AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Bienvenue sur le forum Invité <3
Before Anyone Else a ouvert ses portes le 14 octobre 2016.
Fais connaître toi aussi le forum pour avoir plus de jolis coeur dans notre famille.
JOYEUX ANNIVERSAIRE A VICTORIA (CHARLOTTE) ET WILL !

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageWill you be my girlfriend ? (With Elisabeth Silverton) + Mar 5 Déc - 16:46

Lucas & Catherine

Flash Back

Les rumeurs allaient bon train, mais Lucas n’avait vent de rien. Pour lui, c’était normal de défendre la femme pour qui il avait des sentiments et de faire savoir qu’il y était attaché. On pouvait le qualifié de bien des termes, mais il était respectueux et le faisait acquérir à ceux qui ne l’était pas. La firme de son père était un milieu en partie d’homme. D’homme brute, bourru et parfois vraiment vaniteux et sans respect… Qui dès qu’ils voyaient une femme, pour eux ce n’était qu’un bout de viande qu’ils cherchaient à avoir en premier pour le savourer. Lucas n’était pas du tout dans cette optique et depuis que certains avaient eut vent que lors de la soirée de bienfaisance de la firme, Lucas et Catherine s’étaient enfui ensemble, les suppositions allaient bon train.

Depuis cette soirée, qui lui restait en tête, il essayant tant bien que mal de faire sa vie. Il avait bien évidemment revu Catherine depuis, et bien que quelques choses avaient changés, ils n’avaient jamais franchis de nouveau la barrière et le pas. Ils se regardaient pourtant, d’une certaines façons, pouvaient s’effleurer la main par occasion, se croiser, mais sans jamais rien dire réellement sur ce qu’il s’était passé. Pour autant le corps de l’un et l’autre réagissait à chaque fois. Et ca faisait quand même travailler bien les pensées de Lucas, qui voulait faire comprendre des choses à Catherine, car il avait bien compris depuis… Qu’il était bien attaché à elle.

Une journée comme les autres, du moins c’est ce qu’il y paraissait. Lucas était revenu d’une mission la veille, il reprenait donc ces marques. Sa mission avait quand même duré une semaine dans une ville voisine et donc il avait comme déserté la firme. Mais il était de retour, la matinée était passée sans soucis, il avait vaquer à ses occupations et surtout en rendant des comptes à son père, et ayant rapporter une mallette qui comportait des choses précieuses. Il était bien content le père Casarini et fit prendre congé à son fils, en lui disant qu’il repartirait en mission très vite. Depuis qu’il était parti, il avait eut bien des pensées envers Catherine, même à son retour. Il ne l’avait pas croisée une seule fois depuis qu’il avait franchit la porte du bâtiment et bien qu’il ne pouvait s’empêcher de penser qu’elle était surement partie… il continuait son train train de vie.

Midi, il était dans la salle commune où tous mangeait. Une grande cafétéria, Lucas avait pris un plateau repas et s’était assis simplement à une table ronde. Il n’avait presque qu’aucun ami en vrai, et même si son frère aurait été là pour prendre son repas il ne se serait pas assis avec lui. Lucas mangeait tranquillement, quand un gars passait près de sa table, accompagne de trois autres gars et ce dernier lançait.

Mec : Tiens donc Casarini et de retour ! Alors on s’est bien éclatée cette semaine ?! Elle est aussi bonne que ca ?!

Lucas était dérangé pour le coup dans son repas et de plus par un petit con. Le blond arquait un sourcil sans attendre, en toisant le gars d’une façon mauvaise. Que racontait-il ce connard… Lucas n’attendit par pou répliquer.

« Quoi?! T’as un problème Jones ?! Si tu parles de la bouteille de vodka que je m’enfile tous les jeudi, ouais c’est super bon... »

Bien évidemment c’était trop facile, Lucas n’était pas aussi bête et avait quand même compris l’insinuation de Jones. Ce dernier d’ailleurs reprit aussitôt, en insistant sur les mots et parlait ouvertement de Catherine. Lucas essayait de rester calme, il avait sa fourchette entre ses doigts, qu’il serrait fortement.

Jones : Bah ouais Casarini, faudrait peut être partager la petite Johnson ! On le sait tous que tu baises avec ! »

Là s’en était trop, Lucas s’était levé et avait planté sa fourchette dans la main de Jones qu’il avait posé sur la table. Bien évidemment le gars devint livide en comprenant ce qu’il se passait. Lucas vint le menacer, en lui parlant tout près de sa figure.

« Elle n’est pas partageable… Et ne parle plus d’elle comme ca ! »

C’est à partir de là que tout dérapait, une bagarre s’ensuivit, car les acolytes de Jones n’était pas ravis et Jones non plus, qui prit sur lui après avoir retirer la fourchette. Plateau qui vole, couvert, assiette, coupe de poing, de genoux… Tout s’arrêtait grâce aux agents de sécurité et surtout le patron qui avait débarqué. Ils étaient pas dans un très bon état les gars, car Lucas savait quand même bien se battre. Il était après tout un ancien sniper. Jones s’en tirait mal avec la fourchette plantée, un cocar, et une côte fêlée. Les autres gars avaient quand même battu vite en retraite, héritant de quelques bleus. Et Lucas, avait le nez cassée, des bleus de mêmes sur le corps. Rien de plus quoi… bon des erraflures ici et là, mais comme les autres. Ils furent amenés à l’infirmerie, heureusement celle ci était grande et comportait plusieurs pièces. Lucas fut mise dans une, et l’infirmière Shelsy s’occupait de lui. Une jolie brune aux yeux bleus de trois ans de plus que lui. Elle tentait de le faire arrêter de bouger et s’énerver, car elle essayait de faire que son nez arrête de pisser le sang. Mais Lucas s’en fichait, tous ce qu’il voulait s’était se barrer d’ici….
e&a
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageWill you be my girlfriend ? (With Elisabeth Silverton) + Mar 5 Déc - 17:40
« Alors comme ça on s’est envoyé en l’air avec Casarini toute la semaine ? »

Je relevais la tête de l’échantillon que j’observais au microscope depuis quelques minutes, regardant mon fournisseur sceptiquement. Enfin fournisseur. Matthew était celui qui me fournissait en azote liquide. Du moins il rachetait des barils illégaux à un fournisseur. Haussant un sourcil je l’observais encore deux secondes avant de retourner à mon observation.

« J’ai passé la semaine dans ce labo, à bosser pour le patron, si Casarini s’est envoyé en l’air c’est avec une autre fille ! »

De plus on ne s’était plus vraiment parlé depuis ce fameux soir. Bien sûr on avait toujours des regards lourds de sens mais pas un mot décroché, pas un geste significatif. La rumeur avait naturellement couru comme quoi on s’était enfuis ensemble ce soir-là et bon ce n’était pas un secret qu’on avait essayé de garder qu’on avait couché ensemble. Mais depuis plus rien. J’aurais bien aimé que les gens passent à autre chose, histoire que moi aussi je pouvais avancer et pas me rattacher à ces souvenirs. J’observais les molécules bougées sous la loupe alors que Matthew repris :

« Alors… Il te trompe ? »

Pour le coup c’est exaspéré que je relevais la tête, le foudroyant du regard.

« Ecoute j’ai aucun idée de quoi tu parles, mais sérieusement j’aimerais bien me concentrer sur mon projet ! Alors si tu pouvais soit t’expliquer, soit passé ton chemin… Ça m’arrangerait ! »


Me regardant alors de haut en bas, il l’Acha juste avec un petit sourire vaniteux :

« Casarini a déclaré devant toute la cafétéria ce midi que tu étais à lui ! Maintenant s’il t’a trompé et que t’as besoin d’une épaule forte sur laquelle pleu… »


Je ne le laissais même pas finir sa réplique que je passais à côté de lui en trombe, ne prenant même pas le temps d’enlever la blouse blanche du labo. J’allais me diriger vers les appartements privé de Lucas et sa famille quand je croisais son frère qui m’indiqua qu’il était à l’infirmerie. Enervée je fis alors demi-tour et changeais de direction. Mais bordel qu’est-ce qu’il lui avait pris de déclarer un truc pareil ? Il aurait pu venir me voir avant non ? En plus devant toutes ces commères à midi quoi ! Et je n’étais même pas au courant ! Je détestais les commérages, je détestais quand il me concernant, je détestais quand ils sont faux et je ne supporte pas qu’on les propage à mon insu ! Casarini avait fait full Strike sur ce coup-là ! J’arrivais finalement à l’infirmerie et retrait sans toquer, me trouvant directement dans la pièce ou Lucas se faisait soigner. Sans attendre je m’avançais vers lui mais notais assez directement son nez en sang. Putain mais il s’était passé quoi ? je pris le premier truc que je trouvas, un magazine pour le coup, le roulais et lui donnait une tape sur le bras, y allant quand même.

« Bordel ! Tu ne crois pas que tu aurais pu me concerter un minimum avant de clamer haut et fort qu’on sortait ensemble ?! Et tu peux être content d’avoir déjà le nez pêté sinon je ne me serais pas gênée pour te refaire la façade ! »

J’avais à moitié crié mes mots, lui donnant un deuxième coup sur l’autre bras, trouvant un bon exécutoire pour ma colère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageWill you be my girlfriend ? (With Elisabeth Silverton) + Mer 6 Déc - 20:08

Lucas & Catherine

Flash Back

Lucas était dans son mal être, plutôt physique en soit, mais il se torturait l’esprit à savoir pourquoi il avait autant disjoncter. L’idée qu’on insulte Catherine était à la limite de l’insupportable, alors qu’en soit… malgré une soirée partagée, puis une nuit, il n’y avait rien et rien eut de plus. Mais, ca avait été comme un déclencheur pour lui au final, et il avait développer une grande affection pour elle. Enfin, il avait du mal encore à se l’avouer, mais s’était plus que ca. Seulement, le mot ‘’sentiment’’, il ne connaissait pas réellement. Il n’avait jamais partager ses sentiments profonds, même depuis qu’il était petit, il n’était pas le genre de petit garçon qui se confiait à ses parents. Il n’était pas réellement le fils à maman, ni encore moins à papa. Il avait son jardin secret et des difficultés sur ses émotions…. Même niveau sociale, ca reflétait ce qu’il était. Très peu d’ami, et les relations ? D’un soir, ou pour une mission ca se comptait plus sur les mains, mais sérieuse ? Il ne pouvait même pas lever un doigt.

Repoussant l’infirmière encore une fois l’infirmière qui venait d’appuyer trop fort sur son nez, Lucas émit un grognement, mais Shelsy continuait en insistant sur le fait qu’il fallait arrêter le saignement et controler ensuite si le nez était déplacé voir casser. Lucas soupirait une nouvelle fois, il avait l’air beau comme ca maintenant. Alors Shelsy vint mettre des cotons dans ses narines pour bloquer le saignement et elle allait commencer à regarder le nez de Lucas, mais d’un coup la porte de la petite salle s’ouvrit à la volée.

Lucas mit un temps à comprendre ce qu’il se passait et surtout qui avait fait irruption dans la salle, tout comme l’infirmière par ailleurs, mais elle réagit plus vite. Elle finit par s’adresser à Catherine, en lui disant qu’elle n’avait pas le droit d’être là, mais c’était sans compter l’énergie qu’avait la blonde et Lucas vit bien à son visage que ca allait être sa fête. Seulement il ne bougeait pas et c’est seulement quand elle le tapait avec le magazine une première fois qu’il se reculait sur la table.

« Mais arrête ! Putain, qu’est ce qu’il te prends ?! »

Shelsy : Mademoiselle ! Arrêtez, sortez de là tout de suite sinon j’appelle la sécurité !! 

Lucas essayait du coup de se protéger, ne comprenant surtout pas la situation… Enfin jusqu’à ce que Catherine parle… Mais encore. Il ouvrit quand les yeux en entendant la phrase ‘’sortir ensemble’’. Qui avait dit ca ? Pas lui… Mais trop tard, un deuxième coup de magazine parti ! Cette fois Lucas se levait, s’approchant de l’infirmière et se mit à répliquer, même si sa voix était un peu déformer avec l’état de son nez.

« Franchement je ne sais pas d’où tu sors cette information, mais je suis innocent ! Je n’ai jamais dis ca… Qu’on… qu’on quoi d’ailleurs ?! »

Lucas regrettait vraiment de s’être battu avec Jones, car là, il n’était pas réellement en capacité de se défendre. Le fait de parler, lui tirait dans le nez, et lui montait à la tête. L’infirmière se mit un peu entre Catherine et Lucas, au cas où il se recevrait un nouveau coup.

« Je t’assure Catherine je n’ai jamais ‘’calmer haut et fort’’ ca… on m’en a dit des choses, j’ai fais que de te défendre »
e&a
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageWill you be my girlfriend ? (With Elisabeth Silverton) + Jeu 7 Déc - 16:34
Malgré les protestations de Lucas et de l’infirmière je ne bougeais pas, ne démordant pas de mon idée de trouver en la source de ma colère également son exécutoire. Qu’elle appelle donc a sécurité l’autre idiote j’en avais rien à faire. Je me mis alors à lâcher mes reproches. Le fait qu’il ait l’air ridicule avec ces bouts de cotons dans le nez et que ces mêmes bouts changeaient sa voix me rendaient encore plus en colère. Il me donnait envie de rire l’autre idiot alors que j’étais fâchée ! Je finis par croiser les bras alors qu’il s’était réfugié derrière l’infirmière. Merde et maintenant je me sentais jalouse.

Par contre je fronçais les sourcils à ses mots. Il semblait sincère. Je fronçais encore un peu plus les sourcils alors qu’il disait qu’il m’avait défendu. Je gardais mes bras croisé mais levais un bras pour pointer derrière mon épaule.

« Matthew m’a sorti comme quoi on avait apparemment passé la semaine ensemble et en déniant ça, il a supposé que tu me trompais. Ce qu’il trouvait étrange c’est que d’après lui tu avais clamé à la cafétéria que j’étais à toi… »

Je le regardais sérieuse. L’infirmière nous toisa un instant et sentant que la tension était retombée, força Lucas à se rasseoir sur le lit médical. Je la laissais continuer ses soins, en relançant Lucas après avoir soupiré un coup.

« On t’a dit des choses sur quoi ? Et surtout tu as répondu quoi qui fasse penser à tous que je suis à toi ?! Et puis d’abord pourquoi me défendre ? Ce n’est pas la première rumeur qui court sur mon dos et ce ne sera pas la dernière… Ca n’aura aucune répercussion pour toi que les gens pensent ou non qu’on à coucher ensemble, alors pourquoi réagir ?! ! »

Mon ton était passé de l’énervement à l’exaspération pour finir sur une note d’incompréhension. Pourquoi réagir ? Il y avait toujours eu des rumeurs sur moi dans le milieu. Et il y en aura certainement encore longtemps. Le plaisir de bosser dans un monde de machos. Mais pourquoi est-ce que Lucas avait réagis ? C’était mon affaire pas la sienne… Et puis qu’est-ce qu’il avait dit pour que tout le monde pense qu’on sorte ensemble. Je le regardais pour le coup sceptique :

« Non, sérieusement, tu as dit quoi exactement ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageWill you be my girlfriend ? (With Elisabeth Silverton) + Sam 9 Déc - 23:46

Lucas & Catherine

Flash Back

Lucas était quand même assez surpris de voir Catherine ici. Elle s’était donc déplacé pour l’engueuler ? Ils ne s’était pas vu depuis et la seule chose qu’elle faisait, c’était lui en mettre pleins la figure. C’était bien sympathique et surtout ca l’énervait doucement dans le fond. Seulement, il était un peu mal phyisquement pour lâcher son venin et puis, il n’allait pas faire ca. Il allait prendre sur lui et essayer de rester le plus cohérent et raisonnable possible.

Le blond l’écoutait, il arquait un sourcil à ce qu’elle disait. Non, mais ce Matthew pour qui il se prenait de dire de tel chose ? De supposer de tel idiotie… Déjà pour tromper quelqu’un il fallait être ensemble et ce n’était pas le cas de lui et de Catherine. Puis Lucas soupirait en fermant les yeux quand elle réinsistait sur le fait qu’apriori il avait dit qu’elle était à lui…  Shelsy fit rasseoir Lucas pour finir, par obligation. Le brun gardait le silence pour le coup et obéit. L’infirmière prit soin de regarder le nez du blond tandis que Catherine relançait. Lucas grimaçait légèrement et prenait sur lui quand à la palpation de Shelsy qui faisait un mal de chien. Entre deux, alors que Catherine continuait de parler, la jeune infirmière affirmait à Lucas que son nez n’était pas casser, mais dévier. D’un geste brusque, elle le remit en place et Lucas jurait pour le coup.

Après la douleur du moment passer, le blond soufflait doucement et regardait de nouveau Catherine alors que Shelsy s’occupait de chercher une pommade pour atténuer l’hématome de Lucas et des stéri strips.

« Je n’ai rien dit… et comment tu peux croire que ca n’a aucune répercussion sur moi ? D’après toi si je suis dans cet état, c’est à cause de quoi ?! »

Lucas essayait de rester maître de lui, chose pas facile entre Catherine et ses questions, sa douleur et Shelsy qui le manipulait. Il n’avait qu’une envie se casser et loin surtout. L’infirmière mit sa pommade, et les stéri strips… Lucas avait bel mine maintenant et ce n’était pas pour lui plaire, déjà que son père allait le tuer. Finalement il se levait du lit, alors que la blonde lui posait une énième question. Shelsy de plus allait dire quelques choses, mais Lucas coupait court.

« Je m’en vais, merci Shelsy pour les soins et… quand à toi, qu’est ce que ca peut te faire au final de ce que j’ai dis ? Si tu crois tous ce que les cons te rapporte, c’est tant mieux pour toi. Mais à l’avenir je sais à quoi m’en tenir. »

Lucas passait devant Catherine, dans ses désirs les plus profonds il aurait voulu lui dire d’autres choses et pas du tout de la même teneur. Mais il avait bien trop de fierté sur le coup, alors il ouvrit la porte de l’infirmière d’un coup sec et sorti dans le couloir, marchant vers l’autre porte qui menait à la sortie. De plus, il savait que s’il recroisait Jones voir même Matthew, il allait les tuer.
e&a
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageWill you be my girlfriend ? (With Elisabeth Silverton) + Mer 13 Déc - 14:48
Je parlais alors que Lucas se faisait soigner. Ça n’avait pas l’air fort plaisant de se faire remettre le nez en place. J’étais quelqu’un d’indépendante, je ne supportais pas qu’on décide à ma place ni qu’on s’impose de la sorte dans ma vie. Je croisais les bras devant moi, pas dans une posture repoussante mais plus par énervement. J’étais assez agitée, ne tenant pas vraiment en place. Mais une fois qu’il me répliqua que ça avait bien une répercussion sur lui je me calmais. Je le regardais alors de plus près. Son frère m’avait dit qu’il était à l’infirmerie, je n’avais pas posé plus de questions sur le pourquoi du comment. Là, le fait de me dire que c’était à cause de ça, ça … faisait drôle. Je déglutis doucement, me sentant coupable pour le coup.

Avant que je n’ai pu trouver les mots correctes pour m’excuser, il se levait déjà et continuais. Je le regardais droit dans les yeux. Son regard était différent de la dernière fois… Et ça me dérangeais. Moi qui avais mis de la distance, essayant de l’éviter. Je n’avais pas su à quoi m’attendre après cette nuit, du coup j’avais peut être un peu induit le fait de reprendre nos anciennes habitudes. J’aurais adoré avoir voulu plus, j’aurais adoré qu’on se donne une chance, j’aurais adoré me rapprocher de lui, revivre la même expérience… mais je ne voulais pas me bruler les ailes… Alors j’avais fait profil bas. Je baissais la tête. Ses mots me touchaient d’une manière inattendue. Bien sûr que je savais pourquoi ces mots et ces paroles me touchaient. Moi je faisais profil bas, mais lui pouvait se permettre de me proclamer comme sa copine dans mon dos.

Je me repris d’un coup, me donnant un coup de pied au cul. Me tournant rapidement je m’élançais vers la porte et la poussais avant qu’elle n’ait pu se fermer.

« LUCAS ! »

J’interpelais le plus jeune des Casarini, courant quelques pas avant de ralentir, me trouvant face à son dos. Je n’attendis même pas pour commencer à parler.

« Désolé. »

Je me tordais les mains devant lui et m’humidifiais les lèvres en tic nerveux avant de reprendre, faisant un geste de main vers lui.

« Désolé de t’avoir frappé, de t’avoir crié dessus et d’avoir fait des reproches. »

Je m’étais excusé. Soufflant doucement je laissais mes mots planer avant de continuer.

« Tu sais… ce que j’ai dit ce soir-là sur le fait d’être un rat de laboratoire et rien d’autre ? Entendre que, apparemment, tu proclamais de la sorte que j’étais ta chose… Ca m’a mis en rogne. Désolé que tu en ais subis les frais… Est ... Est-ce que ça va ? »

Ma voix était plus mesurée, plus calme. Je voulais montrer que j’étais sincère. Autant j’avais voulu faire profil bas, autant cette nuit m’avait marqué au point où je pouvais ravaler ma fierté et me rendre compte que j’avais été trop loin. J’avais parlé de manière plus inquiète vers la fin, faisant un petit geste vers son nez. J’avais bien retenu qu’il avait sous-entendu s’être battu pour toute cette histoire. La question que je me posais mais qui ne passera pas mes lèvres pour l’instant était pourquoi lui avait réagis de la sorte, comme il l’avait dit : ce n’était qu’une rumeur…

"enfin t'as peut-être pas envie de m'en parler à moi, oublies ça...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageWill you be my girlfriend ? (With Elisabeth Silverton) +
Revenir en haut Aller en bas

Will you be my girlfriend ? (With Elisabeth Silverton)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Communication :: And last night you were in my room :: Saison deux :: Scènes-