AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur le forum Invité <3
Midnight Sun a ouvert ses portes le 16 Aout 2018.
Fais connaître toi aussi le forum pour avoir plus de jolis coeur dans notre famille.
SI TU VEUX AVOIR DES RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LE CONCEPT
C'EST ICI QUE TOUT CE PASSE : JUSTE LAAAAA !
Hey, Invité, qu'est-ce que tu dirais de boire quelques coktails dans une villa de riche
La soirée des Kingston t'attends !.

 

 Take me back to the night we met. ☁ Eva

Aller en bas 
Auteur
Message
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Humain

W O L F (G A N G)
J'ai débarqué à San Francisco le : 18/06/2018 et j'ai fêté mes : Vingt-six coquillage usés par la vie le : Dix-huit décembre 1992 J'ai déjà raconté : 21 histoire et je suis le sosie de : Diego sexy Barrueco J'en profite pour remercier : HOODWINK pour mon avatar. Sur internet je suis : Karmageddon, amicalement vôtre Sur le forum je suis également : Nobody
My love is toxic

Dans la vie je suis : Polyvalent diront-ils. Chauffeur de taxis le soir, paysagiste par passion quand le temps le permet et secrètement responsable d'un nouveau trafic de drogue en ville. et côté coeur je suis : Dans une relation fucking compliqué avec Eva Lawson Tu me trouveras dans : le centre ville de Tree Hill. J'ai actuellement : 161 dollars en poche et j'appartiens à un univers : Bloody Mary (Rang : Humain - Porteur du gène du loup -)

K I N G
O F
T H E
C E N T E R



(4/5) RP - Everest librelibrelibrelibre


MessageSujet ☆ Take me back to the night we met. ☁ Eva   
le sujet à été posté Sam 1 Sep - 17:40



Take me back to the night we met.
T’as enterré mon cœur, tu n’étais qu’une fossoyeuse qu'une bombe joyeuse, mes rêves sont hantés par ta peau soyeuse.

 
EVEREST ϟ  ARIEL .

1 h 33 - Centre-ville. Dernier appel, client final, au volant de ton taxi tu déambules dans ses rues qui ont bercé ton existence bancale et lorsque tu repasses dans ses rues que tu ne connais que trop bien des brides de souvenir te reviennent. Une nostalgie qui te fait sourire d'amusement tandis que tu te revois avec tes amis un peu éméché, peut-être trop, profitant de l'insouciance de la jeunesse qu'à présent tu as quittée. Pour d'autres jeux, des beuveries différentes avec des gens différents. Ça ressemblait à une spirale, un trou noir qui t'avait aspiré et dont au fil du temps tu avais mis peu à peu ta vie de côté. Parce que tu n'avais plus le temps, ressentant toujours cette sensation d'oppression au vu de la menace qui planais sur ta tête. Un faux pas et tu étais un homme mort. Et ça, c'était une issue envisageable, tu ne pouvais pas mourir maintenant en laissant toutes les personnes que tu aimes derrière toi dans leur vie que tu voulais améliorer. À ta façon. Clac. C'est le bruit de la portière qui claque lorsque ton passager entre et te donnes son itinéraire. La course se passe relativement bien, monsieur n'est pas sobre, il détient un discours d'homme ivre parlant de tout et de rien. Toi, tu t'en fiche, tu veux juste rentré chez toi. Revoir son faciès qui bizarrement te rassure parce qu'à présent tu n'es plus seul, ta solitude forcée dont tu t'es habitué et abolit avec une personne que tu n'aurais jamais cru. Enfin, techniquement deux. Ce bébé dont tu t'occupais et elle. Vous ressembliez presque à une famille ainsi.

Vingt-minutes plus tard, ton carrosse d'infortune déposé et le métro pris, tu insères enfin ta clé dans la serrure de ta porte. Ton souffle se bloque lorsque tu saisis la poignée pour ouvrir et fermer derrière toi. L'appartement est plongé dans le noir sans un bruit tu te faufiles de la pointe des pieds, jetant un regard circulaire dans la pièce principale où tu ne vois personne, tu te diriges vers la deuxième chambre aménagé depuis quelques mois pour le futur bandit dormant à priori de poing ferme. Un sourire doux vient fleurir sur ton visage lorsque tu observes sa petite bouille, il représente l'innocence même et d'une part tu te sens quelque peu coupable de lui offrir sans réellement le vouloir la vie qu'il aurait. Cinq minutes d'observation plongée dans tes pensées, tu te diriges cette fois-ci vers ta chambre. Où là également tu vois la brune volcanique elle aussi aspirée par Morphée. Elle semble calme et paisible, ce qui est rare, beaucoup trop anormal depuis ce fameux jour dont vous n'avez pas vraiment reparlé. Et ça tu étais le mieux placé pour en parler puisque souvent la nuit, il n'y avait pas qu'Esteban qui te réveillait de ses cris mais elle aussi. Une terreur l'habiter continuellement et c'était toujours avec cette sensation d'impuissance que tu essayais de l'aider. En vain. Finalement tu reviens sur tes pas pour toi aussi allez rejoindre ton repos bien mérité, tu ne dormais pas avec elle. Jamais. Si elle avait ses propres démons indomptables tu avais aussi les tiens, les fissures de ton âme resonnant au rythme des névroses qui t'habitent. Dans tes rêves à toi aussi perturbé, tu ne voyais que depuis trop longtemps, le visage de ton paternel qui était une véritable hantise. Plongé dans ton sommeil tu te jugeais trop vulnérable, d'une langue trop pendue et des cicatrices corporelles trop visibles. Alors, partager ta couche avec quelqu'un était pour toi une véritable source d'angoisse, une boule nerveuse se former dans ta gorge et te tenait éveillait te répétant qu'au cas où un couteau se trouvait sous ton matelas. Il aimait ça Angus, lorsque trop ivre et trop énervé il avait besoin de se défouler. Que tu dormes ou non, qu'importe, de toute manière à ses yeux tu n'étais rien d'autre qu'un moins que rien.

Les couches de vêtement retiré tout en laissant ton caleçon, tu te réfugies sur ton canapé habituel couvert de ce plaid doux, avouons-le. Tu fermes les yeux après inspirer un bon coup, revoyant l'avenir idyllique que tu espères dans ta caboche. Puis soudainement, un cri vient fendre l'air comme la lame d'une épée, tu rouvres brutalement les yeux sursautant à cause de la surprise. Tu n'as pas besoin de te demander de qui ça peut provenir, tu te diriges automatiquement vers ta dernière escale où tu te presses vers le lit pour entourer de tes bras le corps rempli de spasme de la jeune femme pour la surélevé.

« - Eva, eh Eva ! C'est Wolf.  Réveille-toi c'est un cauchemar ! Ça va aller, je suis là. Chut.  Eva ? Eva ? »

Ta voix prend directement un ton bas et doux, le but n'étant pas de l'effrayer en beuglant comme le pense la croyance urbaine. Ça ne renforcé que la peur de la personne endormie et la réveiller si brusquement aurait plus des conséquences d'un réveil déboussolé qu'autre chose. Repoussant ses cheveux en arrière tes doigts caressent pendant une fraction de seconde sa joue, ton autre bras autour de sa taille se resserrant doucement, tu tends une oreille te demandant si l'autre dormeur n'as pas été brusqué. Il ne manquerait plus que ça pour une nuit en enfer.





@Eva Lawson

_________________


So have you got the guts ?
The sleeping wolf I've dreamt about you nearly every night this week, how many secrets can you keep ? Cause there's this tune I found that makes me think of you somehow and I play it on repeat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Humain


J'ai débarqué à San Francisco le : 02/05/2018 et j'ai fêté mes : vingt-quatre ans le : 26 avril 1994. J'ai déjà raconté : 54 histoire et je suis le sosie de : Lily Collins. J'en profite pour remercier : Amnesis. pour mon avatar. Sur internet je suis : medusa. Sur le forum je suis également : Blue Grady.


Dans la vie je suis : ancienne prisonnière. et côté coeur je suis : en relation compliquée avec Wolfgang Rosenwald. J'ai actuellement : 431 dollars en poche et j'appartiens à un univers : Humain.

Victoria Lawson : Ma grande soeur, nous avons le même sang, mais cela ne fait pas tout. Elle ne comprends pas que j'en avais rien à faire de son fric, ce dont j'avais besoin c'était d'une grande soeur, d'un modèle, d'une épaule pour m'aider dans ce que j'ai pu vivre, chose qu'une enfant de mon âge, à l'époque, n'aurait pas dû vivre... Seule. Coleen Lawson :  Ma petite soeur, elle et moi... Nous sommes proches, aussi proche que des jumelles. J'ai tout sacrifier pour elle, pour son bonheur, elle est ma petite protégée. Je ne suis pas la soeur et le modèle idéal pour elle même si je lui en veux beaucoup de m'avoir abandonné et de se servir de moi comme si je n'étais pas importante pour moi alors qu'elle est tout pour moi.

Keira Murphy : Ma meilleure amie, elle et moi nous sommes aussi toxiques qu'indispensable l'une pour l'autre. Elle est ma coloc, mon pilier et celle qui me fait sombrer dans le chaos. Elle est la seule qui me reste, je sais que je pourrais compter sur elle qu'importe la raison et vice versa.
Wolgang Rosenwald : Tu es le mec que je déteste le plus au monde, et je te déteste, et je te désire, je te veux. Je déteste te vouloir autant, je déteste que tu me ressembles autant. Je déteste les amis que tu t’es choisie, cette confiance que tu as beaucoup trop. Je déteste le plaisir que tu sais me donner, je déteste que tu saches si bien t’y prendre avec moi, je déteste aussi que tu sois le seul à me comprendre comme je suis la seule qui puisse te correspondre, je te déteste pour les battements de cœur que tu me fais avoir, je déteste que tu essayes de m’affaiblir… enfaîte je te déteste pour les sentiments que tu pourrais me faire ressentir pour toi. #evawolf


MessageSujet ☆ Re: Take me back to the night we met. ☁ Eva   
le sujet à été posté Lun 17 Sep - 16:24

Ma vie était réellement devenue étrange depuis que j'étais sortie, je ne reconnaissais plus le monde, je ne me reconnaissais plus du tout. Peut-être était-ce une deuxième chance, une deuxième vie qu'on m'offrait. Que je devais faire les choses autrement. Peut-être. Mais une chose est sûre, je suis complètement brisée et je ne sais pas comment me sortir de là. Dès que je fermais les yeux, je revoyais ce couloir de la mort, je revoyais les préparatifs, le prêtre qui venait à ma cellule, je me revoyais, têtue jusqu'au dernier instant. Les personnes qui m'avaient lâchés, qui comptait pour moi, les personnes qui au contraire, étaient venues, des personnes qui m'ont soutenues alors que je n'avais jamais été réellement tendre.

Cela faisait des semaines, mois peut-être que j'étais dans cet appartement avec cet homme qui avait été pendant mon pire ennemi, et qui l'est toujours en quelque sorte. Mais c'était compliquée entre nous, je ne savais pas qui nous étions au final, je savais juste que j'avais besoin de lui, il était mon ancre, ma bouée de sauvetage. Il prenait soin de moi comme jamais personne ne l'avait jamais fait et il faut dire que pour une fois, j'en avais besoin. Et plus le temps passée, plus je me rendais compte de la dépendance que j'avais envers lui. C'était malsain, comme notre relation, comme lui, comme moi, comme nous. Nous étions malsain et nous nous complaisons dans ce milieu qui nous détruit plus qu'autre chose au final.

Mais nous n'étions pas seuls, nous pouvions pas nous détruire comme nous le faisions si bien. Du moins pas pour l'instant. Il y avait ce petit mec, ce petit bonhomme sans défense, si fragile et qui avait besoin qu'on prenne plus soins de lui que de moi, qui méritait tout l'amour et l'attention. Alors c'est ce que je faisais quand Wolfgang n'était pas là. J'avais, d'aussi loin que je me souvienne, toujours eu ce côté, cet instinct maternel. C'est ce que j'avais fais avec Coleen, je m'étais occupée d'elle lorsque nous étions plus jeune, que notre mère était incapable de le faire. Et dans un certain sens, ce petit bout de choux, était comme une raison pour moi d'aller bien, d'avoir une responsabilité et de ne pas me foutre totalement en l'air.

Oui, c'était une situation étrange, j'avais failli mourir, j'avais eu une vie misérable et désormais, bien qu'ayant constamment la peur au ventre, des flash et des sombres souvenirs dès que je fermais les yeux ou autre, je vivais bien. J'étais dans un appartement acceptable, je pouvais manger à ma faim, je vivais avec un homme qui prenait soins de moi et en plus, nous élevions un enfant ensemble. La vie pouvait être bien bizarre parfois, vraiment très bizarre. Mais ce qui était le plus étrange était ma relation avec ce brun ténébreux.

C'est vrai, d'abord mon ennemi, puis mon amant, mon protecteur, mon tuteur en quelques sortes... Mais rien de plus, je ne savais pas ce que nous étions, nous ne dormions même pas ensemble, comme toujours cette sensation qu'il me repousse. Je n'étais plus la Eva qu'il connaissait, qu'il avait tant détesté, qu'il avait désiré. Et j'avais l'impression qu'il me voyait comme un jouet cassé, qu'il fallait réparé, absolument. Bien entendu, je gardais ça pour moi, la vie était bien trop compliqué et j'étais fatigué de devoir me battre sans arrêt.

Alors comme chaque soir, je m'occupais du petit, le faisant manger, lui faisant prendre son bain, le couchant tranquillement. Et une fois le petit endormie, je me posais. Et je me mordais la lèvre, me dirigeant dans ma chambre et prenant des somnifères dans ma table de nuit pour ensuite me coucher à mon tour, je ne savais pas quand est-ce que Wolf finissait le travail, mais je savais qu'il arriverait bientôt et qu'il pourrait prendre la relève pour le petit si y avait besoin.

Je ne me sentis pas m'endormir, mais les ténèbres enveloppais, et me serrer fort dans ses bras, un peu trop fort d'ailleurs. Des flash, des souvenirs, je me revoyais dans cette prison, je me revoyais dans cette chambre, les atrocités que j'avais dû subir, que j'avais dû assisté impuissante, la sentence, ce couloir, cette chaise, cette vitre. Tout l'enfer. Et encore une fois, je ne pouvais que crier, que clamer mon innocence, je n'avais pas tué Marie Clinton, je n'avais tué personne de ma vie. C'était la vérité, et c'est comme si personne ne m'écoutait, comme si personne m'entendait alors je me mis à crier plus fort. Tellement fort qu'une personne m'attrapa subitement et me dégagea de ses ténèbres.

Ce n'est qu'après quelques minutes que je réalisais que j'avais quitté le monde des rêves, que j'étais revenu à la réalité, j'étais en vie, innocenté, en sécurité dans cette chambre, en sécurité dans les bras de Wolfgang tandis que je me m'étais à pleurer silencieusement, me remettant de mes émotions, de ma peur, de mon cauchemar.
Revenir en haut Aller en bas
 
Take me back to the night we met. ☁ Eva
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Midnight Sun ::  :: Fashion Island :: Les logements.-
Sauter vers: