Revenir en haut Aller en bas



 
Bienvenue sur le forum Invité <3
Before Anyone Else a ouvert ses portes le 14 octobre 2016.
Fais connaître toi aussi le forum pour avoir plus de jolis coeur dans notre famille.
LA SAISON DEUX DE BAE EST OUVERTE
C'est le moment de vous recenser pour la saison 2 : ici et d'envoyer un Londres pour les BAE AWARDS

Partagez | 
 

 Notre coeur a vu en toi, le sourire de notre chagrin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Eva J. Lawson
Tragédie
J'ai débarqué à Londres le : 27/10/2016 et j'ai déjà raconté : 942 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Lily Collins. Sur le forum je suis aussi, : Annabella Grimaldi, Sevan Vanderbilt, Roméo Johnson et Babylone Hamilton.
rides et tu dois savoir que je suis : assez libre niveau partenaire sexuelle tant que ce sont des hommes




TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 433

Notre coeur a vu en toi, le sourire de notre chagrin. | Lun 30 Jan - 22:09


"Love me, even if it kills us both"

L'amour est resté, comme une grande image survit seule au réveil dans un son effacé - Lamartine


J’avais besoin d’air, je ne pouvais plus respirer, c’était bien trop pour moi. Je suffoqué même carrément. Je n’arrivais plus, je comprenais pas comment cela se faisait. Il était mort, on avait été à son enterrement, il y avait jamais eu aucuns signes de vies, le médecin l’avait dit, l’avait certifié, ce n’était juste pas possible et pourtant… Je l’avais senties, ses lèvres, sa peau sous ma main. Je n’avais rien pris ce soir, du moins, rien d’énorme et je n’avais pas spécialement bu…

J’étais dehors, la vue était belle, au vue de la situation cela faisait très tragique pour le coup. J’enlevai le masque, j’arrachai le collier qui me collait à la gorge et j’enlevai la coiffure, le chignon que j’avais. Comme quoi, essayer de faire comme les autres ne me réussissait pas au final. J’avais mes mains sur mes hanches et la tête basculé la tête en arrière, à regarder le ciel, les étoiles. Il faisait froid, en hiver… Mais l’adrénaline de mon cœur réchauffait tout mon corps.

Ma vie venait juste à l’instant de basculer, une nouvelle fois. En ce moment, rien n’allait. Andrew n’était plus là, Marie n’était plus là, Andrew était. C’était à ne plus rien comprendre avec les deux. Il y avait quelques goûtes de pluies, mais c’était plaisant. Je soufflai et tentai de reprendre le contrôle de moi-même, ce n’était pas mon genre de me laisser atteindre, ce n’était pas moi. J’avais l’impression que mon cœur allait éclater, la pluie sur mon visage… Je ne savais pas si c’était la pluie ou des larmes, mais j’entendis du bruit derrière moi.

Je me retournai et vis ma meilleure amie. Elle avait le regard vide, je savais très bien ce qu’elle pouvait ressentir, si ce n’est pire que moi « Keira.. » Lui dis-je alors doucement. Je n’eus le temps de rien rajouter qu’Andrew vint nous rejoindre. J’avais l’impression que Keira allait défaillir. Je fis une chose que je ne faisais peu, avoir un contact réconfortant. Je pris la main de Keira pour lui montrer que j’étais là, qu’elle n’était pas seule et que nous étions toutes les deux. Je lui serrais fort la main, je ne la broyais pas non plus. Bref, je suppose qu’il fallait que je sois forte pour nous deux.

Code by Sleepy

_________________
❝I don't wanna let go❞ Drivin' a nightmare I can't escape from. Helplessly praying, the light isn't fadin' hiding the shock and the chill in my bones


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Keira S. Murphy
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 15/10/2016 et j'ai déjà raconté : 522 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Kaya scodelario. Sur le forum je suis aussi, : Pas encore.
rides et tu dois savoir que je suis : en couple.. dans une relation.. j'ai encore du mal avec toutes ces choses là.
TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 349

Re: Notre coeur a vu en toi, le sourire de notre chagrin. | Lun 30 Jan - 22:36

  Andew, Everest & Keira

Notre coeur a vu en toi, le sourire de notre chagrin.

 

  Je cours jusqu'au jardin et en passant la porte vitrée, je la vois. Ses mains sur ses hanches, elle inspire profondément et le vent et la pluie donne à l'ambiance un côté sombrement plus dramatique. Je l'a regarder  et avance. Je suis vide, mon visage est vide, mon regard est vide. J'arrive à sa hauteur. Elle a viré sa coiffure, son collier, ainsi que son masque. Je retire le mien également. Mes cheveux bouclés prennent la pluie mais je m'en fiche, tout comme ma robe. Je lâche mon masque par terre alors que j'avance toujours vers Eva qui semble sous le choc.. tout comme moi. Je n'arrive pas à parler, je n'arrive pas à respirer normalement. J'ai la poitrine compressé et j'ai l'impression que si je dis quelque chose.. je vais exploser.

Elle prononce mon nom.. d'une façon que je n'aurais jamais songer, je cligne des paupières, comme c'était la seule réaction que je pouvais lui offrir pour le moment. Mais alors, je vois son regard se lever et je me retourne. En haut des escaliers menant au jardin... il est là. Il nous regarde. C'est comme si cette scène avait écrit avant même d'être joué. Nous sommes témoins et acteurs de notre propre vie en cet instant sans que nous ne puissions rien y faire. Je tremble... de froid ou d'autre chose, je l'ignore.

Je croise le regard de mon frère et... je sens un vertige me prendre, mais je ne tombe pas. Presque cinq ans mon fallut pour forger celle que je suis. Mais aujourd'hui j'ai l'impression de redevenir cette gamine de dix neuf an à qui le destin à prit son frère jumeaux, sa moitié. Mais non... en faite ce n'était que quatre ans de mensonge, de leurre. Rien de tout cela n'était vrai... ma vie n'a été qu'une énorme blague et je me suis enfoncé dans la merde pour un putain de mensonge. Je ne vois pas d'autre solution. Je ne sens pas mes larmes sur mes joues.. il n'y en a pas. J'ai envie de vomir.. j'ai envie de mourir.. j'ai peur de lui parler. J'ai peur de le prendre dans mes bras. J'ai peur de le frapper.

Pourquoi cela arrive-t-il.. ? Je ne comprend rien.. je devrais être heureuse de le revoir. Il est vivant. Il est vraiment vivant. Il est là en face de moi. En face de nous. Je sens soudainement une main prendre la mienne et mon visage se tourne vers Eva, comme si je me retrouve de nouveau connecté à la réalité. Je suis surprise mais ça se voit même pas sur ma tronche. Je suis carrément inexpressive mais je serre sa main aussi fort qu'elle me l'a sert. C'est là où je sais que c'est ma meilleure amie. Que nous sommes meilleures amies. Car nous sommes là quand l'une semble au bout du gouffre et vice versa. Là... nous avons toutes les deux besoins l'une de l'autre. Je prend une profonde inspiration.. et je n'arrive à souffler que ces quelques petits mots d'une voix étranglé :

« T.. tu es vivant.. »


AVENGEDINCHAINS
 

_________________


IL Y A TOI A QUI JE NE CESSE DE PENSER. IL Y A TOI QUI A SU ME SAUVER. IL Y
A TOI QUE JE PEUX EMBRASSER. IL Y A TOI QUI SAIT M'ENLACER. IL Y A VOUS MES HOMMES QUE JE SAIS AIMER.— Clarice Lispector.


EN BAISSE D'ACTIVITE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Re: Notre coeur a vu en toi, le sourire de notre chagrin. | Mar 31 Jan - 2:45
Home is where the heart is
I am thinking it's a sign, that the freckles in our eyes are mirror images
Prénom ✧ Prénom


Je venais de quitter la salle de bal où il s'était déroulé le moment le plus difficile que j'ai eu à vivre. J'avais pris cette décision de partir, je ne m'étais pas retourné et j'étais certains que je le voulais. Je ne l'avais jamais regretté, jusqu'à maintenant. Je ne regrettais pas d'avoir pris cette décision, mais sans doute que le recul, la maturité et cet événement là avait changer ma manière de penser, le fond était bon mais la forme ne l'était pas. Je ne pensais pas, ou du moins je me voilais la face, mais j'espérais quelque part que ça se passerait différemment. J’espérais que j'aurais pu revenir à douceur mais pas comme ça. Ce n'était pas du tout le bon moment. J'avais fait une erreur mais je ne regrette pas. Ce qui est fait, est fait.

Je descendis les escaliers qui me menèrent à une grande double porte ouverte, menant à un nouvel escalier qui descend à nouveau. Je m'arrêta un instant en haut pour observer les deux jeunes femmes. Il commençait à pleuvoir et je posa mon regard en direction de ciel dont les étoiles avaient disparu pour laisser place à des nuages peu visible dans les ténèbres de la nuit. Je

Peu à peu je commença à descendre les marches qui me menèrent à quelques mètres des deux jeunes filles. Sans un mot je les regardais, je ne montrais rien mais j'étais mal, vraiment mal. Je ne pensais pas que je leur ferai autant de mal en revenant et je ne voulais pas leur faire de mal, pas à elles. Mais c'était trop tard et j'assumerais. Je ne regrettais pas et ne regretterai pas. J'avais fait un choix sans penser aux conséquences et maintenant je dois subir les retour.

Keira me regardait, elle me faisait craquer. C'était ma sœur jumelle mais je la considérais tout comme ma petite sœur, je ne me l’avouerais sans doute jamais mais j'avais toujours tout fait pour la protéger. La seul décision que j'avais prise sans penser à elle, faillit détruire sa vie et une nouvelle fois, malgré le fait que je ne me l'avouerai au fond, je m'en voulais. Elle prit la main d'Eva, comme pour vivre ce moment difficile de me revoir à deux, liées. Elle se mit a me parler, sa voix était tremblotante et je n'aurais aimé n'avoir qu'une envie au final c'était les prendre dans mes bras mais je n'étais pas comme cela. Je montrais un visage impassible et droit comme à mon habitude.

« Je suis vivant. »

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Eva J. Lawson
Tragédie
J'ai débarqué à Londres le : 27/10/2016 et j'ai déjà raconté : 942 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Lily Collins. Sur le forum je suis aussi, : Annabella Grimaldi, Sevan Vanderbilt, Roméo Johnson et Babylone Hamilton.
rides et tu dois savoir que je suis : assez libre niveau partenaire sexuelle tant que ce sont des hommes




TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 433

Re: Notre coeur a vu en toi, le sourire de notre chagrin. | Mar 31 Jan - 2:48


"Love me, even if it kills us both"

L'amour est resté, comme une grande image survit seule au réveil dans un son effacé - Lamartine


Je n’étais pas croyante. Non, je ne l’étais pas… Pourtant, secrètement, le gardant en moi… Je devais avouer que j’avais mainte fois supplié Dieu que tout cela s’arrête… Des premières disputes de mes parents aux sujets de l’argent, du départ de mon père, puis de ma sœur, de la prostitution de ma mère… Ramenant des hommes glauques chez nous, devant ma petite sœur et moi-même alors que nous n’étions que des gosses, du visage tuméfié de ma mère dû à des hommes biens trop violent, de l’alcoolisme de ma mère, de cette vision d’elle ivre morte et s’en prenant à Coleen et moi-même, de la maladie de ma mère, évitant cette dernière tuer ma sœur suite à une crise, de sacrifier mon avenir pour en donner à ma sœur, endosser le rôle de mère alors que je n’étais qu’une enfant.

J’avais tellement demandé de l’aide à Dieu, mais il n’avait pas écouté. C’est dans la drogue et la défonce que j’avais trouvé havre de paix, dans un certain sens. Mais j’avais également supplié Dieu, suite à l’overdose d’Andrew, à genoux dans la chapelle de l’hôpital. Attendant des nouvelles. Aucune réponse si ce n’est le coup fatale. Le regard vers les cieux, là où se trouvait l’homme qui s’était emparé mon cœur, du moins, l’endroit où il devait normalement se trouver, pendant quatre ans, voir cinq ans, je me suis forgée une carapace après avoir supplié le seigneur tout puissant de retourner le temps, de me rendre, de nous rendre Andrew, que j’étais prête à tout donner, ma vie s’il le fallait… Je l’avais tellement espérer que je ne comptais plus, c’était même un nombre indéfinissable.

Je n’étais pas croyante. Non, je ne l’étais pas… Pourtant, il était là. Andrew… Toutes les pensées étaient-elles réalisées ou au final tout cela n’était qu’une vaste blague de l’univers ? Je pensais à la deuxième version… Mon cœur abîmé, esseulé complètement fracassé. Je tenais la main de Keira, qui tenait difficilement sur pied. En la regardant, tellement fragile. Je compris. Je devais me reprendre, je devais redevenir celle que j’étais devenue avec cette épreuve. Peut-être qu’au final, tout cela était fait exprès. Que Dieu, m’en avait tellement fait baver pour que je puisse être capable de supporter, d’être forte pour ce genre de moment. Je repris mon visage froid et impassible, mon cœur saignant et se réparant en même temps avec des pansements portant le nom de « trahisons », « mensonges », « abandon », « haine », « rancœur » et encore pleins de bandage.

Keira ouvrit la parole d’une voix faible, j’ai toujours été la plus forte de nous deux, mais ce n’était pas comparable, je n’avais pas de jumeaux, je ne connais en rien ce lien si spécifique. Fibrille et chétive, Keira faisait son maximum et je le voyais, celui qui avait volé mon cœur pour au final l’émietté en pleins de petits morceaux… Il était distant et froid, sans aucune once de remords, de culpabilité. Il répondit simplement, le plus simplement du monde « Pourquoi ? » Demandais-je alors d’une voix stable, froide, d’une voix sans émotions. Je commençais à ne plus être juste spectateur, je jouais aussi dans le film, je dansais aussi cette valse si empoisonnante, ce tango si destructeur que sont nos vies. Je préférais me battre, l’attaque était la meilleure défense paraît-il… Il nous avait déjà piétinés sans pitié, je n’allais pas le laisser recommencer une seconde fois.


Code by Sleepy

_________________
❝I don't wanna let go❞ Drivin' a nightmare I can't escape from. Helplessly praying, the light isn't fadin' hiding the shock and the chill in my bones


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Keira S. Murphy
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 15/10/2016 et j'ai déjà raconté : 522 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Kaya scodelario. Sur le forum je suis aussi, : Pas encore.
rides et tu dois savoir que je suis : en couple.. dans une relation.. j'ai encore du mal avec toutes ces choses là.
TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 349

Re: Notre coeur a vu en toi, le sourire de notre chagrin. | Mer 1 Fév - 2:00

  Andew, Everest & Keira

Notre coeur a vu en toi, le sourire de notre chagrin.

 

  Je sens que Eva fait des efforts pour être plus forte que je ne le suis. Car là clairement... je peux pas. Je suis à la limite d'exploser. Et dire ces quelques mots.. ça a été un énorme effort de ma part. J'ai du mal à respirer, j'ai la nausée, j'ai la tête qui tourne... trop d'émotion. J'ai comme l'horrible envie de me bourrer la gueule jusqu'au coma, ou de prendre une dose suffisante pour faire une overdose. Car je sais... je sais j'en suis sûr. Je croise son regard et je sais déjà tout. Car nous ne sommes qu'une seule et même personne. J'ai toujours eut l'impression qu'il était vivant. Mais je croyais sans cesse qu'il ne s'agissait que du déni ou d'un bad de ma part... Mais non, j'avais raison. Et en le voyant juste là.. je me dis que la raison est évidente. Il a menti... tout cela n'était qu'un énorme mensonge. Une blague.. et je revois ces quatre dernières.

Ces quatre années où je me suis laissée pourrir de l'intérieur. Où j'ai renier ma famille, mon entourage.. où je me suis laisser sombrer dans ma vie. Comme si je me punissais d'être encore vivante et pas lui. Me faisant baiser pour ensuite chialer de ne pouvoir me sortir de cela. De me dire que je ne mérite que ça, que je ne sais faire que ça... tout cela car je suis encore en vie et pas lui. Oui.. en faite je me rends compte aujourd'hui, en le regardant, prête à défaillir, que tout cela est vrai. Que je me punissais moi-même d'être toujours de ce monde, sans mon frère, sans cette partie de moi pour me pousser vers le haut alors que je ne cessais de provoquer encore et encore. Et au final.. il est vivant.

Je suis vivant.. dit-il simplement. Et là, je sens mon cœur s'arrêter, le temps d'une seconde. La main d'Eva dans la mienne me permet de ne pas tomber. Je l'a regarde du coin de l'oeil. Je l'a vois qui se renferme, qui s'endurcit comme elle sait si bien le faire. Ma Everest quoi. Ma meilleure amie. Elle a toujours été plus ferme que moi. Moi je suis la sensible entre les deux. Faut pas être sortis de Saint Cirre pour le voir. Mais là.. clairement, je peux pas tenir. Je peux pas et j'ai besoin d'elle. Elle le sait. J'ai pas besoin de lui dire, car elle le sait. Donc elle se protège.. Elle le fait pour moi, mais je sais aussi pour elle-même. Pour ne pas être blesser de nouveau. Blesser encore plus qu'elle ne l'est déjà. J'aimerais pouvoir en faire de même. Puis alors, de sa voix si froide et implacable, elle lui demande pourquoi. La question que je rêvais de sortir, mais que je n'ose poser.

Car je connais la réponse. Je sais pourquoi. Je sais tout.. mais je veux l'entendre de sa bouche, mais s'il s'agira de la pire des déchirures. Car quand je saurais la vérité, je sens bien que l'amour que j'avais pour lui se transformera en haine et en rancœur qu'il sera bien difficile à réparer. Que mon cœur s'en trouvera anéantie par une telle trahison. Car oui, je me sens déjà trahis.. mais tout ne semble pas encore vraiment réelle tant qu'il ne l'a pas dit. Il tente de s'approcher, mais il ne dit rien. Je me recule subitement, je ne veux pas qu'il me touche. Je ne veux pas qu'il soit trop près. Il ne répond toujours pas. Pourquoi ne répond-il pas. Il cherche sûrement les bons mots.. la bonne excuse pour nous faire avaler son absence et sa pseudo-mort de même. Mon visage est tordu par tant d'émotions que je ne sais pas si il montre la colère, le dégoût, le désespoir... peut-être tout à la fois. Il ne répond toujours pas. Si bien que je crache alors ces mots, des larmes coulant sur mon visage sans que je ne les contrôle :

« Répond !! Pourquoi Andrew ! »

Prononcer son nom... je viens de prononcer son nom. Je ne l'ai pas dit depuis des années... et lui dire en face, à lui... qui se tiens debout devant moi. J'ai l'impression que je vais vomir. Mes genoux tremblent... je vais m'évanouir. Je serre la main d'Eva et même si j'ai honte de ma faiblesse, je viens poser une autre main sur son épaule, comme pour m'appuyer à elle. J'ai l'air minable. Mais je devrais plutôt m'asseoir sur ce banc là.. sauf que je peux pas bouger plus. Sinon je crois bien que je vais m'écrouler, pour ne pas me relever avant d'avoir pleurer toutes les larmes de mon corps et vomis toutes mes tripes.


AVENGEDINCHAINS
 

_________________


IL Y A TOI A QUI JE NE CESSE DE PENSER. IL Y A TOI QUI A SU ME SAUVER. IL Y
A TOI QUE JE PEUX EMBRASSER. IL Y A TOI QUI SAIT M'ENLACER. IL Y A VOUS MES HOMMES QUE JE SAIS AIMER.— Clarice Lispector.


EN BAISSE D'ACTIVITE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Re: Notre coeur a vu en toi, le sourire de notre chagrin. | Dim 5 Fév - 3:13
Home is where the heart is
I am thinking it's a sign, that the freckles in our eyes are mirror images
Prénom ✧ Prénom


J'étais là, debout dans la nuit qui était tombée sur la ville, debout au milieu du jardin contemplant ce qui était à mes yeux les plus belles étoiles du soir. Je les regardais, mon cœur était animé d'une grande lueur en les regardant. Pour la première fois depuis des années, je me sentais bien, très bien. Malheureusement et je le savais, mon retour était pour elle bien plus douloureux pour elles que le deuil de mon décès. Mon retour avait rouvert en elles des blessures qui ne se sont jamais totalement fermées et je le savais, je le redoutais. C'est pour cela que j'avais décidé de revenir ce soir mais d'aller les voir une par une et en douceur. Au fond c'était les deux personnes que je ne voulais pas blesser mais, là c'était totalement l'inverse, je les avais encore plus détruit qu'après mon départ. Eva avait ce regard noir plein de haine, et encore c'était un euphémisme. Si il y avait eu un mot au delà de la haine ce serait sans doute celui là qui aurait été la définition de son regard.

« Pourquoi? » Eva venait de me poser cette question d'une voix ferme et sèche, désertique même. C'était la grande question, je ne savais même pas moi même au final. Si sans doute pour échapper aux autorités, aux gens à qui je devais de l'argent, à ces connards de gang rivaux. Au fond je m'en foutais de ces junkies, ils étaient pathétiques tout comme je l'étais avant. J'étais un drogué, et encore le mot est faible. J'ai failli y passer plus d'une fois, des bagarres, des verres de trop ... Mais là c'était différent, pendant quelques secondes je suis mort. À ce moment là quand on revient, on ne comprend rien, on ne comprend plus, on se rend compte que l'on a jamais rien compris et que personne ne pouvait comprendre. J'avais pris une décision irréfléchie mais j'avais l'habitude de ne pas réfléchir avant de prendre des décisions, d'être une personne agissant dans l'immédiat qu'importe les conséquences. Certains prendront ça pour de l’égoïsme, moi j'y vois une volonté personnelle.

« Parce que j'en avais envie. »

C'était vrai, j'en avais envie. À mon réveil, j'avais soigneusement pris soin de parler avec le médecin, je n'étais pas bien et j'avais eu de la chance mais ça, je m'en fichais. Je ne voulais juste plus vivre là, j'étais faible et pour la première fois je m'en rendais compte, j'étais devenu une loque. J'avais négocié avec le médecin, je lui donnerais une jolie somme en échange de son silence concernant le fait que je sois toujours en vie. Il valait mieux que je meurs, au début il refusa, mais après quelques menaces bien senti il décida d'accepter, par chance il était jeune et faible et facilement sujet à la corruption.

« Ça s'arrête là. C'était une envie et ça ne sert à rien de me poser des questions je n'y répondrai pas, il n'y a rien à répondre. Je suis parti en vous faisant croire que j'étais mort pour tout quitter et échapper aux autorités et à des connards qui voulaient ma peau. J'ai appris que Marie avait disparu et j'ai décidé de revenir, ça s'arrête là. Je ne pensais pas vous croiser ici c'est tout. »

C'était vrai et faux en même temps, je ne les avais jamais oublié et j'étais grandement revenu pour elle mais à ce moment là je préférais entretenir leur haine. C'était mieux pour elles comme pour moi. Je ne voulais pas les faire entrer à nouveau dans ma vie, ce n'était pas bon pour elles.

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Eva J. Lawson
Tragédie
J'ai débarqué à Londres le : 27/10/2016 et j'ai déjà raconté : 942 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Lily Collins. Sur le forum je suis aussi, : Annabella Grimaldi, Sevan Vanderbilt, Roméo Johnson et Babylone Hamilton.
rides et tu dois savoir que je suis : assez libre niveau partenaire sexuelle tant que ce sont des hommes




TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 433

Re: Notre coeur a vu en toi, le sourire de notre chagrin. | Dim 5 Fév - 3:48


"Love me, even if it kills us both"

L'amour est resté, comme une grande image survit seule au réveil dans un son effacé - Lamartine


Je ne bougeai plus. Je le regardai noir, j’avais enfouie ma blessure, ma souffrance… Je savais très bien ce qui allait se passer… C’était ce qui était arrivé à chaque épreuve difficile de ma vie. Comme une gorgée d’air, j’avalais toute la souffrance et je la noyais dans le plus profond de mon être. Je savais que cette scène restera graver dans mon esprit, dans mon cœur, dans mes veines et mon âme. Elle rejoignit tellement de souvenirs si sombres. Je ressentais tellement de haine envers cette personne que j’avais tellement aimé. Jamais je n’aurais pensé pouvoir ressentir ce genre de sentiment pour Andrew, et pourtant… La vie est pas mal joueuse, mais j’avais décidé de ne plus être marionnette.

Je sentais Keira sur le plan de flancher et il était hors de question qu’il l’a fasse souffrir davantage. Je pouvais supporter qu’il me détruise, mais je ne pouvais pas tolérer qu’il lui fasse autant de mal. Il était son frère jumeau, mais moi, j’étais sa famille. J’étais très bien placé pour savoir que les liens du sang ne voulait parfois rien dire, le lien du sang pouvait être misérable comparé aux liens du cœur. Je le haïssais tellement, je lui souhaitai tellement le pire. Je décalé Keira derrière moi, comme pour la protéger, être un rempart entre les deux jumeaux. Keira était littéralement en crise et je ne pensais pas la situation s’aggraver.

Pourtant, je croyais tellement des choses fausses, que j’étais encore à côté de la plaque quand j’entendis ce qu’il disait, sa réponse, sa justification. Je me retournai vers Keira, la prenant de part et d’autre de son visage « Regarde-moi Keira, regarde-moi » Lui dis-je emprisonnant son regard pleins de larmes dans le mien déterminé « Je suis là pour toi, t’es pas seule, fais-moi confiance » Lui dis-je alors « Laisse-moi m’occuper de toi, fais-moi confiance… » Lui dis-je toujours en la regardant droit dans les yeux « Je suis là, laisse-toi aller, tu peux tomber, tu peux lâcher prise… Je te relèverai, je vais nous relever » Lui dis-je alors. Il fallait que Keira se laisse aller, qu’elle lâche prise, elle en avait plus que besoin, son cœur allait exploser.

Je me retournai vers Andrew, il n’y avait plus d’amour dans mon cœur et ni même dans mon âme « Mais Marie n’est plus là Andrew, alors barre-toi, casses-toi, dégage ! » Lui dis-je alors agressivement « Je ne veux plus te voir dans ma vie, je ne veux plus te voir dans sa vie » Dis-je en pointant Keira du doigt sans même lui accorder un regard « Tu es mort pour moi, tu n’es qu’un imposteur et si tu savais à quel point je vais te détruire » Lui dis-je en m’approchant de lui. J’eus un sourire, au fur et à mesure que je m’approchai de lui mon cœur saignait… Malgré ses mots de haine, je devais l’admettre que j’étais toujours autant amoureuse de lui, mais je décidai de prendre cette faiblesse et de m’en servir comme force « Et ceci n’est pas une menace, crois-moi, c’est une promesse » Lui dis-je.

Dans un même temps, je pris un collier que j’avais, ce n’était pas n’importe quel collier. Ce collier était le collier qu’il m’avait offert à l’époque, la soirée de notre première fois, ce collier était tellement symbolique. Tout comme le fait de l’arracher et de lui jeter à ses pieds « Tu n’es pas la bienvenue » Lui dis-je alors « Refais-nous se cadeaux et meurt une deuxième fois, sauf que ne reviens plus » Lui demandais-je ou bien alors le suppliais-je, je ne savais plus. Une chose est sûre, que je m’étais tellement rapproché de lui que je pouvais sentir son souffle contre ma peau, sa respiration, les battements de son cœur, il était vivant… Et je fermais les yeux, suppliant Dieu qu’il arrête ce cauchemar, que je voulais me réveiller à présent.


Code by Sleepy

_________________
❝I don't wanna let go❞ Drivin' a nightmare I can't escape from. Helplessly praying, the light isn't fadin' hiding the shock and the chill in my bones


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Keira S. Murphy
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 15/10/2016 et j'ai déjà raconté : 522 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Kaya scodelario. Sur le forum je suis aussi, : Pas encore.
rides et tu dois savoir que je suis : en couple.. dans une relation.. j'ai encore du mal avec toutes ces choses là.
TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 349

Re: Notre coeur a vu en toi, le sourire de notre chagrin. | Dim 5 Fév - 18:27

  Andew, Everest & Keira

Notre coeur a vu en toi, le sourire de notre chagrin.

 

  Je ne sais pas si je suis prête à entendre ce qu'il a à dire. Je n'arrive plus à respirer. Mon esprit divague et ma tête tourne. Je n'arrive même plus à le regarder. Mes yeux sont perdus dans le vide qui se trouve devant moi alors qu'Eva se place devant moi, faisant rempart entre moi et mon frère. Cela faisait longtemps que nous n'avions pas pu testé notre amitié. J'ai toujours eut peur de la perdre. Elle a beau être plus jeune que moi, nous sommes à égalité et nous nous complétons. Le seul point positif au retour d'Andrew pour le moment.. c'est que notre lien semble être plus fort que jamais. Je serais prête à abattre des montages et dégommer des cranes pour cette gonzesse.. tout comme je vois qu'elle est prête à tout pour nous protéger. Protéger ce que nous avons construit. Elle est ma seule famille.. elle a toujours été là depuis le début. J'essaie de me rattacher à ça, sinon je vais craquer.

Sa réponse a l'effet d'une bombe sur moi. Mes yeux s'ouvrent en grand, et je perds toutes couleurs sur mon visage. Le vent gelé me rend l'air pâle et bleu et violette. Je tremble, mais pas de froid. Il ne cesse de parler et je ne peux y croire.. non je ne peux pas. Le souvenir de mon frère m'empêche de croire qu'il puisse penser tout ce qu'il nous dit maintenant, avec une telle facilité. Je serre un peu plus la main d'Eva et elle se retourne en sentant que je ne cesse de me retenir encore et encore. Elle prend mon visage entre ses mains alors que mon regard était dans le vide. Je relève mes yeux pour croiser son regard. Je suis morte. Morte de l'intérieur. Mes larmes coulent sur mes joues.. je ne m'en rendais même pas compte. Elle ne m'a jamais dit de telle choses.. si bien que je sens mon visage se tordre de douleur alors qu'elle me dit de lâcher prise.. elle veut être forte pour nous deux. Elle m'aide à rester en contact avec la réalité..

Mais lorsqu'elle me lâche et se retourne vers lui, je sens mon corps flancher sous mon poids et je me retrouve à genoux par terre. Je regarde le sol, mes larmes glissant de mes yeux pour rejoindre le sol et je tremble. Je n'arrive pas encore à craquer mais je n'ai plus de force.. je suis vidée de toute énergie. Je n'entend même pas Eva parler, mais je l'a sens s'éloigner de moi et je relève le regard pour regarder la scène. Mon visage commence à se fermer au fur et à mesure que j'observe ma meilleure amie et mon jumeau se faire face, alors qu'elle vient de lui jeter son collier devant lui. Sans qu'ils ne me voient, je me lève, encore fébrile, et d'un pas lent, je pars sur le côté, croisant mes bras en me crispant.

Je m'enfonce dans les jardins, dans l'obscurité. On finit par ne plus me voir et je disparais. J’accélère... et je finis par me mettre à courir. Je cours sans m'arrêter et m'engouffre dans un labyrinthe. Je finis par m'arrêter, agrippée à un pilier, sans souffle et j'éclate. Je m'agrippe à ce pilier et pleur, sanglotant bruyamment et hurlant presque et je renifle. Je passe ma main dans mes cheveux qui sont mouillés par la pluie qui a cesser. Je sens un froid glacial et lève mon visage déformé par les pleurs. Des flocons viennent tombés sur mon visage. Je ferme les yeux, me calmant doucement, laissant la neige me rafraîchir les esprits. J'avais besoin de partir, d'être seule. S'il y a bien une chose que je ne voulais pas.. c'était montrer comme je suis faible à mon frère. Je n'arrive pas encore à réaliser. C'est pour cela que je réagis ainsi.. Eva a beau dire qu'elle est là pour moi.. pour le moment, je pense que je dois me lâcher seule.


AVENGEDINCHAINS
 

_________________


IL Y A TOI A QUI JE NE CESSE DE PENSER. IL Y A TOI QUI A SU ME SAUVER. IL Y
A TOI QUE JE PEUX EMBRASSER. IL Y A TOI QUI SAIT M'ENLACER. IL Y A VOUS MES HOMMES QUE JE SAIS AIMER.— Clarice Lispector.


EN BAISSE D'ACTIVITE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Re: Notre coeur a vu en toi, le sourire de notre chagrin. | Mar 14 Fév - 8:09
Home is where the heart is
I am thinking it's a sign, that the freckles in our eyes are mirror images
Prénom ✧ Prénom


J'étais abattu ... Je regrettais tellement à ce moment là d'être parti de la sorte, de leur avoir fait autant de mal. Au fond je pensais que c'était le mieux mais c'était la pire chose à faire pour elles. J'ai été égoïste et j'avais besoin de partir mais elles auraient dû savoir pourquoi et j'aurais dû leur dire. Maintenant il était trop tard et je savais qu'elles ne comprendraient pas, elles n'auraient jamais compris mais au moins elles auraient su pourquoi j'avais besoin de m'éloigner. Mon visage était impassible, droit et ferme. Elle me voyait comme un monstre et je le savais. Pourquoi est-ce que je continuais à être aussi monstrueux alors que je pouvais tout leur expliquer? Je n'en sais rien. Inconsciemment j'avais peur d'exprimer mes sentiments et de devenir faible.

Keira était à deux doigts de tombé et Eva la rattrapa, elle pleurait et je n'avais qu'une envie c'était de la prendre contre moi, ma petite sœur, la moitié de mon âme, toute ma vie. Mon cœur était en vrac et j'avais du mal à contenir ne serait-ce que ma volonté d'être auprès de mes deux femmes, mes deux soleils. Ca a toujours été elles dans ma vie, elles et elles seules, les seules qui n'ont jamais compté plus que n'importe qui à mes yeux. Eva était entrain de rassurer Keira, lui dire des mots forts et j'étais fier. Fier de ces deux amies pour la vie, fier de ses sœurs de cœurs et de vies. Elles étaient là l'un pour l'autre et j'étais heureux mais, à la vue de cette scène je ne pu m'empêcher de détourner le regard pendant une seconde, une, juste une. Je n'ai jamais été faible et là pendant une seconde, j'étais perdu, sans doute que si je savais ce que c'était, j'aurais pleuré, mais j'étais mal, j'étais mort à nouveau devant cette scène.

Eva se tourna vers moi pour me parler et j'en avala tous les mots, chacuns d'entres eux. Malgré tout mon regard se posa sur Keira qui allait s'enfoncer dans le jardin. Je n'avais pas envie de la laisser partir, elle était tellement mal. Eva me disait des mots forts mais juste, elle avait raison. J'aurais sans doute dû réellement mourir ce jour là après tout. Pourquoi étais-je encore en vie? Je ne m'étais jamais posé la question. Mais maintenant elle était légitime ... Eva arracha un collier, ce collier, LE collier. Celui là même que je lui avais offert ... Au fond il était symbolique, je lui avais offert ma première fois et elle m'avait offert la sienne. Inconsciemment à travers le seul cadeau que je n'ai jamais fait à quelqu'un hormis ma sœur ... Je lui avais offert mon cœur sans m'en rendre compte et le fait qu'elle l’arrache de cette manière m'arracha le cœur par la sorte.

"Tu as raison. Le Andrew que tu connaissais, que vous connaissiez est mort lors de cette nuit il y a bientôt 5 ans. J'aurais sans doute dû mourir c'est vrai. Malheureusement, si tu n'as plus envie de me voir tu devras fermer les yeux car je ne compte pas partir."

Je ramassa le collier qu'elle avait arraché pour le regarder quelques secondes avant de le mettre dans ma poche. C'était normal, je ne souhaitais que leurs bonheurs aux deux et je n'en faisais pas parti. Si elles me détestaient c'était le mieux pour elle. Je passais près d'Eva sans la quitter du regard et parti en direction du jardin pour rattraper Keira.

"Je suis vivant et même si ça ne t'enchante pas c'est une vérité à laquelle il va falloir t'habituer."

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Eva J. Lawson
Tragédie
J'ai débarqué à Londres le : 27/10/2016 et j'ai déjà raconté : 942 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Lily Collins. Sur le forum je suis aussi, : Annabella Grimaldi, Sevan Vanderbilt, Roméo Johnson et Babylone Hamilton.
rides et tu dois savoir que je suis : assez libre niveau partenaire sexuelle tant que ce sont des hommes




TENUE CORRECTE EXIGÉE

Mes petits secrets bien gardés: : 433

Re: Notre coeur a vu en toi, le sourire de notre chagrin. | Sam 18 Fév - 19:56


"Love me, even if it kills us both"

L'amour est resté, comme une grande image survit seule au réveil dans un son effacé - Lamartine


Je le regardai avec tellement de haine et de dégoût, il me répugnait de manière que je n’avais qu’une seule envie, c’était de vomir. Je me retournai vivement quand j’entendis un bruit derrière moi, Keira s’enfuyait dans les bois et je baissai la tête. Je ne pouvais rien pour elle, je le savais. Lui courir après ne ferait qu’empirer la situation, je le savais. Je me tournai alors vers ce fantôme « Regarde ce que tu lui fais, à elle, ta propre sœur jumelle » Lui répliquais-je.

Je le toisai tandis qu’il me dépassait pour aller en direction de a forêt « Tu peux rester en ville, tant que tu n’empiète pas sur mon espace vitale, sur ma vie et mon quotidien » Haussais-je les épaules pour le lâcher du regard, je l’avais vu auparavant reprendre le collier que j’avais jeté juste avant. Que cela lui fasse plaisir après tout, j’en avais plus rien à foutre dans le fond. Je continuai donc mon chemin en prenant soins de prendre le bas de ma robe.

Je montai les escaliers, mon cauchemar derrière moi, et je décidai de rentrer chez moi, je n’avais plus rien à faire à cette soirée. Je voyais au loin un de mes meilleurs amis, mais je ne prenais pas le temps de lui dire au revoir. Je n’avais pas non plus envie de rentrer chez moi, je ne voulais pas affronter la tristesse de Keira, je décidai donc de retrouver refuge auprès de Matthew, je savais qu’il me ferait du bien et qu’il me changerait les idées.


Code by Sleepy

_________________
❝I don't wanna let go❞ Drivin' a nightmare I can't escape from. Helplessly praying, the light isn't fadin' hiding the shock and the chill in my bones


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Re: Notre coeur a vu en toi, le sourire de notre chagrin. |
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Communication :: And last night you were in my room :: Saison une. :: scènes-
Sauter vers: