Revenir en haut Aller en bas



 
Bienvenue sur le forum Invité <3
Before Anyone Else a ouvert ses portes le 14 octobre 2016.
Fais connaître toi aussi le forum pour avoir plus de jolis coeur dans notre famille.
BAE A UN AN ! JOYEUX BAEVERSAIRE !

Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
J'ai débarqué à Londres le : 04/09/2017 et j'ai déjà raconté : 266 mensonges. Je ressemble à : Hilarie Burton Sur le forum je suis aussi, : Andrew O'Connel
rides et tu dois savoir que je suis : fiancée


*Possède une pâtisserie
*Tueuse spécialisée dans les poisons
*Fiancée à Tristan

Mes petits secrets bien gardés: : 364

MessageSujet: Le beau et l'incertaines! ~Trizzie [HOT]   Dim 29 Oct - 22:07

Je me regardais une dernière fois dans la glace, incertaine. Je n’avais pas l’habitude de porter des robes. Encore moins aussi courte. Enfin courte. Elle allait jusqu’aux genoux mais bon, pour moi qui restais à mes jeans c’était énorme. Une robe rouge, cintrée, avec des brettelles larges. En soi une beauté mais j’avais l’impression de ne pas être assez bien. J’avais toujours brandit avec des garçons et même ici à New York j’étais entouré des gars qui bossaient dans le même cartel que moi. Du coup j’avais valorisé les pantalons plus qu’autre chose. Pratique, sur et surtout : pas moyen d’y voir une quelconque invitation pour glisser une main ou que ce soit. J’avais naturellement déjà perdu ma virginité mais si j’étais ici c’était avant tout pour bosser et déjà ne temps normal j’avais mon lot de remarques, inutile de rajouter une robe pour encourager les mâles. Natacha, une de mes amies finit par s’impatienter et me tira par le bras histoire que nous y allions enfin. Elle était sublime elle dans sa robe longue moulante noir avec ses cheveux noirs bien coiffés. Elégante mais séduisante. Parfaite. Elle était la compagne d’un des mecs et on s’entendait pas mal. Du coup elle m’avait proposé de se préparer ensemble pour le gala de ce soir.

Un gala lancé comme ça, sans raison précise. Du moins officiellement, inofficiellement on fêtait le rattachement d’un territoire ennemi au notre. Le patron adverse mort d’une piqure d’insecte mortelle. Les médias gobaient vraiment tout de nos jours ! Et les flics encore plus ! Du coup j’étais quand même obligée d’y aller même si je n’avais pas envie. Une fois dans la salle je fus subjuguée par la beauté et l’élégance des lieux et me sentis encore plus déplacée. Je n’avais jamais été riche, je n’avais pas ma place dans ces lieux. Tripotant ma pochette nerveusement, je regardais autour de moi, Natacha m’ayant quitté pour faire je ne sais quoi. Génial.

« Catherine ! »

Me retournant je souris poliment au patron qui venait de m’interpeler. Accompagné de deux amis et il fit les présentations vite fait avant de rajouter :

« Catherine est notre apprentie biologiste, chimiste. Elle suit des cours à l’université. Tu finis l’an prochain il me semble non ? »

Hochant la tête je confirmais. En effet encore un an et j’aurais fini le master. Je ne pu répondre plus amplement par contre que le patriarche de la famille continua déjà sur sa lancée.

« Elle à réussis ses examens, comme Lucas mon cadet. En littérature et langue française qu’il étudie. Il a eu une moyenne de 17 à ses examens et … ah bah le voilà, quand on parle du loup ! Lucas, viens ici ! »

Lucas qui avait eu le malheur de passer par là se fit happer aussi par son père dans un tourbillon de présentation et de parade devant les associés. Le bon côté de la famille en jeter pleins aux yeux des gens. Silencieuse je jouais le jeu, ne me sentant ni à ma place ni assez folle pour prendre la parole. Le patriarche fini par prendre congé et nous quitta avec la magnifique phrase :

« Je suis content que vous arrivez finalement à vous entendre ! »

Interdite je le regardais s’éloigner alors qu’il plaisanta sur le fait que Lucas et moi avions eu une phase assez froide l’un avec l’autre. Non mais sérieux ça ne les regardais pas si ? De plus je me retrouvais planté là avec le cadet de la famille. Le dernier endroit où je voulais être. Parce que naturellement une fois que mon regard se porta sur lui je pouvais admirer à quel point le costard lui allait bien. Et à quel point ses yeux bleus ressortaient et étaient mis en valeurs. Et à quel point il semblait à l’aise dans ce milieu de paillettes et de luxe. Et ça me rappelais juste à quel point ce n’était pas mon monde et pas mal place. Et puis … Il y avait aussi ce sentiment que j’avais ressenti en le voyant quelques semaines plus tôt au bras d’une sublime asiatique sulfureuse.  Ca n’aurait pas dû me toucher tant et pourtant… Pourtant ça avait été là, cette chose qui vous ronge de l’intérieur et qu’on appelle communément jalousie. Mais du coup je ne savais pas quoi faire ni quoi dire. Les tentions entre nous s'étaient en effet apaisées mais de là à se dire 'bonsoir' tout sourire? Je ne savais pas. Et toute cette ambiance qui me déroutait...


Dernière édition par Elisabeth Silverton le Dim 5 Nov - 23:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Romance.

avatar


Tristan Ford
Romance.
J'ai débarqué à Londres le : 04/09/2017 et j'ai déjà raconté : 294 mensonges. Je ressemble à : Chad Michael Murray Sur le forum je suis aussi, : Clément LeRoy, le gentil flic au grand coeur !
rides et tu dois savoir que je suis : fiancé à la très belle Elisabeth
● Crédit avatar : Moi
● Crédit gif : tumblr


Mes petits secrets bien gardés: : 381

MessageSujet: Re: Le beau et l'incertaines! ~Trizzie [HOT]   Lun 30 Oct - 15:14

Lizzie & Tristan

Le beau et l'incertaines - Soirée de Gala.... Première fois

Après deux essais de cravates, il jetait la dernière sur son lit, sa main droite tremblotante légèrement. Surement le stress de la soirée à venir. Pourquoi ? Car ca le mettait dans tout ses états de devoir jouer un tel rôle toute la soirée, à faire le bon fils à papa et montrer l’importance que la famille Casarini avait. Une sacrée influence tout de même dans ce monde ci. Fouillant dans son tiroir, Lucas sortit une nouvelle cravate d’un bleu gris assez froid, parfait pour aller avec son costume dans la même teinte. L’enfilant, il fit le nœud necessaire et la fixait bien. Quelques retouches par ci par là, à bien fixer les deux boutons de manchettes, le petit mouchoir bleu nuit sortant de la poche avant de sa veste. Il était enfin prêt. Le plus jeune Casarini quittait ses appartements et rejoignit son frère dans le hall tout simplement. Son père était déjà sur place, mais il manquait juste lui, son frère et sa mère pour s’y rendre bien que la soirée débutait tout juste.

Enfin arrivé au bâtiment où allait se dérouler le grand gala, son père avait mit bien évidemment les moyens. L’endroit était fortement beau, mais s’était s’en compter l’intérieur. Lucas admirait plus l’architecture que la décoration luxueuse mise en avant pour la soirée. Ayant quitté la limousine, la famille Casarini était entré dans le bâtiment. Bien évidemment ils étaient les hôtes de la soirée, donc avait un laisser passé. Lucas avait sa mère qui tenait son bras et il l’emmenait jusqu’à la salle principale. Son grand frère, les quittaient assez tôt pour rejoindre des connaissances et Lucas restait un petit moment avec sa mère, avant que cette dernière aille retrouver son mari.

Seul, il fit un petit tour au bar où il prit un cocktail de la maison. Son verre en main, c’est en le sirotant qu’il regardait autours de lui les gens allaient et venir. Discuter… draguer déjà… boire… rire… avec ou sans artifice. Et il se sentit soudainement en décalé. Comme si ca place n’y était pas ou plus. Avant la guerre, il aurait aimé ce genre de chose… Mais la guerre l’avait quand même profondémment changer. Sans qu’il s’en aperçoive une demoiselle était venu s’inviter à ses côtés et c’est ainsi qu’il pu parler à la première personne de la soirée. Bien évidemment son rôle de garçon gentleman et charmeur, fils cadet des Casarini reprit le dessus. Après quelques instants le blond invitait la jeune femme à le suivre dans un autre endroit de la grande salle pour s’asseoir, marchant à ses côtés, finalement il ne pu aller jusqu’au bout car son père vint à l’appeler. Lucas dû s’excuser auprès de la jolie demoiselle qui finalement allait être seule, et lui ca le faisait rater une charmante compagnie pour la soirée. Mais c’est tout sourire, essayant d’être naturel bien évidemment et assez professionnel qu’il se rendit auprès de son père. Son regard vit analyser à qui il s’adressait, puis il aperçu Catherine. Là, il ne s’y était pas attendu à Catherine… Catherine dans une robe… rouge, qui lui allait quand même vraiment bien.

Un peu destabiliser, il se reprit quand même quand son père continuait à parler ventant son fils. Mais Lucas faisait le modeste tout de même, il n’aimait pas quand on faisait ca et surtout devant lui. Il avait de bonne notes certes, mais parce qu’il s’en donnait les moyens, mais ca restait personnel et pour lui. Etant tout de même silencieux, le regard du blond allait et venait à son père, les invités et… Catherine. Soudain, tout coupait court, son père vint à les quitter avec les invités, laissant juste cette phrase en suspend dans l’air. Ce qui fit bien evidemment réagir Lucas qui arquait un sourcil. Le blond eut un petit rire nerveux à la suite, et faisant un mouvement avec son père, il regardait Catherine.

« Il plaisante... »

Bien évidemment que s’était une plaisanterie. Ils ne s’entendaient pas plus que cela avec la jeune femme. Ils étaient le plus souvent à se rentrer dedans, à vouloir s’entre tuer mentalement qu’autre chose. Mais dans cette ambiance différente, cette grande salle, peut être que ca viendrait à être différent. Le silence s’installait de nouveau et Lucas se sentit plus que mal à l’aise, autant parce qu’il faisait face à Catherine, que parce que cette soirée n’était pas réellement pour lui. Il ne savait pas quoi faire, et donc il trempait ses lèvres dans son verre. Allait-il partir comme ca ? Il le pouvait… Mais ca serait vraiment impoli, alors il fit un effort. Prenant sur lui et sa légère timidité qui faisait surface en présence d’une Catherine… Métaphorsée, loin de ses jeans et ses hauts de laboratoire. Elle semblait être une tout autre femme et s’était d’un regard différent que Lucas la voyait sur l’instant. Mais il essayait se de résonner, parce que ce n’était qu’un leurre pour le coup. Il savait comme était Catherine… et ce n’était pas avec une robe, des talons, un maquillage que ca allait changer… Se pinçant légèrement les lèvres, il ouvrit la bouche.

« Je ne savais pas que tu… étais invité… tu as goûté le… cocktail de la maison ? Il est vraiment excellent. »

C'était maladroitement dit... mais il était vrai que voir Catherine ici le surprenait tout de même, il avait omis cette possibilité qu’elle puisse être invité. Fuyant du regard la jeune femme, bien qu’il faisait ca de manière cachée, il regardait autours  de lui. La musique était présente et certaines personnes dansaient, déjà imprégnée de l’ambiance. Puis une femme arrivait vers eux, s’était l’ami de Catherine, mais lui n’en savait rien. Elle vint les interrompres, mais en soit s’était comme « ah sauver de justesse par le gong ».
e&a

_________________
Kiss & Kill.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Londres le : 04/09/2017 et j'ai déjà raconté : 266 mensonges. Je ressemble à : Hilarie Burton Sur le forum je suis aussi, : Andrew O'Connel
rides et tu dois savoir que je suis : fiancée


*Possède une pâtisserie
*Tueuse spécialisée dans les poisons
*Fiancée à Tristan

Mes petits secrets bien gardés: : 364

MessageSujet: Re: Le beau et l'incertaines! ~Trizzie [HOT]   Lun 30 Oct - 19:02

Le fait que je me fasse accoster de la sorte me perturbait. Et pourtant je ne laissais rien paraitre, souriant poliment et jouant mon rôle. Je notais que Lucas restait silencieux aussi. Depuis sa crise de panique nous n’avions plus vraiment parlé, on continuait à s’envoyer des vacheries, mais j’avais eu l’impression que … Qu’on ne dépassait jamais une certaine limite par respect pour l’autre. Après ce n’était qu’une impression personnelle et je pense que c’était plus par habitude qu’on se chamaillait, histoire de ne pas rester là à fixer le vide. La preuve ce soir, alors que son père était partit nous restions planté là comme deux idiots à ne pas savoir quoi dire. Ni quoi faire. Je me tournais vers lui doucement, histoire que ça ne soit pas trop visible. Je souriais un peu amusé alors qu’il rebondissait sur ce que son père disait, sans vraiment être amusée.

La scène était juste perturbante et surréaliste. Nos regards se croisèrent une fois mais aucun de nous ne savais quoi dire et le malaise devenait de plus en plus présent. Je n’allais pas le laisser planter comme ça par contre. Faire perdre la face à un des membres de la famille de mon employeur… Et puis quoi encore. J’étais à la source du meurtre d’un patron ennemi, j’avais besoin de leur protection. Bien sûr que j’avais évalué les risques avant de le faire. Mais je n’avais nulle part où aller et soyons réaliste. Jamais savoir que je n‘étais pas vulnérable et que je pouvais tuer. Mais du coup ca impliquais d’être dévouée et de faire en sorte que l’image familiale tienne la route. Lucas parla finalement ce qui me fit relever la tête vers lui. Je rougis doucement à sa remarque avant de secouer la tête :

« Oui je… j’ai rendu service à ton père l’autre jour en lui proposant une solution… Du coup me voilà. Et non je n’ai pas goûté, ils mettent de l’anis dedans et… Enfin je suis allergique.  Mais c’est bien… De savoir qu’ils font des bons cocktails… »


En effet c’était primordial même. Histoire que je sache que je pouvais bien saouler ma gêne et mon embarras dans des cocktails de qualités.  Je m’étais un peu plus tourné vers lui, me disant qu’on avait peut-être brisé la glace pour avoir une conversation. Notre première conversation civilisée. Et pourtant  il n’en fut rien parce que Natacha réapparut d’un coup. Timing parfait… ou pas peut-être. Alors qu’elle s’excusa auprès de Lucas elle n’attendit pas une seconde pour me tirer à sa suite. J’eu à peine le temps de faire un signe de la main que déjà la foule m’avait engloutie, perdant Lukas de vue par la même occasion. Pas que je le cherche du regard. Non. Je fis alors la rencontre de plusieurs personnes nous étions un petit groupes, certains de la mafia, d’autres des parents lointains ou associés. Je me détendis légèrement alors que je reconnaissais les visages et la soirée paraissait déjà moins horrible. Mattéo vint nous rejoindre un moment, et même s’il était le fils du patron on s’entendait quand même bien avec lui. S’assurant qu’on passe une bonne soirée il glissa un mot, professionnel certainement à un des gars, qui hocha la tête avant de s’éclipser discrètement. Captant que je les observais il me fit un sourire que je lui rendis. Il savait que je ne dirais rien.

La soirée avançait doucement. Je rencontrais des gens, on me présenta ou alors j’allais saluer des anciennes connaissances. Au fils du temps j’étais de plus en plus à l’aise avec le masque à porter. Au final le luxe ce n’était pas si mal. Et malgré la bonne humeur je ne pus m’empêcher de noter, assez souvent, Lukas dans la foule. Comme si mon regard était attiré par lui je le trouvais avec une aisance déconcertante. Parfois à parler à des associés ou des clients de la firme, parfois à faire rire une jeune femme. Il semblait bien s ‘amuser lui aussi. Nos regards ne se croisaient jamais.  C’était encore un de ces moments. Je passais près de la piste de danse et je l’avais aperçu, une fille dans ses bras, brunette, sulfureuse. Une petite pointe de jalousie venait s’ajouter à celles déjà ressentie. Qu’est-ce que j’aimerais ne pas à avoir à ressentir ça ! Alors que je m’étais arrêtée malgré moi pour observer les couples on me tapota sur l’épaule. Surprise je me retournais pour découvrir Mattéo, tout souriant face à moi.

« Vous danser belle demoiselle ? »

Agréablement surprise j’acceptais sa demande. Au moins j’aurais dansé une fois ce soir. Une danse de salon passa. Ni rapide, ni extrêmement lente, des pas de base. Et pourtant s’était agréable. Au moins je n’aurais pas mis ma robe pour rien. Mon cavalier s’enquis de mes études et je lui répondis avec le sourire. J’aimais bien parler à Mattéo, nous avions une bonne complicité et je savais que je pouvais aller lui parler si jamais, et vice versa. La danse prenant finalement fin, j’étais en train de remercier l’ainé de la famille, quand le regard de ce dernier se porta derrière moi. Me retournant je me trouvais face à Lukas, avec à son bras une charmante jeune fille, semblant bien sous tous les angles. Cheveux parfait, robe la mettant en valeur, yeux de braise. Je me surpris à me demander s’il ne savait pas au final, que ça me touchait plus que je ne le voudrais de le voir en si bonne compagnie, et qu’il en profite pour remuer le couteau dans la plaie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Romance.

avatar


Tristan Ford
Romance.
J'ai débarqué à Londres le : 04/09/2017 et j'ai déjà raconté : 294 mensonges. Je ressemble à : Chad Michael Murray Sur le forum je suis aussi, : Clément LeRoy, le gentil flic au grand coeur !
rides et tu dois savoir que je suis : fiancé à la très belle Elisabeth
● Crédit avatar : Moi
● Crédit gif : tumblr


Mes petits secrets bien gardés: : 381

MessageSujet: Re: Le beau et l'incertaines! ~Trizzie [HOT]   Lun 30 Oct - 22:28

Lizzie & Tristan

Le beau et l'incertaines - Soirée de Gala.... Première fois

L’explication de Catherine achevée, à peine eut-il eu le réflexe de se regarder encore, avec une sorte de réserve mais d’attente aussi, que cette jeune femme assez jolie fallait le reconnaître était arrivé en leur direction. Il avait été surpris, se demandant pour qui elle venait, car il ne la connaissait pas vraiment, du moins il ne le croyait, mais clairement elle était là pour Catherine. S’excusant, la femme tirait Catherine par le bras et voilà que Lucas les regardaient s’éloignait et se retrouvait seul. Bon… finalement il était comme un idiot, un peu planté là. Ou tant mieux. Qui sait… Trempant encore ses lèvres au bord de son verre il bu quelques gorgées de son cocktail avant d’enfin se bouger. La foule emplissait la salle et de ce fait on se perdait quand même vite parmi les gens, en quelques secondes il se retrouvait noyer parmi les autres.

La soirée passai à une vitesse assez lente au goût de Lucas qui ne cessait de regarder sa montre. Heureusement il avait de la compagnie ici et là, s’eclipsait prendre un verre au barre quand il le pouvait et allait sur la terrasse vider son paquet de cigarette. Au final, il n’avait pas encore vraiment danser. Il avait pour ainsi dire décliner trois danses jusqu’ici, alors que le blond avait réellement de bonne partenaire au bout, mais il n’en avait pas du tout envie en vrai. Alors il inventait des petites excuses, s’eclipsait dès que cette dernière captait une nouvelle attention. Il aimait jouait l’inaccessible, le petit fantôme, au moins il avait un sens ce soir et il ne danserait que quand il le voudrait et qu’une musique assez bien passerait.

A présent il était avec une jeune femme et un autre couple. La jeune femme répondait au doux nom de Rose. Vraiment charmante, Lucas pouvait clairement voir que de son côté il lui avait tapé dans l’oeil et elle se montrait assez proche de lui, a être tactile et tout, ce qu’il detestait vraiment et donc cela l’incitait à s’éloigner, mais s’était difficile pour lui. La discussion allait bon train cependant, quand Rose demandait à danser… Encore une. Aurait-elle l’honneur d’aller sur la piste de danse avec le cadet Casarini ?

Mais il était temps, son père avait les yeux braqués de partout et il savait que s’il ne bougeait pas le petit doigt avec une dame il en aurait une remarque. Cette pression… Assez imposante en effet. Acceptant, il accompagnait Rose sur la piste. Heureusement s’était une danse assez simple, une main sur sa taille, l’autre dans sa main ils dansaient sur ce rythme. Entre deux pas, se déplaçant dans la salle un peu, évoluant entre les gens, Lucas laissait bien évidemment trainer ses yeux bleus autours de lui et il cru voir entre deux couples la robe rouge de Catherine… et son frère ? Rien qu’un petit détail qui le perturbait un léger instant, mais il se concentrait de nouveau sur sa partenaire.

La danse prit fin, et il se détachait de Rose qui vint prendre son bras pour quitter la piste, seulement beaucoup de couple le faisait et donc fallait passer entre, puis une musique allait reprendre d’un instant à l’autre. Un peu galère tout ca. Dans leur marche, Lucas vit de nouveau Mattéo et Catherine, ce qui confirmait ce qu’il avait vu. Souriant à son frère qui s’était retourné, il prit la parole.

« Je vois que tu passes une agréable soirée frangin ? »

Matteo : En effet, ma cavalière était vraiment exceptionnelle. Et toi ?

« Evidemment, Rose et moi venons de danser un peu. »


Rosse émit un gloussement, ce qui était un peu pénible, puis elle resserrait son emprise sur le bras de Lucas pour le coup en regardant bien Catherine et son cavalier. La musique qui passait était assez entraînante, Lucas posait sa main libre sur l’épaule de son grand frère.

« Bon je vous laisses… je dois encore satisfaire la dame ! Fais dont de même ! »


Un petit clin d’oeil à son frère, Lucas lançait un regard vers Catherine, parce qu’il bloquait un peu sur un ressentit, la voir avec son frère… pourtant il savait qu’ils s’entendaient bien. Rose était donc ravis de voir que Lucas voulait encore danser, alors il partit de nouveau sur la piste avec la jeune femme. La musique était un peu différente, plus lente, douce, limite un slow. Bon ca ferait l’affaire. Lucas se laissait prendre à son rôle, dansant avec Rose ce mi-slow, mi-danse normal.

La danse terminé, Lucas se séparait de Rose et par chance la belle se fit entraîné pour la suivante par un inconnu qui semblait avoir flasher sur elle. Donc ainsi, il se rendit à l’espace bar et commandait une bière, piquant au passage quelques gourmandises pour se rassasier, c’est alors que le coach de tir et deux autres gars qu’il connaissait se présentaient à lui pour discuter. La discussion partit un peu ici et là, jusqu’à ce qu’il vint parler de Catherine.

Coach : Je viens de la voir passer… tu la trouves pas canon avec sa robe ? Faut que je lui demande une danse !

Un des gars : Vous parlez de la petite intello du labo ? Oh ouais carrement…

« Et bien foncez les gars, elle à l’air ouverte ! »

Coach : Oui je vais tenter tu as raison !

Lucas haussait les épaules, après tout ils faisaient ce qu’il voulait, mais soudain Matteo arrivait.

Matteo : Tenter quoi coach ?

« Il veut danser avec Johnson. »

Matteo : Oh je vois… Ca s’attaque à du lourd.

« Tu parles du lourd… »

Matteo : C’est une façon de parler, la dame n’accepte pas n’importe qui.

Matteo prenait ses aises à passer ses bras par dessus les épaules du coach et d’un autre gars. Lucas arquait donc un sourcil, ca ne l’étonnait pas de toute façon, elle semblait assez réserver et féministe et blablabla…

« C’est ce que je pensais. »

Coach : Je suis sûr qu’elle n’accepterait même pas une danse de toi Casarini, vu comment vous vous battez !

Un petit rire s’échappait de l’assembler générale, sauf Lucas bien évidement bien trop sérieux. Regardant son frère, il lui lançait un regard qui l’incitait à se taire. Finalement Matteo levait le doigt, signe qu’il avait une idée… Ca avait l’air de promette.

Matteo : Au juste testons pour voir si c’est le cas. Si Catherine n’accepte pas de danse avec Lucas, vous êtes bon pour pleurer sur vos verres les gars. Dans le cas contraire, vous vous lancerez tous à votre tour.

« Hein ? Non, mais t’es fou… Je ne vais pas danser avec Johnson. J’y gagne quoi ? Rien. »

Le pari était lancer ainsi que les gains, et Lucas ne pouvait clairement pas jouer au dégonflé devant tout ces gars. Il avait à prouver des choses, qu’il était capable de le faire en outre, bien que Catherine et lui s’était compliqué. Mais il se doutait d’un non, donc il partait d’or et déjà avec une défaite. Mais il espérait gagner pour gagner la collection de cigare qu’avait son frère. Décidé, déterminé, il se dégageait du groupe, délaissant sa bière et commençait à chercher une robe rouge parmi les autres. A vrai dire, elle avait été la seule à mettre une robe aussi rouge, il y avait deux autres femmes en portant mais ce n’était pas la même teinte. Les yeux de Lucas balayait la salle, n’apercevant rien, et il interrogeait même quelques personnes qui pourrait potentiellement savoir où elle était. Finalement lassé, il se rendit sur la terrasse. Bon… le plan était un peu en train de merder. Il regardait sa montre, il était encore assez tôt, donc elle n’était potentiellement pas parti, mais où était-elle ? Venant jusqu’à la rembarde, ayant sorti une cigarette de son paquet, il s’adossait jusqu’à celle-ci, prêt à allumer sa cigarette quand son regard balayait un peu la grande terrasse et là… ses yeux se posèrent sur la robe rouge. Se redressant, il rangeait sa cigarette, essayant de se mentalement monter un plan d’abordage. C’est vrai ce n’était pas si simple que ca, débarquer devant elle et lui demander ‘’Hé, ca te dit une danse ? Je dois relever un stupide pari » … Non il ne pouvait pas, alors il allait tenter une approche. Ressortant sa cigarette, il vint se mettre près d’elle d’un geste innocent… Tout ca pour un pari bon sang. Mais plus il s’approchait et il se voyait un peu décontenancer. Bordel… elle l’intimidait ou quoi ? Peut être cette robe rouge au juste.

« Je crois que le gars là-bas t’as dans le l’oeil… Attention à toi... D'ailleurs je te croyais encore avec mon frangin.»


Tout en parlant, il mit la cigarette entre ses lèvres, son paquet de cigarette toujours en main il le tendit vers Catherine, si elle en voulait une, même s’il ne l’avait jamais vu fumer.
e&a

_________________
Kiss & Kill.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Londres le : 04/09/2017 et j'ai déjà raconté : 266 mensonges. Je ressemble à : Hilarie Burton Sur le forum je suis aussi, : Andrew O'Connel
rides et tu dois savoir que je suis : fiancée


*Possède une pâtisserie
*Tueuse spécialisée dans les poisons
*Fiancée à Tristan

Mes petits secrets bien gardés: : 364

MessageSujet: Re: Le beau et l'incertaines! ~Trizzie [HOT]   Mar 31 Oct - 0:16

La dame au bras de Lucas semblait beaucoup apprécier la place qu’elle avait. Je n’étais pas capable de parler. Ou du moins de dire autre chose qu’une vacherie ou une réplique bien sentie. Je souriais simplement à la fille et Lucas sans vraiment leur montrer plus d’intérêt, ni à l’un ni à l’autre. Je n’allais pas rentrer dans le jeu d’une gamine. Je haussais un sourcil alors que Lucas finit par nous quitter sur un conseil ? La chanson actuelle ne me plaisait pas plus que ça, je me penchais doucement vers Matéo :

« Si jamais tu es en manques d’inspiration, un verre de martini me satisfera totalement ! »

On rigola tous les deux avant d’aller vers le bar. Je passais encore un moment avec lui à parler de choses et d’autres autour de ce fameux verre de martini avant qu’il ne doive m’abandonner pour quelques obligations familiales. Je me retrouvais donc à tourner dans la salle, recommençant à parler ci et là à des gens. A un moment je passais à côté du gérant de la salle de tir et m’e tint à une salutation de loin. Je n’avais pas vraiment envie de discuter avec lui ce soir. Finalement je réussis à m’éclipser sur une des terrasses. De l’air frais, du calme, une foule de gens en moins et une nette réduction des chances de me faire accoster par un gars lourd. Inspirant grandement je posais mes paumes sur la balustrade en pierre et fermais les yeux. Une brise légère passa et me fis avoir des frissons mais je savourais. Pas une foule de gens, pas de conversations de partout. J’avais joué le jeu certes, mais au fond je n’avais été qu’un petit chaton apeuré car entouré de trop de gens.

Je sursautais légèrement alors qu’une voix se fit entendre à côté de moi. Je regardais Lucas, que je n’avais pas entendu arriver, avec surprise, légèrement déconcertées. Le retour brusque à la réalité était déroutant. Je regardais vers la salle, ma mine s’assombrissant.

« Qu’il se paye une prostitué, il en a largement les moyens et il y en a bien assez de présentes ce soir ! »

La phrase avait été dite entre mes dents. Combien de propositions salaces n’avais-je pas déjà refusées, combien de commentaire obscène n’avais-je pas dû accepter ? Mon dieu je regrettais tellement mes vêtements confortables et rassurants ! Et combien de filles n'avais je pas vu accepter des billets ci et la?
S'éclipser avec un homme pour revenir un instant plus tard? ces couples qui s'affichaient ce soir n'étaient rien au fond qu'une masquerade, un simple nuage de fumée... Je me concentrais à nouveau sur Lucas et vis qu’il me tendait son paquet de cigarette. Mon premier reflex était d’en prendre une pour la déchiqueter. Une en moins faisait un pas en moins vers le cancer ! Mais au final je secouais juste la tête négativement alors que mon regard se reportait vers le jardin.

« Non merci. Et non ton frère devait faire le beau devant des invités. Il y arrive très bien. En même temps il est charmant de base, pas difficile de jouer le jeu dans ces conditions. »

Ce n’était pas vraiment que j’étais en train d’idolâtrer son frère, j’énonçais plus un fait. Un simple fait. Tout comme le fait qu’à part des mains baladeuses et des langues pendues je n’avais rien récolté ce soir. Pas de réelle conversation, pas d’intérêt correct on va dire. Pas de danse. Mais amis en faisant l’exception. Je devais quand même avouer que j’étais déçue. Pour moi mettre une robe était quelque chose d’extraordinaire, et pourtant rien n’avais semblé répondre à ce sentiment. Je n’étais qu’un bout de viande parmi les autres. Baissant la tête je regardais mon verre de Martini avant de le finir cul sec. Ca au moins ça ne m’avais pas déçu de la soirée ! Lançant un regard à la salle je finis par me tourner vers Lucas.

« Bon, je pense que je ne vais pas t’imposer ma présence plus longtemps. J’ai paradé pour ton père, je pense que je peux me retirer sans trop mauvaise conscience. Amuses toi bien avec ta cavalière… ou une autre si jamais… »


J’avais réussi à cacher ma jalousie, j’avais réussis à faire sonner cette phrase comme une simple phrase légèrement ironique. C’était un effort exceptionnel qui méritait une récompense exceptionnelle. Il faudra que je pense à passer près du bar pour un autre verre avant de partir. L’alcool allait couler à flots au moins, ici ou dans ma chambre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Romance.

avatar


Tristan Ford
Romance.
J'ai débarqué à Londres le : 04/09/2017 et j'ai déjà raconté : 294 mensonges. Je ressemble à : Chad Michael Murray Sur le forum je suis aussi, : Clément LeRoy, le gentil flic au grand coeur !
rides et tu dois savoir que je suis : fiancé à la très belle Elisabeth
● Crédit avatar : Moi
● Crédit gif : tumblr


Mes petits secrets bien gardés: : 381

MessageSujet: Re: Le beau et l'incertaines! ~Trizzie [HOT]   Mar 31 Oct - 13:18

Lizzie & Tristan

Le beau et l'incertaines - Soirée de Gala.... Première fois

Il avait plus que surpris Catherine et dans le fond ca pouvait totalement se comprendre, déjà elle ne s’attendait à pas à être accoster surement, puis par lui ? Où allait le monde. Mais ca lui même était surpris dans le fond. Il avait accepter ce stupide défi, alors qu’il savait combien sa relation avec Catherine était compliqué, à la fois houleuse, puis avec une lueur parfois où on pensait que ca pourrait passer, mais ca revenait toujours sur des piques échangés… Toutefois ils avaient gardés cette constante façon de se croiser, par hasard ou non, et de parler quoiqu’il arrive. Lucas ne pouvait nier dans le fond que ca lui plaisait en quelque sorte tous ces petites confrontation avec la belle en robe rouge. Il ne savait pas pourquoi, mais elle dégageait tellement de chose que ce soit plus négatif que positif, mais ca restait plus qu’intrigant. Ayant allumé sa cigarette il en tirait une taffe avant de rigoler à la remarque de Catherine se le fait qu’il avait dit qu’un gars la mattait complétement.

« Et bien… c’est une insulte aux femmes qui sont présente ici. Je doute que mon père invite ce genre de personnes à un tel évènement. Tu leur dois de plates excuses je pense… Des prostitués. »

Lucas rigolait encore, en recrachant sa fumée inhalée, en soit ce nom était vulgaire et il était mieux d’appeler dans leur milieu des call-girls, puis mettre ces femmes présentes dans ce panier était quand même malvenu. En effet, aucune n’avait ce statut, la plupart aimait juste prendre du plaisir et jouer, dans ce monde de luxe, crime, drogues, alcool sexe, etc.. où ils vivaient personne ne s’y refusait, même si elles étaient mariés, mais après ca restait leur choix ou leur fantasme… Mais bon, certains quand même restait une exception, tel que Catherine à priori qui refusait d’y faire part et elle avait bien raison. Lucas, lui même, essayait de ne pas rentrer dans tous ca, il profitait certes de certains plaisir mais il ne s’était jamais drogué, n’avait jamais payé de call-girls et autres…  Il reprit une taffe, tout en écoutant Catherine, il essayait de ne pas trop la regarder, déjà parce qu’il était gêné, un peu timide et devait se concentrer sur sa tâche. Il rangeait son paquet de cigarette après que la jeune femme ait refuser.

« Mon frère, faire le beau ? Qu’est ce que tu insinues ? … C’est certains, mais il ne joue pas de rôle, il est… disons naturel. »

Plissant les yeux, il essayait de comprendre les mots de Catherine. Matteo jouer un rôle ? Jamais de la vie, il était le plus franc et le plus naturel des frères Casarini. Lucas lui s’y pliait à un rôle, mais Matteo avait plus de liberté et de complaisance, s’était quand même plus son élément que ce n’était le sien. Mais ca le faisait bien rire ce que pensait Catherine, elle avait quand même une sacrée image d’eux. Recrachant sa taffe, la fumée s’évaporant dans les airs loin de Catherine, il n’allait pas lui faire respirer ca. Il avait comprit qu’elle n’aimait pas trop ca.

Après un instant Catherine fit face à Lucas qui relevait ses yeux bleus pour les planter dans les siens. Il arquait ensuite un sourcil aussitôt aux mots de la jeune femme, donc elle allait partir. S’enfuir, car elle pensait l’embêter… bon ca s’était à lui d’en juger… A moins que clairement, s’était lui qui l’embêtait… Mais il devait quand même tenter sa chance d’avoir une danse et il se disait que si elle refusait, clairement il saurait qu’elle ne le portait pas dans son coeur et les choses serait plus que fixer entre eux, dans le cas contraire… s’était assez étrange à imaginer, mais bizarrement ca lui procurait une petite sensation de plaisir. Finalement, elle parlait d’une de ses potentiels cavalières… il ne pu s’empêcher de rigoler.

« Tu ne me dérange pas… a moins que s’était moi. Et… je ne vois pas de qui tu parles, je n’ai pas de cavalière. »

Il haussait les épaules, sa cigarette entre ses doigts se consumait sans qu’il y touche à présent, il gardait son regard fixer sur Catherine et reprit aussitôt.

« Mais tu pourrais être ma cavalière… enfin si tu le désire. Pendant quelques minutes…. Une danse…. Tu… m’accorderais une danse ? une dernière pour cette soirée, avant que tu t'en ailles ? »

Voilà, c’était sorti. Avec un peu de mal tout de même, même s’il avait essayer de prendre une voix plus qu’assurer, mais en disant ses mots, il avait sentit un petit tourbillon dans son estomac. Ca le stressait vraiment en faite, il s’en rendait compte. Alors aussitôt avoir finis, il prit une taffe pour se calmer, il ne voulait que sa main tremble devant Catherine encore une fois. Regardant ailleurs pour le coup, attendant une réponse, il ne savait pas pourquoi mais intérieurement il espérait qu’elle dise oui…. Et ca dépassait le pari… Il voulait qu’elle dise oui pour danser réellement avec lui, pas pour ses intentions derrière qui lui était inconnue. Ses yeux bleu de nouveau sur Catherine, il était déterminé, et ca se voyait dans son regard… il voulait danser avec elle, alors sans ménagement attendant encore sa réponse, il écrasait sa cigarette au sol et lui tendit sa main libre sans possible retour en arrière.
e&a

_________________
Kiss & Kill.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Londres le : 04/09/2017 et j'ai déjà raconté : 266 mensonges. Je ressemble à : Hilarie Burton Sur le forum je suis aussi, : Andrew O'Connel
rides et tu dois savoir que je suis : fiancée


*Possède une pâtisserie
*Tueuse spécialisée dans les poisons
*Fiancée à Tristan

Mes petits secrets bien gardés: : 364

MessageSujet: Re: Le beau et l'incertaines! ~Trizzie [HOT]   Mar 31 Oct - 14:16

Apparemment ma remarque sur les prostituées n’avait pas plus à Lucas. Je rigolais doucement sans répondre pour autant, baissant simplement mon regard. J’étais en partie étonnée qu’il me réponde aussi… Calmement ? Pas de pique, pas d’insulte, juste … Juste une réponse au fond. Une exposition d’avis rien d’autre. Et ça en restait là. C’était étrange d’avoir un tel échange avec lui. Etrange mais pas désagréable. Il semblait rire aussi doucement en recrachant sa fumée. Il me parla alors de son frère et je lui répondis. Apparemment c’était la journée des surprises parce que là aussi il semblait ne pas comprendre ou être d’accord. Je ne savais même pas comment décrire le ressentit qu’il me renvoyait. Arquant un sourcil je le regardais avec un petit sourire et répondit quand même d’une voix douce :

« Ton frère a beau être quelqu’un d’alaise naturellement il sait en jouer au bon moment pour plaire au gens. Comme aux associés de ton père ou autre… Ce n’était pas… une insinuation méchante ou autre… »


La deuxième partie de la phrase était dite de manière plus incertaine. L’ambiance était calme et normalement je ne m’expliquais pas devant Lucas, mais j’affectionnais son frère et je ne voulais pas que le bruit court que je dénigre ce dernier alors que je le respectais plus qu’autre chose. Toute cette situation était sur réaliste. Etre ici et parler aussi calmement avec Lucas. Il recrachait même la fumée loin de moi. Une nouveauté quand on sait qu’il n’en manque pas une pour me la cracher au visage d’habitude. J’appréciais qu’il fasse des efforts, même si je me doutais qu’il le faisait plus pour bien se faire voir par les invités. Bien présenter la famille… Je savourais sans me voiler la face.

Je finis par me redresser légèrement et me tourner vers lui pour prendre congé. Je pensais qu’il allait me laisser partir comme ça, une petite pique ou un simple bonsoir. Mais quand il parla je le regardais avec surprise. Je ne le dérangeais pas ? Et il me retourna même indirectement la question ? Mon dieu mais qu’est ce qui se passait ce soir ? Son frère jumeau gentil avait pris sa place ce soir ? Mon estomac fit un petit bon alors qu’il disait ne pas avoir de cavalière. Pauvre fille qui y avait cru… N’empêche, combien de fois n’avait-il pas utilisé cette phrase ce soir auprès des filles, les faisant sentir spéciale, leur donnant l’illusion qu’elles avaient une chance et pourraient devenir sa cavalière ? Combien n’y avaient pas crues ? Même moi je me surpris à me dire que cinq minutes de plus ne feraient pas de mal… Avant de me rappeler avec qui je parlais. Lui montrer qu’il avait une influence sur moi était dangereux… Ses piques habituelles me touchaient déjà de plus en plus mais alors si jamais il apprenait que j’avais un faible pour lui ? J’apprécierais clairement un passage au Tartare que de rester dans le même bâtiment que lui.

Mes yeux croisèrent les siens qui me fixaient avec insistance alors qu’il reprit. Une danse ? Il me demandait… A moi… Une danse. Je le regardais interdite et incertaine aussi… Mais qu’est-ce qu’il voulait au fond ? Il avait trop bu et me confondait avec quelqu’un d’autre ? Il jouait un jeu et au final ce ne serait qu’une farce horrible comme dans beaucoup de films américains ? Le petit canard qui croise prince charmant, tombe dans le panneau et se fait humilier le reste de ces jours ? Sauf si elle se transformait en psychopathe comme dans le livre Carrie de Stephen King. Je ne compris même pas son hésitation, lui qui était toujours sur de lui, avec un répartie pour tout… Là il semblait limite … Timide ?
Et pourtant qu’il reporta ses yeux sur moi je me surpris à le trouver sincère. Alors qu’il me tendit sa main pour que la prenne je la fixais deux secondes avec hésitations, avant de doucement lever mon bras et poser ma main dans la sienne. Reposant mon regard sur lui je répondis avec une voix plus douce et hésitante :

« Une danse alors… »

Je ne savais pas dans quoi je m’embarquais, et je regretterais certainement demain. Je me demande si j’aurais accepté son offre avec un peu moins d’alcool dans le sang ? Peut-être… ou peut-être pas. On se dirigeât alors vers la piste de danse une fois revenu à l’intérieur. Les premières notes de la prochaine danse résonnaient dans l’air. Une rumba aux airs latino. Quelques choses de lent et sensuel. Je n’avais pas exactement la bonne robe pour ce genre de danse, mais ça ne semblait pas importer. Si jamais on avait été dans un film j’aurais eu la robe parfaite. Si jamais on avait dans un film il aurait été une sorte de prince charmant. Mais nous n’étions pas dans un film. Heureusement, car du coup mon attirance pour lui était donc révocable. Et pourtant mon estomac se contracta légèrement. J’allais danser une rumba avec Lucas. Une rumba avec tout ce que ça impliquait. Mouvement lent et sensuel, proximité spécifique… Pitie faites que je ne me ridiculise pas !

Je le laissais prendre ma main dans la sienne, plus grande, plus chaude et plus rugueuse. Le contact me fit frissonner légèrement. Alors que son autre main se posa sur ma taille, légèrement mais fermement je posais la mienne sur son épaule, mon bras reposant contre le sien. Nos regards se croisèrent brièvement mais intensément, avant que la musique ne commence finalement pour de bon. Une légèrement pression de sa main sur ma hanche m’intimida de bouger et c’est ce que je fis. Connaissant quand même les bases de la danse je réussi à bouger en rythme avec la musique et avec lui aussi. Aucun mot n’était échangé alors que le rythme se diffusait dans la salle. J’étais assez proche pur sentir son parfum enivrant, quelque chose de masculin et d’élégant. Bougeant des hanches en rythme je constatais qu’on bougeait assez synchroniquement et avec une certaine aisance. Lui ce n’était pas étonnant, mais moi j’étais quand même fière de mes cours de danses pour le coup. Alors qu’il me fit tourner doucement sur moi-même avant de me reprendre contre lui je me retrouvais à regretter le contact de sa main chaude contre ma hanche. Je ne voulais pas ressentir ce manque … Et pourtant ce serait si simple de se laisser aller à ces sensations. Si simple mais aussi dénigrant. Je ne voulais pas être comme ses autres conquêtes de la soirée, une de plus sur le tableau. Jamais ! Nos yeux se croisaient avant de se détourner, plusieurs fois. Et j’avais l’impression que c’était bien un nouveau jeu, une nouvelle dynamique qui s’installais entre nous. Une dynamique aux sons lents et bas de la musique.

Au fil de la danse notre proximité me devenait de plus en plus consciente. La caresse non voulue de son pouce en frottant contre le dos de ma main, sa main sur ma hanche qui migrait parfois dans mon dos pour revenir, n’ayant pas de place fixe. Une nécessité pour bien enchainer les mouvements. Et pourtant… un plaisir aussi. Nos bustes aussi se rapprochaient de plus en plus, se frôlant de temps en temps, se détachant à d’autres justes pour mieux venir se coller. Danse obligeant, nos bassins jouaient aussi l’un avec l’autre, la musique lente favorisant des roulements de hanches sans pour que ce soit obscène pourtant. Toujours classe, toujours élégant. Comme toute cette masquerade. Mais j’en faisais partie et j’avais le devoir de jouer le rôle, alors je le jouais, rendant le tableau plus vrai que nature. Ces touchées qui étaient élégant mais à la fois de plus en plus chargé de sens et d’électricité. Nos regards qui se croisaient de plus en plus étaient aussi plus profonds. S’y mêlaient la surprise, le plaisir, la concentration, une certaine appréciation et aussi du défis, de la malice à l’effigie de notre relation chat et chien.

La danse sembla durer une éternité et pourtant cela me sembla trop peu quand la musique se termina finalement. Je me détachais à regret de lui, sans le montrer pour autant. J’avais peut-être bu un verre de trop ce soir pour être entièrement lucide, mais je l’étais assez pour savoir dire que non, je ne voulais pas tomber dans le panneau… Que j’étais trop bien pour ça… Qu’il n’en valait pas la peine et pourtant une partie de moi était contre. Sa main quitta mon dos, la mienne quitta son épaule. Je reculais d’un demi pas comme lui. Je ne savais pas quoi dire, ni quoi faire ensuite… Partir comme évoqué précédemment serait une bonne idée, et pourtant son regard semblait me retenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Romance.

avatar


Tristan Ford
Romance.
J'ai débarqué à Londres le : 04/09/2017 et j'ai déjà raconté : 294 mensonges. Je ressemble à : Chad Michael Murray Sur le forum je suis aussi, : Clément LeRoy, le gentil flic au grand coeur !
rides et tu dois savoir que je suis : fiancé à la très belle Elisabeth
● Crédit avatar : Moi
● Crédit gif : tumblr


Mes petits secrets bien gardés: : 381

MessageSujet: Re: Le beau et l'incertaines! ~Trizzie [HOT]   Mer 1 Nov - 21:11

Lizzie & Tristan

Le beau et l'incertaines - Soirée de Gala.... Première fois

Lucas ne préférait pas s’étendre sur ces sujets, qui en soit n’était pas réellement plus interessant, entre les prostitués et la complaisance de son frère… il s’en passerait. Ce qui lui importait était de mener à bien son plan, mais au final d’avoir vraiment la permission requise pour emmener Catherine danser. Finalement il avait oser faire l’acte, lui demander une danse. Une seule, avant qu’elle ne parte. Il la regardait intensement, il était plus que sincère et ses yeux bleu brillait avec intensité pour le coup. Alors il espérait dans son fond intérieur que Catherine dise oui, pour ce faire, il avait tendu sa main. C’était double ou quitte de toute manière…

Mais la surprise fut grande pour lui aussi quand elle acceptait. Il aurait vraiment cru que ce soit un ‘’non’’, bien qu’il espérait un ‘’oui’’ et à vrai dire aussitôt qu’elle eut accepter il se sentit mal pour ce pari stupide et se disait qu’il devait le lui dire là, maintenant… quitte à mette en péril complétement cette danse, enfin c’était sûr et certains s’il le lui disait et même qu’il se prendrait une gifle peut être, ca la fichait mal ca… mais Catherine avait mis sa main dans la sienne, un contact assez electrique pour le coup… et il ne pouvait plus faire marche arrière.

Rentrant dans la pièce, assez silencieux, ils se dirigèrent directement sur la piste de danse. Là, une musique latino aux rythmes assez caliente se présentait à leurs oreilles. Une blague ? Surement pas… Lucas se sentit un peu gêner, il aurait préféré un truc simple quand même… basique… pas aussi… sensuel. Mais aucune marche arrière était possible et même Catherine ne semblait pas se dérober, pourtant elle le pouvait, il ne la retenait pas plus.

La danse avait commencé et Lucas essayait d’être assuré en prenant les devant, posant ses mains convenablement et avec respect aussi sur Catherine. Il savait danser, car il avait dû apprendre par les nombreuses soirées que son père organisait puis aussi par sa mère qui aimait assez ca et tenait à ce que ces fils soient de bon danseur. Alors non, les femmes étaient assez servis avec les frères Casarini. Malgré tout ca ne restait pas inné, Lucas dansait convenablement, mais il n’était pas non plus le meilleur, loin de là.

Le corps de l’un et l’autre bougeait au rythme de la chanson et se rapprochait, se collait, se décollait. Cela procurait quand même bien des sensations, les mains de Lucas bougeait entre les hanches et le dos de Catherine pas par conscience non plus…. Mais il devait avouer que ces toucher lui plaisait.. Elle était si proche de lui en cet instant, il pouvait voir bien des traits de son visage qui lui était inconnu. Elle était une bonne partenaire de danse en tout cas, il ne pouvait pas le nier. Lucas en était plus que troubler par tout ca, et il prenait vraiment grand plaisir à danser avec elle, oubliant ce stupide pari pour le coup et ne sachant pas qu’au loin on les observaient. Ils étaient dans leur bulle et s’était comme ci rien ne pouvait les atteindres à part ces sensations qui les parcouraient.

La danse fut longue, mais tellement savourée, Lucas aurait bien aimé que ca continu, mais c’était la fin et chacun dû se détacher l’un de l’autre. Du regret pour les deux en tout cas. Les yeux bleus de Tristan en tout cas ne quittait pas Catherine. Pour le ocup le silence devint pesant sur le moment, car le charme de la musique s’était brisé.

« Merci… pour la danse. »

Lucas finit par sourire en disant ces mots, c’était quand même difficile. Il parlait à Caterine quand même, il avait danser avec Catherine… et c’est là que l’histoire du pari repris possession de son esprit. Bien… il ne pouvait pas ne rien dire, il se sentait mal et pas honnête.

« Viens ! »

Il du prendre la main de Catherine, car de plus une nouvelle danse commençait et les gens qui dansaient devenait envahissant, puis ils n’avaient plus rien à faire sur la piste de danse. Sa main dans celle de Catherine, ce sentiment étrange revint l’envahir, c’était bizarre de ressentir une tel sensation rien que de la toucher. Une fois loin de la piste et éloigner du bruit, finalement ils étaient revenu sur la terasse, où peu de monde quand même se trouvait. Un escalier de plus menait au petit jardin juste en dessous. Lucas lachait la main à la jeune femme, se mordillait la lèvre mal à l’aise.

« J’ai quelque chose à te dire… parce que j’ai mauvaise conscience et je ne suis pas ce genre de type… je voulais vraiment danser avec toi, ne crois pas le contraire, mais… j’ai dû accomplir un pari aussi.... Matteo ma demander de danser avec toi. Bien entendu ce n’est pas cool… Mais j’ai accepté, car je le voulais aussi, sinon… quel est l’intérêt ? Alors je suis désolé... Mais en même temps non... car.. j'ai beaucoup aimé danser avec toi, Catherine»

Voilà, c’était lâché et il se sentait mieux, mais à présent il devait attendre le juste retour du baton. Une gifle ? Une crise ? Des insultes ? Une explosion ? Un départ ? Il y avait beaucoup d’option et il s’attendait à la pire… En tout cas il ne se démontait pas et la regardait toujours, il était vraiment sincère… il avait voulu danser avec elle et dans le fond il avait tellement aimer ca...
e&a

_________________
Kiss & Kill.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Londres le : 04/09/2017 et j'ai déjà raconté : 266 mensonges. Je ressemble à : Hilarie Burton Sur le forum je suis aussi, : Andrew O'Connel
rides et tu dois savoir que je suis : fiancée


*Possède une pâtisserie
*Tueuse spécialisée dans les poisons
*Fiancée à Tristan

Mes petits secrets bien gardés: : 364

MessageSujet: Re: Le beau et l'incertaines! ~Trizzie [HOT]   Mer 1 Nov - 22:54

La danse pris fin dans une ambiance assez électrique. On restait planté là à se regarder dans les yeux sans rien dire ni bouger. Il finit par briser le silence en me remerciant. Si jamais on m’avait dit que Lucas Casarini me remerciait un jour ! Et pourtant malgré la surprise je finis par répondre à son sourire et lâchais d’une voix douce :

« C’est moi qui te remercie… Aussi pour cette danse. »


J’avais l’impression d’être pathétique. Et pourtant le fait qu’il sourit après cette danse… Moi qui voulais rester indifférente c’était fichu. Peut-être que je pouvais toujours prendre l’excuse de l’alcool si jamais il me faisait une réflexion plus tard. Ou peut-être juste être franche ? Ça serait peut-être mieux que d’essayer de me voiler la face. Mais j’avais peur de savoir où ça allait me mener : une peine de cœur et une estime de moi inexistante ! Je le regardais alors ensuite avec incompréhension, totalement perdue et surprise, alors qu’il me prenait la main ne m’indiquant de le suivre. Sa voix n’était pas autoritaire comme d’habitude et je pense que c’est ce changement dans son attitude qui me fit le suivre docilement, refermant ma main sur la sienne. Il n’était pas hautain comme d’habitude. Moins dirigeant aussi, même s’il menait la danse pour l’instant. Une danse au pas imprévisibles !

Alors que les autres couples se formaient sur la piste de danse nous on quitta à nouveau la salle. L’air frais de l’extérieur me fit retrouver légèrement mes esprits et fit un bien fou. Je portais alors mon regard sur Lucas. Il comptait faire quoi exactement sur une terrasse isolée, assombrie et loin de la foule ? Pas vraiment rassurée pour le coup je reculais discrètement d’un pas, le scrutant alors qu’il avait l’air nerveux. Deux possibilités s’offraient à moi : soit il allait me sortir une déclaration d’amour et je saurais que je nage en plein délire du à du LSD ingéré contre mon gré et tout ceci n’était qu’une illusion. Soit il allait tenter un quelconque rapprochement physique, qui se résumerais à un viol du à mon manque de volonté participative, et là je me dirais que c’est lui qui a du ingérer quelque chose vu que hier matin j’avais encore droit à des remarques acères de sa part.

Quand il commença à parler je fronçais les sourcils alors qu’il me parlait de mauvaise conscience. Il comptait me violer en ayant des remords ? Je finis par le regarder interdit alors qu’il m’avouait que c’était à cause d’un paris. Détournant alors le regard, j’inspirais par la bouche une bouffée d’air un sourire nerveux sur les lèvres. C’était un pari… Je le laissais finir son explication, l’écoutant à moitié. J’enregistrais ce qu’il disait mais j’étais aussi focalisée sur mes émotions. Déception, incompréhension mais avant tout résignation. J’étais un rat de laboratoire. J’étais bonne à tuer des gens de loin, pas à parader dans une robe à des soirées. Je n’étais que ça, un cerveau confectionnant des poisons et des armes. Peut-être que je devrais m’en tenir à mon labo dorénavant. J’eu un petit rire triste et murmurais pour moi même :

« La théorie du viol me semble tellement ridicule d’un coup ! »


Qu'est ce qu'un gars comme lui perdrais son temps avec une fille comme moi? Je repris alors une inspiration avant de me tourner vers Lucas lui faisant face et essayant de garder la face surtout. Souriant, résignée, je finis simplement par dire :

« Paris gagné monsieur Casarini, bonne soirée à vous ! »

Je ne perdis pas une seconde et me détournais avant de détaler à toutes jambes, empruntant les escaliers menant je ne sais pas où. J’aboutis sur un petit chemin en gravier éclairé parallèle à la terrasse. Ne m’y attardant pas je me mis à courir vers la pelouse, pas éclairée pour le coup. Je finis par arriver devant un mur de haie et passais dans une ouverture coupée en portail, aboutissant près d’une fontaine éteinte et hors service apparemment dans le fond du jardin. Je me doutais que cet endroit n’était pas prévu pour les invités et c’était parfait. M’avançant, légèrement hors de souffle, je posais mes chaussures sur le bord, mettant mes paumes à plat sur la pierre froide. Je ne pleurais pas, mais je n’étais pas non plus joyeuse. A nouveau un mélange de déception et de résignation se faisait ressentir en moi. Et aussi des reproches. Des reproches vis-à-vis de moi-même. Mais qu’est-ce que j’avais cru ? Qu’un jour Casarini se réveillerais et m’inviterais à danser pour ensuite m’avouer une attirance étrange et subite ? Pouah ! On n’était pas dans un film et e n’aurais pas de prince charmant. Du moins pas celui aux cheveux blond et aux yeux bleus. Soupirant je me penchais en avant et observais mon reflet dans l’eau éclairé par la lune. Ramenant une mèche de mes cheveux en arrière je me dis que ce monde de paillettes et de faux semblants n’était vraiment pas pour moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Romance.

avatar


Tristan Ford
Romance.
J'ai débarqué à Londres le : 04/09/2017 et j'ai déjà raconté : 294 mensonges. Je ressemble à : Chad Michael Murray Sur le forum je suis aussi, : Clément LeRoy, le gentil flic au grand coeur !
rides et tu dois savoir que je suis : fiancé à la très belle Elisabeth
● Crédit avatar : Moi
● Crédit gif : tumblr


Mes petits secrets bien gardés: : 381

MessageSujet: Re: Le beau et l'incertaines! ~Trizzie [HOT]   Mer 1 Nov - 23:32

Lizzie & Tristan

Le beau et l'incertaines - Soirée de Gala.... Première fois

Ce genre de chose était peut être le pire à faire envers une personne, surtout une femme. C’était l’avis de Lucas, et franchement il s’en rendait compte après tout. Il avait été vraiment idiot, d’accepter ca… mais malheureusement c’était fait. Etait-ce la danse qui l’avait fait changer d’avis clairement ? Il ne savait pas… Mais il se trouvait assez différent envers Catherine en cet instant. Le blond ne savait pas pourquoi ca lui prenait, ces sensations, ce regard qu’il avait sur elle. Il l’appréciait d’avantage, la trouvais vraiment belle et avait de l’attention à lui porter. Malencontreusement, il venait de tout gâcher en révélant.. Mais il devait la vérité. Au cas où… Si jamais… Quelque chose arrivait. Il ne le supporterait pas de plus, de continuer la soirée, en sachant Catherine partie et lui ici, à continuer de faire un peu la fête, et surtout noyer son idiotie dans l’alcool.

Contre toute surprise, la réaction de Catherine, était quand même étrange. Il aurait plus penser à des cries, des insultes et une gifle. Enfin, personnellement il se serait gifler. Mais non, elle le regardait simplement plus du tout de la même façon. Cette étincelle dans ses yeux et cette sensation que ca procurait à Lucas sur le coup, avait totalement dispar pour laisser un voile de tristesse prendre place et de résignation.

Aux mots de la jeune femme, il arquait un sourcil surpris. Avait-il bien entendu ? D’où cela sortait ? Pourquoi ? Elle pensait qu’il l’avait emmené ici pour profiter d’elle ? Mon dieu… Elle ne savait réellement pas à qui elle avait à faire. Mais il se trouvait décontenancé, il ne pu rien dire pour le coup, mais Catherine reprit. Il déglutit à ses mots… bordel, mais non il n’avait rien gagner. Au final il s’en fichait de sa récompense et n’en voulait même pas. Mais ce n’était pas suffisant à exprimer pour se faire pardonner… Au final quelques secondes après Catherine partait précipitement vers les escaliers, le seul reflexe qu’eut Lucas sur le coup fut de l’appeler.

« Catherine ! »

Mais c’était bien trop tard, la belle à la robe rouge avait simplement disparu de son champ de vision. Seul à présent, un peu paniqué et ses yeux bleus regardant autours de lui. Il se demandait ce qu’il allait faire, il n’allait pas la poursuivre quand même ? Mais il n’aimait pas cette situation… Il avait quand même fait quelque chose de moche et il le savait. Alors finalement, il prit son courage à deux mains, foutant son stupide égaux de côté et allant aux escaliers.

Bien évidement comment savoir où était partie Catherine ? Il était à présent en bas et regardait de part et d’autres, le jardin n’était pas grand non plus, alors il allait juste la chercher. Il y passerait la nuit, mais c’était comme devenue vitale sur le coup. C’était à en devenir fou, depuis des années ils ne s’appréciaient pas, avaient une relation assez houleuse de type chat et chien… Mais depuis son retour de la guerre, il sentait que quelque chose avait changer. C’était bien différent entre eux, malgré qu’ils continuaient leur train train quotidien… Déjà le coup dans l’ascenseur lui avait monter quelques petites choses, mais là ce soir… ce stupide pari, cette danse… elle dans une robe rouge… Lui, lui proposant une danse… Elle acceptant son invitation… Où était passé Lucas ? Où était passé Catherine. Il ne savait pas ce qu’il se passait, mais depuis cette étape dans la soirée, et surtout à danser, il se sentait assez étrange.

Fouillant le jardin, il sortit d’un petit labyrinthe de buissons taillées en rectangle et arrivait près d’une fontaine. Il s’arrêtait alors, regardant autours de lui, jusqu’à la voir. Il fut comme soulager, son coeur poussant même un soupir. S’avançant de nouveau, il ne voulait pas l’effrayer et craignait d’être repousser. Enfin, il arrivait presque vers elle.

« Catherine… Ecoute… Je suis vraiment désolé. C’est quoi cette histoire… de viol ? .. Tu n’as quand même pas cru que…. Non ! »

Il y tenait à ces excuses, même si elle s’en contre fichait, il les devaient encore. Elles étaient disent platement et avec grande sincérité. Il s’arrêtait de nouveau, en laissant une distance pour être prudent, ses yeux bleus posées sur elle et remarquant même qu’elle avait retiré ses chaussures qui étaient posée sur le bord en pierre de la fontaine. Les mains de Lucas était mise de manière à se montrer en paix et innocence, il ne lui voulait pas de mal...

« Je sais que tu veux surement rester seule et … Si c’est le cas je le respecterais, et je m’en irais, mais...Que… puis-je faire pour me faire pardonner ? »
e&a

_________________
Kiss & Kill.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Londres le : 04/09/2017 et j'ai déjà raconté : 266 mensonges. Je ressemble à : Hilarie Burton Sur le forum je suis aussi, : Andrew O'Connel
rides et tu dois savoir que je suis : fiancée


*Possède une pâtisserie
*Tueuse spécialisée dans les poisons
*Fiancée à Tristan

Mes petits secrets bien gardés: : 364

MessageSujet: Re: Le beau et l'incertaines! ~Trizzie [HOT]   Mer 1 Nov - 23:59

J’avais à peine porté attention au fait qu’il m’appelle, m’enfuyant juste. Je n’étais pas en larmes. Je n’étais pas une petite fille ayant gobé l’histoire du prince et qui découvre que tout n’était que mensonge. J’avais plus de caractère qu’une quelconque cendrillon et plus de jugeote qu’une Blanche Neige. Arrivé à cette fontaine je repris mon souffle, remettant n peu d’ordres dans mes idées. J’essayais de me focaliser sur des choses concrètes plus tôt que de prêter attention à la sensation dans mon estomac. J’avais envie de vomir et de disparaitre en même temps. Alors je me concentrais. Demains je me pencherais du des bombes à gaz pour les files employées par le patron histoire qu’elles puissent se défendre. Et puis il y avait ce poison aussi auquel j’avais pensé que je voulais étudier. Voilà. Et mes cours. Mes cours à travailler. Molécules, réactions chimiques, atomes. Toutes ces choses concrètes que je savais contrôlées, prévoires… pas comme Lucas.

Lucas… je relevais la tête et le regardais à nouveau interdite. Mais pourquoi est-ce qu’il m’avait suivi ! Je voulais juste qu’on me fiche la paix ! Je me surpris à être un eu gênée alors qu’i évoquait mon commentaire sur le viol. Secouant la tête je détournais simplement le regard. Qu’il oublie tout simplement ! Je notais qu’il s’était excusé encore une fois. Comportement étrange vu comme on était en constante dispute lui et moi. Toujours à savoir qui était meilleur que l’autre… Et pourtant ça avait changé, je devais bien l’avouer… mais à quel point ? Et dans quel sens ? Par contre il ne semblait pas décidé à partir ce qui m’exaspéra un petit peu. Pourquoi il s’acharnait à vouloir me donner des espoirs ? Je relevais brusquement la tête alors qu’il me demandait ce qu’il pouvait faire pour se faire pardonner… Finalement la théorie de LSD n’était pas si bête. Rigolant finalement sans joie je relevais la tête au ciel avant de reporter mon regard sur lui, amenant mes mains à mes tempes…

« Lucas tu… »

Finalement c’était plus un rire nerveux qui sortit de ma bouche, posant une main sur mes hanches, l’autre vin couvrir ma bouche avant que je ne la laisse retomber, le regardant dans les yeux.

« Tu sais ce que c’est que de grandir en tant que fille dans le milieu mafieux ? Soit tu joues la Barbie et tout le monde te traitera comme une idiote, soit tu te la joue garçon manqué et tu obtiendras peut-être un peu de considération. J’ai choisi la deuxième option ne sachant pertinemment que je n’allais pas être celle sur qui on se retourne dans les couloirs, ni celle qu’on a envie d’emmener au cinéma ou dans un rencard… Et je l’ai accepté tu vois. Ma petite vie de rat de laboratoire m’allait parfaitement ! Jusqu’à ce soir… »

Je m’étais avancée légèrement en parlant pour finalement me retrouver face à lui.

« Ce soir j’ai eu l’impression d’être totalement en décalé avec moi-même mais je me suis forcée à jouer le jeu. Je n’ai jamais cru que je pouvais être une de ces filles qu’on invite à danser, une de ces filles qu’on veut faire rire, avec qui on veut passer la soirée… Et puis tu m’as demandé une danse… »

Posant alors mes mains sur ses épaules je les laissais glisser lentement le long du col de sa veste de smoking avant d’attaquer sa cravate la réajustant tout en continuant mon explication.

« Et j’y ai cru… Sauf que ce n’était pas vrai. »


Posant mes mains à plat sur son torse, sa cravate renouée, je le fixais droit dans les yeux, un sourire qui n’en était pas vraiment un ornant mes lèvres.

« Alors merci beaucoup de m’avoir fait croire que je pouvais être autre chose qu’un rat de laboratoire que personne ne regarde pendant un instant… Mais l’instant est passé… »

Haussant les épaules je me reculais finalement de lui, le regardant encore dans les yeux un bref instant avant de me retourner et de marcher vers l’endroit où j’avais posé mes chaussures. Même si j’avais plus de caractère que Cendrillon, pour elle comme pour moi minuit sonnait et il était temps de retourner à la réalité, aussi désagréable soit-elle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Romance.

avatar


Tristan Ford
Romance.
J'ai débarqué à Londres le : 04/09/2017 et j'ai déjà raconté : 294 mensonges. Je ressemble à : Chad Michael Murray Sur le forum je suis aussi, : Clément LeRoy, le gentil flic au grand coeur !
rides et tu dois savoir que je suis : fiancé à la très belle Elisabeth
● Crédit avatar : Moi
● Crédit gif : tumblr


Mes petits secrets bien gardés: : 381

MessageSujet: Re: Le beau et l'incertaines! ~Trizzie [HOT]   Jeu 2 Nov - 0:52

Lizzie & Tristan

Le beau et l'incertaines - Soirée de Gala.... Première fois

D’un côté il ne savait pas réellement ce qu’il foutait là et de l’autre, il ne voulait simplement laisser Catherine sur cette horrible impression. En tout cas il était plus que soulagé de l’avoir retrouver, elle n’était pas partie et c’était le plus important. La regardant, elle était surprise de le voir là, il y avait de quoi il pouvait le comprendre. Elle commençait à parler, avant de rigoler, ce qui le déconcertait vraiment. Pour le coup il avait assez de mal à montrer un visage inexpressif et neutre comme à son habitude. Pour le coup, il avait un visage qui marquait sa déconcertation en tout point devant son rire qui était nerveux. Du moins il le pensait.

Ecoutant Catherine simplement, il ne l’interrompis pas même s’il en avait vraiment envie. En soit, il pouvait comprendre, d’une certaines manière. Elle avait du faire des choix pour se plier à une norme et ca lui coutait quand même. Enfin, à ce qu’il comprenait… Pourtant il croyait que non, qu’elle n’était pas ce genre de fille à attendre ce genre de chose. Mais a priori il se trompait, elle voulait qu’on lui accorde une importance quand même. Mais Lucas se trouvait quand même idiot de penser de la sorte, c’était normal qu’elle souhaitait cela, elle restait une femme avec des envies après tout.

Après ca faisait quand même un peu mal ce qu’elle sortait, il se prenait quand même une petite claque. Il fut surpris de plus quand elle se mit à le toucher, il restait figer sur place, juste sentant son contact qui était électrique. Un frisson le parcouru malgré lui, il ne pu le réprimer… Il lui avait fait croire quelque chose, peut être qu’elle était spéciale et finalement ce n’était que du vent… Et pourtant. Lucas déglutit au moment où elle resserrait la cravate, à deux doigts il cru qu’elle allait l’etouffer avec, mais non…

Catherine s’en allait simplement, elle lui avait en tout cas bien fait comprendre qu’il lui avait fait du mal tout de même, du moins que la situation avait fait comme ressortir un mal être. Il se pinçait les lèvres doucement, alors qu’elle récupérait ses chaussures et Lucas essayait de se secouer mentalement. Allez, il devait se bouger un peu…

« Attends ! Ne part pas ! »


Il s’avançait assez vite vers elle, et lui barrait la route. Il ne savait pas exactement ce qu’il faisait, mais il n’avait pas envie de la laisser partir ca c’était sûr.

« Je ne comprends peut être pas ce que c’est d’être à ta place, mais… je peux le concevoir. Et je suis désolé de t’avoir donner cette fausse impression … Mais Catherine, ce n’est pas le cas. Je veux dire.. Au delà du pari, on s’en fou d’ailleurs du pari, oublie ca… J’ai dansé avec toi, parce que je le voulais réellement…. Et j’aurais bien eu envie de te faire rire et de passer la soirée avec toi… Alors… au pire soyons fou... et accordes moi une nouvelle danse. »

Il délirait peut être, mais ca ne faisait pas partie d’un plan. Il était dans son plus simple jour, un gars assez normal, timide un peu qui essayait de se rattraper de son erreur. Il ne jouait pas, il voulait vraiment faire quelque chose de bien et être avec Catherine pour un instant.

« L’instant peut continuer si tu le désire. Ce n’est pas une illusion ou un mensonge… Je suis sincère. C’est dure pour toi d’être comme ca, un petit rat de laboratoire, mais crois moi que ca fait ton charme… et beaucoup d’hommes se retourne sur toi, tu ne sais même pas combien parles de toi ! Mais je penses qu’ils ont certainement peur de toi… Tu manipules du poison quoi… tu pourrais tous nous tuer un par un si tu le désirais… Combien de fois je n’ai pas cru que tu en mettais dans les petits gâteaux que tu servais dans le bureau de mon père ou la salle de repos. »

Il se tut un court instant, laissant un léger sourire passer sur ses lèvres. La lune était avec eux ce soir et ils se faisaient face. Lucas ouvrait un peu son esprit et son coeur ce soir, étrangement. Mais ca faisait un bien fou et une sensation inconnue. Finalement il reprit, alors que ses yeux bleus était toujours rivés sur elle.

« Mais ne crois-tu pas que c’est dure pour moi d’être qui je suis ? Un fils de mafieu, grandissant dans ce monde d’illusion et de paillette qu’on te jette dans les yeux une fois par mois, subissant la pression et le fait d’être parfait, jouant le rôle du parfait cavalier qui doit faire bonne figure devant tous les invités et danser avec un bon nombre de filles pour faire genre que t’es prisés…. Tu vas dire que je n’ai pas à me plaindre… mais être à ta place ou la mienne… on a rien sans acquis, sans faire ses preuves et sans se battre, c’est du pareil au même. Mais ouais, le monde dans lequel on évolue est en décalé de nous, mais on a pas le choix de s’adapter ! »

Reprenant son souffle, il se surprenait à parler. En réalité il n’était pas le plus bavard et surtout celui qui se confiait sur ses sentiments et son vécu. Loin de là, seul son psychologue pouvait savoir ces choses ci, qu’il se sentait mal dans ce rôle que son père lui attribuait. Au moins il voulait montrer à Catherine qu’elle n’était pas seule à ressentir une telle chose, beaucoup se sentait comme ca. Peut être qu’elle allait d’en foutre complétement, mais au moins c’était dit. Finalement il reprit et tendit une nouvelle fois sa main sans attendre.

« S’il te plaît… reste encore un instant… et accorde moi une nouvelle danse. Je ne joue pas avec toi, Catherine… Je sais que je suis qui je suis, mais… fais moi confiance. »

e&a

_________________
Kiss & Kill.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Londres le : 04/09/2017 et j'ai déjà raconté : 266 mensonges. Je ressemble à : Hilarie Burton Sur le forum je suis aussi, : Andrew O'Connel
rides et tu dois savoir que je suis : fiancée


*Possède une pâtisserie
*Tueuse spécialisée dans les poisons
*Fiancée à Tristan

Mes petits secrets bien gardés: : 364

MessageSujet: Re: Le beau et l'incertaines! ~Trizzie [HOT]   Jeu 2 Nov - 1:28

Je fus étonnée, encore une fois. Il me retenait… pourquoi ? Exaspérée de ces montagnes russes j’allais lui dire de me foutre la paix quand il parla. Il voulait me faire rire ? Et une nouvelle danse. Sceptique je le scrutais. Une part de moi se disait qu’il avait bu pas mal pour arriver à me demander ça, mais une autre part me soufflait que son comportement semble quand même lucide. J’étais tiraillée. Prendre un risque ou me préserver ? Ce qui me frappais le plus était le changement de ton. D’habitude arrogant et hautain ce soir il semblait sincère et … Chaleureux... Je ne savais comment décrire autrement. Malgré mes réticences je notais que ses paroles semblaient venir spontanément à lui… Sauf s’il avait répété pendant des mois je voyais mal quelqu’un me sortir quelque chose comme ça avec ce degré de naturel.

« L’instant peut continuer »… Oh si seulement. Plongeant mes yeux dans les siens je l’écoutais parler, faisant une moue incertaine, la déception et la résignation toujours présente. Et pourtant, le souvenir de sa main dans mon dos et de l’autre tenant la mienne l’était aussi. Je levais un sourcil sceptique, un petit air triste toujours sur le visage. Des mecs se retournaient sur moi ? Peut-être le coach oui. Mais je ne voulais pas qu’on me traite comme un bout de viande qu’on baise un bon coup. Je voulais plus… Et me l’avouer alors que Tristan me faisait de faux espoirs était dangereux. J’ai un petit sursaut de rire alors qu’il me parle quant à ses doutes sur mes pâtisseries. J’adorais en faire c’était tout… Mais je comprenais son point de vue. J’avais travaillé aussi pour que les gens aient peur de moi et ne me sous estiment pas ! Je finis par répondre incertaine à son sourire par un petit sourire timide, pas encore joyeux pour autant. La lune se reflétait sur son visage et ses yeux brillaient plus clair que d’habitude. Il était… Il était beau, il n’y avait pas à dire.

Me surprenant encore une fois, il semblait doué pour ça ce soir, il reprit, parlant de lui pour le coup, me captivant avec ses mots par la même occasion. Lorsqu’à la fin il comparait nos situations je me dis que peut-être il n’était pas ce que j’avais imaginé qu’il était. Peut-être qu’il avait aussi sa partie mal être cachée au fond de lui ? Et peut-être qu’il me donnait une chance de l’apercevoir ce soir ? … même si restais sur mes réserves, dire que j’y étais indifférente était faux. La preuve, j’avais reposé mes chaussures sur le rebord. Sous-entendu que je ne comptais pas m’enfuir encore une fois. Il parlait temps, il montrait tant… Je n’étais pas habituée … Je ne savais pas comment réagir… Et pourtant, je ne voulais pas que ça finisse non plus. Quelque chose se construisait entre nous et même si j’avais peur, même si j’étais hésitante … une partie de moi était curieuse et voulais savoir ce qu’il en était… ce qu’il se passerait si je prenais finalement cette main et acceptais sa demande.

« Je… Ne suis pas vraiment d’humeur à retourner à l’intérieur mais… On peut toujours… Danser ici ? »


Ma demande était saugrenue je l’avoue, mais au final je n’avais pas envie de retourner dans la foule, de voir jouer un rôle. Le masque était tombé et restera à terre pour ce soir ! Au final je levais doucement ma main, mon geste étant hésitant. J’avais envie de me laisser aller… Avec toutes ces confidences et l’ambiance dans laquelle nous étions… Et pourtant je suspendis mon geste à quelque centimètre de sa main. Juste le temps d’échanger un regard avec lui, de lui laisser une chance de refuser, de s’éloigner, de reprendre ses esprits si jamais il les avait perdu. Mais rien ne se passe.

Alors je posais finalement ma main dans la sienne. Mon cœur se mit à tambouriner légèrement plus vite et la chair de poule se forma sur mon avant-bras. Prenant alors mon courage à deux main je pris son autre main vide avec la mienne et la guida jusqu’au bas de mon dos. Avançant dans pas en même temps je me rapprochais de lui, ne le quittant quasi pas des yeux. Déglutissant doucement je finis par poser ma main sur son épaule, reposant mon bras sur le sien doucement. Le tissu de son costard vint frotter contre ma peau mais la sensation était agréable.

Je savais que je jouais un jeu dangereux. Je me faisais des espoirs… Vrais ou faux l’avenir nous le dira. Mais au final oui c’était ça, de l’espoir. Il y avait quelque chose entre nous, même lui ne pouvait le dénier. A nous de voir ce que nous en ferions. Je lui accordais ma confiance, à lui de décider de s’en montrer digne ou pas. En tout cas, très timidement je me mis alors à fredonner l’air sur lequel nous avions dansé précédemment. Pas longtemps, à peine quelque secondes, mais juste assez pour que nous ayons tous les deux l’air en tête, que les premières notes tombent et que le premier pas de danse soit fait… Le reste suivra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Romance.

avatar


Tristan Ford
Romance.
J'ai débarqué à Londres le : 04/09/2017 et j'ai déjà raconté : 294 mensonges. Je ressemble à : Chad Michael Murray Sur le forum je suis aussi, : Clément LeRoy, le gentil flic au grand coeur !
rides et tu dois savoir que je suis : fiancé à la très belle Elisabeth
● Crédit avatar : Moi
● Crédit gif : tumblr


Mes petits secrets bien gardés: : 381

MessageSujet: Re: Le beau et l'incertaines! ~Trizzie [HOT]   Jeu 2 Nov - 14:54

Lizzie & Tristan

Le beau et l'incertaines - Soirée de Gala.... Première fois

La tension était quand même à son comble et Lucas était assez pertuber par tous cela lui même. Il ne comprenait pas réellement ce qu’il se passait, ce changement progressif qui s’était déroulé entre eux pour en arriver à ce point. Il avait mis son masque de côté et le fait d’être toujours sur la défensive. Il était bien plus charmant quand il n’était pas aussi con et hautain, et dans le fond il le savait, mais c’était un peu son arme pour se défendre et surtout survivre parmi tout ca. Lucas avait donc tendu sa main de nouveau, en toute sincérité, sans jouer aucun rôle. Plus aucun pari n’en était la cause, c’était juste son choix, son désir… Danser avec elle.

Quand finalement Catherine se mit à parler, il fut plus que soulager. Elle voulait bien, mais elle ne souhaitait pas retourner à l’intérieur. Le regard de Lucas trainait autours d’eux pour voir un peu, ils n’entendaient pas la musique de là où ils étaient, mais pourquoi pas de toute manière. Il s’en fichait, du moment qu’ils dansaient, qu’il la tenait de nouveau contre lui et profitait de ce moment.

« Ca me va... »

Il lui offrit un petit sourire, un peu timide, malgré son assurance, il avait ce côté là. Il était assez réservé et pour lui ce n’était pas si simple de ce lancer autant. Les yeux bleus de Lucas finalement virent la main de Catherine s’avancer vers la sienne, pour la saisir, mais il eut un peu peur quand finalement elle la suspendu au dessus de la sienne, sans la toucher. Il la regardait alors pour savoir ce qui la freinait, mais il cru comprendre. Il fit juste un léger mouvement avec sa main, pour lui dire que c’était bon. Il était là, il ne bougerait pas. Le blond ne le voulait pas du tout s’en aller, s’il l’avait retenue ce n’était pas pour rien.

Finalement elle lui prit la main, ce fut le même petit contact électrique à la sensation exquise qui se produisait. C’était vraiment étrange, il n’avait jamais ressentie ca quand il touchait une femme. Jamais. Finalement c’est Catherine qui prit les devant pour se rapprocher, il ne pu s’empêcher de lâcher un petit sourire se laissant faire, sa deuxième main se laissant guider dans le bas de son dos. Il retrouvait la même prise que lors de la première danse. Lui même ne cessait aucunement de la regarder, c’était vraiment étrange ce qu’il se passait entre eux et il ressentait cette ambiance qu’il y avait. C’était bien différend, plus doux, plus intense aussi… il savait qu’il pouvait lui même s’y perdre et s’y brûler, mais c’était bien plus fort que lui.

La danse commençait au final, la musique était dans leur tête, mais ce fut avec surprise que Catherine fredonnait l’air, ce qui était bien utile au final pour rythmer les pas. Lucas faisait encore plus attention car elle était pied nue, ca serait vraiment ridicule d’en arriver à lui écraser les orteils. Finalement le petit air se stoppait et c’était dommage, car ca lui avait beaucoup plu. Il continuait les mains, sa main bougeant sur la hanche de Catherine. Il se décidait à parler, ce n’était pas interdit.

« Tu fredonnes souvent dans ton labo ? »

C’était une question simple, mais il avouait faire son petit curieux. Il fallait avouer qu’il ne connaissait pas du tout Catherine au final, elle ne lui montrait que ce qu’elle voulait qu’il voit, alors bien évidemment qu’il se faisait une image d’elle qui était surement fausse. Au fur et à mesure, ils s’étaient bien plus rapprocher, leur buste étant presque l’un contre l’autre, leur visage à proximité. Lucas sentait son parfum et le souffle de sa partenaire sur son menton. Il ne la quittait pas des yeux, et qu’importe si des gens s’aventuraient jusqu’ici, il était de nouveau dans cette bulle où il n’y avait qu’eux deux. En se concentrant bien, il entendait son propre coeur battre à un rythme assez rapide, ca non plus ca ne lui était pas arriver en dansant avec quelqu’un et pourtant il en avait fait des danses… Tenant toujours la main fermement de Catherine, finalement il enlevait celle qui était poser sur sa hanche et dans un mouvement assez fluide il la fit tourner sur elle même, avant qu’elle revienne vers lui et ainsi il reposait sa main dans le bas de son dos. Il lui offrit un petit sourire, avec toujours ce fond de timidité qui ressortait. De nouveau proche, les yeux de Lucas était plongé dans les yeux de Catherine, mais sans savoir pouvoir, ces derniers descendit un peu sur son visage pour l’observer et se poser sur ses lèvres… c’était bien la première fois que ca lui traversait l’esprit et que cette envie naissait en lui lentement… mais surement.
e&a

_________________
Kiss & Kill.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Londres le : 04/09/2017 et j'ai déjà raconté : 266 mensonges. Je ressemble à : Hilarie Burton Sur le forum je suis aussi, : Andrew O'Connel
rides et tu dois savoir que je suis : fiancée


*Possède une pâtisserie
*Tueuse spécialisée dans les poisons
*Fiancée à Tristan

Mes petits secrets bien gardés: : 364

MessageSujet: Re: Le beau et l'incertaines! ~Trizzie [HOT]   Jeu 2 Nov - 15:50

Je répondis au petit sourire timide de Lucas par un sourire tout aussi timide. J’essayais de ne pas montrer que ce sourire avait eu un effet sur moi. Il avait l’air charmant comme ça. Souriant simplement, humblement, timidement. S’il m’avait souris ainsi le premier jour qu’on s’était vu j’aurais probablement craqué beaucoup plus vite. Mais il avait fallu qu’il fasse son prétentieux. Mais l’heure n’était pas aux reproches ni à savoir qui avait eu tort ou non. Je répondis à son sourire, légèrement timide, mais en guidant sa main dans le bas de mon dos avant de retrouver son épaule. Pas de moqueries, juste un silence étrange. Un silence calme et pleins de promesses encore inconnues. Un silence et des regards. La proximité faisait qu’il était si simple de se perdre dans son regard et de contempler ses traits. Des traits que je ne connaissais pas et que je n’avais jamais vus non plus. La manière dont des fossettes se creusaient alors qu’il souriait, comme ses yeux pouvaient être d’un bleu tendre quand il ne vous lançait pas des regards meurtriers.

Je me mis alors à fredonner la mélodie de tantôt, essayant de donner un rythme à nos pas, mais au final je retrouvais bien le rythme et nos pas s’enchaînaient de manière fluide, du coup je finis par m’arrêter. Mais nos pas continuèrent. J’en avais presque oublié que j’étais pieds nus à force de croiser son regard, même si j’essayais de regarder autre part histoire de ne pas trop me perdre. Sa question me surpris alors. Je rougis légèrement avant de répondre en haussant les épaules, rigolant doucement amusée par moi –même :

« De temps en temps oui. Et toi ? Tu chantes parfois ? »


Je relevais alors mon regard vers lui, me demandant s’il chantait. C’est vrai que j’avais du mal à le voir chanter, mais en même temps que savais-je de lui au final ? Nos pas s’enchainaient avec harmonie jusqu’à ce qu’il retire sa main. J’eu une vague de questionnement, voulait-il arrêter ? Ets ce qu’il en avait assez ? Est-ce qu’il allait me dire que le charme était finit qu’il préférait en rester à notre relation de chats et chien ? Mais au final rien n’en fit. Levant sa main tenant toujours fermement la mienne il me fit tourner sur moi-même avant de me faire revenir vers lui. Le geste m’avait fait sourire et cœur rata un battement alors que je me retrouvais à nouveau contre lui, sa main dans le bas de mon dos y rependant une chaleur agréable et rassurante. Ma main ne se reposa pas sur son épaule, ayant raté le moment d’accroche, mais à plat sur son torse. On reprit nos pas en se souriant. La dynamique entre nous était tellement différente…

On continua notre danse dans cette position, beaucoup plus proche l’un de l’autre. On cœur qui avait finir par s’habituer précédemment retrouvais un rythme légèrement plus rapide dans ses battements. Ce qui était bien quand on n’avait pas de musique c’est qu’on pouvait danser indéfiniment de la sorte. On ne devait pas se séparer on pouvait rester dans cette bulle. Le côté négatif était cette over dose de danse qu’on faisait sans s’en rendre compte. Pour quelqu’un qui dansait rarement je devais dire que j’avais quand même la tête qui commençait à me tourner quelques instants plus tard. Et puis depuis quand dansions nous ? Un quart d’heure ? Une demi-heure ? Plus ? Je n’en savais strictement rien alors que j’étais perdue dans les yeux de Lucas.

« Je… J’ai la tête qui commence à tourner un peu… »

J’avais parlé d’une voix basse, ne voulant pas casser le moment, ne voulant pas que ça se finisse. Et pourtant en même temps j’avais réussis à ralentir la cadence doucement, de sorte à ce qu’on ne soit presque plus qu’à tourner sur nous même, l’un dans les yeux de l’autre. C’était un moment si étrange… Nous étions si étrange l’un envers l’autre… Et pourtant aucun de nous ne semblait vouloir arrêter la chose… Quel que soit cette chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne




Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le beau et l'incertaines! ~Trizzie [HOT]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le beau et l'incertaines! ~Trizzie [HOT]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Flash-Back-
Sauter vers: