Revenir en haut Aller en bas



 
Bienvenue sur le forum Invité <3
Before Anyone Else a ouvert ses portes le 14 octobre 2016.
Fais connaître toi aussi le forum pour avoir plus de jolis coeur dans notre famille.
BAE A UN AN ! JOYEUX BAEVERSAIRE !

Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Tragi-comédie.

avatar


Clément LeRoy
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 08/08/2017 et j'ai déjà raconté : 890 mensonges. Je ressemble à : Chris Wood. Sur le forum je suis aussi, : Tristan Ford le tueur à gage aux multiples facettes.
rides et tu dois savoir que je suis : totalement amoureux, même si mon couple traverse une dure période.

● Crédit avatar : Moi
● Crédit gifs : Tumblr - Cadeau du staff de BAE




Mes petits secrets bien gardés: : 877

MessageSujet: I need you, for evermore... || Zoé & Clément    Mar 7 Nov - 7:01

Zoé & Clément

Début Novembre, Fin d'après-midi

Les mains tremblantes Clément peinait à se regarder dans le miroir étant dans les toilettes de l’hôpital, il d’arriver avec Enzo, suivant le brancard que faisait rouler les urgentistes,, mais arriver aux urgences on lui avait ensuite prier de se rendre dans la salle d’attente des proches. Le brun s’était donc rendu là-bas, bien sûr on l’avait regarder étrangement, au début il pensait que c’était dû au fait qu’il portait ses vêtements de flics, mais pas du réellement, c’est juste qu’il avait du sang un peu partout sur les, ses mains, son visage, son t-shirt et sa veste… même sur son pantalon. C’est ainsi qu’il fuit la salle d’attente pour se rendre aux toilettes des hommes qui étaient déserte.

Allumant le robinet, l’eau coulait à flot et Clément respirait rapidement, il était vraiment pas bien. Ce qu’il s’était passé était juste horrible. Il plongeait ses mains dans l’eau, ses doigts émettaient des spasmes, bien entendu c’était normal suite au traumatisme et encore ce n’était pas lui qui se trouvait sur le billard, mais Enzo… Son pote. Ca lui foutait un coup et il était pire que terroriser… S’il mourrait ? Bien entendu il se baffait mentalement de penser à une telle chose, mais cela pouvait s’avérer vrai.

S’appliquant à frotter ses mains et mettre du savon, Clément perdit le fil du temps se nettoyant vivement et même les avants bras, jusqu’à ce que la porte des toilettes s’ouvrent et que quelqu’un débarque le tirant de sa rêverie. Relevant le visage, il croisait le regard de la personne qui se stoppait net en le voyant. Qu’y avait-il encore ? C’est ainsi qu’il se regardait dans le miroir et apercu le sang sur son visage. Petite nature va…. Clément retirait ses mains de l’eau pour essayer de retirer les tâches en prenant un essuis tout dans la machine. Le sang sécher se retirait sans trop de mal, mais il était tellement à cran qu’il prit du temps… En oubliant finalement. Finalement il dû sortir des toilettes, il avait nettoyer ce qu’il pouvait, mais ces vêtements resteraient ainsi. Il retournait aux urgences pour demander des nouvelles, avant de finir de nouveau dans la salle d’attente où il y passait le temps de l’opération.

Finalement il quittait l’hôpital, après que des proches aient été prévenue, et d’autres flics soient arrivés entre temps. Les nouvelles étaient moyenne, puis Clément du rentrer au poste pour faire sa déposition. Prendre la voiture fut difficile, heureusement un collègue était là pour le ramener, arriver il passait au bureau et remplit le rapport d’incident… Les choses étaient simple, deux suspects, lui était rester dans la cuisine pour en maitriser un… et Enzo avait poursuivit celui en fuit… Il l’avait rattrapé, Clément n’était pas là, mais il savait très bien ce qu’il s’était passé. Enzo avait surement voulu le maitriser, une confrontation avait eut lieu ? Comment ? Soit en face à face ou alors carrement l’un dessus l’autre… Le coup était parti…

Le rapport écrit, il se rendit au vestiaire, on le congédiait pour la soirée, son coéquipier tenait à le ramener. Clément prit juste ses affaires dans son sac, il était bien livide et ressassait les images d’Enzo dans cet état en boucle. Sans se changer, toujours dans les habits actuel, il ne pourrait les enlever qu’en allant à la douche, il se rendit au parking avec son coéquipier. Ce dernier le conduit avec la voiture de Clément, et il disait se débrouiller pour rentrer.

Enfin arriver au bas de l’immeuble, Clément était rester d’un calme olympien… impassible, même que ca faisait peur… il n’avait aucunement exploser encore… il restait dans la voiture le temps que son coéquipier reparte, puis sortant, il regardait ensuite le bâtiment. Il devait rentrer, mais il se demandait si Zoé était là… Marchant comme un robot, il prit la route et fit les gestes habituel, poussant la porte, demandant l’ascenseur, entrant dedans, appuyant sur le bouton de l’étage et y arrivant. Finalement il se trouvait devant la porte d’entrée, il actionnait la poignée. La porte était ouverte, donc Zoé était là, il entrait donc et refermait la porte d’entrée derrière lui. Posant son sac dans l’entrée, il était très silencieux et on pouvait imaginer autant son état physique et mental, surtout en ayant garder les preuves de ce qu’il s’était passé sur lui, toujours quelques traces sur le visage, les cheveux et le cou, puis ses vêtements. Posant son sac à terre, il entendit finalement des pas venir à lui… Se pinçant les lèvres il préférait que Zoé ne voit pas ca, il rentrait plus que rarement avec du sang à la maison. Il dit alors sur un ton un peu ferme, mais bien trop calme...

« Non ne t’approches pas... »
e&a


@Zoé Monteith

_________________
Love & Guilt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforeanyoneelse.1fr1.net/t1112-clement-leroy-chris-wood
Tragi-comédie.

avatar


Zoé Monteith
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 22/07/2017 et j'ai déjà raconté : 227 mensonges. Je ressemble à : Ashley Benson Sur le forum je suis aussi, : le beau Eliaz.
rides et tu dois savoir que je suis : en couple.
- copyright -
avatar - Shiya
sign - bat'phanie
gifs - tumblr

Mes petits secrets bien gardés: : 130

MessageSujet: Re: I need you, for evermore... || Zoé & Clément    Mar 7 Nov - 13:16

La journée avait été longue et fatigante. C’était donc avec plaisir que j’actionnais la poignée de la porte d’entrée de mon appartement. Comme souvent il était vide et silencieux ce qui me foutait toujours un petit frisson d’angoisse. Il était 17h00 passé et la nuit était déjà tomber en ce début de mois de novembre. D’où j’étais j’apercevais même la lune brillante à travers la baie vitrée de mon salon de l’autre côté de l’appartement. Je ne m’y attardais pas trop et allumais la lumière avant de refermer la porte derrière moi. Comme souvent, Clément n’était pas encore rentré du boulot et comme souvent il allait surement rentrer tard, très tard ce qui allait m’empêcher de tenter une approche. Nous n’étions pas vraiment dans une phase de dispute lui et moi mais plutôt dans une phase … d’ignorance. On ne se parlait plus trop, on ne s’approchait plus trop et son calme olympien, son obsession à vouloir ne rien dire et à se renfermer sur lui-même nous éloignaient l’un de l’autre encore et encore. Déposant mes clés dans le vide poche de l’entrée, j’enlevais mon blouson et mon sac à main que je rangeais dans le placard de l’entrée. Je faisais ensuite le tour du salon et de la cuisine pour allumer toutes les petites lumières possible. L’hiver approchais et j’aimais faire de mon appartement un petit cocon durant cette période de l’année. J’allumais également la télé sur laquelle je branchais mon téléphone portable et me connectais à YouTube. Trop de silence ici me foutait les jetons donc un peu de musique était la bienvenue. Assise dans le fauteuil de la baie vitrée, je regardais calmement le ciel sans nuage du dehors. Londres semblait presque paisible mais elle ne l’était pourtant pas du tout. C’était l’heure où justement il y avait le plus de monde dans les rues mais perché au 5ème étage de mon immeuble, j’étais loin de tout ça.

Aujourd’hui avait été une journée épuisante et usante. Ce matin, mon four était tombé en panne juste après qu’une de nos salariés nous ai appelé pour nous prévenir de son absence. Une grippe déjà !! J’avais donc dû appeler Lily qui prenait normalement son service en fin de matinée afin qu’elle vienne m’aider. Nous avions couru dans tous les sens et avions même eu quelques reproches de nos clients qui n’avaient pas pu avoir leur muffin choco/caramel du matin. En début d’après-midi, alors que je tranchais un morceau de brioche j’avais eu la sublime idée de m’écorchais le doigt et j’avais ensuite passé 15 minutes à stopper le saignement. Après avoir mis un gros pansement et nettoyer mes bêtises j’avais pu reprendre du service et Lily m’avait presque jetais dehors lorsque 16h30 avait sonné. Il fallait dire que j’étais arrivé à 6h30 le matin même et que ma journée avait été éprouvante. J’avais donc récupéré mes affaires et était rentré chez moi. En règle générale, je trouvais toujours quelques choses à faire le soir pour ne pas me retrouver seule mais aujourd’hui je n’en avais pas envie. J’avais envie d’un peu de calme et de tranquillité sans angoisse ni peur.

Mais ce n’était clairement pas la soirée que le destin m’avait prévue. Me levant de mon fauteuil, je me dirigeais vers la salle de bain en empruntant le couloir menant à la chambre lorsque j’entendis la porte d’entrée s’ouvrir. Clément ? Non impossible, il était au boulot à cette heure-là. Mais qui pouvait donc bien entrée ainsi chez moi ? Je rebroussais donc chemin et me stoppais à l’entrée du couloir. Je reconnu tout de suite Clément et mes yeux se froncèrent. Que faisait-il ici à cette heure-là ? J’allais le lui demander lorsque mon sang se glaça. Mes yeux s’ouvrirent tout rond, mes mains commencèrent à trembler et la panique m’envahit en tout juste 1 seconde. Il était couvert de sang !! Je connaissais ces vêtements et ces énormes traces rouges étaient bien du sang. Avant même que je n’ai pu dire quoi que ce soit il me pria de ne pas m’approcher. Mais je m’en foutais, il me soulait avec son calme et sa zenitude à toute épreuve, il était en sang bordel !!!! « Quoi ?? Mais tu saignes !! » implorais-je avec une voix bien plus aigüe que d’habitude et qui laissais deviner ma panique. Je m’approchais précipitamment de lui en ne sachant pas quoi faire. Il était clairement blessé mais où ? Que faisait-il ici et pourquoi n’était-il pas à l’hôpital ?? Mes mains tremblaient et je ne savais plus où regarder. Son visage ? Ses fringues ? En fait je cherchais d’où tout ce sang pouvait provenir. « Tu es blessé ? Qu’est-ce qu’il s’est passé ? ». Mon cœur tambourinait dans ma poitrine mais il fallait que je me calme. Je l’inspectais sans oser le toucher. Ses cheveux, son cou et quelques parties de son visage sans parler de ses fringues étaient imbibés de sang mais rapidement je me rendais compte que tout ce sang justement ne pouvait pas lui appartenir, il y en avait bien trop et il était là debout devant moi. Ma panique était toujours là et j’attendais qu’il me réponde sans même tenter de me calmer. Bordel mais ce job était trop dangereux !!!!!!

_________________
'cause love is everything
Everywhere i'm looking now, i'm surrounded by your embrace. Baby i can see you halo, you know you're my saving grace ▬ it's written all over your face, baby i can feel your halo, pray it won't fade away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tragi-comédie.

avatar


Clément LeRoy
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 08/08/2017 et j'ai déjà raconté : 890 mensonges. Je ressemble à : Chris Wood. Sur le forum je suis aussi, : Tristan Ford le tueur à gage aux multiples facettes.
rides et tu dois savoir que je suis : totalement amoureux, même si mon couple traverse une dure période.

● Crédit avatar : Moi
● Crédit gifs : Tumblr - Cadeau du staff de BAE




Mes petits secrets bien gardés: : 877

MessageSujet: Re: I need you, for evermore... || Zoé & Clément    Mar 7 Nov - 18:20

Zoé & Clément

Début Novembre, Fin d'après-midi

Clément regardait en la direction de l’ouverture qui menait au salon et la cuisine, les pas entendu ne mirent pas plus longtemps à faire que Zoé apparaisse dans son champs de vision, malgré son interdiction d’approcher. Il ne voulait pas la repousser, du moins ce n’était pas dit méchamment, c’était juste pour pas que ca la choque et qu’elle soit paniquée, mais malheureusement ce fut le cas. Il avait essayé un peu de cacher l’état de son haut, mais a priori ca ne servait strictement à rien.

Voyant le visage de sa petite amie inquiète et s’approcher de lui, pour autant elle ne le touchait pas, il ne fallait mieux pas. Elle vint à lui poser les fameuses questions, pensant qu’il était blessé. C’était certains que si c’était le cas il serait aller directement à l’hôpital et Zoé aurait recu un appel des médecins. Mais ce n’était pas le cas, il allait bien physiquement du moins.

« Ce n’est pas mon sang... »

C’était au moins ca pour la rassurer, ce n’était pas son sang mais celui d’Enzo. Bien évidemment que ca faisait peur, et c’était peut être la première fois qu’il rentrait comme ca en quatre ans à l’appartement. Pourtant lui même avait déjà été blessé, et envoyé à l’hôpital, c’était le risque du métier.

« Je ne suis pas blessé.. Ne t’inquiète pas Zoé... »

Clément parlait toujours avec ce calme Olympien, mais bien evidemment son ton de voix n’était vraiment pas aussi enthousiasme et bien. Ca pouvait se voir rien qu’à sa tête de toute manière. Se déplaçant de quelques pas sur le côté, il ne supportait pas que Zoé voit ca… Après tout il essayait toujours de la protéger de la réalité des choses, surtout de son travail, mais parfois ca le rattrapait.

« C’est… celui d’Enzo... »

Sa voix devient blanche en lui apprenant à qui appartenait ce sang, alors sans attendre Clément se dirigeait vers la salle de bain. Il fallait qu’il retire ses vêtements, qu’il se lave, il ne supportait plus d’avoir ca sur lui. Il eut un frisson et sentit un tremblement dans sa main, il savait que c’était surement le stress post-traumatique de la situation. Voir un ami agonisant à terre et essayer de le sauver ce n’était souhaitable à personne.

Continuant d’avancer, il s’arrêtait un peu en plein milieu de la pièce, il se tournait que légèrement pour regarder Zoé et lui demandait simplement… Car il avait besoin d’aide pour le coup, et il tant qu’il n’était pas propre il n’irait nulle part ailleurs.

« Tu peux… S’il te plaît, aller me chercher des affaires propres ? »

Détournant la tête, il reprit sa marche et ouvrit la porte de la salle de bain en ouvrant la lumière. Il ne s’était pas regarder réellement dans la glace depuis les toilettes de l’hôpital et encore il n’avait pas vu véritablement les dégâts, c’est en posant les yeux sur le miroir, étant sur le pas de la porte qu’il se figeait en voyant réellement le sang sur sa veste, son t-shirt et autres…
e&a


@Zoé Monteith

_________________
Love & Guilt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforeanyoneelse.1fr1.net/t1112-clement-leroy-chris-wood
Tragi-comédie.

avatar


Zoé Monteith
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 22/07/2017 et j'ai déjà raconté : 227 mensonges. Je ressemble à : Ashley Benson Sur le forum je suis aussi, : le beau Eliaz.
rides et tu dois savoir que je suis : en couple.
- copyright -
avatar - Shiya
sign - bat'phanie
gifs - tumblr

Mes petits secrets bien gardés: : 130

MessageSujet: Re: I need you, for evermore... || Zoé & Clément    Mar 7 Nov - 23:05

Mes mains tremblaient, mon cerveau tournait à plein régime et mes yeux ne savaient plus sur quelle partie de Clément il fallait se poser. Il était couvert de sang. Son visage, son cou et même certaines partie de ses cheveux étaient couvert de sang séché tandis que ses vêtements eux étaient en grande partir imbibés de sang absolument pas séché cette fois-ci. Puis les mots tombèrent et mon cœur se stoppa dans ma poitrine. Ce n’était pas le sien. Les larmes me montèrent aux yeux de soulagement mais je me reteins de les laisser couler. C’était peut-être horrible à dire mais ce n’était pas le sien alors je pouvais respirer : il n’était pas blessé et il allait donc bien … en tout cas physiquement. En fait ça n’était pas vraiment plus rassurant parce que ce sang appartenait bien à quelqu’un mais égoïstement le savoir physiquement bien m’aidait moi à relativiser. Instantanément mes idées se firent plus clair et mes mouvements moins tremblants. Il me confirma qu’il n’était pas blessé et m’annonça que ce sang appartenait à Enzo. Je sentis mon teint devenir livide, j’en avais presque la nausée. Sa voix également avait changé et même si je n’osais pas poser la question instantanément je priais pour qu’Enzo aille bien … du moins n’aille pas trop mal. Clément s’avança dans la pièce alors que je n’avais encore rien dit et je compris qu’il se dirigeait vers la salle de bain. Oui il fallait qu’il enlève tout ça, je ne supportais pas de le voir avec tout ce sang. Il se stoppa alors pour me demander des vêtements propres. Mes yeux rencontrèrent les siens pour la première fois depuis qu’il était entré dans l’appartement. « Oui, je te ramène ça » Ma voix étaient basse mais sans attendre une seconde de plus je me dirigeais presque en courant vers notre chambre. J’allumais la lumière et ouvrait la penderie pour y attrapait des vêtements propre.

En presque 4 ans de relation, il ne m’avait jamais fait ce coup-là. Evidemment il était parfois rentrée à la maison avec quelques vêtements taché partiellement de sang et celui-ci appartenait la plupart du temps à un ou deux mecs qu’il avait arrêté dans la journée ; on m’avait également déjà appelé pour me dire que Clément se trouvait à l’hôpital après une intervention un peu houleuse mais jamais il n’était rentré couvert de sang comme aujourd’hui. Je savais que la plupart du temps, même lorsque ça arrivait, il faisait en sorte de ne pas rentrer dans cet état et si ce soir il l’avait fait c’est qu’il n’avait pas eu le choix. Ces mots me revinrent à l’esprit : « c’est celui d’Enzo » Mon dieu mais qu’est-ce qui avait bien pu se passer ? Est-ce qu’Enzo allait bien ? J’avais bien évidemment peur de la réponse mais je savais également que je n’allais pas tarder à l’avoir. Attrapant des vêtements propres dans la penderie je quittais la chambre sans même prendre le temps d’éteindre la lumière et me précipitais vers la salle de bain. En y entrant mon sang ce glaça une nouvelle fois. La lumière de la salle de bain accentuait encore davantage les tâches de sang sur ces vêtements mais je me reprenais vite. Déposant les vêtements sur le rebord du lavabo je m’approchais de lui. « Il faut que tu enlèves ça » Ma voix était calme alors qu’à l’intérieur c’était la panique. Son visage était livide et je ne voulais pas lui demandais s’il allait bien parce que je connaissais d’avance la réponse : il n’allait clairement pas bien !! Ce soir c’était à moi de gérer. Ma main se posa sur son avant-bras et je regardais son visage bien trop livide à mon gout. Beaucoup trop de sang avait coulé ce soir et même si je n’en connaissais ni les circonstances, ni les aboutissements il fallait que celui-ci disparaisse autant que possible. Doucement, je tirais sur la manque de sa veste pour la lui retirer, le voir avec autant de sang sur lui me rendait tout simplement malade.

_________________
'cause love is everything
Everywhere i'm looking now, i'm surrounded by your embrace. Baby i can see you halo, you know you're my saving grace ▬ it's written all over your face, baby i can feel your halo, pray it won't fade away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tragi-comédie.

avatar


Clément LeRoy
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 08/08/2017 et j'ai déjà raconté : 890 mensonges. Je ressemble à : Chris Wood. Sur le forum je suis aussi, : Tristan Ford le tueur à gage aux multiples facettes.
rides et tu dois savoir que je suis : totalement amoureux, même si mon couple traverse une dure période.

● Crédit avatar : Moi
● Crédit gifs : Tumblr - Cadeau du staff de BAE




Mes petits secrets bien gardés: : 877

MessageSujet: Re: I need you, for evermore... || Zoé & Clément    Mer 8 Nov - 6:02

Zoé & Clément

Début Novembre, Fin d'après-midi

Dans un état second, le brun se regardait dans le miroir sans bouger d’un pouce, les yeux rivés sur son reflet qui lui montrait les tâches de sang importante. Il entendit comme un écho lointain Zoé lui affirmer qu’elle allait lui chercher ca. Il avait osé lui demander de l’aide, bien qu’il savait que leur relation n’était pas au beau fixe, mais ils vivaient toujours ensemble et étaient un couple malgré qu’il n’y est pas eut tellement de lien ces derniers temps. Clément fit quelques pas pour rentrer plus dans la salle de bain, mais se stoppait de nouveau.

Il était comme paralysé ne pouvant rien faire de plus. Ca lui était déjà arriver de se recevoir du sang, d’avoir du sang sur lui, mais pas de ses proches comme ca. Souvent c’était des mecs fugitifs qu’il rattrapait et ca finissait mal. Parfois un accident, avec des civils, qu’ils devaient ensuite emmener à l’hôpital faute d’ambulance, il y a quelques années si son coéquipier s’était pris une balle à l’épaule…

Il ne vit pas Zoé rentrer dans la salle de bain, apercevant juste sa présence quand elle posait ses vêtements sur le rebord du lavabo puis s’approchait de lui. Il allait parler, pour lui dire que ca irait, qu’il la remerciait mais il n’en eut pas la force, puis elle enchaînait. Le brun n’était aucunement à l’aise avec l’idée de lui infliger ca. Ce n’était pas son quotidien à elle de voir du sang, elle n’était pas médecin, flic, médecin légiste ou autre… Elle était patronne d’un café qui offrait des plaisirs à ses clients pour qu’ils passent une bonne journée ou profite d’une pause bien mérité.

Sentant la main de Zoé sur son avant-bras il trésaillit légèrement, mais se laissait faire pour le coup. L’aidant à faire que sa veste soit retirer pour finir et atterrisse dans le panier à linge sale pour le moment. Clément avait le teint livide, pour ainsi dire ca le rendait aussi malade, mais son inquiétude envers Enzo était d’autant plus grande. Il se retrouvait avec son t-shirt gris de flic, où était inscrit « London police.. » avec son numéro de district. Il déglutit en voyant les grandes tâches, puis Zoé voulu continuer, seulement il posait sa main sur son poignet.

« Je… vais le faire… »

La regardant, il voulait lui faire comprendre qu’il pouvait se débrouiller, même si c’était faux en soit, mais que surtout elle en avait assez vue. Il échouait totalement dans son rôle de la préserver de ce genre de situation, mais parfois quand c’était extrême il n’y avait pas le choix. Alors pour prouver à Zoé, que ca irait, il se forcait à bouger ses bras et retirer de lui même ce t-shirt sali par le sang. Bien qu’être libérer de ce contact faisait du bien, il ne sentait pas bien tant qu’il ne serait pas laver. Son collier contenant  sa plaque de police en métal retombait sur son torse nue, il ne l’avait pas retirer pour le coup. Il voulu mettre le haut dans le panier, mais Zoé le lui prit des mains… Tout était silencieux et assez pesant.

« C’est de ma faute... »

Clément lachait au final ces mots, d’une voix terne et basse, il se sentait bien évidemment coupable. Dans la situation, il avait envoyer Enzo à la poursuite du gars et c’est lui qui était rester dans la maison. Il aurait pu faire l’inverse, le resultat n’aurait peut être pas été le même… Pour lui, il aurait pu être à sa place, les renseignements étaient de plus bien mieux préparer à ce genre de situation… Clément avait signer pour ca, pour servir le pays, et mourir dignement si c’était le cas… Enzo aussi remarque, mais quand même… une erreur de tactique… une simple erreur. Il déglutit, ne regardant pas Zoé étant trop mal. Il sentait qu’il allait craquer bientôt… très bientôt… Alors il reprit, avec le peu de contenance qu’il lui restait, sa voix étant plus faible.

« Laisse moi… s’il te plaît... »
e&a


@Zoé Monteith

_________________
Love & Guilt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforeanyoneelse.1fr1.net/t1112-clement-leroy-chris-wood
Tragi-comédie.

avatar


Zoé Monteith
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 22/07/2017 et j'ai déjà raconté : 227 mensonges. Je ressemble à : Ashley Benson Sur le forum je suis aussi, : le beau Eliaz.
rides et tu dois savoir que je suis : en couple.
- copyright -
avatar - Shiya
sign - bat'phanie
gifs - tumblr

Mes petits secrets bien gardés: : 130

MessageSujet: Re: I need you, for evermore... || Zoé & Clément    Mer 8 Nov - 15:39

Sa veste avait été retirée et je n’osais pas le regarder. J’attrapais celle-ci que je balançais derrière moi dans le panier à linge sale. Pour le moment c’était ici que je la déposais mais plus tard je savais que j’allais tout jeter. Sa veste et son t-shirt était totalement imbibés de sang. J’attrapais le bas de son t-shirt avec énergie pour le lui retirer mais il me stoppa dans mon élan en me disant qu’il allait le faire. Nos regards se croisèrent et je savais plus ou moins qu’il voulait que je parte. C’était ça son objectif : surtout ne jamais me laisser être confronté à cette partie de son job. Il ne voulait pas que je vois ça, il ne voulait pas que je m’occupe de lui, il ne voulait pas me montrer à quel point son métier était dangereux. Mais comme souvent à ce niveau-là et encore plus dernièrement avec nos problèmes personnels, il me sous-estimait. J’étais consciente à 1000% qu’une balle perdue était très vite arrivée et que son métier pouvait l’emmener aussi rapidement à l’hôpital qu’à la morgue. Je savais que d’un jour à l’autre je pouvais le perdre et que dehors tout n’était pas beau & rose. Je savais que Londres, aussi magnifique soit-elle n’était pas la ville des bisounours et je savais que quotidiennement il était lui-même confronter à ce genre de situation. Je n’étais pas idiote, je savais ça et je l’avais accepté depuis bien longtemps. Evidemment je ne pouvais que le remercier de tenter à tout prix de m’épargner le plus possible mais je voulais également qu’il comprenne que j’étais là et pas seulement pour les bons moments. Oui en ce moment notre couple était dans une période creuse et vide mais lorsque je m’étais lancée à corps perdu dans cette histoire, j’avais évidemment pris en compte cet aspect de sa vie : son métier dangereux et parfois fatal. J’avais accepté de le voir rentrer le soir parfois dans un sale état autant physiquement que psychologiquement, j’avais accepté le fait qu’il prenne des risques pour sauver des vies, j’avais également accepté la possibilité qu’un jour je pouvais le perdre. Je l’avais choisi lui et tous les aspects de sa vie. Il ne le savait peut-être pas mais moi je le savais : je pouvais le soutenir dans ce genre de moment et j’étais plus forte qu’il ne le croyait parce que j’y étais préparé.

Je ne bougeais pas et je le regardais attraper son t-shirt et le faire passer avec difficulté par-dessus sa tête. Il bougea pour mettre le t-shirt dans le panier mais je le lui pris des mains toujours en le regardant. Me retournant doucement je déposais moi-même le t-shirt dans le panier à linge sale et ma gorge se serra. Il n’y avait pas que les fringues qui était taché de sang, celui-ci avait dégoulinait à travers les vêtements et son torse laissait voir de grande trace rouge. Je ne supportais de le voir comme ça mais je ne disais pourtant rien, reconcentrant mon regard sur son visage. Il était livide, blême et soudain 4 petits mots sortir enfin de sa bouche. C’était de sa faute ? Je fronçais les sourcils en n’y croyant pas une seule seconde. C’était son truc ça : s’attribuer la faute pour tout & n’importe quoi. « Ce n’est pas de ta faute, ce sont les risques du métier, tu me le répètes bien assez souvent » Sa voix était blême et sans énergie alors que la mienne était calme et compréhensive. Je le vis déglutir et mon cœur se serra. Il souffrait et je voyais sur son visage qu’il n’allait pas bien. Je voulais l’aider, je voulais le soutenir mais pour cela il fallait que je sache à quoi j’avais à faire. Qu’en était-il d’Enzo ? Est-ce qu’il allait bien ? Est-ce qu’il était à l’hôpital dans de très mauvaises dispositions ? Est-ce qu’il était …. Mort ? Ma gorge se serra un peu plus, je tremblais presque de peur mais il fallait que je sache, il fallait qu’il me dise ce qui était arrivé à son ami. Pourtant avant même que je n’ai pu poser la question, Clément me demanda bien trop poliment de le laisser. Ah oui donc il allait être têtu jusqu’au bout … mais je pouvais être bien plus têtue que lui !!

Doucement je me rapprochais davantage de lui déposant doucement mais fermement une de mes mains sur son bras et ma seconde main sur son visage, attrapant doucement sa mâchoire pour qu’il me regarde. « Je ne vais nulle part, ne discute pas s’il te plait ». Ce n’était pas une demande mais une affirmation. « Dis-moi ce qu’il s’est passé… Enzo ? » Il fallait que je sache et il fallait qu’il le dise.

_________________
'cause love is everything
Everywhere i'm looking now, i'm surrounded by your embrace. Baby i can see you halo, you know you're my saving grace ▬ it's written all over your face, baby i can feel your halo, pray it won't fade away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tragi-comédie.

avatar


Clément LeRoy
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 08/08/2017 et j'ai déjà raconté : 890 mensonges. Je ressemble à : Chris Wood. Sur le forum je suis aussi, : Tristan Ford le tueur à gage aux multiples facettes.
rides et tu dois savoir que je suis : totalement amoureux, même si mon couple traverse une dure période.

● Crédit avatar : Moi
● Crédit gifs : Tumblr - Cadeau du staff de BAE




Mes petits secrets bien gardés: : 877

MessageSujet: Re: I need you, for evermore... || Zoé & Clément    Mer 8 Nov - 19:46

Zoé & Clément

 Début Novembre, Fin d'après-midi

Comment elle pouvait dire ca, que ce n’était pas sa faute. Elle ne savait pas ce qui s’était passé et bien sûr que ca l’était. Bien qu’il s’attribuait souvent les erreurs des autres, juste pour les protéger, la culpabilité était présente. Fronçant les sourcils à son tour alors qu’elle venait de sortir une phrase qu’il disait en effet, ce n’était pas des choses à lui maintenant. 


« Si ca l’est… C’est moi qui l’est envoyé là-bas… C’est moi…. J’ai fais ce choix... »

Clément regardait devant lui, ses doigts étaient pris de tremblement soudain en évoquant ca. Il avait en effet choisis de rester dans cette maison, et il lui avait donné l’ordre de poursuivre le gars en fuite. C’était entièrement de sa responsabilité… Et pour ca, il s’en voudrait toute sa vie.

« C’est de ma faute... C’est moi… »

Sa gorge se serrait, son ami avait été touché par la fatalité par un stupide choix. Il fermait les yeux quelques secondes pour prendre une respiration, il n’allait pas craquer non… Pas maintenant. Il avait pourtant affronter plus dur, mais il vivait au présent et c’était toujours difficile quand une situation terrible arrivait. Le t-shirt avait été enlevé et Clément avait ouvert de nouveau les yeux, il vit en effet que les tâches de sang avait bien transpercé le tissu et que ca avait pas épargné la peau de son abdomen. Il eut un haut le coeur… Ce sang… Pourtant il en avait vu des situations bien plus gore. Il était dans les renseignements, la cellule qui affrontait les crimes les plus horribles sur des sujets dangereux et terrible, prostitutions de toutes sortes, homicide, crime organisé, guerre de gang, drogues et d’autres choses… Alors il en avait vu du sang, des scènes de crimes bien atroces avec des victimes dans un état qu’on ne pouvait même pas imaginer… mais bien évidemment là, c’était différent. Ce sang c’était celui de son ami… et c’était son ami à l’hôpital.

Finalement le brun avait demandé à être seul, il préférait pour continuer, de toute manière il devait prendre sa douche. Zoé n’allait pas l’assister non plus. Mais il fut surpris, quand elle se rapprochait et posait ses mains sur lui, prenant même sa machoire entre ses doigts. Clément fut obligé de la regarder. Elle était bien têtue… autant que lui, c’était certains. Finalement il détournait la tête, pour qu’elle lâche son emprise alors qu’elle lui posait la question… Cette question.

Clément fit un pas sur le côté, il n’allait pas rester avec ce sang sur sa peau, ca lui était insupportable, bien que toujours dans un état de choc, et les mains tremblants, il ouvrit la porte de douche pour au moins commencer à allumer l’eau. Clément prit son temps avant de parler, il refermait la porte, alors que l’eau coulait et allait être chaude dans peu de temps. 

« On… était sur une enquête de disparition d’enfant… on fouillait le quartier depuis ce matin… Et... »

Il se tut, jetant un coup d’oeil à Zoé… il était dos à elle, sa voix était faible et toujours aussi blanche. Finalement il se détournait de nouveau, et entreprit de défaire son pantalon, en reprenant. Généralement il ne parlait jamais de ses enquêtes, jamais. Ce n’était pas quelque chose à glisser dans une conversation, pas quelque chose que Zoé devait entendre. Les sujets étaient bien difficile, heureusement Clément et l’équipe était toujours suivit par des psychologues spécialisés, parce que certaines enquêtes laissait une trace indélébile en eux. Mais là, il devait en parler… Au moins il s’ouvrait un peu.

« J’étais avec Enzo… on était par binôme… on a fait quelques maisons, avant d’arriver à une d’elle… on a trouver des choses suspectes... »

Il se tut de nouveau, sa voix s’était éteinte, finalement il ne pouvait pas du tout continuer. Il avait juste défait sa ceinture qu’il tenait entre ses mains, et se retournait vers Zoé les yeux emplit de larmes. Venant de réaliser que son meilleur ami n’était pas forcement sortie d’affaire, étant sur son lit d’hôpital… et lui il était simplement rentrer chez lui…

« Et s’il meurt… ? Zoé s’il meurt… Qu’est ce que j’ai fais ?... »
e&a


@Zoé Monteith

_________________
Love & Guilt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforeanyoneelse.1fr1.net/t1112-clement-leroy-chris-wood
Tragi-comédie.

avatar


Zoé Monteith
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 22/07/2017 et j'ai déjà raconté : 227 mensonges. Je ressemble à : Ashley Benson Sur le forum je suis aussi, : le beau Eliaz.
rides et tu dois savoir que je suis : en couple.
- copyright -
avatar - Shiya
sign - bat'phanie
gifs - tumblr

Mes petits secrets bien gardés: : 130

MessageSujet: Re: I need you, for evermore... || Zoé & Clément    Jeu 9 Nov - 14:37

Clément m’expliqua que c’était lui qui avait fait ce choix d’envoyer Enzo à cet endroit. Evidemment je ne comprenais pas tout ce qu’il me disait mais même si il avait peut-être fait ce choix, je savais qu’il n’avait pas fait d’erreur, ce n’était absolument pas son genre. Enzo et lui faisait un métier dangereux et ils avaient tous les deux consciences du danger. Mais je n’ajoutais rien tout simplement parce qu’il n’y avait rien à ajouter. A l’heure actuelle, j’étais dans le flou totale et même si j’avais retrouvé mon sang froid depuis que je savais avec certitude que Clément n’était pas blessé physiquement, je n’étais pas habitué à le voir ainsi. Il semblait perdu, totalement démuni et ne cessait de répéter que c’était de sa faute. L’était-ce vraiment ? Je n’en avais absolument aucune idée. Je le vis tenter de reprendre sa respiration et je compris qu’il était sur le point de craquer. Mes mains tremblèrent l’espace d’une seconde, je ne l’avais absolument jamais vu dans cet état là et le voir aussi démuni me brisait le cœur.

Il avait demandé à être seul mais je refusais, il était tout simplement hors de question que je le laisse seul dans un état psychologique comme ça. Il était sous le choc et le laisser seul était tout simplement la pire des idées. Je m’étais approché de lui pour le lui faire comprendre mais même si l’espace de quelques secondes il parut être d’accord, il finit par se détourner de moi lorsque je lui demandais ce qu’il s’était passé. Il fit un pas de côté et ouvrit la porte de la douche et actionnait celle-ci. Tout était silencieux et mon cœur se serrait au fur et à mesure que le silence s’éternisait. Qu’était-il arrivé à Enzo ? Où était-il à présent ? Il fallait absolument que je sache et même si j’avais peur de la réponse, il fallait que Clément parle… Ce qu’il finit par faire. Sa voix était faible et tremblante lorsqu’il commença à m’expliquer la teneur de leur enquête : une disparition d’enfant. J’en frissonnais et fis un pas vers lui. Je n’osais plus le toucher, j’attendais une nouvelle fois qu’il parle, qu’il continue et qu’il me dise. Il me jeta un rapide coup d’œil avant de continuer. Enzo et lui en binôme, l’arrivée dans une maison, des choses suspectes … Je n’en su pas plus. Il semblait à court de mot et moi je m’avançais encore d’un pas vers lui. Il me tournait le dos mais je m’aperçus qu’il avait enlevé sa ceinture et qu’il la tenait entre ses mains. Avec mon bras j’allais le contourner pour la lui prendre mais il fut plus rapide et se tourna vers moi totalement.

Mon cœur s’arrêta face à ce que je voyais. Il était en larmes et je crois que mon cœur était aussi brisée que le sien. Mon dieu s’était insupportable de le voir ainsi. Pourtant je réagissais au quart de tour en lui prenant sa ceinture des mains que je déposais à tâtons sur le rebord du lavabo près de moi avant de m’approcher de lui à nouveau, de passer mes bras autour de ses épaules et de le prendre quelques secondes seulement dans mes bras. L’instant de quelques secondes je le serrais contre moi tout en entendant ces derniers mots. Il se demandait ce qui allait se passer si Enzo mourait et cela ne voulait dire qu’une chose : Enzo n’était pas mort. Mon cœur repartie de plus belle et même si ce soulagement n’en était pas vraiment un, c’était pour moi une bonne nouvelle : Enzo était en vie. Je desserrais mon étreinte et avalais difficilement ma salive avant de déposer mes mains de chaque côté de ses épaules. « Il n’est pas mort, tu viens de le dire, il n’est pas mort !! » Je n’avais aucune info mais il fallait que je fasse avec. « Il est à l’hôpital c’est ça ? Je suis sûr que tu as vu les médecins, qu’est-ce qu’ils t’ont dit ? » C’était presque du bluff mais je me doutais à 99% que s’il n’était pas mort, Enzo se trouvait à l’hôpital. « Clém, il n’est pas mort, faut que tu es de l’espoir !! C’est un battant Enzo !! » J’avais dit ça avec entrain parce que moi aussi je voulais y croire. Passant une main sur sa joue je priais pour qu’Enzo s’en sorte. D’où j’étais je voyais le sang poisseux collé à sa peau et j’entendais l’eau de la douche couler à plein jet. L’eau devait être brulante désormais et il avait vraiment besoin d’une douche mais je ne voulais pas le lâcher tant qu’il était dans cet état de désarrois et de choc. « Je ne sais pas ce qu’il s’est passé là-bas mais pour le moment il est vivant et il faut que tu ne penses qu’à ça !! »

_________________
'cause love is everything
Everywhere i'm looking now, i'm surrounded by your embrace. Baby i can see you halo, you know you're my saving grace ▬ it's written all over your face, baby i can feel your halo, pray it won't fade away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tragi-comédie.

avatar


Clément LeRoy
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 08/08/2017 et j'ai déjà raconté : 890 mensonges. Je ressemble à : Chris Wood. Sur le forum je suis aussi, : Tristan Ford le tueur à gage aux multiples facettes.
rides et tu dois savoir que je suis : totalement amoureux, même si mon couple traverse une dure période.

● Crédit avatar : Moi
● Crédit gifs : Tumblr - Cadeau du staff de BAE




Mes petits secrets bien gardés: : 877

MessageSujet: Re: I need you, for evermore... || Zoé & Clément    Jeu 9 Nov - 17:44

Zoé & Clément

 Début Novembre, Fin d'après-midi

 Le contact de Zoé lui fit du bien sur l’instant, il ne s’y était pas attendu qu’elle le prenne dans ses bras. Surtout vu qu’il avait du sang sur lui… Du sang. Il n’était pas à l’aise avec l’idée d’en mettre sur Zoé, mais c’était bien trop tard. Clément ne mit pas ses bras autours d’elle, les laissant ballant le long se son corps, même si son étreinte lui allait. Dans son fond intérieur il avait besoin d’elle… Il n’avait pas besoin de Lily, ni Andrew, mais elle. Bien qu’il connaissait Andrew et Lily depuis bien plus longtemps, mais bien évidemment leurs relations n’étaient pas les même. C’était avec Zoé qu’il partageait sa vie, qu’il essayait de construire quelque chose… Même si ces derniers mois avaient été très difficile entre eux, et ca continuait.

Puis finalement elle parlait et il n’aimait pas ca. Bien évidemment qu’il n’était pas mort, du moins pas encore. Si c’était le cas, il serait rentrée dans un état lamentable… Enfin s’il était rentrée… Détournant le regard, Clément ravalait ses larmes, il devait surpasser ca le plus possible. Craquer n’était pas permis. Puis elle parlait d’espoir et Clément ne pu s’empêcher d’avoir un léger rire nerveux, il portait sa main a son menton, se le frottant, avant de regarder Zoé.

« Tu ne comprends pas… »

Enzo ne s’était pas fait mal en tombant, il s’était recu une balle et tout le monde pouvait savoir combien de dégats ca pouvait faire. S’il l’avait recu à l’épaule, a la cuisse, dans un endroit moins important il aurait réagit autrement. Soulagé et Enzo ne serait pas endormis dans son lit, en attente qu’il se réveille. Il n’était donc aucunement sortie d’affaire, l’opération avait été faite, mais il fallait attendre… Il se pinçait les lèvres pour finir et reculait d’un pas.


« Il n’est pas sortie d’affaire... »

Son ton fut plus tranchant, il n’avait pas besoin d’espoir, il n’était pas dans cette optique. Il se sentait coupable d’une part et il n’arrivait pas à croire que tout avait pu tourner à la catastrophe. Il avait peur qu’il ne s’en sorte pas… Il n’avait jamais connu réellement de proche passant l’arme à gauche et dans le métier, bien qu’un flic tombait souvent, il le connaissait généralement de loin… Et les cérémonies en leur honneur était toujours assez dramatique et terrible… on mettait une plaque à ton nom dans le cimetière des héros… Si Enzo avait sa plaque ? Ravalant sa salive, il soupirait.

« Laisse moi maintenant… Je vais... »

Il regardait la douche, la buée commençait à se former et envahir la pièce. L’eau devait être brulante, super la note d’eau… Mais bon il payait sa part de loyer et s’il y avait une somme plus élevée il s’en chargerait.

« Prends… Ma douche... »

Il priait donc Zoé de quitter la pièce, il voulait être seul… Elle n’allait quand même pas rester derrière la porte à l’attendre. Il n’en avait pas envie. Il voulait de l’intimité pour s’occuper d’enlever ce sang… Alors sans attendre, il allait à la porte de la salle de bain, l’ouvrit et la regardant il demandait avec plus de douceur… Il ne voulait pas qu’elle se sente rejeter, il savait qu’elle voulait l’aider, mais à présent c’était de son ressort.


« S’il te plaît... »

e&a


@Zoé Monteith

_________________
Love & Guilt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforeanyoneelse.1fr1.net/t1112-clement-leroy-chris-wood
Tragi-comédie.

avatar


Zoé Monteith
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 22/07/2017 et j'ai déjà raconté : 227 mensonges. Je ressemble à : Ashley Benson Sur le forum je suis aussi, : le beau Eliaz.
rides et tu dois savoir que je suis : en couple.
- copyright -
avatar - Shiya
sign - bat'phanie
gifs - tumblr

Mes petits secrets bien gardés: : 130

MessageSujet: Re: I need you, for evermore... || Zoé & Clément    Jeu 9 Nov - 22:32

Debout face à lui, je l’entendis me demander de le laisser tranquille afin qu’il puisse prendre sa douche. Il se dirigea vers la porte et me la teint ouverte afin que je ne discute pas cette fois. J’étais totalement démuni mais j’en avais fait assez pour le moment. « D’accord » Je me détournais donc de lui et sans un regard je franchissais la porte. J’entendis celle-ci se refermer derrière moi. Me stoppant et m’adossant au mur du couloir je pris le temps de reprendre ma respiration en essayant de remettre dans l’ordre les infos que j’avais. Quelques minutes plus tôt Clément avait plus ou moins accepté mon étreinte mais s’était braqué au moment même où j’avais ouvert la bouche. J’avais surement été maladroite dans ce que j’avais dit mais en même temps je ne savais absolument rien de la situation. A peine quelques minutes plus tôt mon petit-ami était rentré à la maison couvert de sang et visiblement en état de choc. Les seuls éléments qu’il m’avait donnés pour le moment étaient que ce sang dont il était recouvert appartenait à son ami Enzo, que les deux étaient en binôme aujourd’hui sur une affaire d’enlèvement d’enfant et que visiblement Clément avait donné un ordre à Enzo. La dernière chose que je savais était qu’Enzo avait perdu des quantités énormes de sang. Est-ce qu’il avait été blessé par balles ? Avec une arme blanche ? Avec toute autre chose ? Il ne m’avait même pas confirmé s’il se trouvait à l’hôpital ou pas.

Je tremblais de nervosité, je ne connaissais rien de la situation et je n’avais aucun moyen d’en savoir plus. Fermant les yeux afin de ravaler les larmes d’angoisse qui montaient, je pris une grande inspiration avant de quitter le couloir et de me diriger vers la cuisine. Je me rapprochais de l’évier et entreprenais de me laver les mains, le sang imbibés sur les vêtements de Clément s’était en petite partie déposé sur mes mains lorsque je les avais pris. Alors que je passais sous l’eau mes mains savonneuses, un rire nerveux sortie de ma gorge lorsque j’apercevais au bout de mon index un pansement. Ce matin je m’étais coupé le doigt et rien que pour ça j’avais passé près d’un quart d’heure à stopper le saignement. Mon estomac se serra autant que ma gorge. Je coupais l’eau, me séchais les mains et me dirigea vers le plan de travail ou j’avais déposé mon téléphone un peu plus tôt. Je m’accoudais au plan de travail, attrapais mon téléphone et le déverrouillait. Qu’est-ce que je pouvais bien faire ? Appeler l’hôpital ? Appeler le commissariat ? Bien sûr que non ! Déjà parce qu’aucun des deux ne m’aurait donné la moindre information par téléphone et également parce que si je faisais ça Clément allait être furieux.

« Et Merde, mais qu’est-ce qu’il s’est passé !? » jurais-je en déposant un peu trop violemment mon téléphone contre le plan de travail et en enfouissant mon visage entre mes mains. Mes paumes appuyaient fortement sur mes paupières et cela m’empêcher de craquer. Cette situation me rendait totalement dingue. Clément était sous le choc et je voulais être là pour lui mais la situation actuelle de notre couple faisait qu’il me rejetait depuis des jours voire des semaines et que cela semblait encore pire aujourd’hui. Je voulais être là pour lui mais visiblement il n’avait pas envie que je sois là et il se serait bien passé de ma présence. Tant pis, pendant des semaines il avait pris sur lui alors c’était mon tour. Me redressant, je reprenais à nouveau une grande inspiration avant de me diriger vers le salon. La playlist que j’avais lancé un peu plus tôt tournait toujours et j’en baissé un peu le volume. Trop de silence m’angoissait. Je me callais dans le canapé et commençais à m’imaginer toute sorte de scénario. De toute façon je ne pouvais rien faire pour avoir des nouvelles et ma seule solution était d’attendre qu’au moins Clément se calme un peu et me raconte.

Enfin, j’entendis la porte de la salle de bain s’ouvrir et je relevais la tête. Il apparut à l’entrée du salon avec les vêtements propres que j’avais été lui cherché. Je n’étais absolument pas sûr qu’il veuille me parler et lui demander si ça allait était totalement inutile : il n’allait de toute évidence pas bien. Malheureusement pour moi je ne pouvais le forcer à rien et c’était à lui de prendre la décision de parler … ou pas. Je me levais et m’approchais tout en restant loin. « Tu … tu veux appeler l'hôpital ? ... Ou quelqu'un ? » Question bête mais qu’est-ce que je pouvais dire d’autres ? Je ne voulais pas le forcer à me raconter.

_________________
'cause love is everything
Everywhere i'm looking now, i'm surrounded by your embrace. Baby i can see you halo, you know you're my saving grace ▬ it's written all over your face, baby i can feel your halo, pray it won't fade away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tragi-comédie.

avatar


Clément LeRoy
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 08/08/2017 et j'ai déjà raconté : 890 mensonges. Je ressemble à : Chris Wood. Sur le forum je suis aussi, : Tristan Ford le tueur à gage aux multiples facettes.
rides et tu dois savoir que je suis : totalement amoureux, même si mon couple traverse une dure période.

● Crédit avatar : Moi
● Crédit gifs : Tumblr - Cadeau du staff de BAE




Mes petits secrets bien gardés: : 877

MessageSujet: Re: I need you, for evermore... || Zoé & Clément    Ven 10 Nov - 6:08

Zoé & Clément

 Début Novembre, Fin d'après-midi

Zoé n’omit aucune résistance et quittait la salle de bain, il se pinçait les lèvres et finit par refermer les portes derrière lui, tournant le verrou. Etre seul était plus qu’important pour la suite, Zoé en avait déjà trop vu de plus… Elle avait même oser le toucher alors qu’il avait du sang sur lui, il devait admettre qu’elle était bien courageuse. Mais à s’en rappeler, elle avait vécu un accouchement plus que difficile quand leur enfant était mort. Bien évidemment qu’elle était courageuse. En tout cas en cette fin d’après midi, ils avaient quand même étaient bien plus proche que ces dernières semaines, le contact physique avait été établis et même si Clément ne s’était pas ouvert complétement il avait essayer, seulement il était loin de se douter de ce que pensait Zoé dans le fond.

L’eau coulait toujours, la vapeur d’eau avait envahit totalement la salle de bain. Clément prit sur lui, pour retirer le reste de ses vêtements et les mettre dans le panier, ca ne lui traversait même pas l’esprit qu’il faudrait jeter au moins son t-shirt. Ouvrant la cabine de douche, il était pris d’un frisson, avant que sa peau entre en contact avec l’eau. Bien évidement la sensation lui fit du bien aussitôt, il penchait la tête vers l’avant et fermait les yeux après avoir refermer la porte de la cabine derrière lui. 

Ouvrant les yeux quelques secondes après, ses yeux rivés sur le bac de douche, l’eau qui partait vers le tuyau d’évacuation n’était pas clair et transparente, elle était mêlé à ce rouge…. Ce rouge sang… Fermant les yeux de nouveau, Clément posait ses paumes de main sur la faïence de la douche en face de lui, penchant la tête, et attendant juste que ca passe. Il essayait de se contenir, bien qu’il fut prit de tremblement…

Après un instant, il avait prit sur lui pour ne pas craquer, il avait saisit son produit pour le corps et c’était attaquer à se laver, se rinçant, il attaquait les cheveux ensuite et en frottant la mousse d’origine blanche prit une teinte rosée… Toujours et encore du sang. Il ne pu resister à abattre son poing contre la faïence… Il n’était pas de ce genre là, à être impulsif… Après tout il était ce calme incarné, ce calme qui pouvait parfois mettre mal à l’aise et été bien plus terrible que quelqu’un qui pouvait agir… Mais quand c’était trop, c’était trop. Ses phalanges en prirent un coup, mais la douleur n’était rien comparé a ce qu’il ressentait…

L’eau fut coupé, après s’être bien rincé et finalement il s’était lavé deux fois pour être sur qu’il ne reste rien. Sortant de la cabine, il avait prit une serviette et avait attendu un peu, se séchant ensuite, pour finalement revêtir des vêtements propres. Un t-shirt, un pantalon de jogging et une nouvelle veste de sport. Des vêtements cosy, qui lui permettrait de se sentir plus léger. Restant encore un peu dans la salle de bain, il avait effacé la buée du miroir pour pouvoir se regarder. Sa mine était mauvaise, et il était un peu fatiguée. La journée avait été très prenante à vraie dire. Au final, il se décidait à sortir de la salle de bain… il le fallait. Il ne pouvait pas rester ici et puis, il savait aussi qu’il avait besoin de rester avec Zoé. Il avait besoin d’elle, parce que dans ce genre de moment où on était fragile qui sait ce qu’il pouvait se passer.

A l’entrée du salon, Clément s’était arrêté, il vint poser son regard sur Zoé qui aussitôt c’était approcher de lui, avant de s’arrêter à une bonne distance. A ses mots, il ouvrit la bouche légèrement avant de la refermer… A quoi bon appeler l’hôpital ? Enzo n’allait pas se réveiller de sitôt… et quelqu’un ? Il ne voulait appeler personne. Qui pourrait-il appeler de toute manière ? Au final, il s’approchait de Zoé doucement.

« Non… je veux juste… que tu restes avec moi. »

Ce n’était pas facile d’exprimer ce qu’on désirait tout bas, à haute voix. Il s’était finalement arrêter face à elle, à quelques centimètres. Il avait la tête en vrac, beaucoup de culpabilité, mais avait regagner sa raison. Il espérait toutefois que Zoé comprenne ce qu’il voulait, ne pas être seul. Le brun prit la main de sa compagne dans la sienne doucement, il savait que c’était délicat entre eux, mais ils en restaient pas moins un couple. S’approchant encore, Clément ne savait pas ce qu’il allait faire, il voulait juste combler ce sentiment… Alors doucement, il approchait son visage de celui de Zoé, et ses lèvres rencontrèrent les siennes en quelques secondes. Bien évidemment ce baisé avait une saveur assez triste, mais il était important pour lui... Car il prenait conscience de certaines choses encore plus au vu de la situation.. que tout pouvait basculer en quelques secondes et que peut être plus aucun retour en arrière était possible.
e&a


@Zoé Monteith

_________________
Love & Guilt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforeanyoneelse.1fr1.net/t1112-clement-leroy-chris-wood
Tragi-comédie.

avatar


Zoé Monteith
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 22/07/2017 et j'ai déjà raconté : 227 mensonges. Je ressemble à : Ashley Benson Sur le forum je suis aussi, : le beau Eliaz.
rides et tu dois savoir que je suis : en couple.
- copyright -
avatar - Shiya
sign - bat'phanie
gifs - tumblr

Mes petits secrets bien gardés: : 130

MessageSujet: Re: I need you, for evermore... || Zoé & Clément    Sam 11 Nov - 3:13

Clément avait quitté la salle de bain et moi je m’étais empressé de me lever. Nous étions tous les deux à bonne distance lorsque je lui avais demandé s’il souhaitait appeler quelqu’un. Alors qu’il semblait réfléchir à la question, moi je le regardais plus attentivement. Il avait enfilé des vêtements propres et il n’y avait plus aucune trace de sang sur lui ce qui rendait la situation un peu moins glauque que quelques minutes auparavant. Physiquement et au premier abord il avait l’air d’aller bien … enfin mieux. Mais au fond et en regardant son visage je voyais qu’il était toujours autant perdu et que même si le choc était passé, la culpabilité restait sur son visage. Je ne savais toujours pas ce qui s’était passé mais pour le moment ce n’était pas le plus important, pour le moment je voulais juste qu’il comprenne que s’il avait besoin j’étais là pour lui.

Alors il s’approcha de moi et comme pour répondre à ma question intérieure, il prononça ces quelques mots qui réchauffèrent mon cœur. Il voulait que je reste avec lui. Mon visage changea en quelques secondes. J’étais surprise de sa demande, choqué qu’il veuille … de moi. La situation ces dernières semaines entre nous était tellement à des années lumières de la complicité que nous avions pu avoir auparavant que j’étais surprise et choqué qu’il veuille que je reste. D’un pas court mais rapide je m’avançais vers lui de quelques centimètres. « Oui évidemment … je ne vais nulle part … jamais » Ma voix était basse et mon visage n’exprimait plus rien. Je n’osais plus trop agir mais il fallait que je bouge quand même. Pourtant au moment où j’allais tendre la main vers lui, il combla la distance entre nous avant d’attraper ma main. Nos regards se croisèrent et au fond de ses yeux je sentais cette douleur qu’il ne savait pas exprimer avec des mots. Je le connaissais, il se braquait, il faisait tout pour être fort, pour ne rien laisser paraitre, il voulait m’épargner et épargner avec moi le monde entier s’il le pouvait, il voulait surtout ne pas craquer. Et pour cela il semblait avoir besoin de moi. En quelques secondes à peine il me surprit de nouveau en déposant ses lèvres sur les miennes. Instinctivement je fermais les yeux et m’approchais encore plus près de lui. Ce contact était amer, triste bien évidemment mais il était aussi plein de vérité et de douceur puisque c’était dans des moments comme celui-là que j’avais envie d’être là pour lui et que visiblement … il avait envie que je sois là pour lui également.

Puis nos lèvres se détachèrent mais encore quelques secondes nous restâmes coller l’un à l’autre. Le silence faisait finalement du bien même si moi j’avais encore besoin de réponses. Mon dieu, je tremblais rien qu’à l’idée de ce qui avait pu se passer aujourd’hui. Mais il fallait que je pense à autre chose. Les traits de Clément étaient tiré et il semblait épuisé : c’était clair, il avait bien trop réfléchi pour la journée et il avait besoin de sommeil. Mais je savais également que nous n’étions pas près d’aller dormir. Déjà parce qu’il était bien trop tôt mais aussi parce qu’aller se coucher sans savoir si Enzo allait bien ou mieux était inenvisageable. Doucement j’attrapais sa main et le dirigeais à juste quelques mètres de là, sur le canapé. Nous nous y installâmes sans jamais que je ne le quittes des yeux ni que je lui lâche la main. Ce soir c’était Enzo qui était dans un mauvais état mais je savais pertinemment que ça aurait pu être Clément à sa place. Cela me fit frissonner. Bien sûr qu’il pouvait mourir, du jour au lendemain même avec ce foutu job !! Alors il fallait que je profite de lui et il fallait que je le fasse rire et sourire. Peut-être pas ce soir, peut-être pas maintenant mais demain !! Parce que demain serait un autre jour et que demain j’espérais qu’Enzo soit en vie et bien portant. Ma gorge se serra à l’idée que ça ne soit pas le cas.

Mais une nouvelle fois je me repris, ce soir c’était à moi d’être forte, pas à lui. C’était à moi de prendre les choses en main. « Je sais que tu vas me dire non mais tu devrais manger un truc … je suis sur que tu n’as pas mangé depuis des heures & des heures ». Ma réponse dans les mauvais moments : la bouffe !! Ce n’était pas la solution pour tout le monde mais je n’avais pas envie qu’il se laisse crever de faim jusqu’à ce qu’Enzo se réveille … « Bref dis-moi juste si tu veux que je te réchauffe un truc … ou si tu veux des cookies » terminais-je en souriant doucement. Des cookies maison bien évidemment mais ça il avait l’habitude. Je m’approchais de lui et une nouvelle fois je le pris dans mes bras, je ne supportais pas de le voir comme ça. Le sentir près de moi me faisait du bien, lui faisait du bien … nous faisait du bien.

_________________
'cause love is everything
Everywhere i'm looking now, i'm surrounded by your embrace. Baby i can see you halo, you know you're my saving grace ▬ it's written all over your face, baby i can feel your halo, pray it won't fade away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tragi-comédie.

avatar


Clément LeRoy
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 08/08/2017 et j'ai déjà raconté : 890 mensonges. Je ressemble à : Chris Wood. Sur le forum je suis aussi, : Tristan Ford le tueur à gage aux multiples facettes.
rides et tu dois savoir que je suis : totalement amoureux, même si mon couple traverse une dure période.

● Crédit avatar : Moi
● Crédit gifs : Tumblr - Cadeau du staff de BAE




Mes petits secrets bien gardés: : 877

MessageSujet: Re: I need you, for evermore... || Zoé & Clément    Dim 12 Nov - 23:19

Zoé & Clément

 Début Novembre, Fin d'après-midi

Pour lui c’était tout à fait normal d’avoir besoin de sa compagne, malgré tout ce qu’ils se passaient entre eux, cela montrait aussi l’importance de tous ca. Clément ne voulait pas reser seul, c’était certains. Il était hanté par ce qu’il s’était passé. Ca lui revenait en tête, encore et encore, depuis qu’il avait trouver Enzo au sol en sang… Et tous ce qu’il s’était passé ensuite… La promesse qu’il lui avait faite… Et son arrêt cardiaque… l’attente… et à présent la peur terrible qu’il ne s’en relève jamais. Alors pour ne pas s’effrondrer Clément avait admis avoir besoin de Zoé à présent. Lui qui avait été là pour elle pendant des mois, maintenant c’était son tour.

Le baisé pris fin, il avait été si spontanné. Clément ne savait pas au final comment il allait être reçu, car ce n’était pas un baisé… vraiment offert avec amour. Plus un geste desespéré, ce qui était vraiment très triste. Mais Zoé ne dit rien, ne fit rien de plus, elle restait là pour lui. Ils restèrent un instant comme ca, et ca faisait quand même du bien… Au coeur… 

Puis Zoé guidait Clément jusqu’au canapé, le brun y prit place en se mettant droit, le dos même pas coller contre le dossier et se mit à fixer un point devant lui. C’était comme une torture mentale qui revenait en boucle… Il revoyait toute la scène et se demandait ce qui aurait pu être différent, ce qu’il aurait pu faire et pourquoi c’était arrivé ? C’était tellement injuste.

Il trésaillit légèrement quand Zoé prit la parole, il posait ses yeux bleus sur elle. En effet, il n’avait pas faim du tout. Comment manger dans telle circonstance ? Et il était vrai qu’il n’avait pas manger depuis le midi au final, mais ca… ce n’était pas si grave. Son estomac était tout retourné et se tordait, la nausée lui montant rien qu’en entendant le mot nourriture.

« Je n’ai pas faim... »

Sa voix était lointaine et un peu effacée, jusqu’à ce qu’il entende une sonnerie de téléphone portable venir de l’entrée, mais comme étouffée.


« Enzo…. »

Aussitôt se levant, Clément se précipitait jusqu’à l’entrée et mit ses genoux à terre pour être au niveau de son sac, se penchant et ouvrant la fermeture de ce dernier. Il avait rangé son téléphone dedans, le trouvant, il vit le numéro qui était celui du boss. Il devait bien avouer que la peur l'avait saisit que ce soit un proche d'Enzo qui l'appel pour lui annoncer quelque chose de terrible... Clément décrochait simplement, et se redressant il filait dans la chambre pour avoir une conversation en privé. 

Dix minutes passèrent, Clément ressortit de la chambre en se pinçant les lèvres légèrement et ayant toujours son portable en main. L’appel concernait quelques petites choses, comme pour prévenir que l’enquête était close… Emilie avait été retrouvée, les types arrêtés…. Enzo était toujours inconscient… la nuit pouvant être décisif et que Clément avait son jour demain pour se reposer. Foutaise… il n’avait pas besoin de ca, si bien qu’il s’était exprimé bien haut à son bosse en le lui faisant comprendre, mais c’était catégorique. Au final, les nerfs présent, il fit un geste assez violent en balançant son portable a travers la pièce, ce dernier se fracassant contre le meuble d’en face. Il passait sa main sur son visage en soufflant, ca le dépassait et il ne savait pas gérer ce trop plein d’émotions… 
e&a


@Zoé Monteith

_________________
Love & Guilt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforeanyoneelse.1fr1.net/t1112-clement-leroy-chris-wood
Tragi-comédie.

avatar


Zoé Monteith
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 22/07/2017 et j'ai déjà raconté : 227 mensonges. Je ressemble à : Ashley Benson Sur le forum je suis aussi, : le beau Eliaz.
rides et tu dois savoir que je suis : en couple.
- copyright -
avatar - Shiya
sign - bat'phanie
gifs - tumblr

Mes petits secrets bien gardés: : 130

MessageSujet: Re: I need you, for evermore... || Zoé & Clément    Jeu 16 Nov - 14:20

En règle générale je n’étais pas le genre de personne à être négative ou à ne pas savoir quoi faire. Au contraire, la vie m’avait apprise qu’il fallait rester positif encore et encore, jour après jour parce que cette vie justement était précieuse et qu’il fallait profiter de chaque instant. Depuis petite j’avais ce sourire constant aux lèvres, j’avais cette envie de vivre pour moi et de faire ce que j’aimais. C’était d’ailleurs pour cette raison que quelques années plus tôt j’avais pris une année entière pour voyager aux 4 coins de la planette ou que j’avais lâché mon job dans le marketing pour ouvrir sur un coup de tête un café. J’avais envie de me lever le matin avec le sourire pour dévorer ma journée et de me coucher le soir avec un sourire encore plus grand fière de ma journée. J’étais également ce genre de femme pétillante qui a toujours des idées farfelus pour remonter le morale des gens, j’étais ce genre de personne qui ne supportait pas de voir ce malheur autour de soi, j’étais ce genre de personne qui en règle générale arrivaient à faire rire et sourire son entourage. Mais aujourd’hui et surtout avec Clément j’avais perdu cette capacité. Avec ma fausse couche et surtout tout ce qui s’était ensuivi après nous nous étions un peu perdu tous les deux et j’avais peur que le moindre de mes mouvements ou la moindre de mes paroles ne le blesse. Pourtant ce soir j’avais réussi à surmonter plus ou moins tout ça. Je ne savais toujours pas ce qu’il s’était passé mais j’étais là, présente pour lui.

Assis tous les deux dans le canapé, je ne pouvais m’empêcher de le regarder. Ses yeux étaient perdus dans le vide et même si je ne savais pas à quoi il pensait, j’imaginais qu’il rejouer la scène qui avait pu se passer avec Enzo un peu plus tôt dans la journée. J’avais pris la parole en lui proposant de manger quelques choses. Il n’avait pas faim forcément mais ça n’était pas ma question. Je savais qu’il avait besoin de manger. Pourtant je n’ajoutais rien et le calme revint quelques secondes avant qu’une sonnerie ne retentisse. Nous sursautâmes au même instant. Je vis Clément se lever précipitamment pour rejoindre l’entrée. Je le suivi et le regardais chercher son téléphone dans son sac. Il l’attrapa et décrocha presque instantanément avant de passer devant moi et de s’enfermer dans la chambre.

Mais merde, qu’est-ce que j’avais horreur d’avoir les mains liées comme ça. Je ne pouvais tout simplement rien faire. Alors soupirant bruyamment je passais ma main dans mes cheveux avant de les passer sur mon visage. Je me rapprochais du plan de travail de la cuisine qui se trouvait à quelques mètres de là, presque face à la porte de la chambre et attrapais mon téléphone. Lily m’avait envoyé un texto et Natasha également. Je consultais mes messages et sans leur répondre je verrouillais à nouveau mon téléphone. De là où j’étais, je pouvais entendre par intermittence la voix de Clément. Celle-ci semblait stricte et ferme. Les minutes passèrent et enfin la porte s’ouvrit et Clément en ressortie. J’avais le regard fixé sur lui tandis que lui avait encore ce visage fermé, presque énervé.

Puis soudain je le vis lever le bras et balancer son téléphone à travers la pièce. Ce dernier se fracassa que un meuble et moi je sursautais. Je ne l’avais tout simplement jamais vu comme ça. Ce n’était pas un violent, ce n’était pas quelqu’un qui réagissait comme ça en règle générale. « Ok » dis-je tout bas avant de me diriger vers lui aussi calmement que possible et laissant le téléphone là où il se trouvait. « Clément, s’il te plait, tu peux m’expliquer ce qu’il se passe ? » Son geste trahissait davantage de la colère que de la tristesse et même si je savais que cette dernière était bien présente, sa colère je pouvais la gérer. « Calme toi et dis-moi ce qu’il se passe, j’ai besoin de comprendre et toi tu as besoin de me dire !! C'était des nouvelles d'Enzo ?» Ma voix s'affaiblit, presque tremblante mais parler et expliquer ce qui était en train de se passer ne pouvais que lui faire du bien, il fallait qu’il s’exprime à haute voix. Je m’approchais de lui et attrapais sa main fermement pour l'inciter à parler.

_________________
'cause love is everything
Everywhere i'm looking now, i'm surrounded by your embrace. Baby i can see you halo, you know you're my saving grace ▬ it's written all over your face, baby i can feel your halo, pray it won't fade away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tragi-comédie.

avatar


Clément LeRoy
Tragi-comédie.
J'ai débarqué à Londres le : 08/08/2017 et j'ai déjà raconté : 890 mensonges. Je ressemble à : Chris Wood. Sur le forum je suis aussi, : Tristan Ford le tueur à gage aux multiples facettes.
rides et tu dois savoir que je suis : totalement amoureux, même si mon couple traverse une dure période.

● Crédit avatar : Moi
● Crédit gifs : Tumblr - Cadeau du staff de BAE




Mes petits secrets bien gardés: : 877

MessageSujet: Re: I need you, for evermore... || Zoé & Clément    Jeu 16 Nov - 17:57

Zoé & Clément

 Début Novembre, Fin d'après-midi

Son accès de colère, n’avait pas réellement été controlé. Il l’était certes, juste parce que rien n’était juste et rien n’aurait du se passer comme ca. Et c’était ca de tout vouloir controler, de tout garder pour soit et de simplement craquer. Restant sans bouger, il n’avait pas penser que Zoé était là, il avait oublié pendant quelques secondes sa présence. Quand elle parlait, il la regardait donc interdit, elle avait vu ca… Ce qui ne le rendait pas fier...

La regardant, elle s’approchait de lui, et il ne bougeait pas. Le brun se pinçait les lèvres toute fois. Etre calme ? Comment pouvait-il être calme avec tout ca… Puis il fermait les yeux deux secondes quand elle demandait si c’était Enzo. Dieu que non… Mais ca n’empêchait pas de se demander si le pire était arrivé là-bas… A l’hôpital.

Soudain il sentit une pression sur sa main, il rouvrit les yeux et vit que Zoé l’avait prise. Il ne la repoussait pas, mais ne l’encourageait pas non plus. Elle voulait savoir, mais il pensait avoir été clair, à priori non. Alors il dégageait sa main de la sienne et reculait de deux pas, ce qui fit qu’il touchait le mur avec son dos.

« Il est dans un état critique... »

Il regardait ailleurs, se triturant les doigts entre eux. Son ami était dans un état critique… et il fallait juste prier pour qu’il réussisse à passer la nuit. Qui pouvait le croire ? Pas Clément… D’ailleurs il avait promis d’y retourner à l’hôpital, mais le courage lui manquait cruellement.

« Il a fait deux arrêts cardiaque Zoé… les médecins sont… Disent… que c’est critique c’est tout... »

La voix de Clément était d’un calme olympien, plus réellement blanche, pas ferme, juste calme. Un peu trop… Mais il arrivait à se maitriser totalement. Il soupirait ensuite, repassant une main sur son visage.

« Et mon boss ne veux pas que j’aille travailler demain… »

Il allait devenir fou s’il restait à la maison demain, ca il le savait très bien, tout le monde le savait. Mais le brun savait qu’il devrait au moins sortir une heure pour aller voir la psychologue du service… et ca il n’avait pas tellement envie, mais se gardait de le dire à Zoé. Il finit par croiser les bras contre son torse, regardant finalement sa compagne, il fallait quand même qui le fasse... Si jamais... si...

« Je devrais retourner à l’hôpital… »

Décollant son dos du mur, il devait se bouger et au moins faire ca, car si Enzo mourrait il le regretterait… de plus il y avait Victoria, et il avait promis d’être là pour elle, si jamais. Clément se demandait si Andrew était au courant… Surement. Clément était passé prêt de Zoé, mais avant de regagner l’entrée, il allait chercher son téléphone. La coque avait explosé, avec l’arrière, et la batterie, la carte sim… il ramassait les composants et les remis en place en priant pour qu’il fonctionne. Il murmura.

« Quel idiot... »

Puis il regagnait l’entrée, posant son téléphone qui redemarrait et saisit sa paire de basket pour faire du sport qu’il enfilait, sans regarder Zoé. Il ne pensait pas à ce qu’elle vienne avec elle, de toute manière il se doutait qu’aller dans hôpital n’était pas génial pour elle au niveau des souvenirs, elle avait eut sa dose avec la perte du bébé… Il ne voulait donc pas lui imposer ca.
e&a


@Zoé Monteith

_________________
Love & Guilt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforeanyoneelse.1fr1.net/t1112-clement-leroy-chris-wood




Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I need you, for evermore... || Zoé & Clément    

Revenir en haut Aller en bas
 
I need you, for evermore... || Zoé & Clément
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Center of London :: Les logements.-
Sauter vers: