Revenir en haut Aller en bas



 
Bienvenue sur le forum Invité <3
Before Anyone Else a ouvert ses portes le 14 octobre 2016.
Fais connaître toi aussi le forum pour avoir plus de jolis coeur dans notre famille.
BAE A UN AN ! JOYEUX BAEVERSAIRE !

Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tragédie

avatar


Eva J. Lawson
Tragédie
J'ai débarqué à Londres le : 27/10/2016 et j'ai déjà raconté : 1534 mensonges. Je ressemble à : Lily Collins. Sur le forum je suis aussi, : Annabella Kelly Grimaldi et Skyla Rose Connor.
rides et tu dois savoir que je suis : assez libre niveau partenaire sexuelle tant que ce sont des hommes
Mes petits secrets bien gardés: : 842

MessageSujet: Hold on.   Sam 15 Avr - 2:16



◈ hold on.
e v e r e s t. l a w s o n. a n d. a d a m. c h a m b e r s


Que dire de plus ? J’avais tout perdu. J’en avais fait un tas de connerie, j’en avais fait un tas de méchancetés, j’avais tellement détruit des choses, j’avais tellement détruit des personnes que ce soit des proches ou des inconnus, des personnes que j’aimais ou que je haïssais même ceux pour qui je ne ressentais rien… Je les avais tous traiter de la même manière. J’en avais fait des choses, mais j’étais condamné pour quelque chose dont je n’étais responsable, où pour une fois, j’étais innocente.

Et franchement ? Cette nouvelle vie n’était pas mieux, elle était épuisante, elle était rude. Que ce soit physiquement ou psychologiquement. Je n’ai jamais réellement était appréciée, on va dire que j’avais toujours fait en sorte de repousser tout le monde, les seuls qui restaient n’étaient que des masochistes qui avaient besoin de leur doses de cruauté. Alors évidemment, ici je n’étais pas non plus très aimée. Assez respecter néanmoins par quelque uns.

Mais avoir pour sœur un flic qui en a mis beaucoup en prison, m’avait pas facilité la tâche niveau intégration. Cependant, je n’avais pas peur de souffrir, je n’avais pas peur de me battre et de faire du mal, je n’avais pas peur de la mort et tout autre torture physique. Je supportais assez bien la douleur, j’étais dur au mal comme on dit. Je savais très bien que mon arrivée allait changer des choses dans cette prison, foutre le bordel. On sera soit à mes côtés ou soit contre moi et franchement, au vu de l’état que j’ai mis une des prisonnières.

Pour ma défense, c’est elle qui avait commencée… Elle ne s’en est juste pas prise à la bonne personne, toutefois, elle m’avait bien amochée également, je ne pouvais pas le nier. En tout cas, j’étais capable de marcher pour aller à l’infirmerie et pas elle. Dommage. Une fois arrivée, deux médecins arrivèrent alerter, le premier pris mon adversaire me regardant de manière désapprobateur, je haussai les épaules. Je tournai donc la tête vers le médecin qui allait s’occuper de moi.

_________________

She's got a bad reputation
Nobody gets too close
a sight of a soul when it's breaking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Hold on.   Sam 15 Avr - 10:06



◈ hold on.
e v e r e s t. l a w s o n. a n d. a d a m. c h a m b e r s


Quelques années déjà qu'Adam travaillait à la prison du comté et il appréciait son travail. Il avait l'impression de se sentir utile malgré le fait que ce qu'il faisait très peu de médecin acceptait de le faire. Adam avait bien conscience que ça pouvait même être mal vu, la plupart des gens pensaient qu'être médecin dans ce genre d'endroit était un sous classement, une sorte de punition mais ce n'était pas du tout le cas. C'était un choix et c'était le choix d'Adam en particulier. Son père lui en voulait encore pour ce choix mais peu importe Adam vivait pour lui et pas pour son sénateur de père. Bien entendu il ne fallait pas le crier sur tous les toits mais Adam s'en fichait, peu importe sa réputation, il était un bon médecin et faisait donc de son mieux pour aider ces gens parce que c'était son travail.

Certains jours sont plus calmes que d'autres et aujourd'hui c'est un jour d'exception. Une bagarre, ça a commencé par une bagarre et deux prisonnières sont amenées à l'infirmerie. Adam laisse son collègue prendre la plus mal en point, tout simplement parce qu'il est le premier sur les lieu et qu'Adam arrive en second. Lui, n'a donc pas d'autre choix que de s'occuper de la seconde. Il se fiche de savoir qui elles sont, ce qu'il veut c'est faire son travail. Il s'approche donc de la jeune femme, une nouvelle apparemment puisqu'il ne l'a encore jamais vu à l'infirmerie, pourtant il l'a déjà vu plusieurs fois par la fenêtre lorsqu'il observe la cours intérieur de la prison. Car ils ont une belle vue sur la cours intérieur et c'est quasiment leur seul distraction quand il n'y a rien à faire. Adam la trouve aussi fascinante de près que de loin, seulement là elle a besoin de soins. Elles se sont battu comme des tigresses à en voir les contusions sur leurs visages.

"- Je suis le docteur Lawson, je vais m'occuper de toi."

Adam ne fait pas spécialement attention au fait qu'il la tutoie, il fait comme ça avec tous les prisonniers qui sont ses patients, c'est devenu une habitude. Espérons juste que ce n'est pas une forte tête et qu'elle ne va pas lui faire payer sa familiarité.

"- Dit moi où tu as mal."

A part les contusions visibles sur son visage, il a besoin de savoir si elle souffre autre part, sinon il va devoir lui faire un petit examen et donc forcément la toucher, sinon il ne pourra pas voir par lui même si elle souffre aux côtes ou ailleurs. Un mauvais coup peu laisser de très mauvaises séquelles et si besoin il lui fera passer une radio. Ils n'ont pas grand chose dans l'enceinte de la prison, le stricte minimum mais en général c'est suffisant.
Revenir en haut Aller en bas
Tragédie

avatar


Eva J. Lawson
Tragédie
J'ai débarqué à Londres le : 27/10/2016 et j'ai déjà raconté : 1534 mensonges. Je ressemble à : Lily Collins. Sur le forum je suis aussi, : Annabella Kelly Grimaldi et Skyla Rose Connor.
rides et tu dois savoir que je suis : assez libre niveau partenaire sexuelle tant que ce sont des hommes
Mes petits secrets bien gardés: : 842

MessageSujet: Re: Hold on.   Sam 15 Avr - 16:29



◈ hold on.
e v e r e s t. l a w s o n. a n d. a d a m. c h a m b e r s


J’avais la vie complètement gâché. Bon, il est vrai que je n’avais jamais réellement eu une vie comme les autres, pratiquement aucun moment joyeux et pratiquement pas de famille. Est-ce que c’était moi ou bien était-ce à cause de l’enfance que mes parents, que ma mère m’a fait subir. Cependant, j’étais en prison pour toute ma vie maintenant, et avec de la chance je pouvais sortir au bout de 25 ans si j’avais une conduite exemplaire. J’étais mal barré. J’avais seulement 21 ans et j’avais une peine plus vieille que ma propre existence.

Je ne savais pas ce que je ressentais à vrai dire. J’étais vide, j’étais comme morte intérieurement, depuis ce jour, ce jour où j’entendis le mot qui avait tout changer dans ma vie « Coupable ». Mon cœur s’était fermé et je ne ressentais plus rien et je me dis d’un côté que ce n’était pas plus mal au vue de ma nouvelle vie, j’avais déjà du monde qui voulait me voir, j’avais refusé toutes visites. C’était mieux que je ne les vois pas et c’était mieux pour eux qu’ils m’oublient, je n’apportais rien de bon aux autres de toute façon, j’avais juste des consignes à ma petite sœur concernant ce secret et cette charge que je gérais seule depuis que j’avais le chef de famille.

J’étais donc à l’infirmerie suite à une bagarre, j’étais pas mal amoché, mais celle qui m’avait emmerdé l’était plus que moi. J’avais appris à me battre depuis que j’étais toute jeune, j’avais grandie dans la rue, et la violence et la déloyauté je connaissais mieux que personne. A peine arrivé à l’infirmerie, ma concurrente sur un brancard fût emmenée dans une salle tandis que me remettait sous l’autorité du deuxième médecin. Je le regardai de haut en bas, je penchai la tête sur la côté, l’évaluant tandis qu’il me parlait, j’étais bien plus que méfiante.

Les gardiennes ayant marre me poussa pour me faire avancer, je me retournai vers elles, les regardant noir. Je n’étais pas leur chienne non plus. Je tendis le bras pour qu’elle m’enlève les menottes, ça m’énervais d’être attaché. Elles se regardèrent… Elles attendaient quoi ? Le médecin était deux fois plus que moi et ça se voyait qu’il avait pas mal de force pour me maîtriser et y avait d’autres gardiennes pas loin, je n’allais pas le tuer non plus. Il m’avait rien fait, je n’étais pas violente si on me cherchait pas, je passais la plus part du temps solitaire, parfois ma co détenue venait avec moi et d’autres personnes, mais dans la cours j’étais plus à observer les autres, le fonctionnement.

Après une brève hésitation, elles me détachèrent. On voyait la marque des menottes signe que je m’étais débattue, mes poignées étaient pas mal abîmés, elles me les avaient tellement serrées. Je me retournai vers le médecin et j’entrai dans son cabinet, loin de ses vipères. Je m’installai et je restai silencieuse tandis qu’il me parlait, je le regardai simplement. J’avais mal oui, mais pas physiquement, du moins, j’avais tellement pris l’habitude de faire abstraction de ce que je pouvais ressentir que même la douleur physique n’étaient que faible. Je ne dis rien, le visage fermé, je me contentai de le regarder.


_________________

She's got a bad reputation
Nobody gets too close
a sight of a soul when it's breaking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Hold on.   Lun 17 Avr - 11:37



◈ hold on.
e v e r e s t. l a w s o n. a n d. a d a m. c h a m b e r s


Adam connaissait une bonne partie des dossiers des prisonniers et prisonnières. Du moins, tout ce qui touchait au médical bien entendu, le reste, ça ne le regardait pas à moins qu'il ne le demande il n'avait pas à le savoir. La jeune prisonnière qu'on lui avait apporté semblait vouloir rester muette et il en avait l'habitude. Beaucoup réagissait comme ça en général à la vue d'un médecin, homme ou femme d'ailleurs. Certains parlaient mais en général il fallait leur arracher les mots de la bouche, les premières fois du moins.

"- Je vais devoir d'ausculter et si tu ne m'aiguilles pas, je vais devoir me débrouiller tout seul."

C'était une sorte d'avertissement, au moins elle saurait à quoi s'en tenir et n'aurait pas à lui jeter la pierre s'il faisait son travail. Avec son aide ça irait plus vite et surtout il irait droit au but et ça lui éviterait d'avoir à subir des trucs désagréable. Adam était professionnel en général, même tout le temps mais parfois on lui reprochait de l'être trop justement.

"- Je me contre fiche de savoir laquelle des deux à commencer. Je ne suis pas là pour te juger mais pour te soigner."

Bon au moins les choses étaient dites, maintenant à elle de voir si elle voulait continuer à jouer les muettes et à le prendre de haut. Mais Adam n'était pas son ennemie.

"- Allonges toi."

Et il lui fit un signe de tête pour lui montrer où elle devait s'allonger afin qu'il puisse faire son examen préliminaire et ensuite la soigner.
Revenir en haut Aller en bas
Tragédie

avatar


Eva J. Lawson
Tragédie
J'ai débarqué à Londres le : 27/10/2016 et j'ai déjà raconté : 1534 mensonges. Je ressemble à : Lily Collins. Sur le forum je suis aussi, : Annabella Kelly Grimaldi et Skyla Rose Connor.
rides et tu dois savoir que je suis : assez libre niveau partenaire sexuelle tant que ce sont des hommes
Mes petits secrets bien gardés: : 842

MessageSujet: Re: Hold on.   Mar 18 Avr - 16:49



◈ hold on.
e v e r e s t. l a w s o n. a n d. a d a m. c h a m b e r s


Je ne savais pas tellement ce que je ressentais en cet instant, peut-être que je ressentais tellement de chose que je préférais les enfouir et me persuader que je ne ressentais rien. C’était une bonne idée de garder la tête haute et ne pas me montrer faible. Car évidemment dans cette prison, si on se montrait faible cela en était fini de nous. Il fallait pas croire, je n’étais pas la plus dangereuse et la plus à craindre, oh non. Dans ses enceintes il y avait des folles, de vraies meurtrières qui ont fait des choses inimaginables, j’en étais très loin d’ailleurs.

J’étais dans cette infirmerie et le médecin était gentil et au fond cela faisait du bien, je crois que c’est la seule personne depuis des jours à s’intéresser à comment j’allais. Bien entendu, ce n’était pas réellement important pour lui, il était payé donc bien sûr ça rendait la chose moins bien attendrissant. Je le regardai et je ne répondais pas, je n’avais jamais aimée les médecins ce n’était pas maintenant que j’allais aimée, avec un peu de repos ça allait se faire, il fallait juste laisser le temps au temps qu’il puisse agir ce n’était pas compliqué.

Toutefois, je vis le placard, des boites de médicaments et des produits. Bien entendu, j’étais une junkie, je consommais régulièrement. Je n’étais pas dépendante, heureusement, mais instantanément, je me sentais attirer. Je fermais les yeux, je me rappelais la sensation de bien-être et de délivrance que la morphine me procurait. J’ouvris les yeux à nouveau et les posais sur le médecin, le regardant droit dans les yeux « ça va, je n’ai rien » Répliquais-je doucement et en souriant, un très mince sourire certes, mais ça en était un.

De toute façon, je n’étais pas connue pour mon côté chaleureux, loin de là. Je parlais peu, je souriais peu, c’était moi « Un peu de morphine et un peu de repos » Affirmais-je alors, en le décalant pour qu’il me laisse passé. Instinctivement, je me tenais un peu les côtes, comme je le disais, un peu de repos et de morphine. J’avais l’habitude, je n’avais pas le luxe d’avoir une assurance donc je n’allais jamais me faire soigner. Je me dirigeai vers les flacons qui m’attirait, que je connaissais très bien.


_________________

She's got a bad reputation
Nobody gets too close
a sight of a soul when it's breaking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Hold on.   Jeu 20 Avr - 17:14



◈ hold on.
e v e r e s t. l a w s o n. a n d. a d a m. c h a m b e r s


Si ça peut peu lui faire plaisir de dire qu'elle n'a rien, c'est bien pour elle, mais Adam n'est pas dupe. Adam est médecin et au vu des hématomes qu'elle se traine sur le visage, l'état de ses phalanges il est clair qu'elle a reçu aussi quelques coups et pas uniquement sur le visage. Les filles savent se battre tout autant que les garçons et parfois même c'est pire parce qu'elles savent faire en sorte de bien faire mal. La jeune femme ne semble pas se rendre compte que son état est inquiétant malgré tout et Adam aimerait bien qu'elle arrête de jouer celle qui s'en tape parce qu'à un moment où à un autre ça lui retomber dessus. Elle n'est pas idiote ça il le sait, il le sent et comprend rapidement à qui il a à faire. Il se racle la gorge tout en la suivant du regard et avançant dans sa direction.

"- Hé non ! Tu ne t'approches pas de cette armoire médicale c'est compris."

Et Adam vient se placer entre elle et l'armoire, afin qu'elle n'essaie pas de l'ouvrir. Bon, de toute façon elle n'y parviendra pas étant donné que chaque médecin a une clef accrochée à la ceinture ou autre chose. Pour lui c'est sur son trousseau à sa ceinture, un peu comme les gardiens mais il n'est pas possible de la lui voler, car elle est bien attachée.

"- Ce n'est pas un libre service ici, Everest. C'est le médecin qui fait le diagnostic par la patiente."

Il espère qu'elle l'aura entendu parce que s'il doit faire usage de la force pour la stopper, il le fera et fera même appel aux gardiennes s'il le faut.

"- Et tu n'aura pas de morphine je suis désolé."

Heureusement qu'il connait les dossiers médicaux des prisonnières, celui de Everest est assez rempli et il sait qu'elle a quelques soucis avec la drogue et tout ce qui s'y rattache, donc la morphine aussi.

"- Plus vite j'aurai terminé mon travail plus vite je te ficherai la paix."


Il faut qu'elle l'entende, mais pour ça faudrait qu'elle l'écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Tragédie

avatar


Eva J. Lawson
Tragédie
J'ai débarqué à Londres le : 27/10/2016 et j'ai déjà raconté : 1534 mensonges. Je ressemble à : Lily Collins. Sur le forum je suis aussi, : Annabella Kelly Grimaldi et Skyla Rose Connor.
rides et tu dois savoir que je suis : assez libre niveau partenaire sexuelle tant que ce sont des hommes
Mes petits secrets bien gardés: : 842

MessageSujet: Re: Hold on.   Jeu 20 Avr - 18:28



◈ hold on.
e v e r e s t. l a w s o n. a n d. a d a m. c h a m b e r s


Je n’en avais marre qu’on soit sur mon dos, qu’on puisse me dire ce qui était bien pour moi ou non. J’avais toujours dû me débrouiller toute seule et cela depuis que j’étais enfant. Je n’avais pas eu vraiment de parents et j’avais dû gérer ma petite sœur et ma mère alors que j’étais enfant donc je n’avais pas besoin de ce médecin pour me dire ce qu’il me fallait ou non, j’étais assez grande pour tout gérer, j’étais assez grande pour prendre soins de moi. Je l’avais toujours fait. Toujours.

Je lui fis part de mon point de vue et me dirigeai vers l’armoire où il y avait tout ce qu’il me fallait pour que j’aille mieux. Je fus intercepter alors par le médecin et je levai les yeux au ciel, j’en avais déjà marre de lui. Toutefois mon regard s’arrêta au niveau de sa ceinture où se trouvait les clés. Je fronçai les sourcils, tout à tas d’idées me vint à l’esprit. Je me mordis la lèvre inférieure un instant pour ensuite planter mon regard dans le siens « Vous n’êtes pas obligé de vous occuper moi, je sais très bien le faire seule… C’est compris ? » Répliquais-je alors.

Je tiquai quand il prononça mon prénom et cela m’agaçai, je m’écartai de lui. J’avais toujours du mal à être en proximité des autres, comme si en étant loin, ils auraient plus de difficultés pour m’atteindre et me faire du mal « Eva. Je m’appelle Eva » Répliquais-je alors d’un ton froid et ferme. Je ne supportais pas qu’on m’appelle par mon prénom, je ne sais pas pourquoi. C’était ainsi et cela depuis que j’étais adolescente, depuis que ma vie avait littéralement basculée… Je suppose. Je commençai à perdre patience et j’hésitais alors entre jouer avec lui ou bien m’énerver vraiment sérieusement.

Je me mordis la lèvre inférieure, il fallait vraiment que je prenne sur moi et que j’arrête de m’énerver constamment, de partir au quart de tour. C’était en parti à cause de ce genre de comportement que j’étais arrivée dans cette prison avec une condamnation sans fin « Ce n’est pas la peine de me dire des choses si vous ne le pensez pas, je déteste ça…. Et vous n’êtes pas désolé » Répliquais-je alors « Alors vos formules de politesse vous pouvez vous les mettre où je pense » Repris-je agacé.

Je le regardai de manière amusée « Et si je n’avais pas envie que vous me foutiez la paix ? » Répliquais-je avec un sourire amusée « C’est vrai, pourquoi ne pas vouloir rester ici loin de tous les autres » Fis-je toujours avec ma moue. J’étais pas mal douée dans mon genre pour faire patience aux autres quand je le voulais. Je levai la tête, elle était droite « Mais très bien » Acceptais-je finalement. Bien entendu je ne m’installai pas sur la table pour qu’il m’examine.

Toujours loin de lui, j’enlevais le haut de ma tenue, puis le t-shirt que j’avais en dessous, ne restant qu’en soutient à gorge devant le médecin. On pouvait voir effectivement les blessures que je venais d’avoir au niveau des côtes mais également des marques bien plus ancienne, bien avant que je n’entre dans cette prison, on pouvait également voir deux-trois petites cicatrices au niveau de l’abdomen « Voilà, vous êtes content » Lui répliquais-je en le défiant du regard « Quand je vous dis que ce n’est rien, c’est que ce n’est rien pour moi… J’ai connu pire » Lui dis-je de manière froide et totalement fermé.

_________________

She's got a bad reputation
Nobody gets too close
a sight of a soul when it's breaking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Hold on.   Jeu 20 Avr - 20:30



◈ hold on.
e v e r e s t. l a w s o n. a n d. a d a m. c h a m b e r s


Adam ne voulait pas faire appel aux gardiennes, mais si la jeune femme continuait ainsi il allait bien être obligé de le faire, parce qu'elle ne semblait pas du tout vouloir se laisser faire et surtout elle semblait plus intéressé par le contenu de l'armoire à pharmacie qu'à se faire soigner véritablement.

"- Je vais m'occuper de toi, que tu le veuilles ou non. C'est mon travail et je ne compte pas te laisser le faire seule."

D'ailleurs, elle ne semblait pas vraiment en état de le faire toute seule sinon elle ne serait pas là dans cette infirmerie pour se faire soigner.
Il soupira légèrement. Everest n'était pas la première à lui tenir tête et à se croire supérieure aux autres, ici c'était monnaie courante, elle allait devoir apprendre qu'elle n'était pas différente des autres au niveau comportement du moins. Ce qui dérangeait le plus Adam c'était de voir ces pauvres filles entrer dans cette prison et en ressortir parfois avec encore plus de haine qu'à leur entrée. La prison était pourtant là pour les aider, les aiguiller mais il avait tellement de failles dans le système.

"- Très bien, prend les choses comme tu le veux. Je ne suis pas là pour me battre avec toi Everest. Je suis ton médecin et je vais faire mon travail, peu importe que ça te plaise ou non. Je dois m'occuper de toi et il faudra bien que tu l'acceptes un moment donné ou à un autre."


Adam savait à peu près comment prendre ce genre de personne, comment se tenir et comment lui parler, mais il savait aussi que parfois la manière douce ne fonctionnait pas. Mais par chance elle fini par se laisser faire et accepta qu'il l'examine. Il la suivit du regard, la laissa retirer son haut, prêt à l'aider au besoin, mais visiblement elle se débrouillait très bien toute seule, mise à part cette petite grimace qu'elle tenta de cacher.
Adam la regarda d'abord pour commencer et puis il posa sa main sur l'endroit qui lui semblait le plus rouge et appuya un peu histoire de voir ce qu'il en était.

"- Dit moi si ça fait mal."

Il n'appuyait pas trop fort mais au vu de l'hématome qui s'y trouvait il avait déjà une petite idée de la douleur qu'elle pouvait ressentir rien qu'avec son geste.

"- Ce n'est pas parce que tu as connu pire avant que ça doit se reproduire ici. Ce n'est pas une obligation de passer ton temps à l'infirmerie, à moins vraiment que tu ais besoin de ça pour te sentir mieux. Mais sache que de toute façon tu n'auras pas de morphine pour si peu."

Bien sur, le "si peu" était fait exprès, puisqu'elle semblait ne pas vouloir admettre qu'elle avait mal, elle n'avait donc pas besoin d'anti douleur et encore moins de morphine. Sa façon à lui de lui faire comprendre qu'ici c'était lui qui décidait et qu'elle aurait beau dire ce qu'elle voudrait rien n'y changerait.
Revenir en haut Aller en bas
Tragédie

avatar


Eva J. Lawson
Tragédie
J'ai débarqué à Londres le : 27/10/2016 et j'ai déjà raconté : 1534 mensonges. Je ressemble à : Lily Collins. Sur le forum je suis aussi, : Annabella Kelly Grimaldi et Skyla Rose Connor.
rides et tu dois savoir que je suis : assez libre niveau partenaire sexuelle tant que ce sont des hommes
Mes petits secrets bien gardés: : 842

MessageSujet: Re: Hold on.   Ven 21 Avr - 3:40



◈ hold on.
e v e r e s t. l a w s o n. a n d. a d a m. c h a m b e r s


Je le regardai et j’avais un mélange de sentiment envers lui et de cette situation actuelle « J’en ai rien à faire que ce soit votre travail, vous me connaissez pas » Refusais-je donc de manière catégorique « J’ m’occupe, je prends soin de moi depuis plus de dix ans alors je n’ai pas besoin de vous, merci » Répliquais-je toujours énervé. Oui, je savais très bien m’occuper de moi ou des autres, combien de fois j’avais dû prendre soins de ma mère ou de ma sœur également.

J’avais été la chef de la maison alors que j’étais encore au collège donc ce n’était pas un mec que je connaissais depuis dix minutes qui allait soit disant prendre soins de moi qu’il soit payé ou non. Je n’avais pas voulue venir ici, c’était les gardiennes qui m’y avaient emmené de force. Et j’étais assez grande pour me débrouiller seule, je n’étais plus une enfant maintenant. J’en avais connue des bagarres et des blessures, je m’en étais toujours sortie donc.

J’étais de plus en plus agacer « Ne m’appelez pas Everest, je ne m’appelle pas Everest, c’est clair » Fis-je en commençant à m’énerver, je ne supportais qu’on m’appelle comme ça, cela me faisait penser à toutes les personnes que j’avais tant aimés et qui m’avaient abandonné, ma mère, mon père, ma sœur et mon meilleur ami mort depuis quatre ans. Et je ne pouvais pas, car je n’étais plus Everest depuis longtemps, j’étais Eva. Rien que le fait de l’entendre dire mon prénom me donnait envie de le frapper, mais je me retenais.

Je n’étais pas conne non plus, je savais bien que je ne faisais pas le poids face à lui du moins, pas blessé comme je l’étais et qu’en plus, il y avait des gardiennes de l’autre côté de la pièce alors c’était une très mauvaise idée « Et vous n’êtes pas mon médecin, j’en ai jamais eu et j’en aurais jamais… Je suis mon propre médecin » répliquais-je têtue avant de laisser un sourire amusée naquirent sur mon visage « Mais si vous voulez vraiment vous occupez de moi, il pourrait y avoir un moyen » Lui dis-je pleine de sous-entendu et le regard rieur.

Je savais bien que j’étais difficile à cerner, un peu bipolaire dans mon genre et je n’en avais franchement rien à faire pour le coup. Bien entendu, je ne le pensais pas… Je veux dire, il avait trop un balai dans le cul pour éventuellement m’intéresser. Il avait l’air toujours concentré même quand je le voyais sortir et que j’étais dans la cours soit toute seule ou soit en compagnie de ma co-détenue, le visage toujours sérieux et impénétrable. Pire que moi. Je crois.

Enfin, j’en avais marre de rester ici et je décidais alors me dévoiler, dévoilant tous les coups que mon corps avait subi que ce soit d’aujourd’hui ou d’avant. Je le laissais s’approcher de moi, mais j’étais instantanément tendue, sur la défensive comme à chaque fois qu’on me touchait d’ailleurs. Je ne répliquai rien et n’exprimai aucun sentiment quand il toucha mon hématome. Bien entendu, je mentirais si je disais que je n’avais pas mal et cela tombait bien, j’étais une menteuse dans l’âme.

Je restai fermée et méfiante « qu’est-ce que ça peut vous apporter, vous en avez rien à faire au final tant que vous touchez votre argent » Répliquais-je alors en regardant par terre, je détestai me sentir faible comme en cet instant, ne pas pouvoir contrôler la situation et être si vulnérable. Ce n’était pas du tout genre.

Cependant, sûrement sans faire exprès il toucha une cicatrice, une fine petite cicatrice blanche. Dans la seconde je lui pris la main, la bloquant et je m’écartai à une vitesse folle, comme si on venait de me brûler ou autre. Je ne supportais pas du tout qu’on touche à cette cicatrice comme aux deux autres que j’avais sur le corps.

_________________

She's got a bad reputation
Nobody gets too close
a sight of a soul when it's breaking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Hold on.   Ven 21 Avr - 10:15



◈ hold on.
e v e r e s t. l a w s o n. a n d. a d a m. c h a m b e r s


Adam n'était pas là pour se prendre la tête avec la jeune femme et encore moins se battre avec elle, mais il faut bien dire qu'elle était particulièrement pénible et difficile à gérer. Bon, ce n'était pas la pire mais elle faisait parti de ce genre de prisonnière dont on a juste une seule envie, se débarrasser d'elle et la renvoyer en cellule. Seulement, Adam n'avait pas le droit d'agir ainsi, il devait d'abord la soigner, s'assurer qu'elle n'avait rien d'autre que ce qui était visible et la renvoyer ensuite.

"- Alors comment est-ce que je dois t'appeler ? celle qui veut toujours avoir le dernier mot, c'est un peu long comme prénom tu ne crois pas ? Tu t'appelles Everest tout comme moi je m'appelle Adam, c'est comme ça j'y peu rien moi."

Adam avait vraiment du mal à la cerner et surtout à la suivre. Elle avait un prénom, un prénom bien noté noir sur blanc dans son dossier, prénom que la gardienne lui avait glissé à l'oreille afin qu'il sache à qui il avait à faire avant qu'on ne l'amène et surtout pour lui permettre de pouvoir voir son dossier. Ce n'était pas sa faute si la demoiselle c'était inventé un surnom ou un pseudo comme parfois ça peut arriver dans les bandes ou les trucs du genre.

"- Comment tu veux que je t'appelle ?"

Au moins ça serait clair si elle lui disait exactement ce qu'elle voulait. Seulement elle se mit à lui parler d'un autre moyen et Adam fronça les sourcils tout en la regardant. Il n'aimait pas quand elles agissaient ainsi. C'était vraiment se rabaisser et Adam avait très bien compris le sous entendu, d'ailleurs il comprenait très bien. Et son visage se ferma à nouveau, contrarié par ce qu'elle venait de dire.

"- Qu'est ce que vous avez toutes à toujours vouloir vous vendre de cette manière.... tu n'es pas la première tu sais..."

Et c'était décevant, franchement décevant de voir une prisonnière agir ainsi. Se rabaisser à ce niveau, pire qu'une prostitué tout ça pour quoi en fait ? des faveurs, des médicaments, de la nourriture, une protection ? contre du sexe c'est franchement dégoutant. Elle n'était même pas originale en plus, agissant exactement comme certaines autres.

Adam la laissa ensuite prendre place, afin qu'il puisse l'ausculter, juste pour être sur qu'elle n'avait pas une cote cassée, après il s'occuperait de son visage.

"- Tu sais, si je faisais ce métier pour l'argent je n'exercerais pas ici mais dans une clinique privée parce que ça paie beaucoup mieux. Alors si tu pouvais me laisser faire mon travail je t'en serais gré."

Difficile à cerner, vraiment difficile, sans doute l'une des plus compliquée qu'il ait jamais croisé ici.
Et quand la jeune femme eut un mouvement de recule après lui avoir pris la main comme pour le retenir dans son geste, alors qu'il ne faisait rien de mal il fut assez surpris et ne su pas vraiment comment réagir.

"- Qu'est ce qu'il y a ?"

La regardant inquiet, se demandant bien ce qu'il avait pu faire mis à part frôler une petite cicatrice qui se trouvait là tout prêt de son hématome, il n'avait rien fait d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Tragédie

avatar


Eva J. Lawson
Tragédie
J'ai débarqué à Londres le : 27/10/2016 et j'ai déjà raconté : 1534 mensonges. Je ressemble à : Lily Collins. Sur le forum je suis aussi, : Annabella Kelly Grimaldi et Skyla Rose Connor.
rides et tu dois savoir que je suis : assez libre niveau partenaire sexuelle tant que ce sont des hommes
Mes petits secrets bien gardés: : 842

MessageSujet: Re: Hold on.   Ven 21 Avr - 19:06



◈ hold on.
e v e r e s t. l a w s o n. a n d. a d a m. c h a m b e r s


Je savais que je pouvais être affreuse quand je le voulais, soit pratiquement souvent, je savais que je pouvais être lunatique dans mon genre, soit pratiquement tout le temps. Mais je savais que je pouvais être loyale et courageuse quand je le voulais, soit pratiquement tout le temps. Je n’étais pas un cadeau, loin de là. Je faisais toujours ressentir le pire en moi… Rare étaient les personnes qui voulaient encore continuer à me voir suite cette première impression… Pourtant, je valais le coup… Du moins, à ce qu’on m’avait dit. Mais au final, je n’en avais rien à foutre. J’étais bien toute seule aussi, je n’avais besoin de personne.

Je levai un sourcil « Je ne veux pas avoir le dernier mot, j’ai juste des difficultés à ne pas dire ce que j’ai en tête » Répliquais-je en haussant les épaules de manière innocente « Adam ? Hum vous n’avez pas une tête à vous appeler Adam » Souriais-je grandement. Je souriais que très peu c’est un fait et pourtant, quand je souriais je faisais mon âge, cela changeait de mon visage fermée qui me donnait dix ans de plus à chaque fois. Toutefois je fis vite agacer de nouveau « Eva, je préfère Eva » Répliquais-je alors têtue et presque voire carrément autoritaire.

Je me décidais alors à continuer de jouer avec lui, jouer à lui faire perdre son temps et sa patiente « Que voulez-vous » Répliquais-je simplement « ça va, je n’étais pas sérieuse… J’ai envie de rien faire avec vous… Vous êtes bien trop propre sur vous et trop… Trop » Répliquais-je en levant les yeux en l’air « Je ne suis pas méchante vous savez, enfin je ne vais pas vous mordre » Répliquais-je alors. Je détestai sa manière trop courtoise d’agir, d’en faire trop comme ça, tant de manière, il fallait qu’il se détende un peu, je n’étais pas comme certaines prisonnière à attendre pour lui planter un couteau dans le dos ou je ne sais quoi.

J’avais enfin décidé de me laisser ausculter, lui montrant mon corps pleins de bleus et quelques petites cicatrices. De toute évidence, mon corps révélé le fait que je n’étais pas une jeune femme douce et tranquille, au contraire, pas mal turbulente « Peut-être vous voulez améliorer votre karma et que vous vous dîtes sûrement que s’occuper des déchets de la société comme tout le monde nous appelles, ça l’arrangera et vous pourrez aller au paradis avec le si généreux et bienveillant mec d’en haut » Dis-je avec une pointe d’ironie vers la fin de ma phrase tandis qu’il continuait de m’examiner.

Cependant, instinctivement, je reculais et je lui bloquai la main en le regard noir, pleins de violence et aussi de panique. Je ne supportais qu’on touche certaines de mes blessures, comme celle qui qui venait d’effleurer « On ne touche pas à mes cicatrices, jamais » Lui dis-je froidement. La faible carapace que je venais d’ouvrir, minimum soit-elle se referma instantanément et je préférais ne plus rien dire, rester dans mon mutisme.

_________________

She's got a bad reputation
Nobody gets too close
a sight of a soul when it's breaking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Hold on.   Ven 21 Avr - 20:05



◈ hold on.
e v e r e s t. l a w s o n. a n d. a d a m. c h a m b e r s


Il va donc falloir que la jeune femme apprenne à fermer sa bouche un peu, surtout si elle veut rester en vie même en prison. Avec Adam ça passe encore parce que ça restera entre eux, il n'est pas du genre à tout prendre mal, il sait bien comment sont les gens une fois enfermé, d'ailleurs l'infirmerie c'est une sorte de défouloir pour eux, ça leur permet de se vider un peu la tête et l'esprit aussi parfois.

"- Oui, et bien souviens toi qu'ici c'est moi le médecin et toi la patiente Everest."

Adam ne pouvait pas l'appeler par son surnom, il n'en avait pas vraiment le droit. Et puis ils étaient loin d'être intime à ce point tout de même.

"- Et j'ai une tête à m'appeler comment dit moi ?"

Adam était curieux de savoir comment elle imaginait qu'il pouvait s'appeler, c'était vraiment le genre de truc marrant, parce que parfois les gens vous sortent des prénoms à coucher dehors. Et Adam sourit légèrement à l'idée de ce qu'elle pourrait lui sortir comme prénom.
Et puis elle lui fit des sous entendu, le genre très clairs et Adam lui rappela juste que ce n'était pas son truc.

"- Trop... coincé ?"

Il s'attendait un peu à ça venant d'elle, ils étaient l'opposé l'un de l'autre, mais Adam n'était pas coincé, ni trop propre sur lui comme elle le sous entendait. Il avait juste une image voilée des médecins et Adam n'était pas comme elle le sous entendait, absolument pas du tout.
Et la petite théorie qui suivit arracha un sourire voir un très léger rire de la part d'Adam.

"- Rien a voir avec ce que tu penses. Pour moi la médecine c'est une vocation et puis il faut bien des gens comme moi pour s'occuper de personnes comme vous. Et le karma et le type d'en haut là c'est pas du tout mon truc, on ne peut pas être médecin et croire à tout ça."

Adam aussi haussa les épaules, pour lui ce n'était pas possible ses histoires de karma, de dieu et tout ce qui s'y rattache. Un médecin digne de ce nom ne peut pas imaginer que tout ceci existe, ce n'est pas logique, ce n'est pas concevable.
Et puis la jeune femme le repoussa violemment alors qu'il ne faisait que l'ausculter. Au début il pensait qu'il lui avait fait mal mais au vue de sa réaction cela n'avait rien à voir avec ce qu'il pensait.

"- D'accord. Excuses moi, ce n'était pas volontaire. Je ferais attention je te promets. Mais tu veux en parler ?"

Oui, si elle avait envie de parler, de se libérer de certaines choses, elle pouvait, il pouvait l'entendre, il ne le répéterait à personne, jamais.
Il alla chercher de quoi lui faire un léger bandage aux cotes et de quoi désinfecter ses plaies sur le visage, lui laissant donc le temps de voir si elle voulait parler un peu ou rester enfermer comme venait de le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Tragédie

avatar


Eva J. Lawson
Tragédie
J'ai débarqué à Londres le : 27/10/2016 et j'ai déjà raconté : 1534 mensonges. Je ressemble à : Lily Collins. Sur le forum je suis aussi, : Annabella Kelly Grimaldi et Skyla Rose Connor.
rides et tu dois savoir que je suis : assez libre niveau partenaire sexuelle tant que ce sont des hommes
Mes petits secrets bien gardés: : 842

MessageSujet: Re: Hold on.   Sam 22 Avr - 1:26



◈ hold on.
e v e r e s t. l a w s o n. a n d. a d a m. c h a m b e r s


Bien entendu, il n’avait pas l’intention de changer ma manière de m’appeler et je pense que c’était peine perdue, je devais au moins m’en accommodé. Je n’aimais pas mon prénom, il était bien trop douloureux à porter. Je le regardai noir, mais ne répliquai rien préférant dériver de conversation, si on peut dire, sur lui. Je penchai la tête sur le côté, fronçant les sourcils « Humm Sam » Répliquais-je alors avec un sourire « C’est celui qui conduit, celui qui ne boit pas… Le mec sérieux quoi » Repris-je amusé de ma petite trouvaille.

Oui, il m’arrivait de rire parfois et de faire preuve d’un peu d’humour. Comme tout le monde. Nous continuâmes la conversation sur lui, il n’avait pas l’air d’apprécier mon humour. Bien sûr je n’étais pas Keira qui était réellement prostitué. Aussi difficile à croire, que je n’avais connu que deux hommes dans ma vie, j’étais loin de ce genre de filles même si tout le monde pensait le contraire… Enfin bon, lui en tout cas il l’était, de trop « Trop sérieux ? » Répliquais-je alors.

Je me détendais au fur et à mesure, parlant, souriant enfin être sociable et ce n’était pas plus mal, je veux dire, j’allais y passer toute ma vie dans cette prison alors autant ne pas me mettre tout le monde à dos, déjà que je n’étais pas des plus apprécier, pas comme ma co-détenue. Je repris donc mon discours sur ma façon de penser et je souriais « Ouais, ce mec c’est un vrai arnaqueur » Repris-je en souriant. J’avais cessée d’y croire depuis que j’étais jeune car, s’il existait vraiment, ce n’était pas possible d’avoir voulu autant d’obstacle, dans le milieu d’où je viens.

Cependant l’ambiance changea en un instant, et retrouvait sa froideur des premiers instants. Pour cause, il avait fait quelque chose que je ne pouvais tolérer que ce soit de lui, de mes ex. Même moi j’y touchai que très rarement. Je le regardai quand il s’excusa « Sans vouloir vous vexer, la dernière fois qu’on m’a fait une promesse… Je me suis retrouvé en prison quelques jours plus tard alors franchement » Fis-je d’un ton froid, mais pas que, je ne savais pas définir… Tristesse ? Vulnérabilité ? Je ne savais pas, mais je savais que je ne voulais plus qu’on me promettre des choses.

Bien entendu, ce petit geste m’avait refroidi de manière indéniable « Ecoutez, on n’est pas amis, on n’est pas copains… On est rien du tout, je suis rien du tout pour vous et votre petite vie tranquille alors ne faîtes pas semblant d’être là pour moi comme si ça vous intéresser » Répliquais-je froidement « Vous avez bientôt fini ? » Lui demandais-je, en cet instant je préférais être dans ma petite cage qu’ici, au moins, je pouvais me protéger là-bas.

_________________

She's got a bad reputation
Nobody gets too close
a sight of a soul when it's breaking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Hold on.   Mer 26 Avr - 20:15



◈ hold on.
e v e r e s t. l a w s o n. a n d. a d a m. c h a m b e r s


La jeune femme était sérieusement en train de se foutre de sa gueule là en le comparant à un Sam, il savait très bien de qui il s'agissait et il ne pu retenir un léger sourire à ce qu'elle lui dit.

"- Oui, je sais ce qu'est un Sam."

Adam soupira, c'était toujours mieux qu'un vieux prénom ou qu'une référence à une personne méchante de son enfance, on lui avait déjà fait le coup une fois et ça n'était pas spécialement agréable à entendre.

"- Sérieux ? je suis docteur tu sais, je ne peux pas prendre mon travail à la légère et encore moins ton état de santé."

C'était un peu bête ce qu'elle venait de lui dire, il n'allait pas bosser en riant ou en se foutant de sa poire après tout. Il était là pour la soigner, prendre soin d'elle et donc il valait mieux le faire sérieusement non.

C'était bizarre de voir comme la conversation ne cessait de dévier. En tout cas la jeune femme semblait plus enclin à se laisser faire et surtout à discuter un peu, elle se décoinçait et c'était tout de même plus intéressant comme ça. Enfin, jusqu'au moment où Adam fit quelque chose qu'il n'aurait pas du ,mais c'était vraiment sans le vouloir, sans le faire exprès. Il s'excusa et lui promit qu'il ne recommencerait pas. Et comme il s'y attendait plus ou moins elle se referma à nouveau, tous les efforts d'avant venaient de voler en éclat.

"- Et bien moi je tiens toujours mes promesses."

Adam avait tout le nécessaire cette fois-ci pour la soigner. Il commença donc par lui faire un bandage assez serré autour des cotes afin de calmer un peu la douleur et surtout de faire en sorte qu'elle ne revienne pas au moins geste de sa part. Après ça elle pouvait enfin se rhabiller et il allait s'occuper de désinfecter les marques de son visage, en particulier la petite coupure qu'elle avait au coin de la lèvre.

"- Ecoute Everest, je suis là pour faire mon travail mais j'ai aussi le droit de m'intéresser à toi, tu es un être humain et je le ferais avec n'importe qui d'autre. C'est mon droit, on n'est pas des machines, ni toi ni moi et montrer un peu d'humanité ça n'est pas un mal. Mais si tu veux que je te traite comme une prisonnière, que je te donne des ordres et que je te parle sèchement je pourrais le faire mais c'est pas dans mes habitudes. Je ne traite pas mes patients de cette manière... Oui, j'ai bientôt terminé."

Et il prit le coton imbibé de produit pour tamponner doucement la plaie de la jeune femme. Tout serait bientôt terminé et elle pourrait retourner très vite à sa petite vie de prisonnière, enfermé entre ses quatre murs parce que visiblement c'est ce à quoi elle aspirait. Adam était un peu déçu qu'elles réagissent toutes pareil. Leur montrer un peu de compassion, un peu d'humanité ça n'avait rien d'humiliant. Adam ne comptait pas l'abandonner en route, il était médecin ici et pas un simple gardien qui faisait son travail et qui oubliait tout le soir une fois passée la porte.
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Hold on.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hold on.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: And last night you were in my room :: Saison une. :: scènes-
Sauter vers: