Bienvenue sur le forum Invité <3
Before Anyone Else a ouvert ses portes le 14 octobre 2016.
Fais connaître toi aussi le forum pour avoir plus de jolis coeur dans notre famille.
Le forum fête ses 8 MOIS.
C'est le moment de vous recenser pour la saison 2 : ici et d'envoyer un Londres pour les BAE AWARDS
BAE rejoint twitter, pour nous suivre et tout savoir dans la minute des actualités du forum, c'est par ici coeur

Partagez|
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

◈ A Londres depuis : 15/10/2016
◈ Les mensonges que j'ai : 416
◈ Ressemblance avec : Kaya scodelario
◈ Schizophrénie : NOPE
◈ Foule sentimentale : Peur de l'engagement. Peur de souffrir. Peur de rechuter.
Secrets : 168
Do you know who I am ? (feat Gary and Keira)
MessageSujet: Do you know who I am ? (feat Gary and Keira) Lun 7 Nov - 19:07

Do you know who I am ?

feat. Gary && Keira



Vivre de nuit..c'est quelque chose d’enivrant mais d'aussi dangereux.. surtout à Londres. Ville du si connu Jack l’éventreur non ? Aujourd'hui les dangers sont bien plus nombreux et plus visible et pourtant le monde ne fait rien pour arrêter ça. Regardez-moi.. je ne suis qu'un déchet. Je viens de finir ma soirée de ''travail'' et je marche pour rentrer chez moi. Je porte une robe noir, trop large et à bretelle.. en faite c'est une tenue de pyjama mais on s'en branle. Mon collant est tout filé et j'ai enfiler une chemise à carreau que j'ai voler y a quelque jours avec ma veste à capuche noire. Bien entendu je ne quitte jamais mes Dock Martens et pour ce qui se trouve en dessous tout ça, je porte le minimum syndicale comme on pourrait dire. Je marche en tenant mon sac à main défoncé et sans regarder devant moi, mes yeux étant rivés vers le sol. Je fume une énième cigarette et je regarde le goudron dégueulasse.. il fait un froid de canard bordel.. je me gèle. Mes cheveux sont humide de la douche que j'ai pris y a une demi heure et je sens qu'il va pas tarder à pleuvoir. Je presse le pas. J'ai pas envie de me prendre la pluie surtout quand on sait que chez moi c'est loin d'être chaleureux.. je sais même pas si on a le chauffage dans ce trou à rat.. On a un toit sous notre tête c'est ce qui importe le plus.

Je marche à vive allure, ayant mit ma capuche sur la tête. Je regarde le sol sans faire attention aux gens devant moi qui s'écarte sur mon chemin en me regardant d'un air méprisant et me jugeant de par ma simple apparence. Je sais comme je suis pitoyable.. sur mon front, c'est écrit pute et dans mon regard on peut lire droguée. C'est comme ça, on ne se refait pas. Je sais pas combien de temps il me reste à vivre.. Mais.. je sais pas. Putain voilà qu'il pleut. Je ne tarde pas à avoir les cheveux trempé et ma capuche ne sert à rien.. je vois plus rien et j'ai froid.. je met mes mains dans mes poches pour les réchauffer mais ça ne sert à rien..je suis frigorifié. Tout d'un coup, je vois rien, mais je bouscule quelqu'un et je me retourne en manquant de trébucher : « Tu peux pas faire attention merde ! » je reste sous le choc.. cet homme, ce regard, je le connais bien. Je pensais plus jamais le revoir. Je voulais pas. Il méritais mieux, c'est ce que je pensais quand je me suis barrer. On s'engueulait trop.. il voulait que je reste une fille bien, que je plonge pas de mes vices et ces merdes.. je pouvais pas.. je mentais tout le temps et je le voyais parfois complètement bourrer. Nos engueulades étaient si fréquente, que j'ai finis par dire stop... et je me suis barrer en lui disant qu'il me cassait les couilles. Mais après tout.. il était trop bien pour moi.. ce gars.. ce gentil gars.

« Toi.. ? » dis-je. Gary.. oui je sais comment il s'appelle mais je suis sous le choc. Je tremble, j'ai froid putain et je suis presque sur que mes lèvres sont bleu. De la buée sors de ma bouche et des mèches de cheveux dégoulinent devant mes yeux. Ma capuche est tombé de ma tête sous le choc. On reste planté là et il semble me regarder comme s'il ne me connaissait pas.....je fronce les sourcils : « T'as vu un fantôme ou quoi ? Je te rafraîchit la mémoire ? Keira, la salope qui t'as largué ? » j'écarte les bras comme pour me désigner mais il semble être largué : « Le froid te congèle le cerveau ? » pourquoi je lui parle comme une connasse ?.... Faut toujours que je sois sur la défensive. En même temps... le revoir.. c'est bizarre. Mais je sens que ça me fait un truc. Mon cœur manque un battement en croisant ses yeux et.. il est toujours si beau. C'en ai presque énervant. Comment il a pu s'intéressé à un déchet comme moi.. je me le demande encore. Je m'approche, et penche la tête sur le côté : « hé ça va ? »... il est bizarre, j'ai l'impression d'avoir un autre type en face de moi..
made by guerlain for
w.bazzart.org]bazzart

_________________


A UN MOMENT DANS TA VIE, TU SAIS QUE LORSQUE TU AS TOUT TRAVERSER TU DOIS T'ARRETER ET COMMENCER A VRAIMENT VIVRE. ARRETER DE FUIR. ARRETER D'AVOIR PEUR. RESPIRER. VIVRE SIMPLEMENT. — Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pineapple
Voir le profil de l'utilisateur

◈ A Londres depuis : 27/10/2016
◈ Les mensonges que j'ai : 172
◈ Ressemblance avec : Paul Wesley
◈ Schizophrénie : Nope pas encore (a')
◈ Foule sentimentale : Je ne sais plus où j'en suis, elle est dans ma tête <3
Secrets : 0
Do you know who I am ? (feat Gary and Keira)
MessageSujet: Re: Do you know who I am ? (feat Gary and Keira) Lun 14 Nov - 9:49

Citation :
Do you know who I am ?

feat. Gary && Keira
 


Ce soir, je travaillais au bar et étrangement je me sentais dans mon élément là bas. Je dis étrangement car d'après ce qu'on m'avait dit, j'étais plutôt du genre à être plongé dans un livre et à m'y sentir bien. Depuis mon accident de voiture qui remontait maintenant à trois mois, j'avais perdu onze années de ma vie. Depuis, je ne savais plus vraiment qui j'étais, je me contentais de sourire en jouant ce rôle qu'on voulait que je joue. S'était plus simple comme ça et de cette façon j'inquiétais moins mon entourage. Je culpabilisais de ne pas pouvoir me rappeler celui que j'étais, j'aurais aimé être capable de reprendre ma vie en main tout en étant moi même mais cela m'était impossible. Faire semblant était la seule chose que je pouvais faire pour l'instant. Je jouais donc le rôle du gentil gars qui snobait les fêtes et tout ce qui va avec. Pourtant je n'étais pas heureux dans ce rôle, au fond de moi je sentais que j'avais besoin d'autre chose, de vivre différemment. J'aurais aimé pouvoir croquer la vie à pleine dent sans me soucier de rien mais je ne pouvais pas faire endurer cela aux personnes qui m'entourent et plus particulièrement à mes sœurs. Elles étaient là pour moi, elles essayaient de m'aider tout comme les autres. Je leur souriais en prétendant que ça irait mais je savais très bien que ça n'était pas de cela que j'avais besoin. Ce soir, j'avais pas mal picolé parce que, oui, je planquais une bouteille sous le bar et je buvais discrètement pour ne pas me faire virer. Ce n'était pas correct mais ça m'aidait à tenir le coup et même si je ne profitais pas pleinement de mes soirées, je préférais me dire que s'était déjà un début. Évidemment, je ne buvais pas au point d'être ivre car en rentrant, je risquais de tomber sur une de mes sœurs et je n'avais aucunement envie qu'elles soupçonnent quoi que ce soit. Lorsque je quitta le bar, il était près de trois heures du matin et comme à mon habitude, je rentrais à pieds. Il fallait dire que depuis mon accident, j'avais peur de prendre ma voiture, je ne me souvenais de rien à ce sujet et ça me fichait une trouille d'enfer. Il faisait plutôt frais cette nuit et le temps était menaçant, j'avais enfilé un sweet à capuche et je pressais le pas afin de ne pas me prendre la pluie. J'étais perdu dans mes pensées mais j'en sorti précipitamment lorsqu'on me percuta.« Tu peux pas faire attention merde ! » Je me sentais mal à l'aise pour le coup, je décrocha tout de même un sourire poli à cette jeune inconnue qui semblait irritée. «  Je suis désolé j'étais un peu ailleurs » Répondis-je simplement sur le coup d'un ton beaucoup moins agressif que le sien. Le temps ne s'améliorait pas, désormais il pleuvait des cordes et on fut vite trempés tous les deux. Mon regard se posa sur la jeune fille qui restait figée devant moi sans un mot. Je fronçais les sourcils plutôt intrigué, son visage me disait quelque chose, s'était très vague, flou au point de pas parvenir à comprendre pourquoi j'avais cette étrange impression de la connaître sans que ça ne soit vraiment le cas. Je la fixais sans broncher, cherchant intérieurement à savoir d'où me venait cette sensation de déjà vu. « Toi.. ? »  Elle semblait me connaître et cela ne fit qu'accentuer cette étrange impression que j'avais face à elle.« T'as vu un fantôme ou quoi ? Je te rafraîchit la mémoire ? Keira, la salope qui t'as largué ? »  Keira, elle s'appelait Keira et pourtant il m'était impossible de me souvenir d'elle, même en sachant son prénom. Il était évident qu'on avait vécut quelque chose elle et moi, je fronçais d'avantage les sourcils pour tenter de me souvenir d'un détail, n'importe lequel du moment que cela pouvait me mettre sur la voix. Mais il n'y avait que du vide, ou presque. J'étais littéralement perdu, elle semblait tellement sur la défensive en me reconnaissant et maintenant elle aboyait comme ci elle était prête à me mordre si j'osais bouger d'un centimètre. « Le froid te congèle le cerveau ? » J'ouvris la bouche pour lui répondre, je voulais lui dire quelque chose, n'importe quoi. Pourtant, je restais silencieux, aucun son ne voulait sortir de ma bouche. J'ignorais ce qu'on avait pu vivre elle et moi mais ça semblait avoir compté. Je me pinçais la lèvre par dépit, si seulement je pouvais me souvenir ça serait tellement plus simple car pour le coup je ne savais pas quelle réaction j'étais censé avoir. « hé ça va ? » Keira venait de pencher sa tête sur le côté avec un regard interrogateur, ma réaction semblait l'intriguer, peut-être même l'inquiéter que sais-je. Finalement je laissa échapper un faible soupir, mettant un court instant avant de trouver le courage de lui répondre. «  Je dirais qu'il le faut » Je marqua une courte pause puis repris la parole. «  En faites j'ai eu un accident de voiture il y a quelques mois de ça et depuis je suis incapable de me souvenir des onze dernières années de ma vie » Je venais de lui dire cela comme ci je récitais une leçon, tourner autour du pot n'était pas mon genre et puis je ne voyais pas ce que je pouvais dire d'autre. Je ferma les yeux durant une fraction de secondes comme ci de cette façon je voulais rassembler d'avantage de courage pour l'affronter. S'était troublant, j'avais très peu de souvenirs qui me revenaient en vague et pourtant son visage me semblait tellement familier. «  Écoutes Keira je… je ne sais pas ce qu'on a vécut toi et moi mais j'aimerais le savoir » Je lui tendis alors la main avec un petit sourire en coin. «  Tu accepterais de boire un café avec moi ? Ou un chocolat chaud si tu préfères car si on restes sous cette pluie on risque d'attraper une pneumonie » Un léger rire m'échappa, s'était plus nerveux qu'autre chose. J'espérais qu'elle accepterait, je n'étais pas spécialement à l'aise face à elle mais je ne pouvais pas nier qu'elle me faisait un drôle d'effet, son regard aurait pu me déstabiliser mais s'était tout le contraire, je crevais d'envie d'en savoir plus même si elle me regardait visiblement sous le choc de la révélation que je venais de lui faire. J'étais prêt à lui donner plus de détails mais pour cela il fallait qu'elle en est envie et je n'étais pas vraiment certain que ça soit le cas au vu de la façon dont elle me dévisageait à cet instant. Voyant qu'elle restait figée face à moi, je pris le risque de prendre sa main de moi même, la serrant avec douceur. «  S'il te plaît… il faut que je saches » Je venais de plonger mes yeux dans les siens alors que j'avais combler cette faible distance qu'il y avait entre nous. J'avais pas mal de questions qui me traversaient en cet instant, s'était étrange mais aussi intense car sans que je ne comprenne pourquoi, en touchant sa main, mon cœur avait manqué un battement, s'était comme avoir le souffle coupé, soudainement..


made by guerlain for [url=http://ww
w.bazzart.org]bazzart[/url]
[/quote]

_________________
I dream of his arms
“J'voudrai seulement que tu m'chuchotes des mots doux à l'oreille en m'caressant les cheveux, qu'tu m'embrasses le front comme si j'étais ton protégé et qu'on reste comme ça pour l'éternité.” .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

◈ A Londres depuis : 15/10/2016
◈ Les mensonges que j'ai : 416
◈ Ressemblance avec : Kaya scodelario
◈ Schizophrénie : NOPE
◈ Foule sentimentale : Peur de l'engagement. Peur de souffrir. Peur de rechuter.
Secrets : 168
Do you know who I am ? (feat Gary and Keira)
MessageSujet: Re: Do you know who I am ? (feat Gary and Keira) Sam 19 Nov - 0:50

Do you know who I am ?

feat. Gary && Keira



Hé ça va ? Je lui demande. Il l'air complètement ailleurs et je ne sais pas pourquoi mais il me regarde avec un drôle d'air. Je suis inquiète là ? Non j'suis pas inquiète mais.. enfin.. non je suis pas inquiète. Bon, ça me fait un choc de le revoir après tout ce temps et comme ça sous la pluie.. il est toujours aussi beau, c'en est presque énervant. Je me râcle la gorge alors qu'il me toise et je sais pas si je dois juste m'en aller ou.. enfin je sais pas. Peut-être que j'ai été si peu importante dans sa vie qu'il en a même oublier mon existence.. ce serait pas étonnant. Mais tout d'un coup, il fend un sourire. Très léger, mais un sourire quand même. Je hausse les sourcils légèrement, un peu sur le cul je dois bien l'avoue. Pourquoi me sourit-il.. ? Pourquoi a-t-il l'air si.. différent. Je ne sais pas, j'ai une drôle d'impression et..je ne sais pas mais.. je n'aime pas vraiment ça : « je dirais qu'il le faut » me répond-il enfin.. avant de se taire. Il va simplement dire ça ? Rien d'autre ? Pourquoi semble-t-il totalement à l'ouest. Je commence à avoir une appréhension et je ne sais pas pourquoi je reste encore là comme si ça m'intéressait. Non, je suis Keira et je m'en bas les reins de tout et de tout le monde, pourquoi cela changerait-il. Ce type n'est rien pour moi, rien du tout et : «  En faites j'ai eu un accident de voiture il y a quelques mois de ça et depuis je suis incapable de me souvenir des onze dernières années de ma vie » me coupe-t-il alors que je suis dans mes pensées. Mon regard s'agrandit alors subitement, ma bouche s'ouvrant et je reste là, planté avec les lèvres bleus et totalement trempés..Il... il a perdu la mémoire ?? Non mais c'est une grosse blague là, on me fait une blague. Ce qui veut dire que... que... il ne se souvient pas de moi ? Beh oui du coup c'est logique vu comme il me regarde. Pourquoi reste-t-il donc planté là ? Et moi alors ? Ho tu as perdu la mémoire, beh tant pis ciao ! Ce n'est pas comme si lui rappeler qui je suis allait changer quoi que ce soit donc... pourquoi je lui dis pas juste salut et que je retourne chez moi. Surtout que j'ai vraiment froid. La buée sort de ma bouche alors que je ne sais pas comment assimiler cette information et mes cheveux se collent à mon visage tant ils sont trempés..Mais le temps semble comme arrêter et mes jambes refusent de répondre..

Il reprend la parole, et tend une main vers moi :  «  Écoutes Keira je… je ne sais pas ce qu'on a vécut toi et moi mais j'aimerais le savoir » hein ?? Non non tu veux pas savoir, tu veux pas savoir, et on s'en fou. C'était pas un truc super romantique et quand il le saura ça changera rien à sa vie : «  Tu accepterais de boire un café avec moi ? Ou un chocolat chaud si tu préfères car si on restes sous cette pluie on risque d'attraper une pneumonie » mes bras son croiser devant moi et je tremble alors que mon regard passe de sa main à ses yeux... et ceux-ci me déstabilise. La façon dont il a de me regarder... cela me rappelle la première fois qu'on s'est rencontrer. Il me regardait presque de la même façon.. sauf qu'il y a quelque chose en plus.. ou en moins je ne saurais dire... qu'il n'y avait pas avant. Il semble comme... je ne sais pas, intrigués peut-être.. je ne saurais le décrire. Mais je ne sais pas si je dois prendre cette main. Mes muscles sont gelés et.. rien que pour cela je devrais accepter. Mais.. est-ce une bonne idée. Je ne sais pas si je dois lui raconter tout et dans un autre sens je m'en fiche qu'il sache ce qu'on a vécu.. non ? Le fait d'en parler.. je ne sais pas ça me met mal à l'aise... Puis il veut qu'on trouve quoi d'ouvert à cet heure !!! Bon... on est à Londres, on peut trouver un truc. Non non !! Je refuse, je dois partir, juste me tirer d'ici. Ses yeux, son visage.. et sa main tendu vers moi.. c'est un appel que j'arrive pas à refuser et ça m'énerve ! Je sursaute tout d'un coup alors que je me rend compte que j'étais perdue dans mes pensées. Je baisse mon regard et voit une main dans la mienne. Je relève les yeux et le vois là, juste devant moi, si près avec des gouttes de pluie tombant de son nez. Mon cœur manque un battement et je sens son souffle chaud réchauffer mon front.. ok je suis vraiment petit merde.. je tremble et je sens sa main tenir la mienne : « S'il te plaît.. il faut que je sache » sa voix.. mon dieu j'avais presque oublié tout ça. Et c'était très bien ! Je recule subitement en rompant le contact et secoue la tête. Je met mes mains dans mes poches : « suis-moi.. » dis-je simplement en remettant ma capuche.

Nous arrivons rapidement dans un snack de nuit, presque désert et je sens la vague de chaleur des lieux m'envahir. Je connais pas cet endroit et c'est tant mieux. Je retire ma veste, découvrant ma chemise à carreaux rouge trempés en dessous, que je retire pour mettre autour de ma taille attachés. Ma robe à bretelle noir ne me couvre pas du tout et dévoile quelque peu ma lingerie et elle est même un peu trempé mais passons. Je renifle tant j'ai froid et me dirige avec Gary vers un table à côté d'un radiateur, sans un mot. Je m'assieds et pose ma veste contre le radiateur et ébouriffe mes cheveux trempés qui étaient plaqués contre mon visage.. j'ai trop froid mais je vais vite sécher non ? Le silence s'installe et Gary est en face de moi, assis là.. il attend sûrement que je commence à lui raconter le genre d'histoire à l'eau de rose dans les films.. mais bon : « J'pense pas que ce soit une bonne idée de te rappeler cette histoire.. elle vaut rien et ça changera que dalle à ta petite vie. Crois-moi » je ricane alors qu'on nous apporte deux chocolats chaud. Je prend la tasse rapidement et bois une gorgés en soupirant de plaisir, sentant le liquide réchauffer mon corps frigorifié. Je soupire et replonge mon regard dans le sien, mais subitement, je n'arrive plus à tenir le regard et détourne les yeux : « J'ai rien changé à ta vie.. ça c'est sûr. Limite on serait pas sortis ensemble, ça aurait été mieux.. pour toi comme pour.. moi » bon ça c'est des conneries. Ce type est ce qui m'est arrivé de mieux. Gentil, avenant, beau garçon et famille en or. Je pouvais pas rêver mieux.. mais j'ai tout gâcher. Vallait mieux arrêter là, on se détruisait trop. Je le détruisais trop...
made by guerlain for
w.bazzart.org]bazzart


Hors rp : sorry me suis lâchée

_________________


A UN MOMENT DANS TA VIE, TU SAIS QUE LORSQUE TU AS TOUT TRAVERSER TU DOIS T'ARRETER ET COMMENCER A VRAIMENT VIVRE. ARRETER DE FUIR. ARRETER D'AVOIR PEUR. RESPIRER. VIVRE SIMPLEMENT. — Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pineapple
Voir le profil de l'utilisateur

◈ A Londres depuis : 27/10/2016
◈ Les mensonges que j'ai : 172
◈ Ressemblance avec : Paul Wesley
◈ Schizophrénie : Nope pas encore (a')
◈ Foule sentimentale : Je ne sais plus où j'en suis, elle est dans ma tête <3
Secrets : 0
Do you know who I am ? (feat Gary and Keira)
MessageSujet: Re: Do you know who I am ? (feat Gary and Keira) Sam 19 Nov - 15:13

Do you know who I am ?

feat. Gary && Keira



Il faisait un froid de canard et cette satanée pluie n'arrangeait rien au fait que je sois frigorifié. J'avais hâte de rentrer chez moi pour mettre au chaud mais une bousculade m'en empêcha. Ce visage ? Je le connaissais puis je le voyais dans ce rêve étrange que je faisais presque tous les soirs depuis mon accident. S'était très flou dans mon esprit, irréel et incompréhensible. Jusque là, je pensais que cette fille était le fruit de mon imagination et pourtant elle existait. J'étais plus intrigué que jamais, à la façon dont elle me regardait il était évident qu'elle me connaissait. J'étais incapable de faire le moindre mouvement, je me contentais de la regarder en attendant je ne sais trop quoi. Ce fut elle qui interrompit ce court silence entre nous, elle semblait surprise de me voir, comme ci on se connaissait que trop bien. Elle s'adressait à moi sur un ton sec mais j'avais surtout l'impression qu'elle était sur la défensive. Pourquoi ? Je ne comprenais pas ce qui avait pu se passer entre nous car apparemment on avait vécut quelque chose et à en voir sa réaction, ça ne semblait pas anodin. Elle me regardait comme ci elle était figée, je ne savais par où commencer, comme à chaque fois que je retrouvais quelqu'un que je connaissais. J'étais fatigué de cette situation, elle semblait avoir remarqué que j'étais ailleurs. Je ne chercha donc plus de façon possible pour lui dire ce qui m'arrivait, de bout en blanc, je lui disais que j'avais eu un accident de voiture et que depuis cet accident j'avais perdu les onze dernières années de ma vie. Elle ouvrit la bouche sans qu'aucun son n'en sorte, elle était sous le choc de mes révélations, s'était plus qu'évident. Je ne savais pas comment j'étais censé réagir, j'ignorais tout de notre histoire à cet instant. J'aurais pu m'excuser une dernière fois et m'en aller, tout simplement pourtant j'en avais pas envie. La pluie commençait à cesser mais ce froid qui faisait trembler tout mon corps n'était pas seulement lié au temps. Je venais de croiser son regard et mon coeur avait manqué un battement. Il fallait que je saches ce qui s'était passé entre nous, je devais le comprendre car ça semblait important. Sourcils froncés, un fin sourire fendit finalement mon visage. Je voulais emmener Keira dans un endroit au sec afin qu'on puisse discuter, s'était la seule option que j'avais pour l'instant. Je tendis donc ma main vers Keira afin qu'elle s'en empare, elle me fixait avec hésitations, un court silence s'installa entre nous, elle se perdait doucement dans ses pensées. Je ferma les yeux une fraction de secondes puis posa à nouveau mon regard sur elle, je pris sa main avec une douceur incomparable. Ce fut mon geste qui la fit revenir à la réalité, elle regarda nos mains entremêlées un instant puis posa à nouveau son regard ténébreux sur moi. Finalement, elle secoua doucement la tête puis retira subitement sa main de la mienne. J'étais déçu qu'elle mette fin à ce simple contact entre nous mais je supposais qu'elle devait avoir ses raisons.« suis-moi.. » Keira remit sa capuche puis s'enfonça dans la nuit, je garda le silence et m'exécuta. Heureusement, à Londres, il y avait encore des pub ouverts à cette heure. On entra dans un pub pratiquement désert à cette heure tardive, ce n'était pas pour me déplaire, ainsi on serait tranquille pour parler librement, du moins je l'espérais. On s'installa à une table près d'un radiateur, Keira défit sa veste trempée puis posa sa veste près du radiateur pour qu'elle sèches. Je suivis ses gestes, je retirais ma veste également et la mis près du radiateur à mon tour afin qu'elle sèches. Je m'installais face à Keira alors que cette dernière ébouriffait ses cheveux trempés par la pluie et qui, de ce fait, lui collait au visage. J'avalais discrètement ma salive en voyant que la pluie était passée à travers sa veste, rendant visible sa lingerie. Je décida de chasser ce genre de pensées de ma tête, je cacha mon léger trouble puis posa mon regard sur Keira. Devais-je prendre la parole ou la laisser y aller à son rythme. Je me posais fortement la question en sentant un certain silence s'installer entre nous. « J'pense pas que ce soit une bonne idée de te rappeler cette histoire.. elle vaut rien et ça changera que dalle à ta petite vie. Crois-moi » Sa y est ! Elle venait de rompre le silence et tout ça pour me dire quoi ? Que ça n'était pas une bonne idée qu'on parles de notre histoire ? J'arquais un sourcils, en parfait désaccord avec ses dires. «  Vraiment ? Alors pourquoi as tu accepté de venir dans ce pub avec moi ? » Je ne comprenais pas pourquoi elle se renfermait ainsi, comme une huître. Cela me donnait encore plus envie de savoir et de comprendre ce qu'il y avait eu entre nous. Je la regardais tout en fronçant légèrement les sourcils, j'avais l'impression qu'elle se forçait à soutenir mon regard. Je commençais doucement à comprendre pourquoi cette fille m'intriguait tant. « J'ai rien changé à ta vie.. ça c'est sûr. Limite on serait pas sortis ensemble, ça aurait été mieux.. pour toi comme pour.. moi » Elle venait de détourner son regard du mien, j'avais la sensation qu'elle cherchait à le fuir. Je laissa échapper un faible soupir, restant silencieux un court instant. Qu'étais-je censé répondre à ça ? J'ignorais tout de notre passé donc je ne pouvais clairement pas comprendre pourquoi elle disait cela. «  Keira » Je venais de dire son prénom dans un souffle, elle tourna à nouveau la tête vers moi, elle semblait bouleversée et je devais admettre que j'étais plutôt troublé à vrai dire. «  Ton visage… je le connaissais avant de te voir ce soir... je veux dire je m'en souvenais  » Je continuais de la regarder avec le cœur battant plus vite, plus fort jusqu'à entendre chaque battement un par un. Je n'étais pas franc à l'idée de lui parler de ce rêve étrange que je faisais et pourtant elle y apparaissait, à chaque fois. J'avais envie de me souvenir d'elle, j'avais le sentiment qu'elle avait vraiment compté pour moi. Je sentais mon estomac se nouer sous son regard de plomb, j'aurais pu choisir de fuir et pourtant, étrangement, j'avais envie de rester et de comprendre..



made by guerlain for bazzart
[/quote]

HJ : T'as eu raison, j'ai adoré et je me suis lâché à mon tour 

_________________
I dream of his arms
“J'voudrai seulement que tu m'chuchotes des mots doux à l'oreille en m'caressant les cheveux, qu'tu m'embrasses le front comme si j'étais ton protégé et qu'on reste comme ça pour l'éternité.” .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

◈ A Londres depuis : 15/10/2016
◈ Les mensonges que j'ai : 416
◈ Ressemblance avec : Kaya scodelario
◈ Schizophrénie : NOPE
◈ Foule sentimentale : Peur de l'engagement. Peur de souffrir. Peur de rechuter.
Secrets : 168
Do you know who I am ? (feat Gary and Keira)
MessageSujet: Re: Do you know who I am ? (feat Gary and Keira) Ven 2 Déc - 20:22

Do you know who I am ?

feat. Gary && Keira



Je ne sais pas ce que je fais ici en réalité. Enfin si, il fait quand même un temps horrible mais.. comment cela peut arriver maintenant ? Je veux dire.. moi et Gary assit à une table en essayant d'avoir une conversation... ? Autrefois, une chose comme celle-là semblait improbable à imaginer mais aujourd'hui, je suis en face de lui et.. c'est comme s'il était encore le même.. mais différent à la fois. Il me regarde avec un regard étrange, comme s'il ne me connaissait pas, mais qu'il sait qu'il me connaît. Je ne sais pas quoi penser de tout ça. Je sais qu'il ne voulait pas rompre et que le fais que je l'ai laissé en plan en l'envoyer chier n'a pas été facile pour lui.. j'ignore pourquoi notre rupture a pu autant l'affecter.. mais je vois un homme tout à fait différent en face de moi. Un homme qui attend des réponses, et je ne sais pas si j'ai envie de lui en donner. Cela changera-t-il quoique ce soit à sa vie.. ? Non, et peut-être que ce serait mieux pour lui qu'il n'en sache rien. Qu'il reste dans l'ignorance et qu'il ne se souvienne jamais de moi. En pensant à cela et en croisant ses yeux..je suis troublée. Il est beau.. j'avais presque oublier la couleur de ses yeux, mais je me souviens surtout de sa chaleur réconfortante qui émane de lui. Je m'en souviendrais toujours. Je frissonne en le regardant, portant simplement une robe fine qui est sûrement faite pour l'été mais passons. J'éparpille mes cheveux pour qu'ils se décollent de mon visage et relève mes yeux vers Gary. Il me regarde, attendant que je prenne la parole et moi, je ne sais pas par quoi commencer.. pas ce que je dois dire ou ne pas dire. Je le regarde et le silence s'installe. Un silence pesant et qui me donne presque la nausée.

Je finis par enfin prendre la parole. Pour dire quoi ? Que cela ne sert à rien d'en dire plus.. il doit sûrement me prendre pour une folle.. je me contente de hausser les épaules et ce qu'il me répond tiens sens en tout point : «  Vraiment ? Alors pourquoi as tu accepté de venir dans ce pub avec moi ? » Mon regard se fixe, un peu interloquée par ces mots.. il n'a pas tord. Je baisse les yeux, ceux-ci tremblant témoignant de mon débordement d'émotion. Je ne suis pas sûr de vouloir continuer cette conversation.. Pourquoi suis-je nerveuse ? Je m'en foutiste je le suis.. mais nerveuse c'est assez rare. Cela ne se voit pas extérieurement.. on peut me voir fermée, inexpressive.. Mais il savait autrefois voir dans le léger tremblement de mes pupilles quand je pouvais être atteinte par quelque chose.. et lui.. lui me faisait quelque chose. Je déglutit et relève mes yeux vers lui. J'ai du mal à maintenir le contact visuel.. il semble si différent et.. j'ai toujours peur qu'il arrive à lire en moi ou pire.. qu'il brise ma carapace et que je ne chute encore dans ses filets. Mais il mérite tellement mieux..et je suis tellement insignifiante. Voilà pourquoi ça n'a pas fonctionner. Je finis par lui dire que je n'ai rien changé à sa vie, que c'était mieux sans.. Mais je me voile la face. Je n'ai fais que le détruire avec mes mensonges et nos disputes. J'ai bien fais de le libérer.. Mon regard se tourne vers la gauche, signe que je détourne la vérité et il soupire.. Je sais que ce n'ai pas ce qu'il attend. Mais que puis-je faire ou dire d'autre.. ? Je l'ignore mais .. : « Keira » dit-il alors dans un souffle alors que je relève mon regard vers lui. Sa voix me transporte et un frisson parcours ma colonne vertébrale. Cet homme me perturbe..

«  Ton visage… je le connaissais avant de te voir ce soir... je veux dire je m'en souvenais  » Mon visage prend la couleur de l'incompréhension. Je ne suis pas sûr de ce qu'il veut dire par là. Je ne sais pas si j'ai envie de savoir : « Tu me regardais comme si j'étais un fantôme y a même pas dix minutes et tu vas me faire croire maintenant que tu te souviens de moi.. ? » Je fronce les sourcils. Mes mains sous la table triture mes ongles rongés par le stress de ma vie chaotique et mes cheveux devant mon regard me donne un air faussement mystérieux. La fumée de nos chocolat chaud monte et passe devant nous. Je ne suis pas sûr de comprendre. Veut-il dire qu'il a eut des flash de moi... ? Des souvenirs.. ? Des rêves ? Je ne sais pas si j'ai envie que ce soit vrai : « Peut importe.. » souffle-je en secouant la tête, face à son silence. Je sens qu'il va être tenace, et sans prendre le temps de réfléchir à ce que je vais dire, je débale d'un coup : « On est sortis ensemble en faite.. Pendant peut-être six mois. » j'ai la gorge qui se sert, mais maintenant que je suis lancé autant continuer : « En faite, ça se passait pas trop mal au début, je m'sentais limite comme une gonz' ''normale''.. mais voilà.. on a finit par s'engueuler tout le temps. Mensonge, cachoterie... ça nous détruisais et je vois pas pourquoi on continuait à s'accrocher.. alors je suis partis voilà.. » je relève mon regard vers lui : « Rien de tout ça était ta faute. C'est important que tu saches ça. » Je soupire et m'appuie au mur en mettant mon pied sur la banquette, posant mon bras dessus et je regard devant moi. J'avale du chocolat chaud, laissant une trace blanche à la moustache et je dis : « C'est moi le problème.. ça a toujours été moi. » Je le regarde et ricane : « Tu vois ? Pas très romantique l'histoire hein ? »
made by guerlain for
w.bazzart.org]bazzart


Hors rp : désolée pour l'attente j'ai eu pas mal de soucis perso

_________________


A UN MOMENT DANS TA VIE, TU SAIS QUE LORSQUE TU AS TOUT TRAVERSER TU DOIS T'ARRETER ET COMMENCER A VRAIMENT VIVRE. ARRETER DE FUIR. ARRETER D'AVOIR PEUR. RESPIRER. VIVRE SIMPLEMENT. — Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pineapple
Voir le profil de l'utilisateur

◈ A Londres depuis : 27/10/2016
◈ Les mensonges que j'ai : 172
◈ Ressemblance avec : Paul Wesley
◈ Schizophrénie : Nope pas encore (a')
◈ Foule sentimentale : Je ne sais plus où j'en suis, elle est dans ma tête <3
Secrets : 0
Do you know who I am ? (feat Gary and Keira)
MessageSujet: Re: Do you know who I am ? (feat Gary and Keira) Ven 9 Déc - 13:55

Do you know who I am ?

feat. Gary && Keira



Je me retrouvais dans ce pub en compagnie de cette fille qui représentait un si grand mystère pour moi. Elle m'était apparu dans ce rêve que je faisais régulièrement depuis mon accident, ce rêve si étrange. Jusque là je pensais qu'elle était le fruit de mon imagination mais elle était réelle et on se connaissait elle et moi. Je la dévisageais en ayant l'impression de la connaître sans la connaître, je ne me souvenais plus vraiment d'elle, je savais juste qu'étrangement et pour une raison inexpliquée, je me sentais attaché à elle, rien qu'en croisant son regard je l'avais compris et cela me perturbait. Elle me connaissait et était sur la défensive. Pourquoi ? Je ne comprenais pas et j'étais fatigué de chercher une façon d'expliquer mon comportement à chaque fois que je faisais face à une personne que je connaissais. J'allais droit au but en lui disant que j'avais eu un accident de voiture qui m'avait fait perdre les onze dernières années de ma vie. Il fallait que je saches ce qui nous était arrivés, que je le comprenne. Je ne pouvais pas me résoudre à partir comme ça sans explications, le fait qu'elle me soit apparu en rêve ces derniers mois était troublant. J'avais la sensation qu'elle avait vraiment compté pour moi. Elle avait accepté qu'on en parle, on se rendit dans un pub encore ouvert à cette heure tardive. Le lieu était pratiquement désert, on s'installa à une table, retirant nos vestes trempées par la pluie. Je me mis face à Keira, un certain silence s'était installé entre nous. Je la regardais sans rien dire, sans bouger, j'attendais simplement qu'elle parles parce que pour ma part, j'en étais incapable. C'était comme ci son regard me pénétrait, j'attendais donc en me demandant si s'était ce qu'il fallait que je fasses. Puis elle prit la parole pour me dire que ça ne valait pas le coup que je saches cette histoire. Sérieusement ? J'avais arqué un sourcil, j'avais du mal à saisir pourquoi elle avait accepté de venir avec moi dans ce pub si elle ne voulait pas en parler. Je la fixais, son regard avait accroché au mien, je pouvais voir dans ses yeux une sorte de malaise… ou de trouble je ne pouvais pas vraiment le définir. Elle gardait cet air impassible mais dans son regard je pouvais déceler autre chose, comme un tremblement dans du vide. C'était inexplicable mais le rythme de mon cœur commençait sérieusement à s'emballer, sans que je ne m'en rende compte. Finalement, elle baissa le regard sans réponse, un nouveau silence s’immisça entre nous. Qu'étais-je censé comprendre ? Je ne voulais pas croire que je perdais mon temps, non, je refusais que cette rencontre ne mène à rien, il fallait que je saches. Au bout de je ne sais combien de temps, je souffla son prénom alors qu'elle relevait son sombre regard vers moi. J'étais hésitant quelque part, je n'étais pas certain qu'évoquer mes rêves soient une bonne idée. Si elle ne comprenait pas ? Ou pire elle pourrait me prendre pour un dingue. S'était étrange et gênant à la fois. Je venais de lui dire que je me souvenais de son visage et maintenant je craignais qu'elle ne choisisse de fuir. Elle semblait comme ça, fuyante, changeante. Son visage exprimait son incompréhension.  « Tu me regardais comme si j'étais un fantôme y a même pas dix minutes et tu vas me faire croire maintenant que tu te souviens de moi.. ? » Keira venait de froncer les sourcils, triturant ses ongles. Elle était nerveuse mais pourquoi ? Je ne comprenais pas pourquoi elle se trouvait d'humeur si changeante, à la fois rempli d'assurance et peu sûr d'elle. Cette fille m'intriguait de plus en plus et doucement je commençais à comprendre pourquoi je voulais tant savoir. Peut-être voulais-je trop savoir justement ? Je ne savais pas. Je sentais un petit sentiment de gêne s'installer en moi, je me pinça la lèvre dans un geste nerveux alors qu'un nouveau silence s'était installé entre nous. Je n'étais pas certain que ça soit une bonne idée de poursuivre cette conversation en parlant de mes rêves, s'était encore très flou pour moi et mon histoire avec cette fille semblait compliquer. Je me perdais sans m'en rendre compte dans mes pensées, Keira secouait la tête doucement. « Peut importe.. » Sa voix me fit revenir à la réalité.« On est sortis ensemble en faite.. Pendant peut-être six mois. » Je venais de froncer les sourcils, étant attentif à ce qu'elle allait dire. Contrairement à ce que je pensais, elle semblait décidé à me dire ce qu'il y avait eu entre nous. Mon instinct ne m'avait trompé, on était bien sortis ensemble. « En faite, ça se passait pas trop mal au début, je m'sentais limite comme une gonz' ''normale''.. mais voilà.. on a finit par s'engueuler tout le temps. Mensonge, cachoterie... ça nous détruisais et je vois pas pourquoi on continuait à s'accrocher.. alors je suis partis voilà.. » Keira fixait un point imaginaire, ce fut à ce moment là qu'elle releva le regard sur moi.« Rien de tout ça était ta faute. C'est important que tu saches ça. » Keira soupira puis s'appuya au mur, mettant son pied sur la banquette. Est-ce que j'étais censé me sentir mieux puisqu'elle disait que ça n'était pas de ma faute ? J'avais des doutes, des questions sans réponses. Pourquoi prenait-elle cet air si détaché ? Si désintéressé ? J'avais le sentiment qu'elle se cachait, un peu comme je le faisais pour cacher mes vrais sentiments. Keira passa son bras sur la banquette puis bus une gorgée de son chocolat chaud, une fine moustache blanche s'était dessiné sur sa bouche. Cela me fis doucement sourire, étrangement je la trouvais… adorable ainsi. Je fronçais à nouveau les sourcils, juste quelques secondes. « C'est moi le problème.. ça a toujours été moi. »  Pourquoi voulait-elle tant me faire entendre que s'était de sa faute ? Pourquoi à ce point ? Keira venait de poser à nouveau son regard sur moi, mes yeux fusionnèrent avec les siens.  « Tu vois ? Pas très romantique l'histoire hein ? » Keira laissa échapper un petit ricanement ce qui eu le don de me faire sourire alors que je venais d'appuyer mes coudes sur la table, m'approchant ainsi d'elle non sans la quitter du regard. «  Dis comme ça c'est sûr » J'étais à faible distance de Keira, nos visages étaient à distance rapprochés. Je ne m'étais pas vraiment rendus compte que je m'étais rapproché d'elle à ce point donc je ne craignais pas de la faire fuir. Keira me regardait dérouté par mes dires, sans rien dire. Je lui offrais un léger sourire en coin pui je pris une serviette en papier qui se trouvait sur la table " Attends tu as... sur ta bouche" J'étais quelque peu hésitant et cela pouvait se voir alors que je restais plongé dans ses yeux. Avec une douceur incomparable, j'essuyais la crème qui se trouvait sur sa bouche, ne la quittant toujours pas du regard. Mes doigts étaient tremblants mais je tentais de dissimuler mon trouble, du moins comme je le pouvais. Mes yeux restaient plongés dans les siens, comme ci il m'était impossible de m'en détacher. Toujours tremblant, je poussa une mèche mouillée qui lui cachait le regard. «  Je sais que cette situation est étrange et que tu dois être autant perdue que moi mais je me fous de savoir qui de nous deux est fautif » Je continuais de la regarder dans les yeux, nos visages toujours à distance rapprochés. «  Tu sais je ne cherches pas à reconstruire ce que j'ai perdu, ce que je veux c'est un nouveau départ» J'avais toujours mon regard accroché au sien. S'était une sensation étrange, bien particulière. Au fond de moi, j'avais la sensation qu'avec elle, je pourrais être libre d'être moi même. Jusque là, mon instinct ne m'avait pas trompé, j'étais hésitant dans mes gestes mais convaincu de ce que je voulais. Je pouvais sentir son souffle chaud sur mes lèvres, le cœur battant toujours intensément. Toutes ces sensations que j'éprouvais étaient agréables et je me surprenais à désirer ses lèvres, avec intensité..



made by guerlain for bazzart
[/quote]

HJ : Y a pas de soucis ma belle, j'ai adoré ça valait le coup d'attendre *-*

_________________
I dream of his arms
“J'voudrai seulement que tu m'chuchotes des mots doux à l'oreille en m'caressant les cheveux, qu'tu m'embrasses le front comme si j'étais ton protégé et qu'on reste comme ça pour l'éternité.” .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

◈ A Londres depuis : 15/10/2016
◈ Les mensonges que j'ai : 416
◈ Ressemblance avec : Kaya scodelario
◈ Schizophrénie : NOPE
◈ Foule sentimentale : Peur de l'engagement. Peur de souffrir. Peur de rechuter.
Secrets : 168
Do you know who I am ? (feat Gary and Keira)
MessageSujet: Re: Do you know who I am ? (feat Gary and Keira) Mer 28 Déc - 0:54

Do you know who I am ?

feat. Gary && Keira



J'ai pas fais dans le détails pour ce qui ai de notre histoire... moins il en sait mieux c'est. Son truc de amnésie là.. c'est pas une si mauvaise chose. J'en serais presque à l'envier un truc pareil... oublier qui on est. Même si en l’occurrence il a juste perdu des années de souvenirs mais du coup, je suis plus dedans. Mais pourquoi d'un coup il m'a sorti se rappeler de moi.. je sais pas. Peut-être qu'il a perdu des neurones pendant l'accident. Ou pire encore... il a rêver de moi. Genre comme dans les films ou l'homme éperdu n'arrive pas à effacer le visage de la femme qu'il aime de son esprit obscurcit pas le néant de ses souvenirs. Le truc super dramatique qui me fait chialer à coup sur.. mais ça faut pas le dire. Quand on est sortis ensemble, on peut dire qu'il a vu mes ''bons'' côtés. J'ai toujours été un peu mystérieuse, je parlais pas beaucoup mais il me faisait souvent rire... en faite il faisait tout pour me faire rire. Il disait que je rayonnais comme ça. Gary a toujours su me donné l'impression d'être belle, gentille et tout... exceptionnelle quoi. Il a toujours donné cette impression à tout le monde en faite.. Mais j'ai quand même pas résisté.. Il a suffit qu'une fois en rentrant chez moi un soir, un dealeur soit un peu trop insistant pour que je replonge. J'ai finis cette soirée dans des toilettes complètement défoncés à boire... J'ai été vraiment horrible avec Gary. Je m'en veux en faite au fond.. c'est vraiment un gars de bien.. et c'est pour ça que j'ai préférer continuer à m'enfoncer, à lui cacher. Plus ça allait plus je me renfermais et il le voyait bien. Ma première tromperie, mon mensonge, ma première rechute dans la drogue et l'alcool m'ont tellement donné l'impression d'être une merde, que j'ai pas osé affronté son regard en face si je lui disais. Donc j'ai sauté dans le gouffre les deux pieds en même temps...

Tout a toujours été ma faute. Je veux qu'il sache au moins ça, même si il voit bien qu'il n'y a rien de romantique là dedans, ce qui semble le faire rire un peu alors que je viens de rîcaner : « Dis comme ça c'est sûr » pourquoi il est si proche de moi tout d'un coup. Il me regarde dans les yeux, appuyer contre la table et penché vers moi. Je perds un peu mon sourire, puis totalement alors qu'il ne semble pas se décidé à regarder ailleurs. Mon regard se baisse pour ne pas affronter ses prunelles et je me râcle la gorge alors.. Mais je n'aime pas le fait qu'il se rapproche comme ça.. et son sourire au coin des lèvres me tue.. clairement en faite, j'ai vraiment l'impression que je vais mourir dans l'instant.. Mon cœur est tellement en train de tambouriner dans ma poitrine que j'ai l'impression qu'il va se barrer de ma cage thoracique : « Attend.. tu as.. sur ta bouche » dit-il en prenant une serviette en papier. Mon regard s'agrandit d'abord car je ne comprend pas puis lorsqu'il vient essuyer la moustache de lait que j'ai créé par ma gorger de chocolat, je sens mon teint se réchauffer mes joues rougirent un peu, dévoilant mes tâches de rousseur..Mais je n'arrive pas à bouger. Mes yeux suivent sont mouvement, passant de sa main à ses yeux qui ne cessent inlassablement de me regarder.. comme si j'étais belle à ses yeux.. mais pourquoi me regarde-t-il comme ça. Je suis gênée, j'aime pas, j'ai l'impression de perdre le contrôle. Je dois partir... Il remet une mèche de mes cheveux en place. Elle venait cacher mon regard, comme si mes cheveux me permettaient de me cacher mais maintenant, il peut clairement lire en moi.. je ne sais pas si il en est encore capable aujourd'hui, mais je sais qu'autrefois, il arrivait à décrypter comment je me sentais en un simple regard. Si ma prunelles ou ma pupilles tremblait, se dilatait, brillait.. et là en faite.. je me sens.. toute nue.

Je sens ma tête me tourné. Le temps continue-t-il de tourner autour de nous ? J'ai l'impression que tout est figé.. je ne sais pas si j'ai peur ou si je suis simplement horrifié. Je devrais partir.. il est comme ça simplement parce qu'il a perdu la mémoire. Ne soit pas naïve Keira. Tu lui as fait du mal une fois, tu recommenceras. Ne te risque pas : «  Je sais que cette situation est étrange et que tu dois être autant perdue que moi mais je me fous de savoir qui de nous deux est fautif » oui je suis perdue.. Mais tu ne peux pas dire de tel chose... Il ne peut pas s'en foutre. S'il savait.. si seulement il savait. «  Tu sais je ne cherches pas à reconstruire ce que j'ai perdu, ce que je veux c'est un nouveau départ» Il ne peut pas. Il ne peut pas me dire des choses pareils en me regardant avec un telle intensité. Je n'ai pas conscience du fait qu'il soit si proche de moi. Mais mon regard passe de ses yeux à ses lèvres et on peut lire le bordel dans ma tête à travers mes yeux en même temps que mon irrépressible envie de l'embrasser dans l'instant. Est-ce que je me souviens encore le goût de ses lèvres... peut-être qu'une petite fois seulement... je me rapproche. Nos lèvres ne sont qu'à quelques centimètre. Je peux même sentir le souffle chaud contre ma peau gelée.... Non je ne peux pas ce n'est pas bien. Il veut un nouveau départ. Mais que serait un nouveau départ avec moi.. Non. Je ne peux pas. Je suis mauvaise pour lui. Je le détruirais. Et s'il connaissait toute la vérité.. Je... : « Arrête. » dis-je simplement en me reculant aussitôt, comme pour le fuir.

Je me rassit correctement, mes pieds au sol. Mes mains sont maintenant sur mes genoux serrer et je serre les poings. J'ai envie de chialer mais je ne montre rien. Mon visage est inexpressif. Je dois le faire fuir, car... sinon il va fuir encore, ou il va me haïr par douleur : « Tu finiras par te souvenir un jour. Et là tu vas me détester. Je suis pas une fille bien Gary.. Je suis loin d'être une princesse rock comme j'en ai sûrement l'air maintenant. Je suis rien qu'une... » Je me mord les lèvres en soufflant. Le dire c'est jamais une fierté.. Mais bon. Je relève mon regard vers lui, l'air froid et distante... mon mes joues rouge et mon regard humide témoigne de la force de mes mots et de l'impact que cette situation à sur moi : « Je suis une pute, Gary..une pute et une droguée.. » Je n'ose plus le regarder en face mais je n'ose pas bouger non plus. Je me rend compte comme j'ai froid et commence à clairement trembler. Je retiens une larme couler de ma joue et mes cheveux cache mon visage baisser sur mes mains que je regarde.. J'ai honte. Honte de ma propre personne : « Tu devrais t'en aller. Tu vois bien que je suis qu'une misérable. Je te méritais pas autrefois.. je te mérite toujours pas aujourd'hui. Donc.. va-t-en.. ça vaut mieux pour toi. » Me laisser seule. Il fera mieux sa vie avec une fille normale plutôt qu'une détraquer comme moi. Je suis trop compliquée et... il est trop parfait.
made by guerlain for
w.bazzart.org]bazzart

_________________


A UN MOMENT DANS TA VIE, TU SAIS QUE LORSQUE TU AS TOUT TRAVERSER TU DOIS T'ARRETER ET COMMENCER A VRAIMENT VIVRE. ARRETER DE FUIR. ARRETER D'AVOIR PEUR. RESPIRER. VIVRE SIMPLEMENT. — Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pineapple
Voir le profil de l'utilisateur

◈ A Londres depuis : 27/10/2016
◈ Les mensonges que j'ai : 172
◈ Ressemblance avec : Paul Wesley
◈ Schizophrénie : Nope pas encore (a')
◈ Foule sentimentale : Je ne sais plus où j'en suis, elle est dans ma tête <3
Secrets : 0
Do you know who I am ? (feat Gary and Keira)
MessageSujet: Re: Do you know who I am ? (feat Gary and Keira) Jeu 29 Déc - 0:51

Do you know who I am ?

feat. Gary && Keira



A la première seconde, dès l'instant où mon regard avait rencontré le sien j'avais pu sentir ce sentiment étrange en moi, ce sentiment inexplicable. Je connaissais cette fille, elle avait du représenter énormément à mes yeux pour continuer de m'apparaître en rêve. Elle était la seule dont le visage m'était revenu, ce fait était troublant et j'avais du mal à réagir. J'étais intrigué, je voulais à tout prix savoir pourquoi cette sensation s'était immiscé en moi. Je ne me souvenais pas d'elle, ni de ce qu'on avait vécut, ni de ce qu'elle avait pu représenter pour moi. Pourtant quelque part, s'était comme ci je la connaissait, comme ci quelque chose de spécial nous reliait. C'était inexplicable, incompréhensible.

Keira accepta qu'on se rendent dans un pub afin de discuter. J'espérais qu'en sachant la vérité sur notre histoire, cela m'aiderait à comprendre ce qu'elle représentait vraiment pour moi. Nous étions trempés à cause de cette maudite pluie mais cela n'avait pas d'importance pour moi. Je ne voyais que Keira et je sentais cette envie de savoir s'accentuer en moi. Nous nous étions installés à une table, l'endroit était tranquille donc c'était l'idéal pour nous. Je regardais Keira peu sûr de moi en réalité, j'attendais qu'elle prennes la parole parce que pour ma part j'en étais incapable. Son regard me transperçait, je sentais mon cœur tambouriner fortement dans ma poitrine, s'était la première fois que j'éprouvais quelque chose d'aussi intense, d'aussi soudain. Je me demandais si je devais rompre ce petit silence entre nous, finalement ce fut Keira qui prit la parole pour me dire que ça ne valait pas le coup que je saches cette histoire. Pourquoi avait-elle accepté de se rendre dans ce pub avec moi alors ? Il fallait que je saches, j'en avais besoin même si j'ignorais pourquoi.

Contrairement à ce que je pensais, Keira se décida finalement à me dire la vérité sur notre histoire. J'étais attentif à ses dires, nous étions bien ensemble au début, je comprenais qu'elle avait su changer pour moi mais que finalement ses vices étaient revenus et qu'elle avait décidé que je méritais mieux qu'elle. Pourquoi était-elle si dure envers elle même ? J'avais la sensation qu'elle cherchait à me fuir quelque part mais pourquoi ? Keira mettait un point d'honneur à dire que tout était de sa faute, elle tenait à ce que je saches que ce n'était pas de ma faute. Pourquoi insistait-elle à ce point à ce sujet ? Je n'avais pas tous les éléments en mains pour comprendre ce qui s'était passé entre nous et maintenant je n'étais plus certain de vouloir vraiment le savoir. J'avais entendu assez de notre passé pour comprendre que notre séparation avait était difficile et compliquée. Keira venait de boire une gorgée de chocolat chaud et une fine moustache blanche apparue sur ses lèvres. Cette vision me fit doucement sourire, je la trouvais adorable ainsi. Je la regardais sans me lacer et mon cœur tapait si fort dans ma poitrine, s'était une sensation incroyable mais vraiment bonne. Keira avait raison, dit comme cela notre histoire n'avait rien de romantique. Pourtant cela me faisait étrangement sourire, s'était sa façon d'être et elle réussissait à me toucher, sans même s'en rendre compte. Cette fille était une sorte de mystère mais un mystère qui me plaisait. Je venais de poser mes coudes sur la table alors que Keira s'était confortablement installé sur la banquette. Je ne m'étais pas rendu compte à quel point je m'étais rapproché d'elle. Je ne quittais pas son regard ténébreux, elle se comportait froidement, elle était distante mais dans son regard je percevais autre chose. Ce n'était qu'une façade, je connaissais cette façon de se protéger, je fonctionnais ainsi. Elle ne pouvait pas me cacher cela, je l'avais deviner à sa façon de se conduire. Je remarqua la fine moustache présente sur ses lèvres, je pris une serviette en papier sur la table et je me sentais soudainement hésitant lorsque je vins essuyer ses lèvres. Mon regard avait dérivé du sien pour suivre mon mouvement en prenant la serviette sur la table puis il s'était à nouveau accroché au sien. Je me sentais fiévreux, mon cœur battait toujours aussi fort et d'avantage en voyant ses petites couleurs rosées apparaître sur ses joues lorssque son regard dériva sur mes lèvres. Elle aussi avait envie de m'embrasser, je pouvais le sentir en même temps que son souffle glacial sur ma peau chaude. Elle était belle, vraiment belle...

Avec une douceur incomparable, je poussa une mèche de cheveux mouillée qui lui cachait le regard. J'avais l'impression de pénétrer en elle, je la sentais déstabilisé et pourtant je tenais à garder cette assurance que je voulais avoir. Je me surprenais à désirer ses lèvres avec intensité. Avais-je perdu tout bon sens pour la désirer à ce point, si soudainement ? Je ne savais pas trop quelle attitude adoptée. Devais-je me résoudre à m'éloigner d'elle avant que mes lèvres ne la touche ? Ou devrais-je plutôt l'embrasser comme ci s'était un premier baiser ? La seconde option était tentante, de plus en plus mais Keira mis fin à ce moment en reculant la première. « Arrête. » Le premier sentiment que j'éprouvais fus une immense déception. Je lui avais dis ce que je voulais, je demandais seulement un nouveau départ mais visiblement s'était beaucoup plus difficile pour elle. Keira s'était remise correctement sur la banquette, son regard était larmoyant et la voir ainsi me faisait de la peine. Je fronçais doucement les sourcils le cœur soudainement lourd, je sentais que je n'allais pas apprécier ce qu'elle allait me dire. Peut-être ne voulais-je pas savoir ? Non, je ne voulais pas, j'avais la bouche entre ouverte mais j'étais bien incapable de dire quoi que ce soit. « Tu finiras par te souvenir un jour. Et là tu vas me détester. Je suis pas une fille bien Gary.. Je suis loin d'être une princesse rock comme j'en ai sûrement l'air maintenant. Je suis rien qu'une... »  Keira venait de croiser ses mains sur ses genoux, elle serrait les poings. Je sentais que la situation était délicate pour elle. Elle avait raison, je finirais par me souvenir mais je refusais de croire ce qu'elle me disait. Je ne voulais pas me dire que je finirais par la détester et elle ne m'apprenait rien en me disant qu'elle était plus que ce qu'elle montrait. Je voulais être fixer mais je ne savais pas comment m'y prendre, cette fille me troublait et bien plus que je ne pourrais l'admettre. Je continuais de la regarder sourcils froncés sans rien dire, Keira détourna son regard du mien et le baissa sur ses genoux. Une émotion particulière me dominait puis Keira leva à nouveau les yeux sur moi.« Je suis une pute, Gary..une pute et une droguée.. »  Sa voix s'était cassée comme ci une partie d'elle se brisait en me disant cela. Elle se retenait de pleurer, je pouvais largement le voir. Elle décrocha à nouveau son regard du mien, la honte pouvait se lire sur son visage. Elle baissa à nouveau son regard vers ses genoux avant d'ajouter.  « Tu devrais t'en aller. Tu vois bien que je suis qu'une misérable. Je te méritais pas autrefois.. je te mérite toujours pas aujourd'hui. Donc.. va-t-en.. ça vaut mieux pour toi. » S'était donc ce qu'elle voulait ? Que je la laisses seule, que je quittes ce pub pourri et que je lui tournes le dos sans me préoccuper d'elle ? Il en était hors de question, cela m'était impossible. Peu importe ce qu'elle pouvait dire, peu importe ce qu'elle était, qui elle était. J'aurais sans doute du l'écouter et m'en aller. Oui je devrais partir mais au lieu de cela je restais immobile, je me contentais de la regarder, le cœur doucement serré. Je mis un court instant avant de rompre ce court silence entre nous, je cherchais mes mots je crois. « Je crois que tu as tords Keira » Keira gardait la tête baissée, le visage à moitié couvert par sa chevelure qui séchait au fur et à mesure. Je venais de me lever, je la regardais toujours sans rien dire puis je laissa échapper un soupir discret. Je ne pouvais pas me résoudre à partir comme ça, je ne pouvais pas. Je serra les poings à mon tour puis fis le tour de la table. Je vins m'installer à côté de Keira sans rien dire, je me sentais gêné quelque part, du moins presque autant qu'elle. Keira serrait toujours ses poings, toujours les yeux larmoyants, elle refusait toujours de croiser mon regard. Je la regardais sentant cette étrange émotion grandir en moi. «  Keira... ne me fuis pas... ne fais pas ça » Ma voix s'était enrouée sous le coup de l'émotion, j'étais hésitant, mon cœur allait finir par exploser tant il battait fort. Ma main se déplaçait vers son visage, je voulais la regarder, je voulais que son regard me pénètre comme un peu plus tôt. Je pris ses cheveux entre mes doigts puis les recula doucement, approchant mon visage vers elle lentement. Mon geste avait eu l'air de la faire réagir, elle leva des yeux hésitants vers moi, j'avalais difficilement ma salive. Je venais de rencontrer à nouveau son regard et de multiples frissons me traversèrent. Ma main passa derrière son oreille puis je la laissa glisser doucement sur sa joue, une larme s'échappa de son œil pour venir tomber sur ma main. Elle était gelée, si forte et si fragile à la fois. «  A mes yeux tu es bien différente et peu importe si c'est risqué je m'en fous » Je marqua une courte pause, mon visage proche du sien et toujours ma main posée sur sa joue glaciale. «  Je veux savoir qui tu es... dis moi qui tu es vraiment» J'employais un ton des plus doux à son égard, s'était presque des murmures. J'étais sûr de ce que je voulais. J'ignorais où ça pourrait nous mener mais partir sans rien tenter m'était impossible. Je sentais à nouveau son souffle glacial sur mes lèvres. Je me perdais dans son regard, j'avais totalement perdu le contrôle, je ne voulais plus réfléchir, penser à rien. Je ressentais juste cette envie irrépressible de prendre possession de ses lèvres. Je ne m'étais rendu compte de rien, plus rien ne comptait. Ses lèvres frôlèrent les miennes, j'avais fermé le yeux sentant cette sensation si agréable en moi. J'ouvris à nouveau les yeux pour plonger dans les siens. Le courage de me retenir venait de m'abandonner, je posa doucement mes lèvres contre les siennes et je lui offris un tendre baiser.


made by guerlain for bazzart
[/quote]

_________________
I dream of his arms
“J'voudrai seulement que tu m'chuchotes des mots doux à l'oreille en m'caressant les cheveux, qu'tu m'embrasses le front comme si j'étais ton protégé et qu'on reste comme ça pour l'éternité.” .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

◈ A Londres depuis : 15/10/2016
◈ Les mensonges que j'ai : 416
◈ Ressemblance avec : Kaya scodelario
◈ Schizophrénie : NOPE
◈ Foule sentimentale : Peur de l'engagement. Peur de souffrir. Peur de rechuter.
Secrets : 168
Do you know who I am ? (feat Gary and Keira)
MessageSujet: Re: Do you know who I am ? (feat Gary and Keira) Ven 13 Jan - 1:26


  Keira & Gary

Do you know who I am ?

 

  Le silence s'installe entre nous alors que je viens de lui dire ce que je suis. Mon regard reste fixe sur mes poings serrer sur mes genoux. Je n'ose pas le regarder, je n'ose pas bouger. Je tremble tant j'ai froid mais j'ai l'habitude. Est-ce que je ne tremble que de froid ? Je ne sais pas... y a-t-il aussi cette colère et ce dégout de moi-même qui joue aussi.. je l'ignore. Mais je sens son regard posé sur moi et je suis sur que son visage se décompose avec le temps. C'est mieux comme ça... je suis pas stable comme fille. Je suis pas bien.. je sais plus où j'en suis... Si je retourne vers Gary.. je finirais par le tromper avec qui.. avec Lex probablement. Alexander.. ce fils de riche qui me trouble bien plus que je ne veux l'admettre.. mais là... Gary... Gary réveille en moi ce que je hais le plus. Mon côté sensible.. mon côté jeune fille. La jeune fille de 23 ans qui en a juste marre d'être ce qu'elle est. Avec Lex, il n'y a que de la violence et cette sensation horrible d'être sans arrêt inquiet et attiré l'un vers l'autre. Ce type m'énerve sérieux !.... Merde... pourquoi j'en viens toujours à rêver de devenir une princesse quand je suis avec Gary. Il m'a toujours donner cette impression d'être importante, d'être à part... comme si j'étais parfaite à ses yeux. Mais maintenant il a perdu la mémoire et tout recommence comme si on se rencontrait pour la première fois. Sauf que je ne veux pas reproduire les mêmes erreurs.. donc je préfère tout foutre par terre tout de suite... et ne pas risquer de faire du mal à qui que ce soit. Autant j'en ai rien à foutre d'ordinaire, autant... quand il s'agit de lui.. je sais pourquoi je cherche à tant le préservé. Malgré que sa famille me déteste depuis toujours, il a toujours su me défendre.. personne ne l'a jamais vraiment fait pour moi. Surtout pas un garçon. En même temps... Gary fut mon premier petit copain normal. J'ai toujours fréquenté des mauvais types.. en même temps y a rien de plus excitant. Mais... Gary me fait sentir des choses nouvelles.. Je me sens plus ange que démon à ses côtés. Mais malgré ça.. je dois le faire fuir, je dois tout stopper avant qu'il ne s'y pique.

« Je crois que tu as tords Keira » dit-il alors en se levant. Voilà il va partir... sur cette phrase en me torturant. Je retiens mes larmes, ma gorge se serre. Je dois attendre qu'il soit partie pour me lâcher mais il ne se décide pas... je le sens s'asseoir juste à côté de moi et si je le pouvais je soufflerais en levant les yeux au ciel tant je trouve ça nian nian.. mais je n'en fais rien. Mes muscles se crispe quand je sens sa présence à côté de moi mais je me résigne à la regarder. Il ne faut pas... si je le regarde, je vais craquer et il lira dans mes yeux comme il me trouble, comme avec lui je me sens vulnérable et fragile.. Je suis un roc d'ordinaire, mais là, je suis une loque... une loque gelée et complètement perdue dans mes pensées. Pourquoi ne dégage-t-il pas... il ne se rend pas compte de ce que cela implique de me connaître.. : «  Keira... ne me fuis pas... ne fais pas ça » dit-il soudain. Sa voix se bloque et je sens l'émotion qu'il dégage. Je me sens mal, j'ai la tête qui tourne. Il doit partir.. sinon je ne sais pas ce qu'il va se passer. Je ne peux pas. Oui je fuis, je ne sais faire que ça.. Je n'arrive pas à courire vers la normalité et le bonheur. Car je pourrais être heureuse avec lui oui. Je le pourrais. Je sursaute alors quand je sens sa main frôler mes cheveux et les toucher. Mon regard se lève vers lui sans que je ne le contrôle et je vois son visage tout près du mien. Je me crispe aussitôt et me trouve tétaniser en voyant ses yeux.. ils semblent tout pouvoir voir en moi comme si je me trouvais nue là en face de lui, totalement à découvert.. je n'aime pas ça je n'aime pas.. mes paupières se ferme et se rouvre en laissant glisser une larme que je n'ai pu contrôler sur ma joue. Gary vient la récupérer avec son doigt. Je suis son mouvement du regard avant de replonger mes prunelles dans les siennes. J'ai le souffle coupé... est-ce que je respire encore ?

Il reprend la parole, la main posé sur ma joue : «  A mes yeux tu es bien différente et peu importe si c'est risqué je m'en fous » Qu'en sait-il... ? Il a perdu la mémoire, comment peut-il être sûr de ce qu'il affirme. J'essaie de parler, de répliquer une de mes remarques cinglantes et glaciale que je sais toujours sortir dans ce genre moment pour quiconque penserait me connaître mieux que moi-même.. mais aucun son ne sort de ma bouche, je suis sous son emprise : «  Je veux savoir qui tu es... dis moi qui tu es vraiment» Je suis personne... nos visage son si proche, je sens son souffle chaud contre ma peau.. je n'aime pas ça. Il doit reculer et partir. Je suis qu'une pauvre fille qui se prostitue et se drogue en pensant qu'elle ne sait faire autrement que ça pour vivre sa vie. Une pauvre fille qui se plaît dans sa merde et qui ne cherche pas à remonter la pente sous pretexte qu'elle ne sait faire autrement. Mais il n'y aucun prétexte là dedans. Je suis pris dans cet engrenage et je sais dans quoi il s'engouffre.. il va souffrir il va avoir mal.. Je tremble, mon cœur s'affole et ma tête me tourne. Il ferme les yeux alors que nos lèvres se frôlent... non Keira, tu t'es promis que tu n'embrasserais plus personne. Un baiser c'est trop.. trop trop. Trop d'émotions, trop d'importance. Je ne peux pas.. je dois dire quelque chose, le repousser, mais mon corps ne réagis pas : « N.. n.. » Je veux dire non.. mais alors qu'il ouvre de nouveau les yeux et croise mon regard, je sais qu'il en finit de moi alors que ses lèvres se posent sur les miennes pour venir m'embrasser avec tendresse.

Sa main est sur ma joue et je n'ai pas encore fermé les yeux... Je résiste. Je ne dois rien ressentir.. rien... r... Mes paupières se ferment malgré moi, mon corps se lâche et mes muscles se détende comme si je sentais dans ce baiser le souffle vitale et la libération divine. Ma main se lève comme pour venir saisir quelque chose.. Mais elle retombe pour s'agripper au bras de Gary qui me rend ce baiser avec plus de passion. Nos lèvres se rencontre, comme si c'était la première et la plus belle fois. Elles se réchauffent se caresse et se font l'amour avec tendresse et volupté si bien ma tête me tourne. Je ne sais pas quelle jour nous sommes, quelle heure est-il, où suis-je ? Je perds toute notion. Je commence à laisser aller.. non... Non je dois me ressaisir ! Ressaisis-toi Keira ! Maintenant !: « Stop ! » dis-je en le poussant subitement, malgré que nous soyons toujours si proche l'un de l'autre. Mon regard rencontre le sien et je me redresse en passant ma main dans mes cheveux. Je regarde alors en face de moi et passe mes deux mains sur mon visage en reprenant mes esprits un moment, un malaise et un silence s'installant : « T'aurais pas du faire ça. » j'ajoute simplement sans ton particulier.

Je me mords la lèvre inférieur et secoue la tête. Non Keira, ce baiser ne t'a rien fait, rien du tout.... Je ne dois plus penser au feu d'artifice que j'ai ressentis à l'instant ni à ce désir qui m'emplit en ce moment même. J'ai à la place un colère immense qui m'envahis... contre moi-même.. contre ma faiblesse : « Est-ce que tu te rends au moins compte que de ce que je viens de te dire ? Hein ? Je.. je viens de te dire que je fais le tapin, que je me drogue et.. et toi tu m'embrasses ? Comme si le fais que je me fasse sauter toute la soirée par des sales types n'avait absolument aucune importance !!! » J'en rajoute une couche.. il doit fuir, je dois faire en sorte qu'il soit dégoûter, pour qu'il s'éloigne de moi.. Le silence prend place entre nous et cette proximité avec lui me trouble. J'ai envie qu'il me prenne dans ses bras, mais s'il le fait je vais le repousser... toute notre relation n'a été qu'un échec.. cela sera encore et encore et encore le même refrain... donc..  : « Pourqu... pourquoi faut toujours que tu me donnes l'impression d'être mieux que la pauvre fille que je suis en vérité hein ??? Tu peux pas juste être comme tous ces connards et juste.. juste.. » je n'arrive plus à parler, prenant une profonde inspiration et regardant soudainement le mur pour cacher comme l'envie de hurler me prend.. Je tourne mon regard humide vers lui, le toisant et détaillant son visage. Je renifle et dit d'une voix presque inaudible : « T'es trop bien pour moi...Gary.... ça a toujours été et.. ça sera toujours ainsi.. » je baisse mon regard. Je soupire.


AVENGEDINCHAINS
 

_________________


A UN MOMENT DANS TA VIE, TU SAIS QUE LORSQUE TU AS TOUT TRAVERSER TU DOIS T'ARRETER ET COMMENCER A VRAIMENT VIVRE. ARRETER DE FUIR. ARRETER D'AVOIR PEUR. RESPIRER. VIVRE SIMPLEMENT. — Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pineapple
Voir le profil de l'utilisateur

◈ A Londres depuis : 27/10/2016
◈ Les mensonges que j'ai : 172
◈ Ressemblance avec : Paul Wesley
◈ Schizophrénie : Nope pas encore (a')
◈ Foule sentimentale : Je ne sais plus où j'en suis, elle est dans ma tête <3
Secrets : 0
Do you know who I am ? (feat Gary and Keira)
MessageSujet: Re: Do you know who I am ? (feat Gary and Keira) Ven 13 Jan - 22:15


  Keira & Gary

Do you know who I am ?

 

  Je ne savais pas où je venais d’atterrir, s'était comme être dans un petit coin de paradis. Je ne me souvenais pas avoir éprouvé cette sensation de profonde liberté, comme un flottement. Je ne pensais pas, je ne sentais que ses lèvres touchant les miennes, sa langue s'entremêler à la mienne avec une douceur infinie. Elle me rendait mon baiser avec tendresse, je venais d'approfondir notre échange. Je l'embrassais avec passion, comme jamais je n'avais embrassé quelqu'un. C'était comme échanger un premier baiser, un premier pas vers quelque chose de nouveau, quelque chose de vitale. Je me laissais transporter par ce moment, la chaleur de sa main sur mon bras m'apaisait et me donnait confiance en moi. Ma main était posée sur sa joue, je caressais sa peau du bout de mes doigts avec une tendresse infinie. Je ne contrôlais plus rien, s'était comme avoir quitté Terre, soudainement. J'avais perdu la notion du temps, je ne savais plus où j'étais, simplement que je voulais arrêter le temps. Mon autre main venait de se poser sur hanche lorsque la réalité me frappa de plein fouet. « Stop ! » Keira venait de me pousser subitement, j'étais surpris par ce changement soudain de sa part. J'avais eu la sensation l'espace d'un instant qu'on ressentait la même chose, le même désir. J'en étais persuadé, je ne m'étais pas fais d'illusions alors pourquoi ? Je ne comprenais pas pourquoi elle venait de mettre fin à cet instant magique aussi vivement. Nos regards se croisèrent, je restais comme figé, j'étais décontenancé face à sa réaction. Elle se redressa alors en passant une main dans ses cheveux, je la sentais nerveuse quelque part, du moins s'était l'impression que j'avais en la regardant. Keira regardait face à elle, se passant ensuite les deux mains sur le visage, un certain silence s'installa entre nous, court mais bien pesant. Je la fixais pourtant sans broncher, j'attendais qu'elle dise quelque chose, qu'elle me dises pourquoi elle venait de me repousser. « T'aurais pas du faire ça. »  Je ne voulais pas lui dévoiler ce que je ressentais à cet instant précis parce qu'en réalité j'étais surtout déçu. Oui, déçu qu'elle est mit fin à ce moment, je me fichais pas mal des raisons qu'elle avait, cette sensation que je venais de ressentir en l'embrassant était indéfinissable mais je savais que ça voulait dire beaucoup de choses. Je ferma les yeux une fraction de secondes puis les ouvrit à nouveau, elle semblait être en plein combat avec elle même, je fronçais les sourcils en sentant une certaine inquiétude venir se mêler à la déception et à l'incompréhension. Keira leva alors son regard sur moi, elle se retenait de pleurer mais il n'y avait pas que de la tristesse dans ses yeux, je pouvais lire une immense colère qu'elle ne tarda pas à déverser. « Est-ce que tu te rends au moins compte que de ce que je viens de te dire ? Hein ? Je.. je viens de te dire que je fais le tapin, que je me drogue et.. et toi tu m'embrasses ? Comme si le fais que je me fasse sauter toute la soirée par des sales types n'avait absolument aucune importance !!! » Aïe ! Pourquoi j'avais soudainement le cœur qui se serrait si fort ? S'était douloureux, à un point inimaginable. Je détourna mon regard du sien un instant, me mordant la lèvre inférieure. J'avais très bien compris ce qu'elle était mais je refusais d'y accorder de l'importance pour l'instant. Pourtant ses paroles m'avaient touchées, j'étais blessé quelque part mais je devais passer outre. Si elle pensait me faire reculer en adoptant cette attitude, elle se trompait. J'encaissais, difficilement mais je le faisais quand même. Le silence était présent entre nous, durant quelques secondes qui semblèrent durer une éternité. Je me ressaisissais aussi rapidement que je le pouvais. Comment pouvait-elle se montrer aussi glaciale ? Aussi fuyante ? Je me força à la regarder à nouveau, son regard me pénétrait à nouveau, j'avais la sensation que mon cœur allait finir par exploser sous son regard.  « Pourqu... pourquoi faut toujours que tu me donnes l'impression d'être mieux que la pauvre fille que je suis en vérité hein ??? Tu peux pas juste être comme tous ces connards et juste.. juste.. » Plus aucun sons ne sorti de sa bouche, elle semblait être incapable de poursuivre ce qu'elle avait à me dire. Elle détourna subitement son regard du mien pour fixer le mur. Je comprenais qu'elle avait besoin de se ressaisir à son tour donc je me contentais de la regarder, sans rien dire. Keira posa à nouveau son regard sur moi, elle venait de se cacher pour verser quelques larmes. Ses yeux brillait d'une lueur indéfinissable mais qui faisait vibrer mon cœur comme jamais. « T'es trop bien pour moi...Gary.... ça a toujours été et.. ça sera toujours ainsi.. »  Keira laissa échapper un soupir, baissant le regard en même temps. Qu'étais-je censé lui dire ? Qu'étais-je censé faire ? Si je décidais de rester ça serait compliquer de la convaincre, elle semblait aussi tenace que moi. Je me mordillais la lèvre inférieure avec nervosité, je ne savais absolument pas quoi lui dire. Oui, elle se prostituait. Oui, elle se droguait et j'en passes. Ce genre de choses ne me plaisait pas, je ne pouvais pas prétendre le contraire et j'en avais pas l'intention. Je détestais ce monde de débauche, du moins s'était ce que mon entourage pensait, s'était de ça que je devais me convaincre. Pourtant ce côté sombre qu'elle avait, cet air si fort et si fragile à la fois, sa façon d'être m'attirait. Je ne me l'expliquait pas mais plus elle m'encourageait ç la fuir et plus j'avais envie de m'accrocher à elle. Elle était cette bouée de sauvetage que je recherchais de ma sortie du coma il y a trois mois de cela. Je ne pouvais pas l'écouter et partir loin d'elle, cela m'était tout simplement impossible. Un certain silence s'était installé entre nous, je regardais Keira sans rien dire, dans un premier temps. Je brisa finalement ce maudit silence qu'il y avait entre nous, posant mes mains sur mes genoux. «  Je sais ce que tu es entrain de faire et ça ne marchera pas... tu n'arriveras pas à me faire changer d'avis » Disais-je dans un premier temps. J'étais déterminé à avoir ce que je voulais, ce mystère qu'elle représentait pour moi était trop important même si cela elle ne s'en rendait pas compte. J'avais la sensation que je ne pourrais jamais me pardonner si je partais comme elle me le demandais. Keira continuait de me regarder, j'en faisais autant tout en poursuivant ce que j'avais à lui dire. «  J'ai très bien entendu ce que tu viens de me dire mais ça ne veut pas dire que je dois justement me comporter comme un connard avec toi parce que tu as beau répéter que je mérites mieux que toi mais est-ce que tu t'es dis au moins une fois que tu valais mieux que ça... que tu méritais mieux ? Parce qu'à mon avis, cette question ne t'es jamais venu à l'esprit et je suis prêt à te le rappeler le nombre de fois que ça sera nécessaire tu entends ? » Je me redressa un peu puis posa une main sur celle de Keira. J'avais étais franc dans mon geste, peut-être un peu brutal dans ma façon de parler mais je voulais qu'elle saches le fond de ma pensée, sans mensonges, juste avec de l'honnêteté. J'avais mis ma main sur la sienne sans la moindre hésitation. Je n'avais aucune crainte qui remontait à la surface à cet instant, quelque part je me sentais en confiance, en sécurité, pour la première fois depuis longtemps, me semble-t-il. «  Alors pourquoi Keira ? Pourquoi est-ce que ça marcherait pas cette fois ? » J'avais besoin de le savoir. J'aurais sans doute du m'abstenir de lui poser cette question, pourtant elle me brûlait les lèvres. Elle s'entêtait à dire qu'elle était une mauvaise fille pour moi, que je devais arrêter de lui donner l'impression d'être une princesse. Je ne comprenais pas pourquoi elle s'opposait tant cette idée. Cette idée d'être heureuse et épanouie auprès de quelqu'un qu'elle aime et qui l'aime en retour parce qu'elle avait beau employé toute son énergie à vouloir m'éloigner d'elle, j'avais pu lire dans ses yeux autre chose, cette chose qui me disait qu'elle tenait encore à moi..
AVENGEDINCHAINS
 

_________________
I dream of his arms
“J'voudrai seulement que tu m'chuchotes des mots doux à l'oreille en m'caressant les cheveux, qu'tu m'embrasses le front comme si j'étais ton protégé et qu'on reste comme ça pour l'éternité.” .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

◈ A Londres depuis : 15/10/2016
◈ Les mensonges que j'ai : 416
◈ Ressemblance avec : Kaya scodelario
◈ Schizophrénie : NOPE
◈ Foule sentimentale : Peur de l'engagement. Peur de souffrir. Peur de rechuter.
Secrets : 168
Do you know who I am ? (feat Gary and Keira)
MessageSujet: Re: Do you know who I am ? (feat Gary and Keira) Mar 17 Jan - 20:44


  Keira & Gary

Do you know who I am ?

 

  Je peux sentir dans l'ambiance comme il est déçu.. j'ai envie de chialer putain. De pleurer comme une enfant toutes les larmes de mon corps.. je veux pas qu'il me voit comme ça. Car s'il me voit comme ça, il saura que j'ai ressenti le feu d'artifice et que ça fait mal. J'ai mal.. mal de ressentir quelque chose que je dois inhiber pour son propre bien et parce que je dois aussi me préserver. Je ne peux pas changer, j'ai essayé pour lui. Pour LUI et personne d'autre. Et j'ai échoué, car je ne vaux pas mieux que ce que je montre. Je suis ça et ça s'arrête là. J'aimerais être mieux que ce que je montre, mais la vérité et que je n'y arrive pas. Je n'y arrive pas car la drogue qui coule dans mes veines n'est pas seulement matériel mais elle m'entoure complètement comme si l'air que je respirais était empli d'une drogue invisible et qui fait que je suis celle que je suis. Et ce sera toujours ainsi.. je sais qu'un jour viendra je ne me louperais pas lors d'une énième tentative de suicide.. et là personne ne sera là pour me pleurer. Même pas lui.. ce qui l'attire chez moi c'est la vision de pouvoir me réparer. Mais justement tout cela est illusoire.. il suffit d'avoir vu son visage se tordre lorsque je me suis exclamer. Quand j'ai lancé les mots, les détails et j'aurais pu faire pire. Je sais que comme tout le monde, il a vu et visionner ce que je faisais de ma vie et là... j'ai vu son air de dégoût et cela fait mal. Aussi mal que la vérité. Mais je me dois de le faire, car s'il s'accroche à moi, cet ange va se brûler les ailes.

Il me regarde toujours, je le sens. Il ne détourne pas les yeux alors que je regarde dans le vide de ma propre existence. Je finis par ce qui est le plus évident. Il sera toujours trop bien pour moi, trop parfait. Et je ne veux pas qu'il en soit autrement. Il doit rester tel qu'il est aujourd'hui. Car c'est ainsi que.. que je tiens à lui. Car oui, il serait hypocrite de prétendre que je ne tiens à lui.. mon cœur et mon corps réagissent lorsqu'il me regarde, lorsqu'il me touche. Je me sens comme légère, je plane. C'est plus efficace que pas mal de drogue en faite... mais ça ne crée pas de dépendance à l'inverse. D'ailleurs, je dois avoir un joint dans ma poche. Tiens, ça me détendrait peut-être. Non pas maintenant putain Keira ! Puis je devrais me casser... la nuit c'cool mais avec le malade qui a enlevé Mary Clinton, je suis pas trop chaude à l'idée de me trimballer seule la nuit.. mais il pleut toujours. Au pire j'm'en fou. Aucun psychopathe voudra de moi avec la gueule que je ramasse en ce moment. Ouais je laisse mon esprit partir en couille, ça m'évite de songer à Gary qui s'est toujours pas décidé à partir.. mon cœur bat fort dans ma poitrine et j'ai toujours envie de pleurer. Je me sens si méprisable et ridicule :

«  Je sais ce que tu es entrain de faire et ça ne marchera pas... tu n'arriveras pas à me faire changer d'avis »

Je relève aussitôt mon regard vers lui et on peut clairement y lire le choc et le ''non mais sérieusement Gary''. La première fois, je ne l'ai pas fui et on est sortis directement ensemble...je n'aurais jamais cru qu'il serait aussi tenace. Que dois-je faire pour qu'il comprenne que je suis néfaste pour lui et que nous ne sommes pas fait pour être ensemble. Il ne comprend pas.. j'essaie de dire quelque chose. N'importe quoi. Je devrais lui dire dans les détails combien de client j'ai eut cette semaine et ce qu'ils me font faire parfois.. La façon dont je m'exhibe sans pudeur dans la rue et aussi comment je peux traiter avec nonchalance et arrogance les force de police. En y pensant je trouve ça tellement amusant... ma vie me répugne mais je trouve cela excitant et l'adrénaline parfois est la pire des drogues.. Mais suis-je prête à vivre une autre vie.. tout cela doit être si ennuyant. Je ne sais pas, je me contredis comme si j'avais plusieurs voix dans ma tête et plusieurs personnalités. Peut-être suis-je folle... ?

«  J'ai très bien entendu ce que tu viens de me dire mais ça ne veut pas dire que je dois justement me comporter comme un connard avec toi parce que tu as beau répéter que je mérites mieux que toi mais est-ce que tu t'es dis au moins une fois que tu valais mieux que ça... que tu méritais mieux ? Parce qu'à mon avis, cette question ne t'es jamais venu à l'esprit et je suis prêt à te le rappeler le nombre de fois que ça sera nécessaire tu entends ? »

Je fronce les sourcils en le regardant. Il est sérieux là ? C'est en cet instant que je me rend vraiment compte qu'il a perdu la mémoire et qu'il n'est plus celui que j'ai quitté il y a de cela plusieurs mois. Ce qu'il me dit me blesse et on peut voir que plus il parle plus je me ferme et mon visage devient de marbre. Il pose sa main sur le mienne mais je ne réagis pas me contentant de le regarder d'un œil dur et froid. Mais dans le fond de mes yeux on voyait que je me sentais plus perdue que jamais. Je me sens comme si je flottais au milieu d'un océan sans pouvoir m'échapper et sans personne pour me sauver.. mais cette main sur la mienne vient me réchauffer et je dois la retirer avant que tout ne soit plus difficile :

«  Alors pourquoi Keira ? Pourquoi est-ce que ça marcherait pas cette fois ? »

Je le regarde et vois comme il est plein de bonnes intentions. J'ai envie de poser ma main sur sa joue et de l'embrasser, le serrer dans mes bras.. Mais je ne dois pas. Mon regard s'empli de tristesse et je penche ma tête sur le côté en le regardant. Ma bouche s'ouvre près à dire quelque chose mais je me retiens. J'allais lui dire des phrases et des mots plein de sens et afin de réchauffer son cœur. Mais je me dois de rester froide et distante et surtout... il faut être réaliste. Je dois être honnête avec lui et ceci pour son bien... il va me prendre pour quelqu'un qui se cherche des excuses mais.. il doit être averti, il ne doit pas sombrer dans le chao que je suis et surtout.. il doit trouver une fille qui sera bien pour lui. Quelqu'un qui lui offrira un avenir et une belle vie, avec des projets.. Moi je suis incapable de tout ça. Du moins je ne m'en crois pas capable.. en voyant mon avenir je ne me vois pas fiancé, ni même mariée et avec des enfants.. Non et même si je remonte la pente un jour, je ne pense pas réussir à être aussi épanouie et heureuse.. car d'ailleurs, voudrais-je d'une telle vie... ? Je l'ignore, je n'y pense jamais. Je me tourne vers lui et regarde sa main dans la mienne, je n'arrive pas à la retirer mais je devrais, je soupire et le regarde alors dans les yeux :

« Tu sais.. tu m'as déjà dis tout ça. Du moins.. tu m'as déjà dit des trucs dans ce genre là. Que tu ferais tout pour que je change et que je me rende compte que je vaux mieux que ça bla bla bla... et tu vois, rien n'a changé. Je suis toujours la même et.. j'ai pas besoin d'être réparer ou quoi.. car je suis en miette... et on ne recolle pas des miettes tu vois. »

Je reprend ma respiration et détourne le regard en me mordant les lèvres. Dire ce genre de chose me fait peut-être encore plus mal qu'à lui. J'inspire et me remet à le fixer :

« Ce que je veux dire.. c'est que ça marchera pas une seconde fois, tout simplement parce que ça n'a pas marcher la première fois. J'ai pas envie de te faire souffrir et j'ai pas non plus envie d'essayer encore et encore à me forcer à être ce que je ne suis pas.. je suis pas une gentille fille des beaux quartiers, le genre d'enfant à papa et maman qui sourit tout le temps et qui a toujours été la meilleure de sa classe avec plein de copine. Non... ce que je suis c'est ça.. ce déchet. Donc, ok tu peux ne pas changer d'avis.. mais moi c'est pareil. Donc laisse tomber »

J'ai envie de crier, me mettre à pleurer. Car ce que je dis mélange autant la réalité que mon envie de le repousser.. Il est vrai que je ne changerais jamais.. mais je ne parle pas une seule fois de mes sentiments. Je ne fais que lui dire qu'il n'est pas pour moi et que je ne lui correspond pas.. Mais en réalité, j'aimerais oui.. oui j'aimerais. Mais je ne dois pas me laisser guidé par mes sentiments car sinon... si je me laissais guider, ce serait le merdier total. Mes sentiments ont toujours été très complexe. Pour ça que ma carapace est si énorme.. Il n'y a que peu de monde capable de vraiment voir au travers et en général je suis assez négative avec ces gens.. Gary en fait partie mais il est plus coriace qu'il n'y paraît.. comment faire.. J'ai peut-être une idée.. mais pour le moment je ne semble pas vouloir marrêter de parler :

« Je sais ce que tu penses. Que je suis une fille géniale qui mérite mieux et qui mérite qu'on l'aime et tout et tu penses même que l'amour pourra me ''guérir'' sauf que je suis pas malade Gary.. je.. je suis juste comme ça. J'ai essayer de changer, mais je peux pas, c'est ma nature et je peux pas devenir celle que tu attends.. même si je le voulais autrefois je n'y arrive pas et je ne le pourrais jamais. Donc... va-t-en, je t'en prie. Ne rend pas les choses plus difficile je.. »

C'est trop dur, il me regarde et j'ai une seule envie.. l'embrasser. J'ai envie qu'il me prenne dans ses bras et j'ai même des visions de nous entrelacé dans un lit sous la couette après avoir fait l'amour... MAIS jamais je pense à de telle chose moi ! Je retire ma main de la sienne et décide à ne plus le regarder dans les yeux. J'aurais pas dû dire toutes ces choses et le regarder comme ça... Plus je suis avec lui plus mes émotions refont surface.. c'est horrible. Mais je sais comment ça va finir, c'est que mon côté sombre finira toujours pas ressortir.. comme en cet instant. Je ne le regarde plus et je fixe la table. Je passe ma main dans mes cheveux et j'essaie de reprendre mes esprit. Il faut que cet entretien cesse.. cela ne va nous mener nulle part. Je ne le regarde pas, regardant toujours la table et dit d'une voix faible et neutre :

« Va-t-en. »

Je sers de nouveau mes poings sous la table, et mon cœur bat si fort dans ma poitrine que j'ai l'impression qu'il peut l'entendre. Mes yeux deviennent de plus en plus humide et le froid me gèle les os.


AVENGEDINCHAINS
 

_________________


A UN MOMENT DANS TA VIE, TU SAIS QUE LORSQUE TU AS TOUT TRAVERSER TU DOIS T'ARRETER ET COMMENCER A VRAIMENT VIVRE. ARRETER DE FUIR. ARRETER D'AVOIR PEUR. RESPIRER. VIVRE SIMPLEMENT. — Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pineapple
Voir le profil de l'utilisateur

◈ A Londres depuis : 27/10/2016
◈ Les mensonges que j'ai : 172
◈ Ressemblance avec : Paul Wesley
◈ Schizophrénie : Nope pas encore (a')
◈ Foule sentimentale : Je ne sais plus où j'en suis, elle est dans ma tête <3
Secrets : 0
Do you know who I am ? (feat Gary and Keira)
MessageSujet: Re: Do you know who I am ? (feat Gary and Keira) Sam 21 Jan - 14:14


  Keira & Gary

Do you know who I am ?

 

  Cette déception que j'éprouvais était immense, je ne voulais pas qu'elle remarque qu'elle venait de me décevoir. L'espace d'un instant, j'avais ressenti cette chaleur bienfaisante m'envahir, décontractant chacun de mes muscles, s'était à m'en faire oublier la raison. Je ne me souvenais pas avoir éprouvé quelque chose d'aussi intense, d'aussi bouleversant. Ce moment si parfait auquel elle venait de mettre fin brutalement et sans que je ne comprennes pourquoi. Je l'avais ressenti, cette tendresse dans son baiser puis cette passion. Elle avait mis chacun de mes sens en éveil, comme ci j'étais resté endormi bien trop longtemps. Un retour dans un monde nouveau pour moi, une sensation particulière mais que je n'aurais pas du ressentir. Si j'avais pu ignorer cet étrange sentiment que j'éprouvais, cette déception que je ressentais ne serait pas si grande. Je n'aurais pas du faire ça, s'était ses mots et ils raisonnaient comme un écho dans ma tête. Oui peut-être que je n'aurais pas du mais je l'avais fais et j'avais envie de recommencer. Keira employait un ton des plus glacial pourtant son regard trahissait sa détresse. Je ne cherchais pas à être un héros, ni à être proche d'elle parce qu'elle était paumée. Non, je voulais juste la connaître, nos souvenirs avaient disparus de ma mémoire et je ne voulais pas laissé passer cette chance que j'avais de pouvoir faire les choses autrement. Keira retenait ses larmes et la voir ainsi me bouleversait. Elle était très dure dans ses paroles, elle voulait que je prennes conscience de la vie qu'elle menait. Je ne disais pas que ça n'avait pas son importance mais ce n'était pas ce qui comptait le plus pour moi. J'aurais pu choisir de le lui dire mais je n'étais pas certain qu'elle soit apte à y croire. Elle semblait si sûr d'elle et pourtant je ne parvenais pas à me résoudre à partir même si elle venait de me blesser. Je m'étais pincé la lèvre afin de conserver mon calme. Quelque part en moi, je sentais bouillir cette colère qui ne demandait qu'à sortir. Imaginer ce qu'elle pouvait faire de ses soirées, avec ces sales types et leur sales pattes. Non, j'en étais écœuré mais je ne voulais pas la repousser pour ses choix de vie

Je... Je ne sais pas trop ce que je cherchais auprès d'elle mais le fait qu'elle m'apparaisse en rêve n'était pas un hasard. Elle avait compté pour moi et je sentais qu'elle gardait son importance. La revoir ce soir, s'était électrique mais une douleur bien réelle et qui me donnait envie de m'accrocher à elle comme ci ma vie en dépendait. Je m'étais ressaisi pour à nouveau plonger dans son regard, ses yeux brillants m'observait à la fois méfiants et meurtris. Je devinais que s'était difficile pour elle de se trouver face à moi. Si seulement je pouvais me souvenir de ce qu'on avait vécut, ça serait tellement plus simple de la comprendre... ou pas, en tout cas cette situation me tuais. Finalement, elle détournait son regard du mien, elle se cachait comme je l'avais fais un peu plus tôt. Je restais silencieux en ne sachant pas si je devais réagir ou non. Elle voulait que je m'en ailles, je la sentais fermée, comme une coquille fendue prête à craquer. Finalement, elle plongea à nouveau son regard dans le mien pour me répéter ce qu'elle m'avait déjà dit. Elle pensait que j'étais trop bien pour elle, je ne pouvais pas en dire autant. Je ne m'estimais trop bien pour personne et je n'avais aucune envie de m'en aller et de la laisser derrière moi. Je refusais d'entrer dans son jeu, je savais que ça finirait peut-être par me détruire mais au Diable les bonnes paroles, je me fichais de ce que ça impliquais. Je brisa ce silence qui était présent entre nous, je lui disais clairement que je savais ce qu'elle faisait et que ça ne marcherait pas. Elle leva son regard ténébreux vers moi, son air disait un truc du genre «  Non mais sérieusement Gary ? ! » Je soutenais son regard, bien décidé à lui faire comprendre sans un mot que j'étais tout ce qu'il y avait de plus sérieux. Je ne voulais pas m'en aller et je comptais bien rester pour comprendre ce qu'elle représentait pour moi. J'en avais besoin, s'était vitale pour moi, aussi dingue que cela puisse paraître. Un court silence était présent entre nous, il y avait juste cet échange de regards et cette tension plus que palpable. C'était un supplice, je pris donc la parole, lui disant le fond de ma pensée. Si seulement elle pouvait se rendre compte à quel point elle méritait mieux. J'avais beaucoup de doutes depuis ma perte de mémoire soudaine mais ce soir, avec elle, j'en avais aucuns. Je laissais mon instinct me guider, sans craintes, du moins en surface il n'y en avait aucune. Pour une raison que je ne m'expliquais pas, je voulais être là pour elle. Cette fille n'était pas comme les autres et s'était comme une évidence pour moi, elle m'intriguait et plus encore elle me touchait comme jamais personne ne l'avait fais auparavant, du moins autant que je m'en souviennes. J'avais essayé d'être clair dans ma façon de m'exprimer, elle fronçait les sourcils, ce que je lisais dans ses yeux la trahissait, j'avais le sentiment de l'avoir blessée malgré elle, malgré moi. Peut-être avais-je été trop brutal pour le coup ? C'était sans doute cela car sa réaction fut immédiate, elle me lançait un regard des plus sombres, son visage se fermant durement. L'espace d'un instant, je regrettais d'avoir était si loin, elle faisait la forte mais je voyais bien qu'elle ne l'était pas tant que ça, j'aurais du savoir que je la blesserais. Je vins poser ma main sur la sienne, je n'avais aucune hésitations dans mon geste. Je ne comptais pas me confondre en excuses car je pensais ce que je venais de lui dire mais je ne voulais pas m'éloigner d'elle non plus. Un frisson tout particulier me traversa l'échine au contact de sa peau sur la mienne. Sa peau glaciale, sa main tremblante, son regard qui me fixait prêt à me transpercer. Pourquoi Keira ? Pourquoi ça ne marcherait pas cette fois ? Cette interrogation à voix haute dans l'espoir de pouvoir comprendre pourquoi elle voulait tant me tenir loin d'elle. Je comprenais qu'elle m'avait fait souffrir mais je sentais aussi que je ferais une erreur en cédant à ses paroles et en partant. Son regard restait dur et froid, j'avalais difficilement ma salive tentant de cacher mon trouble. Elle avait beau se montrer dure à ce point, cela me donnait finalement d'avantage envie de rester. Keira lâcha un soupir puis pencha légèrement sa tête sur le côté. Je ne saurais dire précisément ce que je pouvais lire dans son regard. En tout cas ça me bouleversait, cette douleur qui se lisait dans ses yeux était à la fois déconcertante et douloureuse pour moi. C'était complètement dingue, carrément étrange mais j'avais la sensation d'être lié à elle, quoi qu'elle puisses en dire s'était intense comme sentiment.

Un court silence était présent entre nous, elle détourna son regard du mien et fixa quelques secondes ma main dans la sienne. Elle semblait hésitante ou en pleine réflexion, je ne savais pas trop dans quel état d'esprit elle se trouvait. Tout était flou et tellement compliqué au final. Elle leva une nouvelle fois son regard vers moi, il rencontra à nouveau le mien alors qu'elle venait de retirer sa main de la mienne. Une nouvelle déception, un nouveau pincement au cœur, un nouveau tiraillement à mon estomac. Cet air impassible qu'elle avait prit de nouveau ne présageait rien de bon. Visiblement elle était aussi tenace que moi. « Tu sais.. tu m'as déjà dis tout ça. Du moins.. tu m'as déjà dit des trucs dans ce genre là. Que tu ferais tout pour que je change et que je me rende compte que je vaux mieux que ça bla bla bla... et tu vois, rien n'a changé. Je suis toujours la même et.. j'ai pas besoin d'être réparer ou quoi.. car je suis en miette... et on ne recolle pas des miettes tu vois. »Elle reprenait sa respiration, détournant son regard du mien tout en se pinçant la lèvre. Elle luttais de son côté pour ne pas littéralement exploser pendant que je voulais m'accrocher à elle par n'importe quel moyen. Je ne me faisais aucune illusion, elle avait mal à en crever de me repousser, ce violent pincement que j'avais ressenti prouvait que s'était également pénible pour moi. Je ne savais pas pourquoi elle, ni ce qui nous liait précisément mais s'était comme ça, elle était mon seul véritable point de repère depuis que j'étais devenu amnésique. Seulement ça, elle l'ignorait, elle était loin d'en avoir conscience mais comment le lui dire ? Elle pensait que je voyais en elle quelqu'un à sauver, quelqu'un à réparer, comme ci je me prenais pour son ange gardien ou un truc comme ça. Seulement je n'avais pas la grâce d'un ange, ni l'étoffe d'un héros, je n'étais pas si parfait comme elle le prétendait et le pensait sans l'ombre d'un doute. Keira prit une profonde inspiration puis de nouveau la parole.« Ce que je veux dire.. c'est que ça marchera pas une seconde fois, tout simplement parce que ça n'a pas marcher la première fois. J'ai pas envie de te faire souffrir et j'ai pas non plus envie d'essayer encore et encore à me forcer à être ce que je ne suis pas.. je suis pas une gentille fille des beaux quartiers, le genre d'enfant à papa et maman qui sourit tout le temps et qui a toujours été la meilleure de sa classe avec plein de copine. Non... ce que je suis c'est ça.. ce déchet. Donc, ok tu peux ne pas changer d'avis.. mais moi c'est pareil. Donc laisse tomber »Je me pinça la lèvre à nouveau. C'était une nouvelle douleur, une nouvelle déception et pourtant je ne toujours pas me résoudre à partir comme elle me le demandait. Elle essayait de me dissuader de rester auprès d'elle, elle y employait toute son énergie, je voyais que ça restait pénible pour elle de me dire toutes ces choses. Elle se dénigrait, voulant à tout prix me dégoûter d'elle. Je ne remettais pas sa parole en doute, je sentais qu'elle pensait chacun des mots qu'elle me disait mais si je cherchais plus loin dans son regard, je pouvais voir une certaine peine, un mal être qui la rongeait et à cela venait se mélanger une douleur sans égale. Que signifiait cette douleur si prenante, si oppressante ? Je crois que je le savais et s'était précisément ce qui me faisait rester. Elle prenait sur elle pour cacher ses véritables émotions, j'en faisais de même, c'était ainsi que je fonctionnais et s'était ce qui m'avait permis d'y croire même si tout semblait compromis pour elle et moi. « Je sais ce que tu penses. Que je suis une fille géniale qui mérite mieux et qui mérite qu'on l'aime et tout et tu penses même que l'amour pourra me ''guérir'' sauf que je suis pas malade Gary.. je.. je suis juste comme ça. J'ai essayer de changer, mais je peux pas, c'est ma nature et je peux pas devenir celle que tu attends.. même si je le voulais autrefois je n'y arrive pas et je ne le pourrais jamais. Donc... va-t-en, je t'en prie. Ne rend pas les choses plus difficile je.. » Je la regardais toujours dans les yeux, elle avait raison je pensais qu'elle méritait mieux, s'était une certitude pour moi. Elle me parlait d'amour comme ci j'attendais de sa part que tout redeviennes comme avant. Comment pouvais-je espérer une telle chose alors que je ne me rappelais même pas comment s'était... nous deux, elle et moi ensemble comme un couple. S'était à peine imaginable au vu de la situation actuelle entre nous et pourtant ça avait bien existé, même plus que ça, j'en étais resté marqué malgré ma perte de mémoire. Je la sentais protectrice, elle refoulait son désir de céder à son envie d'être auprès de moi, j'étais persuadé que si ça n'étais pas le cas, elle ne mettrait pas autant d'énergie à vouloir me faire partir. Elle me demandait de ne pas rendre les choses plus difficiles, je la regardais silencieux. Devais-je l'écouter et partir ? Ou devais-je me fier à mon instinct qui me disait de ne pas la laisser tomber malgré la complexité de cette situation ? J'allais devoir m'accrocher, j'ignorais si j'étais prêt pour tout ça mais il fallait que je tentes le coup quand même.

J'étais hésitant, quelque part stressé pour le coup, je sentais mes mains devenirs moites, s'était la première fois que je me sentais ainsi. Aussi bouleversé, aussi décontenancé mais surtout aussi déterminé. Malgré cela, je ne savais pas comment lui dire ce que j'éprouvais ce soir auprès d'elle, à quel point elle avait son importance pour moi. Son regard changea de direction, elle fixait désormais la table.« Va-t-en. »Sa voix venait de briser par un sanglot qu'elle retenait. Je la sentais réellement faiblir depuis la première fois ce soir. S'était une nouvelle sensation qui s’immisçait en moi, un nouveau tiraillement à mon estomac de la voir dans cet état. Non, je ne pouvais définitivement pas me résoudre à partir et à la laissé tomber. Je prit donc une profonde inspiration puis posa une nouvelle fois ma main sur la sienne. Mon geste eut le don de la faire réagir car presque par automatisme elle leva les yeux sur moi. Des yeux humides, une larme qu'elle n'avait pas pu retenir coula doucement sur sa joue, le maquillage qui venait se mêler à cette larme laissa une traînée noire derrière lui. Elle était comme paralysée, notre échange de regards en disait long. Je voulais tellement être là pour elle, je voulais tellement trouver les bons mots pour lui faire comprendre ce que je ressentais.«  J'ai besoin de toi Keira tu comprends ? » Mon regard se mêlait au sien, un peu comme si ils étaient en fusions. Je serra doucement sa main et me rapprocha quelque peu d'elle. Une mèche de cheveux lui retombait devant les yeux. Je voulais la rassurer, pour le moment s'était la seule chose que je voulais. J'écartais sa mèche de cheveux de mes doigts tremblants, posant ensuite ma main sur sa joue. Ma main faisait disparaître peu à peu cette traînée noire de maquillage qui marquait sa joue alors que mon pousse caressait son visage avec tendresse.«  Depuis mon accident ma vie est vide de sens et pourtant je ne t'es pas oubliée »Je pénétrais d'avantage mon regard dans le sien, restant dans la même position. Je marqua une courte pause, sentant une émotion particulière m'envahir. J'évitais de parler de mon accident en général car ça restait quelque chose de traumatisant pour moi. [/size]«  J'ai... je fais ce rêve étrange dans lequel tu m'apparais... je sais c'est complètement dingue et sûrement impensable pour toi mais pourtant c'est la vérité... tu es la seule chose à laquelle je peux réellement m'accrocher »[size=13] Keira eut un geste de recul avec sa tête. J'espérais ne pas l'effrayer en lui disant la vérité sur ce que je ressentais. Et si elle ne comprenait pas ? Et si malgré tout elle s'entêtait à vouloir que je partes ? J'étais perdu pour le coup, je ne savais pas si j'avais bien fais de lui dire ce qui me tourmentait vraiment. Je ne savais pas, je ne savais plus et pourtant je me sentais en confiance quelque part. Je ne quittais pas son regard qui dégageait tellement d'émotions en même temps. Je sentais un certain poids m'oppresser, je retira doucement ma main de sa joue et détourna mon regard du sien, gardant malgré tout ma main dans la sienne comme ci avoir ce contact avec elle pourrait m'aider. «  Je sais que tu n'avoueras pas que je t'es blessée tout à l'heure mais j'en suis désolé... je sais aussi quelle genre de personne tu prétends être et je suis loin de me voiler la face mais je sais aussi que je ne peux pas abandonner c'est... » Je ne pouvais plus dire un mot de plus, mon cœur s'était serré si fort que ça en était douloureux. Je posa à nouveau mon regard sur elle, rempli d'assurance mais qui cachait bien une certaine hésitation.«  C'est comme ça Keira... je ne vais pas et je ne veux pas partir »Je me forçais à soutenir son regard qui était rempli de reproches.«  Tu ne peux pas me demander l'impossible alors si vraiment tu veux en rester là il faudra que ça soit toi qui partes »Lui dire ce genre de choses me faisait un mal de chien. Non, je ne voulais pas qu'elle partes, au contraire, je voulais qu'elle restes, qu'on restes tous les deux. Seulement, elle semblait penser me protéger en me disant de m'en aller. Je n'étais pas de cet avis, j'allais perdre le seul repère que j'avais sans elle. Je soutenais son regard alors que mon rythme cardiaque s'accélérait de plus en plus, je pouvais entendre chaque battement de ce dernier raisonner dans ma poitrine, douloureusement. Désormais elle savait pourquoi je refusais vraiment de partir sans me retourner. Oui, j'espérais qu'elle le comprendrait et mettrait sa fierté de côté afin d'être là pour moi, tout simplement.
.
AVENGEDINCHAINS
 

_________________
I dream of his arms
“J'voudrai seulement que tu m'chuchotes des mots doux à l'oreille en m'caressant les cheveux, qu'tu m'embrasses le front comme si j'étais ton protégé et qu'on reste comme ça pour l'éternité.” .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

◈ A Londres depuis : 15/10/2016
◈ Les mensonges que j'ai : 416
◈ Ressemblance avec : Kaya scodelario
◈ Schizophrénie : NOPE
◈ Foule sentimentale : Peur de l'engagement. Peur de souffrir. Peur de rechuter.
Secrets : 168
Do you know who I am ? (feat Gary and Keira)
MessageSujet: Re: Do you know who I am ? (feat Gary and Keira) Sam 28 Jan - 3:26


  Keira & Gary

Do you know who I am ?

 

  Je veux pas faire du mal à Gary. J'ai jamais voulu lui ai faire dès le départ en faite. J'étais dans ma période où je voulais vraiment que ma vie s'arrange après avoir manqué de tomber en coma éthylique.. mais je suis replongée et pire encore, je fais le tapin maintenant pour payé ce que j'ai besoin et régler mes fins de mois. Ce n'est pas cela qu'il veut. Je suis même sûr d'être le genre de nana fidèle et tout. J'ai jamais eut de VRAI relation si ce n'est avec lui... et ça a duré que six mois. Mais six mois dont je me souviendrais toute ma vie. Ce fut de bons moments mais surtout.. les derniers mois furent difficile. Je me cachais sans cesse, je m'en voulais et plus je m'en voulais, plus je plongeais de nouveau. Je ne veux pas qu'une telle chose se reproduise. Car je me souviendrais toujours le regard de Gary lorsque je lui ai balancé toute la vérité. Que je me droguais en cachette et que je sortais en soirée avec des tas d'autres type. Que je ne me gênais pas pour en embrasser d'autre, tellement emprise par l'alcool. Je ne l'ai jamais trompé.. jamais je n'aurais pu allé jusque là. Mais lorsque je lui ai dis que je choisissais ma vie de luxure plutôt que lui.. j'ai sentis mon corps se briser en miette en lisant la déception dans son visage. On s'est engueuler, une énième et dernière fois. Je crois qu'on a même pleurer tous les deux. Je suis contente qu'il ne s'en souvienne pas. Cette dispute était horrible. On hurlait et on a dit des choses qu'on ne pensait pas forcément.

Je suis partie en claquant la porte et lorsque j'ai regardé par la fenêtre de chez lui.. J'ai vu sa petite sœur venir le prendre dans ses bras, même si moi... je savais qu'il aurait préférer rester seule. Mais sa famille est tout pour lui et.. quelle belle famille. Moi.. La mienne est briser depuis bien longtemps. Tout allait bien quand il était encore là... Nous vivions dans le vice, mais mon frère me maintenant tout de même dans la limite,préférant la franchir à ma place. Il m'appelait toujours p'tite sœur.. alors qu'on est jumeaux.. enfin était. Est-ce qu'on cesse d'être jumeau lorsque l'un d'eux meurt ? Merde voilà que je pense à mon frère. Peut-être parce que je me demande ce qu'il me dirait de faire dans cette situation. Je sais qu'il aurait préférer que j'ai une autre vie. Après tout, il était le premier à m'engueuler lorsque je faisais les mêmes conneries que lui.. Mais bon, il m'en empêchait pas non plus. C'est un peu comme quand Eva me fait la moral sur mon job de pute. Elle me fait chier, mais elle m'empêche pas pour autant. C'est ça une famille... mais la famille de Gary a toujours été si parfaite. Ils sont si soudés depuis la mort de leurs parents. Dans notre ''couple'' j'ai jamais été très causante... Gary m'a énormément parler de sa famille et c'est comme ça que j'ai vu comme il en était fier et comme il aime ses sœurs. J'aimerais pouvoir être aussi proche de ma mère et de mon père.. mais depuis la mort d'Andrew.. cela n'a fait que s'empirer et je ne supporte plus être avec eux. Je ne peux pas faire l'illusion de la petite famille heureuse et qui s'aime. C'est au dessus de mes forces.

Je suis perdue dans mes pensées alors que je viens de lui dire de s'en aller. Je pense à tout ça.. je pense à rien.. en faite j'ai juste envie de chialer. Lâcher les vannes. Je sens même que mes larmes montent dans mes yeux et je sais qu'il ne va pas partir. Je le sens et je le connais un peu quand même. Gary est tenace, têtu et borné. Le genre qui m'énerve au plus au point mais.. j'arrive pas à être en colère contre lui. Car après tout, j'aimerais être ce qu'il attend de moi. J'aimerais être une fille bien pour lui sous tout rapport. Le pire dans tout ça et Everest me le rappelle sans cesse.. c'est que j'aurais pu avoir une vie convenable. Mais serais-je celle que je suis aujourd'hui et qui semble lui plaire tant si j'avais été rangé dans ma vie... ? Je l'ignore et je ne veux pas le savoir. Il pose de nouveau sa main sur le mienne et je relève mon regard vers lui, troublée et prête à exploser. Une larme s'échappe et glisse sur ma joue, laissant mon maquillage coulé en même temps. Lui qui était bien déglingué à cause de la pluie s'en retrouve encore plus défoncé. Je croise le regard de Gary et une nouvelle fois je sens mon cœur battre à tout rompre dans ma poitrine comme s'il allait se décoller. J'ai envie de poser ma main sur la sienne et de lui sourire en lui disant que tout allait bien se passer. Qu'il trouverait l'amour chez une autre femme qui sera le rendre heureux.. mais que je ne serais pas cette femme. Mais aucun mot ne sort et je ne veux pas rendre les choses plus difficile alors je me tais, en essayant de lui faire comprendre à mon regard qu'il doit partir.. qu'il doit me fuir au risque de brûler ses ailes d'anges..

«  J'ai besoin de toi Keira tu comprends ? » murmure-t-il alors.

Mon cœur se serre et mon corps se réchauffe en entendant cette phrase si douce. Il a besoin.. de moi ? Comment pourrait-il avoir besoin de moi.. ? Je ne suis rien. Rien du tout. Si ce n'est qu'un caillou sur sa route. Une écharde. Une punaise. Je ne suis rien qui pourrait lui apporter du bon. Mais malgré tout, je sens mon corps se réchauffer. Je ne m'attendais pas à cela.. qu'entendre une telle chose puisse me procurer tant de bien. Mes pupilles se dilate et mon regard s'agrandit alors comme si j'étais prise en apnée par ces mots. Il pose une main chaude sur ma joue, essuyant ma larme et je ferme les yeux un court instant, blottissant mon visage dans sa paume par réflexe.. comme il est bon de le sentir près de moi. Je voudrais que cela ne s'arrête jamais mais je sais que la réalité doit reprendre le dessus... que je dois prendre le dessus sur la situation. Mais.. je ne dois pas me perdre. Mais ce qu'il dit me prend en plein cœur et mon corps ne semble pas vouloir réagir. Les mots ne veulent pas sortir alors qu'il semble ne pas avoir fini de parler :

«  Depuis mon accident ma vie est vide de sens et pourtant je ne t'es pas oubliée »

Mon cœur s'envole clairement de ma poitrine. Je ne peux quitter mon regard du sien, je sens sa main se serrer dans la mienne et mes yeux sont toujours humide, ma pupille tremblant. Comme il est aussi beau que douloureux d'entendre ses paroles alors que je sais que je dois le fuir et que nous ne pouvons refaire les mêmes erreurs que par le passé...Je veux de nouveau dire quelque chose. Lui dire que même s'il ne m'a pas oublier, il ne doit pas s'accrocher à moi. Que je ne suis pas la solution à tous ses problèmes et que revenir sur le passé n'est pas une bonne chose. Je veux de nouveau me renfermer mais il ne m'en laisse pas le temps.. sa voix me transperçant une nouvelle fois en même temps que son regard dans le mien, nos visage se rapprochant autant :

«  J'ai... je fais ce rêve étrange dans lequel tu m'apparais... je sais c'est complètement dingue et sûrement impensable pour toi mais pourtant c'est la vérité... tu es la seule chose à laquelle je peux réellement m'accrocher »

Mon regard devient plus grand. C'est une bombe qu'il vient de lâcher sur moi. J'ouvre la bouche, comme pour dire quelque chose mais rien ne vient. J'ai le souffle coupé. Il vient de dire que je suis la seule personne dont il souvient et tout devient clair. Il m'a vu en rêve et là.. je me sens comme dans ce genre de film où l'amour de sa vie se rappelle encore de la femme qu'il aime. A la différence que Gary ne m'aime pas... il a dû rêver de moi pour la simple et bonne raison que je suis probablement le truc le plus négatif qu'il a eut depuis la mort de ses parents.. Ou peut-être parce que notre histoire a compté pour lui. Mais je lis dans son regard qu'il est ai tout autre.. Même lui ne semble pas bien comprendre la signification à tout ceci mais je suis comment prise entre deux sentiers. Il me dit avoir besoin de moi, car je suis la seule chose qui lui reste d'avant toute cette merde. Mais suis-je prête à prendre cette responsabilité ? Mon visage se recul subitement, comme si la panique me prenait. Je ne veux pas ça.. je ne veux pas avoir se lourd poids sur mes épaules alors que je ne veux qu'une chose.. qu'il m'oublie pour son propre bien. Mais voilà qu'en réalité, je suis la seule qu'il ne semble pas pouvoir oublier. Qu'est-ce que tout cela signifie. Il retire sa main de mon visage et je ne retire pas encore ma main de la sienne mais si j'ai eu un mouvement de recul. Il se détourne enfin de moi et je sens ma respiration reprendre maintenant que son regard ne vient plus me perturbé. Je reprend peu à peu mes esprit en clignant des yeux et il reprend la parole, regardant devant lui :

«  Je sais que tu n'avoueras pas que je t'es blessée tout à l'heure mais j'en suis désolé... je sais aussi quelle genre de personne tu prétends être et je suis loin de me voiler la face mais je sais aussi que je ne peux pas abandonner c'est... dit-il avant de replonger son regard dans le mien, C'est comme ça Keira... je ne vais pas et je ne veux pas partir »

Mon regard s'est assombrit malgré tout. Oui il m'a blessé.. Il m'a vraiment blessé. Je ne suis pas un être à réparer ou une âme qui ne demande qu'à être sauvé. Je ne veux pas qu'il est ce rôle. De plus je souffle en levant les yeux au ciel et retire ma main de la sienne en passant une main dans mes cheveux. Tenace et bornée je disait hein. Je le regarde, le visage un peu de profil, comme si le regarder de face devenait de plus en plus impossible pour moi. Mais je sens qu'il soutiens mon regard, mais que c'est aussi dur pour lui. Voilà... même pas deux heures qu'on est ensemble et tout est déjà compliqué. C'est la merde moi je vous le dis.. donc pourquoi s'acharne-t-il.. ? Ne voit-il pas comme tout est bien trop difficile entre nous. Que ce sera toujours ainsi ?... Mon regard se mêle entre la tristesse, la colère et le dégout de moi même. On peut voir aussi que je suis perdue dans son regard qui semble si décidé. Je prend une inspiration pour lui faire une bonne fois pour toute que je veux qu'il s'en aille. Je suis parfaite dans mon rôle de fille insensible et qui envoie tout le monde chier. Mais avec lui, c'est plus dur. Donc je me contente d'être le plus neutre et effacée possible. Sans succès comme toujours.

«  Tu ne peux pas me demander l'impossible alors si vraiment tu veux en rester là il faudra que ça soit toi qui partes »

BAM. Alors si je m'y attendais. Bon c'est un bon le juste retournement des choses vu qu'il ne semble pas vouloir partir.. Mais je reste stoïque et mon regard mélange tant d'émotion à la fois. Il semble qu'après qu'il est dit ça, l'air a cesser de passé et le temps s'est arrêté. On attend une réaction. Une parole, un mouvement de ma part. Mais je ne sais pas quoi faire. On ne va pas rester éternellement là, l'un en face de l'autre à jouer au chat et à la souris non... ? Je veux qu'il me fuit, qu'il me déteste, qu'il s'éloigne de moi. Mais dans un sens, je semble dans l'incapacité à m'en tenir à ce qu'il me semble juste de faire. Je me mords la lèvre, regardant la porte de sortis. Je me dis qu'il semble avoir vraiment besoin de moi.. mais je ne peux pas lui offrir la vie que nous avions avant.. la relation qu'on avait. Il en souffrirait et moi aussi... c'est certain. Mais je ne veux pas.. je ne veux pas prendre le risque.. ou peut-être que je le veux... putain Keira !!! Fait un choix bordel. Fait un choix et fait le maintenant ! Je retourne mon regard vers lui... sans un mot, je me décide et me lève alors, passant devant lui difficilement sous son regard choqué. Mon cœur se serre alors que je n'ose pas le regarder. Je prie pour qu'il ne me retienne pas par la main mais il n'en fait rien. Je sens son regard déçu sur mon dos alors que je m'avance vers la porte, ma veste en cuire sur mes épaules et mon sac à bout de bras. Je sens mes larmes prêtent à couler alors que je saisis la poignet de la porte. Puis je me stoppe. Je n'arrive pas à l'ouvrir. Je prend une inspiration.. une grande et ferme les yeux. Vas-y Keira.. ouvre cette putain de porte.

Je jure tout d'un coup, fermant la porte d'un coup et fait demi-tour. J'arrive à la table où Gary me regarde avec un élan d'espoir. J'arrive à sa hauteur et me penche sur la table en prenant une serviette en papier qui se trouvait là. Je prend un crayon dans mon sac et griffonne un truc dessus. Puis je me redresse et lui tend le papier. J'ai le souffle court... Putain je fais quoi là. Je le regarde et il prend le papier. Dessus, y a mon numéro de téléphone. Je me mords la lèvre et me râcle la gorge, osant à peine le regarder. Je suis de nouveau froide et distante, maintenant que nous sommes assez loin l'un de l'autre. Je passe mes cheveux derrière mon oreille et dit juste :

« Vois pas ça comme une promesse.. Mais.. appelle moi quand tu veux. »

Je ne le laisse pas me répondre quoi que ce soit et me retourne et part limite en courrant jusqu'à la porte. De là, je sors... et en passant la porte, la pluie me rend de nouveau gelée. Je me tourne une dernière fois vers lui en enfilant les manches de ma veste.. et lui fait.. un sourire, avant de disparaître dans la nuit.


AVENGEDINCHAINS
 

_________________


A UN MOMENT DANS TA VIE, TU SAIS QUE LORSQUE TU AS TOUT TRAVERSER TU DOIS T'ARRETER ET COMMENCER A VRAIMENT VIVRE. ARRETER DE FUIR. ARRETER D'AVOIR PEUR. RESPIRER. VIVRE SIMPLEMENT. — Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

◈ A Londres depuis : 15/10/2016
◈ Les mensonges que j'ai : 416
◈ Ressemblance avec : Kaya scodelario
◈ Schizophrénie : NOPE
◈ Foule sentimentale : Peur de l'engagement. Peur de souffrir. Peur de rechuter.
Secrets : 168
Do you know who I am ? (feat Gary and Keira)
MessageSujet: Re: Do you know who I am ? (feat Gary and Keira) Sam 28 Jan - 3:26

SUJET CLOS

_________________


A UN MOMENT DANS TA VIE, TU SAIS QUE LORSQUE TU AS TOUT TRAVERSER TU DOIS T'ARRETER ET COMMENCER A VRAIMENT VIVRE. ARRETER DE FUIR. ARRETER D'AVOIR PEUR. RESPIRER. VIVRE SIMPLEMENT. — Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Do you know who I am ? (feat Gary and Keira)
MessageSujet: Re: Do you know who I am ? (feat Gary and Keira)

Revenir en haut Aller en bas

Do you know who I am ? (feat Gary and Keira)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Le rapport de Claude Moise et Gary Hector sur la loi de1987» Spécial Méline... Cagouilles... et surtout GARY !!!» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris» Just the same //feat Matt'//» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Communication :: And last night you were in my room :: Saison une. :: scènes-