j'avais rencontré une nouvelle personne à peine j'allais peut-être me la mettre à dos.

Puis elle me remercia pour de rendre visiter à Eva. Je me gratta la nuque nerveusement, car me rappeler qu'elle était toujours là-bas me provoquait toujours un petit pincement au coeur.

Il n'y a pas besoin de remerciement, je trouve ça normal.
Eva est comme ma petite soeur donc c'est normal que je tente de la soutenir dans ces moments-là.


Je sentais également dans la voix de Keira une sorte de légère détresse. Vu qu'elle était une amie d'Eva je voulais lui dire que si elle avait besoin je pouvais l'écouter; cependant je trouvais ça mal placé de ma part. Je devais apprendre à la connaître un minimum avant tout de chose. Cette pensée tombait à pique vu que la jeune femme venait de me proposer d'aller boire quelque chose dans un café.

Bien sûr que j'accepte.

Au pire, si Kara le cherchait elle n'aurait qu'à l'appeler avec son portable, et puis ce n'est pas comme-ci elle était une adulte.
Nous nous y rendons alors et nous installons à une table à l'intérieur. Je me mis en face d'elle. Je regarda pour commander et une serveuse s'approcha pour prendre nos commandes.

Je vous prendrais un cappuccino s'il vous plait.

Je laissa alors Keira commander et la serveuse repartir avant de poser quelques questions à la jeune femme, tout en ne voulant pas trop paraître indiscret.

Sinon Keira... Parle moi un peu de toi. Je suis curieux car c'est une des rares fois où je rencontre un proche d'Eva sans sa présence.
Et puis en toute honnêteté tu m'as l'air sympathique.


J'étais franc et j'espérai ne pas être trop oppressant pour elle.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
I love every parts of you

Even the scars.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Keira S. Murphy
Tragi-comédie.

J'ai débarqué à Londres le : 15/10/2016 et j'ai déjà raconté : 564 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Kaya scodelario. Sur le forum je suis aussi, : Pas encore.
rides et tu dois savoir que je suis : en couple.. dans une relation.. j'ai encore du mal avec toutes ces choses là.
TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 27

Re: Comme un flahs en plein visage - FEAT ARTHUR | Ven 28 Avr - 0:11
 
Comme un flash en plein visage
Comme ma petite sœur dit-il. Je me contente de hocher la tête, sans réagir et mon regard se perd un instant dans la vide. Eva a déjà une famille.. Une grande sœur et une petite sœur. Ce sont elles qui devraient être là pour elle et non un ancien professeur. Mais quel âge a-t-il d'ailleurs? Il ne semble pas être si vieux pour être professeur.. Quoique pas besoin d'être un vieux crouton pour enseigner soit dit-en passant. Je lui propose alors s'il veut boire quelque chose, d'une façon plutôt maladroite. C'est dingue comme j'ai cet impression.. Cet impression que celle que j'étais avant mon passage par la case prison et la case suicide n'existe plus. Qu'elle n'a jamais exister et que je viens de naître.. C'est comme si j'apprenais de nouveau à parler, à ressentir, à me comporter avec les gens. Sans la drogue, l'alcool et le sexe pour régenté ma vie, je me retrouve dans la sobriété complète pour la première fois depuis longtemps.. Et je ne sais pas encore si je tiendrais. Je ressens encore parfois ce sentiment de manque mais.. J'ai envie de tenir, même certains soir je fais des crises que ma mère peine à contrôler.

Nous allons nous asseoir à une table. Pendant ce temps j'en profite pour remettre mon gilet en maille fine et très large qui vient couvrir mes avant-bras bandés, signe de mes blessures encore fraîche. Bizarre que je me décide maintenant à les cacher comme si je ne voulais pas que cet homme, Arthur puisse m'imaginer être ce genre de fille... femme ? Je ne sais pas encore si je peux dire être une femme.  Un serveur prend notre commande. Lorsqu'il me regarde, par réflexe j'ai faillit demandé une bière mais je finis par demandé un thé à la menthe poivrée avec du miel..  Je croise le regarde du bel homme et je me trouve soudain mal à l'aise lorsqu'il me demande de parler de moi. Mon regard s'agrandit et mon teint semble blêmir subitement. Il finit en disant que je semble sympathique et à l'époque, j'aurais pouffer de rire mais là.. Je me contente de secouer négativement la tête.. Sans qu'il ne puisse sûrement comprendre. Non je ne suis pas quelqu'un de sympathique, je ne l'étais pas du moins. Mais que puis-je répondre à ça :

"Il n'y a rien d'intéressant à dire sur moi.. Croyez-moi. Je.. Nan vraiment, rien du tout."

Que lui dire ? Qu'aussi loin que je me souviennes depuis mes 15 ou 16 ans je vis dans la drogue et l'alcool ? Que depuis la pseudo mort de mon frère jumeau à 19 ans je ne fais que chuter dans la déchéance, allant jusqu'à me prostitué et vendre de la drogue en me plaisant dans ma mysère et mon chagrin.. Vivant de provocation et de cellule en cellule de dégrisement.. Que j'ai encore de la chance d'être sur terre sans avoir avoir chopé un gosse dans le ventre ou une MST ou une IST et que j'ai voulu mettre fin à mes jours il y a peu car je pensais que je ne pouvais être guéris de moi-même ? Non.. Franchement il n'y a rien à dire sur moi. Rien du tout.. S'il savait rien que le "travail" que je faisais juste avant la prison, cela le ferait fuir et le dégouterais.. Et il aurait raison. Non pas que je le vois autrement que comme une connaissance.. Enfin.. J'ai envie de le connaître. Je suis bien même on peut dire.. C'est bizarre comme sensation, je ne sais pas si j'aime ça..:

"Mais vous dites-moi.. Vous êtes toujours professeur ?"  

Dévier le sujet est une bonne alternative alors que je cache mes bandages aux poignets sous la table. Le serveur nous apporte nos consommations et je m'empresse de prendre la théière, me servir et prendre ma tasse pour boire dedans. Mais tout d'un coup, j'en oublie que l'eau et brûlante et me brûle la lèvre en touchant l'eau. Je sursaute en poussant un léger cri et jure en reposant la tasse aussitôt. Je pose ma main sur ma bouche en grimaçant.. Je me suis également brûler la langue. Bravo Keira.. Pour faire diversion tu es vraiment un génie !!
roller coaster


_________________


IL Y A TOI A QUI JE NE CESSE DE PENSER. IL Y A TOI QUI A SU ME SAUVER. IL Y
A TOI QUE JE PEUX EMBRASSER. IL Y A TOI QUI SAIT M'ENLACER. IL Y A VOUS MES HOMMES QUE JE SAIS AIMER.— Clarice Lispector.


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
http://beforeanyoneelse.1fr1.net/t793-arthur-connor-eddie-redmay
Arthur Connor
Tragi-comédie.

J'ai débarqué à Londres le : 22/04/2017 et j'ai déjà raconté : 292 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Eddie Redmayne Sur le forum je suis aussi, : Raphaël de Cambridge - le Prince extravagant
rides et tu dois savoir que je suis : en couple avec elle, mais cela suffira-t-il pour nous sauver de nos angoisses?
Répertoire des récompenses

TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 14

Re: Comme un flahs en plein visage - FEAT ARTHUR | Ven 28 Avr - 9:59
Comme un flash en plein visage.


Keira a alors commander du thé. Bon choix, pour ma part j'aimais bien le thé mais était un plus grand fan de café.
Cependant elle n'avait pas l'air de vouloir me dire grand chose sur elle. Nous avions déjà abordé, un peu, son cas avec Eva mais ma petite soeur de coeur m'avait dit que Keira était une simple fille qui faisait des choses pas forcément correctes. Mais je n'étais pas là pour la juger; chacun à sa part d'ombre et tant que ça ne met pas en danger la vie de ceux pour qui j'ai de l'affection, je ne pense pas qu'elle soit si mauvaise que les autres peuvent le penser. C'était exactement la même chose que je m'étais dis il y a quelques années pour Eva. Et ce fut une bonne chose de penser ça, car cela avait résulter sur une grande complicité entre elle et moi.Pour e revenir à Keira je n'allais pas la forcer à m'en dire plus sur elle; sûrement que si je gagnais sa confiance elle aurait plus de facilité à s'ouvrir à moi. Je faisais donc preuve de patience. Entre temps j'avais remarqué qu'elle avait des bandages au bras. Je n'étais pas dupe bien entendu mais vu qu'elle ne voulait rien me dire je ne voulais pas la contrarier en posant une question;

Pour éviter la question, elle retourna celle-ci contre moi. Vu que je n'avais rien de particulier à cacher je me sentais à l'aise pour lui répondre. Tant qu'elle en posait pas de question sur ma vie sentimentales, je pense que je pouvais répondre à toutes ses interrogations.

Oui, j'ai arrêtais d'enseigner au lycée pour me concentrer sur les études supérieurs. Mais j'écris également des livres donc je reste bien dans le domaine de la littérature.Et puis tu peux me tutoyer, je sais que j'ai trente-deux ans mais bon je ne me sens pas si vieux que ça.

Nos commandes arrivèrent et je pris une gorgée de café. Celui-ci était chaud mais je réussis à ne pas me brûler en le buvant. Keira n'avait pas eu la même chance que moi, car elle venait d'émettre un petite cri trahissait la douleur que lui avait causer la chaleur du café dans sa bouche.

Je pense qu'il faut que tu attendes un peu.

Je me tût un moment, lui laissant le temps de faire passer la douleur. Puis je posa une nouvelle question, tout en arborant un petit sourire en coin.

Tu connais Eva depuis combien de temps? Je suis assez curieux.

J'étais franc et j'espérai ne pas être trop oppressant pour elle.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
I love every parts of you

Even the scars.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Keira S. Murphy
Tragi-comédie.

J'ai débarqué à Londres le : 15/10/2016 et j'ai déjà raconté : 564 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Kaya scodelario. Sur le forum je suis aussi, : Pas encore.
rides et tu dois savoir que je suis : en couple.. dans une relation.. j'ai encore du mal avec toutes ces choses là.
TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 27

Re: Comme un flahs en plein visage - FEAT ARTHUR | Mer 3 Mai - 18:27
 
Comme un flash en plein visage
Trente-deux ans ? Je n'ai même pas encore touché à mon thé que je sens que je m'étouffe déjà.. Ok. Malgré son accoutrement des plus ringards, il fait quand même plus jeune que trente-deux ans. Cela me met en mode PLS de facies et je le fixe avec de grands yeux. C'est donc un littéraire. Les littéraire sont souvent des personne mélancolique et rêveur et je suis sûr qu'il ne déloge pas à la règle. Je suis malgré tout complètement focalisée sur ses yeux. Ils sont d'une couleur que je n'ai encore jamais vu.. Des nuances doré et de miel avec quelques touches de vert. Quand il me regarde il semble comme à moitié ailleurs mais tout en me captant tout à fait. Où est-ce le manque de drogue qui me fait dire cela ? Je me rend compte que je le dévisage et prend alors ma tasse de thé. Je finis par me brûler avec et pousse un cris. Bravo Keira, comment te faire remarquer en une leçon.

Je pose ma tasse et grimace en mordant ma langue comme si la douleur allait passé comme ça. Je prend donc une verre d'eau et le bois en soupirant de soulagement quand la fraîcheur vient apaiser ma langue endolori. Je relève donc mon visage vers Arthur qui semble m'observer en attendant que j'ai finis de gesticuler comme une débile à cause de la douleur. Ok donc il me dévisage, c'est gênant et peut-être un peu tordu. Mais non Keira, pourquoi tu vois toujours le mal partout ? Tu es assise en face de lui, logique qu'il te regarde, il va pas regarder le voisin. Je suis vraiment conne des fois. Je souris gênée et je sais même pas si ce sourire ressemble à quelque chose tellement c'est nouveau pour moi. Tout comme la sobriété.. je ne suis pas encore à l'aise et je dois prendre des médicatements tous les jours et avoir une hygiène de vie impeccable pour que toutes ces années de drogue et d'alcool dégage totalement de mon organisme. Le médecin m'a dit qu'il était pas impossible que mon foi et mes reins soient trop atteint et que je devrais consulter un spécialiste à l'hôpital quand je serais en forme..

Génial. Vraiment génial.. C'est quand on tu décides d'avoir enfin une vie normal qu'on t'annonce que potentiellement ton corps risque de pas suivre. Bref.. Je m'égare. La question d'Arthur me fait revenir à la réalité et je fronce les sourcils. Non mais qu'est-ce que ça peut lui foutre depuis quand on se connait. J'en ai assez eut des interrogatoires putain.. Non mais Keira tu vois pas qu'il s'intéresse simplement à toi ? Il discute c'Est-ce que font les gens normaux. Et voilà que je me parle intérieurement à moi-même. Je suis devenue folle.. Peut-être que c'est pour ça que j'ai commencé à boire et fumé en fin de compte, pour enterrer la folle en moi ? Non je divague. Je divague et je met encore trois heures à répondre.. Je secoue la tête et rougis un peu gênée.. Ok pourquoi je rougis ? Il va penser que je le trouve mignon … mais après tout, en y repensant.. Il est vraiment mignon. Nan mais Keira arrête !! :

"Heu.. Depuis le collège... un peu près. Mon frère étaient dans une bande, je traînais avec aussi et Eva est devenu ma meilleure amie et sa meilleure amie aussi donc.. Voilà."

Parler de mon frère.. D'habitude ce n'est pas une chose facile pour moi. J'ai tellement longtemps cru qu'il était mort d'une overdose.. C'Est-ce qui m'a détruite et m'a fait sombrer davantage jusqu'à devenir une pute. Pour finalement apprendre qu'il est toujours en vie et qu'il s'est bien foutu de nos gueule durant toutes ses années. Je regarde dans le vide, frissonnant et mon regard se fait mélancolique. Faut toujours que ce genre de chose revienne me hanté. Voilà. Je sais pas être normal, la preuve.. Tout ce dont je parle me rappelle la merde dans laquelle je vivais :

"J.. Je devrais m'en aller..je... " dis-je en me levant, le regard perdu

Ce type finira bien par apprendre pas X ou Y que j'étais une pute. Il finira par voir que je suis casser de l'intérieur même si j'essaie de le cacher car c'est ma nature profonde. Je devrais faire ce que je sais faire le mieux. Fuir.. Rejeter le monde entier.. Sur mes lèvres, je veux dire "désolée" mais aucun son ne sort ou presque aucun..
roller coaster


_________________


IL Y A TOI A QUI JE NE CESSE DE PENSER. IL Y A TOI QUI A SU ME SAUVER. IL Y
A TOI QUE JE PEUX EMBRASSER. IL Y A TOI QUI SAIT M'ENLACER. IL Y A VOUS MES HOMMES QUE JE SAIS AIMER.— Clarice Lispector.


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
http://beforeanyoneelse.1fr1.net/t793-arthur-connor-eddie-redmay
Arthur Connor
Tragi-comédie.

J'ai débarqué à Londres le : 22/04/2017 et j'ai déjà raconté : 292 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Eddie Redmayne Sur le forum je suis aussi, : Raphaël de Cambridge - le Prince extravagant
rides et tu dois savoir que je suis : en couple avec elle, mais cela suffira-t-il pour nous sauver de nos angoisses?
Répertoire des récompenses

TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 14

Re: Comme un flahs en plein visage - FEAT ARTHUR | Jeu 4 Mai - 0:24
Comme un flash en plein visage.


J'avais l''impression qu'avant de me répondre, Keira se disait plein de choses. Est-ce que je la gênais en quelque chose? J'en étais alors désolé, je voulais juste être amical et à la limite lui proposer d'être son ami. Elle m'intriguait, le peu que je savais sur la jeune brune me donnait envie d'en savoir un peu plus, bien sûr sans dépasser les limites, je n'étais pas de ce type de mec assez lourd qui demandent des infos aux filles pour les ramener chez eux. Je voulais apprendre à connaître les amis d'Eva. Je n'arrivais pas à changer d'endroit où poser mon regard. J'avais un certain mal à ne pas observer son visage, je ne savais pas réellement pourquoi mais il m'attirait, ses yeux, ses cheveux, ou que sais-je encore? Je balada alors mon regard entre son visage et ma tasse de café pour éviter de la gêner d'avantage.

Keira se mit alors à rougir à un moment, à quoi pouvait-elle bien penser pour rougir ainsi, même si c'était léger? Je ne changea pas d'expression pour ne pas la perturber encore plus.
La jeune femme me raconta assez brièvement sa rencontre avec mon ancienne élève. Cependant quand elle cessa de parler, elle eut comme un frisson et son regard s'était alors perdu sur quelque chose d'invisible. Je fronça légèrement les sourcils. Je me doutais qu'elle avait du mal à revivre normalement mais que lui arrivait-il à ce moment-ci?
Keira s'était levée, semblant perdue. Elle n'avait pas le regard fixé su quoi que se soit, et je dois avouer que cela m'inquiète un peu. La jeune femme semblait vouloir me dire un mot mais elle ne produit aucuns sons. Je me leva alors et la regarda avec un air compatissant.

Je... J'ai fais quelque chose de mal? Si c'est le cas j'en suis, je en veux pas te mettre dans une situation où tu ne te sens pas à l'aise.

Bravo Arthur, tu avais une chance de te faire une ami et tu l'intimides au point au qu'elle veut te fuir. Je réussis à capter son regard dans le mien. Bizarrement, celui-ci m'attirait. Ce regard perdue était comme une sorte d'appel à l'aide, du moins cela était mon impression. Je me mordais la lèvre inférieure, démontrant ainsi que j'étais déçu de moi.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
I love every parts of you

Even the scars.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Keira S. Murphy
Tragi-comédie.

J'ai débarqué à Londres le : 15/10/2016 et j'ai déjà raconté : 564 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Kaya scodelario. Sur le forum je suis aussi, : Pas encore.
rides et tu dois savoir que je suis : en couple.. dans une relation.. j'ai encore du mal avec toutes ces choses là.
TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 27

Re: Comme un flahs en plein visage - FEAT ARTHUR | Mer 10 Mai - 22:27
 
Comme un flash en plein visage
Mais qu'est-ce qu'il me prend de parler si facilement avec un parfait inconnu. Ce n'est pas moi ça. Non moi j'envoie chier les gens qui me posent des questions et je me renferme comme une huître... alors pourquoi tout me semble si facile. Je n'aime pas ça.. Je n'aime pas être sobre et je sais que j'ai promis de ne plus recommencer et je ne veux pas recommencer car j'ai appris que je tenais à la vie et j'y tiens réellement. Mais ressentir des choses, ne serait-ce que repenser à mon frère, revivre le passé et même songer au début de notre amitié avec Everest... toutes ces émotions qui semblaient si futiles dans mes états seconds semble décupler depuis que mon cerveau et mon corps remarchent de nouveau comme il faut.. J'inspire et expire, lourdement et lentement en ne quittant pas le regard vers ambré de cet homme de lettre en face de moi. Je ne sais pourquoi je ressens ce frisson et cette attraction en moi. Je me sens à l'aise avec lui et je ne le veux pas.. Enfin si, cela ne me dérange pas. Ce n'est pas une bonne chose de se faire de nouveaux amis.. Non je ne sais pas.. Je suis perdu.

Prise dans ma panique je me lève en me disant que je ne peux de toute évidence pas être normal puisque mes pensées noires ne cessent de revenir me hanté. Je regarde dans le vide, presque tristement et je lui dis que je devrais m'en aller, mais.. Je ne bouge pas. Je n'arrive pas à bouger. Je suis trop occupés à réfléchir à milles et une raison de le fuir. Si nous devenons amis, il finira par apprendre quelle fille je suis vraiment.. On finira par lui dire dans les détails la pute que j'étais, comme j'étais doué... la droguée que j'étais et comme je ne vivais que pour la déchéance.. Et puis.. On ne peux pas devenir amis. Je le vois bien.. Je le sens quand je croise son regard. Je suis trop fragile.. Eva me l'a toujours dit et l'alcool et la drogue me permettait d'étouffer ma sensibilité. Je m'attache trop vite.. Et si je sais maintenant que je le trouve charmant.. Que je trouve séduisant.. Je prend le risque en l'approchant de trop près de souffrir de m'attacher trop vite..

J'ai faillit le faire avec Gary.. Suis-je prête à prendre ce nouveau risque. Je relève les yeux vers lui. Il se lève et capte mon regard. Je sens sa gentillesse et son altruisme dans sa façon de me parler. Je ne veux pas qu'il pense que c'est sa faute. Non c'est la mienne.. J'ai trop peur de vivre. Je trop peur de fâner ce qu'il y a de plus beau lui. Je ne sais faire que cela.. Et.. Je vois dans ces yeux.. C'est si beau et pure. Il ne doit voir dans mon regard que la nécrose de ma propre âme. J'inspire profondément.. J'aimerais pouvoir encore cacher ce que je ressens.. Avoir l'air neutre. Mais je n'y arrive pas. Je dis alors difficile:

"Tout ceux qui on le malheur de m'approcher finissent pas souffrir.. Je.. Je ne veux pas que vous perdiez votre.. " j'inspire : "Vous êtes quelqu'un de bien.. Cela se voit."

Je baisse le regard.. Une larme se glisse sur ma joue et rejoint mon menton. Puis je relève mes yeux vers lui et je dis avec la plus grande sincérité et en pesant chacun de mes mots, l'air impassible, comme si ces mots étaient la seules vérité que je connaisse.

"Vous êtes trop bien pour une fille comme moi"

Je sais qu'il peut prendre cette phrase dans un sens ou dans l'autre.. Et je ne suis même pas sûr que ce soit une mauvaise chose.. Car c'est indéniable. Je l'ai su la première fois que je l'ai croiser en prison.. Ce type me plaît. Ça me fout une peur bleue.. Mais c'est la vérité. Il me plaît. Mais même en tant qu'ami.. Ces mots... je les pense.
roller coaster

[/quote]

_________________


IL Y A TOI A QUI JE NE CESSE DE PENSER. IL Y A TOI QUI A SU ME SAUVER. IL Y
A TOI QUE JE PEUX EMBRASSER. IL Y A TOI QUI SAIT M'ENLACER. IL Y A VOUS MES HOMMES QUE JE SAIS AIMER.— Clarice Lispector.


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
http://beforeanyoneelse.1fr1.net/t793-arthur-connor-eddie-redmay
Arthur Connor
Tragi-comédie.

J'ai débarqué à Londres le : 22/04/2017 et j'ai déjà raconté : 292 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Eddie Redmayne Sur le forum je suis aussi, : Raphaël de Cambridge - le Prince extravagant
rides et tu dois savoir que je suis : en couple avec elle, mais cela suffira-t-il pour nous sauver de nos angoisses?
Répertoire des récompenses

TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 14

Re: Comme un flahs en plein visage - FEAT ARTHUR | Jeu 11 Mai - 0:55
Comme un flash en plein visage.


Plus mon regard s'attardait sur elle, plus je la voyais comme paniquée. Cependant je n'avais aucun indice sur ce qui la mettais dans cet état. Je voudrais tellement comprendre pour pouvoir l'aider. La voir ainsi me fendait le coeur, je me rendis compte que j'avais cette même sensation que la première fois que je l'avais aperçu lors d'une visite pour voir Eva en prison. Ce sentiment d'aise que je n'avais pas forcément avec n'importe qui, cette envie de lui parler, et même de la voir sourire. Je ne sais pas d'où vient ce sentiment mais il était assez agréable et il ne semblait apparaître qu'en présence de Keira. Était-ce de la simple attirance ou plus? Je devais aussi me dire qu'elle m'attirait tout de même et me plaisait physiquement, la différence d'âge ne me semblant pas si importante que ça. Je voyais dans ses yeux une profonde détresse, un appel à l'aide constant, ce qui me serra le coeur. Mais se sont ses mots qui eurent un effet immédiat sur moi.

Keira... Je n'ai plus rien à perdre et.. Je vois bien que tu souffres de quelque chose intérieurement, laisse moi t'aider.

Quand je vis la larme couler sur sa joue je voulais la serrer dans mes bras pour la consoler mais ne sachant pas comment elle allait réagir j'évita de le faire. Je pris la serviette que j'avais reçu avec mon café et que je n'avais pas utilisé et je lui tendis pour qu'elle efface cette traînée de perles salées présente de sa joue à son menton.
La suite de ses mots me firent l'effet d'un coup autant au coeur qu'à la tête; la sincérité qui s'était dégagé de ceux-ci arrivait à me toucher.

Ne dis pas ça. Je ne suis trop bien pour personne. J'ai tant perdu et je ne suis plus rien, donc si t'aider peut redonner un peu de sens à mon errance ici je t'aiderai et t'offrirai une épaule sur laquelle te reposer et une oreille attentive à tes doutes et tes craintes.

Les mots qui étaient sortis de ma bouche montraient bien ma profession mais présentaient également la présence d'importante de sincérité en eux. C'était à peu près les même mots que j'avais accordé à Eva mais avec ma petite soeur de coeur, vu sa situation, je ne pouvais que lui parler au parloir durant de rares occasions. Avec Keira qui était libre j'avais de plus amples moyens de lui venir en aide.

Je vois bien que tu es effrayée, mais s'il te plait... N'aie pas peur de moi.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
I love every parts of you

Even the scars.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Keira S. Murphy
Tragi-comédie.

J'ai débarqué à Londres le : 15/10/2016 et j'ai déjà raconté : 564 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Kaya scodelario. Sur le forum je suis aussi, : Pas encore.
rides et tu dois savoir que je suis : en couple.. dans une relation.. j'ai encore du mal avec toutes ces choses là.
TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 27

Re: Comme un flahs en plein visage - FEAT ARTHUR | Jeu 11 Mai - 22:24
 
Comme un flash en plein visage
Laisse moi t'aider dit-il. Mais qui peut m'aider ? Et est-ce que je veux de l'aide ? Je ne veux pas qu'il me prenne en pitié. Je me sens ridicule, je me donne en spectacle. Même si personne ne nous regarde. Pourquoi je ne peux simplement pas être normal et sourire en racontant ma vie et le train train quotidien ? Car mon passé est trop lourd à porté et je n'ai rien d'autre à raconter que ma vie misérable et ce que je suis qui est encore plus misérable que le reste. Je n'arrive pas à le quitter des yeux.. Est-ce que j'ai envie d'être aider..? Non... est-ce que j'ai envie qu'IL m'aide ? … Je ne trouve de réponse à cette question. Je ne sais pas si j'ai envie d'être aider. Peut-être ai-je envie de m'aider moi-même. Mais peut-être laisser quelqu'un me tendre la main serait une bonne chose pour moi.. Non ? Je ne trouve de réponse à mes questions. J'ai la tête prête à exploser. Une larme coule sur ma joue alors que je me dénigre encore une fois.. Comme toujours. Je ne me vois pas comme une belle personne.. Ni sur le plan psychologique, mentale ou même physique. Je ne me vois pas comme une fille intelligente malgré mes connaissances en littérature et avoir eut mes diplômes avant de me faire virée.. Je sais tout ça.

Je sais que je suis là, que j'ai gâcher ma vie. Et que j'essaie de réparer les choses. Mais je n'ai pas envie de chuter de nouveau.. Si je prend le risque de remonter la pente j'ai peur de tomber et d'emporter quelqu'un dans ma chute. Cet homme semble si humble, bienveillant et formidable. Si bien que je me sens déjà si proche de lui et que je ne veux pas le compter dans ma vie. En réalité je passe pour une égoïste mais je ne le suis pas.. Car je suis certaine de faire le bien en épargnant au monde mon amitié et ma sympathie. Mais je le suis malgré tout car je refuse de prendre le risque de m'attacher.. De souffrir et d'avoir le cœur briser en devant dire adieu de nouveau. Je ne sais pas... tout se confond dans ma tête. Même sans drogue et sans alcool.. Cela reste le chao là dedans. C'est pourquoi comme toujours je dis ces mots.. Ces mots que j'ai tant de fois dis et que je continue toujours à penser. Mais je vois dans son regard que ces mots semble avoir un effet sur lui qui me laisse sans mots.

Ce qu'il me dit ensuite me glace le sang tout en me réchauffant le cœur. Ce cœur que je croyais éteins et sans vie depuis si longtemps si ce n'était pour la souffrance. Mais je le sens si brisé lui aussi.. Je sens dans le poids de ses mots un passé tumultueux et douloureux. Je vois.. Je vois et je ressens. Je n'arrive pas à repousser ces sentiments et je ne le veux pas. Non je veux les laisser me pénétrer. Je veux être vivante et je me sens vivante.. Je me sens vivante et même si je suis morte de trouille je continue à l'écouter en le regardant d'un air soudainement plus triste et complice. Je ne sais pas quoi dire. Je ne sais pas quoi faire. Je ne veux pas qu'il m'aide.. Je ne veux pas qu'il m'aide car je veux être la seule à pouvoir me guérir. Dépendre de quelqu'un serait pour moi une faiblesse. Mais dans une sens, je sens que pour lui.. Aider les autres semble l'aider lui-même. Peut-être à ne pas se pencher sur les fantômes de son passé tout comme je le faisais en ne parlant jamais de moi.. Ce que je fais toujours. Ce qu'il finit par dire me fait frissonner et tout en me rasseyant lentement, je dis d'une voix faible, le regard dans le vide :

"Ce n'est pas de toi que j'ai peur...mais de moi-même"

Je relève mon regard vers lui qui est toujours debout. Je viens de le tutoyer.. Comme si nous venions de briser un mur, une glace.. Dans ce regard que je viens de lui lancer, nos deux yeux plongés les uns dans les autres semblent créer en un instant un lien que je ne saurais encore définir. Je ne sais pas quoi dire encore mais je sais maintenant que je n'ai plus envie de fuir; plus envie de partir.. J'ai envie de le connaître. Non pas qu'il m'aide mais être simplement.. Moi. Même si je ne sais pas ce que cela veut dire. Qu'est-ce que c'est "moi" je ne sais pas encore. Mais je veux le découvrir et je veux.. Je veux en apprendre plus sur cet homme.. Je.. Je veux ne pas avoir peur de penser qu'il est beau et que son regard me transperce en plein dans l'âme. J'inspire et soupire en laissant retomber mes épaules. J'attends qu'il se rassit en face de moi et nos regards ne se quitte pas, comme si plus rien ne bougeait autour de moi. Je me passe la main dans les cheveux et dit alors, presque à mi-voix :

"Je suis assez douer pour.. Tout gâcher. En général" dis-je comme pour commencer.

Il faut bien commencer quelque part.. Mais je ne veux pas être la seule. Lui aussi semble avoir besoin de faire un pas. Un pas dans quoi.. Je l'ignore. Mais je peux peut-être y faire quelque chose.  
roller coaster


_________________


IL Y A TOI A QUI JE NE CESSE DE PENSER. IL Y A TOI QUI A SU ME SAUVER. IL Y
A TOI QUE JE PEUX EMBRASSER. IL Y A TOI QUI SAIT M'ENLACER. IL Y A VOUS MES HOMMES QUE JE SAIS AIMER.— Clarice Lispector.


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
http://beforeanyoneelse.1fr1.net/t793-arthur-connor-eddie-redmay
Arthur Connor
Tragi-comédie.

J'ai débarqué à Londres le : 22/04/2017 et j'ai déjà raconté : 292 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Eddie Redmayne Sur le forum je suis aussi, : Raphaël de Cambridge - le Prince extravagant
rides et tu dois savoir que je suis : en couple avec elle, mais cela suffira-t-il pour nous sauver de nos angoisses?
Répertoire des récompenses

TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 14

Re: Comme un flahs en plein visage - FEAT ARTHUR | Sam 13 Mai - 0:14
Comme un flash en plein visage.


Je me doutais qu'elle avait dû avoir un passé assez douloureux. Eva ne m'en avait pas parlé en détails mais elle m'avait énoncé le fait que certains choix de Keira aurait pu me paraître mauvais. Cependant quelque chose en moi me disait que derrière ce sombre passé, il restait encore un espoir pour la jeune fille d'avoir une vie meilleure.

Cela pouvait paraître ironique venant de ma part, moi ayant vécu un véritable naufrage. J'ai même frôlé la même quelques fois, sans m'en rendre compte dans certains de ces cas. Même je tentai de sortir de cette situation avec l'aide d'un psy, de ma famille, mes amis, un groupe qui rassemblent de nombreuses personnes dépressives ou bien l'alcool et la cigarette; j'avais été à deux doigts de tomber dans les drogues pour tenter de me sentir mieux mais je n'avais jamais réellement tenté par celle-ci. On pouvait alors se dire "Whoa quelle ambiance dans la vie d'Arthur Connor, un vrai récit digne d'un roman noir", mais bon il vaudrait alors avouer que c'est en parti vraie. C'est sûrement ça qui a dû repousser mes amantes d'un soir. Personne ne s'attache ou n'aime réellement un écrivain tourmenté par des tragédies digne d'un film d'auteur français assez kitsch. Je me disais ça avec beaucoup d'ironie mais au fond j'étais brisé mais aussi dans l'attente d'un "médecin", pas dans le sens générique.

En ce qui concernait Keira, comme j'avais perçu dans son regard une once de détresse je m'étais alors dit qu'en me rapprochant un peu d'elle, en la connaissant un peu mieux j'aurai pu tenter de sauver l'un de nous deux. Et puis... Peut-être aider une autre personne m'aidera à relativiser ou bien à remonter, même doucement, la pente raide qu'était ma vie.

Ce qu'elle me répondit me fit légèrement froncé les sourcils. Peur d'elle-même? Ce que me cachait Eva à propos d'elle était si grave que cela? Je ne répondis pas et la laisse alors enchaîner. Ces mots m'avaient fait comme un pique au coeur. Pourquoi Keira était si pessimiste à propos elle-même. Il ne fallait pas qu'elle ressente les choses ainsi, elle était encore jeune, la vie lui réserverait encore de nombreuses surprises plus ou moins bonnes il faut être honnête.

Gâcher? Si cela peut vous rassurer, je pense que je suis dans le même cas. J'ai gâcher beaucoup de choses durant mes trente-deux années d'existences. J'ai perdu deux personnes qui m'étaient chers et j'ai du mal à remonter.

Peut-être n'aurais-je pas dû dire ça maintenant. J'allais sûrement la faire fuir, comme toutes les autres avant elle. J'étais doué pour repousser les personnes qui m'attiraient. Oui il est vrai elle me plait et c'est pour ça que je veux comprendre la raison de son attitude. Je remarqua alors que les clients du café nous fixait. Voyant que cela affecterait Keira, je paya alors les boissons et pris la main de la jeune fille pour l'emmener dans un coin plus à l'écart de la population. Bien sûr nous étions toujours dans l'enceinte du centre commercial, mais nous n'étions pas ou peu visibles des autres passants. Je lui lâcha la main rapidement, ne sachant pas comment la jeune femme allait réagir.

Désolé, tu peux continuer de raconter ce que tu étais en train de dire.

Je prêta alors attention à son discours une nouvelle fois.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
I love every parts of you

Even the scars.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Keira S. Murphy
Tragi-comédie.

J'ai débarqué à Londres le : 15/10/2016 et j'ai déjà raconté : 564 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Kaya scodelario. Sur le forum je suis aussi, : Pas encore.
rides et tu dois savoir que je suis : en couple.. dans une relation.. j'ai encore du mal avec toutes ces choses là.
TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 27

Re: Comme un flahs en plein visage - FEAT ARTHUR | Lun 15 Mai - 20:53
 
Comme un flash en plein visage
Il est vrai que j'ai une certaine facilité à me dégrader. Je ne me considère pas comme une fille bien... je ne me vois pas comme une nana extraordinaire ni comme quelqu'un d'à part. Je ne me vois même pas comme quelqu'un d'ordinaire en faire. Je ne suis rien d'autre qu'un déchet qui essaie de devenir un peu moins misérable. J'en ai assez de me lamenter et me complaire dans ma merde. Depuis que j'ai tenter de me suicidé, d'où les bandages aux poignets. Je me rappelle de ce moment, ce moment où je n'ai pu me lever de mon lit.. Pire, j'ai juste simplement essayé de cligner des yeux mais je n'en avais plus la force. C'est la fille qui partageait ma cellule qui a hurlé et me voilà chez les vivants en me rendant compte aujourd'hui comme je suis heureuse de pouvoir cligner simplement des paupières. Je sens encore le manque de l'alcool en moi et heureusement je me dis que j'ai toujours la cigarette.

Plus rien à perde dit-il.. À son âge ? Je me sens comme plus proche de lui. Je ne saurais expliquer pourquoi, ni comment et cela me fait étrange. Cette sensation s'emparant de moi, chatouillant mon ventre et me procurant une chaleur douce qui détend mes muscles, est une sensation tout à fait nouvelle. Et je ne déteste pas. Je ne peux détacher mes yeux des siens. Ils ont une profondeur et quelque chose que je n'avais encore jamais vu chez quelqu'un et leur couleur est aussi totalement unique. Mais dans mon regard, je ne suis pas sûr qu'on puisse encore y percevoir quelque chose de beau.. Je suis trop brisée.. Je gâche toujours tout et je le dis avec conviction.. Car c'est la vérité. Ce qu'il me répond me laisse perplexe car je ne m'y attendais pas. Bien que beaucoup aurait pu me dire la même chose, je sens dans sa voix sa sincérité cachant un lourd passé que je perçoit avec clairvoyance.. Comme si nous étions connecter, quelque part.

"Je... "

J'allais dire que j'étais désolée. Et je veux aussi en apprendre plus.. Mon visage, alors que ces mots se suivait se déformait de plus en plus par la stupeur et la tristesse. Mais je sens sa main prendre la mienne et je ne sais pas s'il l'a ressentit également, mais je ressens à ce contact un frisson qui viens parcourir mon corps et me fait l'effet d'un choc électrique en plein de ventre. Je regarde sa main dans la mienne alors que je saisis mon sac au passage alors que nous quittons le café.. POurquoi partir, si précipitamment. Nous marchons un peu, quelques instant.. Je ne sais pas en réalité. Je suis derrière lui et regarde nos deux mains l'une dans l'autre entre nos deux bras tendu. Il passe entre les gens sans les regarder et ne s'arrête que lorsque nous sommes à l'écart seuls. Vraiment seuls. Il me fait face alors et je tourne la tête pour voir les gens passé sans nous voir. Il lâche alors ma main, presque subitement et cela me ramène à lui. Il parle et j'ouvre de grands yeux.. Il nous a écarté pour que je ne me sente pas mal à l'aise.. J'en suis sûr.

"Un coup tu me tuetois.. Un coup tu me vouevois. Je vais finir par croire que c'est toi le moins à l'aise de nous deux"

Je me détends presque subitement et sourit alors, amusé par la situation. Il sourit à son tour et je croise son regard.. Nous finissons par rire presque en même temps.. Un petit rire, pas un éclat mais suffisamment pour briser la glace. Je me rend compte alors que je ne respirais presque plus depuis le début de cette rencontre. Et maintenant que je le vois rire, je respire et.. Je me rend compte que je n'avais ni souris ni ris depuis si longtemps.. Je ne me souviens même plus quand c'était la dernière fois. Le rire s'apaise et je me râcle la gorge, regardant le sol et mon sourire disparais. Mon regard se pose sur mes poignets et je remonte mon regard vers lui.. Il me plaît. Ce type me plaît et.. Je crois que j'ai envie de le revoir. Mon regard et mon visagr redevient le même, sans réel expression que le doute, l'incertitude et une peur constante.. Mais mélanger à une mélancolie qui s'en trouve apaisé par la présence d'Arthur :

"On pourrait commencer par... évité de parler du passé et.. Essayer d'être normal ? T'en pense quoi ?" Dis-je en haussant les épaules.

Je lui propose un rencard ? Peut-être je sais pas. Je suis timide ? On dirait bien ? Je regard ailleurs et je joue avec un bracelet en le regardant d'un air un peu maladroite. Tu me plais. J'ai envie de lui dire ça. J'aimerais qu'on se revoit un de ses jours.. J'ai envie de lui aussi. Tu es craquant et je suis qu'une sombre idiote incapable d'être normal. Mais peut-être qu'il peut m'apprendre. Non ? Je relève mon regard vers lui.. Peux-tu m'apprendre ? Cette demande se lit sur mon visage... et tant d'autre chose. Face à face, debout ainsi.. J'ai l'impression de ne plus entendre le son autour de moi, la musique, les gens qui parlent et marchent. C'est con, on se connaît à peine. Mais... j'ai envie de le connaître. Et ça c'est une première.
roller coaster


_________________


IL Y A TOI A QUI JE NE CESSE DE PENSER. IL Y A TOI QUI A SU ME SAUVER. IL Y
A TOI QUE JE PEUX EMBRASSER. IL Y A TOI QUI SAIT M'ENLACER. IL Y A VOUS MES HOMMES QUE JE SAIS AIMER.— Clarice Lispector.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Re: Comme un flahs en plein visage - FEAT ARTHUR |
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: And last night you were in my room :: Saison une. :: scènes-
Sauter vers: