Revenir en haut Aller en bas



 
Bienvenue sur le forum Invité <3
Before Anyone Else a ouvert ses portes le 14 octobre 2016.
Fais connaître toi aussi le forum pour avoir plus de jolis coeur dans notre famille.
LA SAISON DEUX DE BAE EST OUVERTE
C'est le moment de vous recenser pour la saison 2 : ici et d'envoyer un Londres pour les BAE AWARDS

Partagez | 
 

 Fascination.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Babylone Hamilton
Drame.
J'ai débarqué à Londres le : 09/09/2017 et j'ai déjà raconté : 65 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Scarlett Leithold. Sur le forum je suis aussi, : Annabella Grimaldi, Everest Lawson, Sevan Vanderbilt et Roméo Johnson.
rides et tu dois savoir que je suis : célibataire.
Mes petits secrets bien gardés: : 135

Fascination. | Dim 10 Sep - 2:03

Fascination
Wolfgang Rosenwald et Babylone Hamilton
J’étais en week-end et j’étais enfin à jour dans mes devoirs. J’avais des excellentes notes et on pouvait clairement dire que j’étais une enfant modèle. Ma mère serait fière de moi si elle me voyait, je parlais bien entendue de ma vraie mère, pas celle qui jouait la comédie, celle qui était en mission. Je vivais dans le mensonge et je n’étais pas beaucoup à l’aise, bien que je commence à en prendre l’habitude. Le fait est qu’avec l’art, la nature… J’étais moi, j’étais à l’aise… Peut-être parce que c’était mon élément et au moins, la nature… Elle ne mentait pas.

C’est d’ailleurs pour cela que j’allais au parc, je pouvais énormément exploiter mes plaisirs… Que ce soit en dessin ou bien en photographie. Aujourd’hui, j’avais envie de faire de la photo, même si dans mon sac j’avais toujours un carnet de dessin avec un crayon de bois et une gomme, des crayons de couleurs et des nuanciers. Tout un matériel de professionnel si on peut dire, comme mon appareil photo qui était une pure merveille, vraiment un appareil de pro et non un simple petit objet qu’on achetait dans les magasins pas cher.

Je marchai tranquillement, prenant des photos du lac, des couples sur un banc, des enfants jouant de manière innocente… Tout un tas de choses tout en continuant mon chemin. C’est alors que j’entrai dans les profondeurs du parc que je le vis, lui. Cet homme que j’avais croisé de nombreuses fois, toujours cette attraction, toujours cette fascination. Je le prenais donc en photo tandis qu’il travaillait. Je ne savais pas s’il était jardinier ou paysagiste, mais cet air sérieux et calme était inspirant… Photographiquement parlant.

Je prenais des photos quand il tourna la tête vers moi. Il venait de remarquer que je prenais des photos de lui à son insu et le rouge me montait aux joues. Ce n’était pas la première fois, je me rappelai très bien de l’autre soir lors de la pièce de théâtre et du ridicule que j’avais subi. Je me mis à rougir deux fois plus et je ne savais pas comment réagir. Je me retournai donc et commençai à vouloir partir quand il m’interpella, je ne savais pas si je devais courir ou m’arrêter.

Le fait est que le temps que je me décide, il m’avait rattrapé et m’avait agrippé pour me faire tourner vers lui. J’eus comme une décharge électrique à son contact. Je fronçai des sourcils tout en ayant cet air effrayé, j’en étais sûr. Est-ce que lui aussi avait reçu cette décharge ou étais-ce seulement dans ma tête ? Je ne savais pas, mais je devais reconnaître de le voir si près pour la première fois… Je me rendis compte qu’au final, les photos que j’avais pu faire de lui n’était peut-être pas juste, qu’elle ne le lui rendait pas tellement justice.

Je me détachai de lui et fis un pas en arrière. Plus par protection, il dégageait tellement de chose en lui, et je ne savais pas si j’étais en sécurité ou non « Salut » Fis-je donc aussi simplement toujours en rougissant et en me mordillant la lèvre inférieure tandis que les brises de vent me décoiffer quelques mèches.


fiche by coula

_________________
« Just kind »
I do what I do because it’s right! Because it’s decent! And above all, it’s kind! It’s just that… Just kind.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Wolfgang Rosenwald
Tragédie
J'ai débarqué à Londres le : 01/08/2017 et j'ai déjà raconté : 279 mensonges. On me dit souvent que je ressemble à : Diego sexy Barrueco, keep calm babe. Sur le forum je suis aussi, : Andréas, le petit italien aussi fou que ses patients.
rides et tu dois savoir que je suis : un fuckboy volage, sans attache et sans principes.


A R I EL
W O L F G A N G
❝ KING OF THE CITY❞


░ ░ ░

« - Il vous faudra d'abord passer près des sirènes. Elles charment tous les mortels qui les approchent. Mais bien fou qui relâche pour entendre leurs chants ! Jamais en son logis sa femme et ses enfants ne fêtent son retour : car, de leurs fraîches voix, les Sirènes le charment, et le pré, leur séjour, est bordé d'un rivage tout blanchi d'ossements et de débris humains, dont les chairs se corrompent... Passe sans t'arrêter ! »

Story - Links - I want them



Mes petits secrets bien gardés: : 558

Re: Fascination. | Mar 12 Sep - 21:02


❝Fascination.❞
The lovely doe & The wolf
Je sais que t'es pas sérieux, qu'c'est ton égaux qui te ronge. J'connais des gens heureux tellement loin de ces mensonges. Susurre-t-il avant de trinquer dans ta bière.

Des capucines ou bien des anémones ? Qu’est-ce qui ressortirai le mieux avec des anthémis te demandes-tu en penchant vraiment sur la question, le seul moment de ta vie où tu démontrais une patience et un calme olympien. Tu ne sais pas pourquoi les plantes te passionnent autant, pourquoi tu trouves si reposant de planter des graines et voir au fil du temps la plante grandir. La première fois que tu as mis les pieds dans ce milieu tu craignais que ce monde ne touche à ta virilité mais, paysagiste et fleuriste n’était vraiment pas le même domaine. Le tien étant plus physique malgré la croyance générale, il était routinier à présent que certains soirs ton dos te fasses souffrir sans que tu ne puisses rien n’y faire. Certaines se proposer pour te masser mais, tu refusais toujours, encore une histoire de contact tout ça. Il n’y avait pas que ton dos qui portait l’impact de ton métier, il y avait aussi tes mains rugueuses que tu atténuer grâce à de la crème, les muscles saillants de tes bras tatoués étaient mis à dure épreuve aussi. Mais tu ne te plaignais pas, t’engager dans cette voie était la meilleure des décisions à tes yeux, tu ne restais pas assis à rien faire, tu étais toujours en mouvement et ton imagination constamment simulée.

Et des arums ? Pourquoi pas des arums blancs ? Tu te demandes soudainement en observant les petits pots attendant sagement de regagner mère nature, finalement tu te dis qu’un mélange pourrait être plutôt esthétique à voir, demandant tout de même l’avis à ton collègue, parce que oui tu travaillais rarement seul, celui-ci est plutôt d’accord. L’approbation enfin obtenue vous commenciez à faire des trous quelques-uns pour planter les graines et d’autre pour enterrer les racines choisies. Tu respires calmement, les yeux rivés sur ton travail, tu ne penses à rien, tu as la tête vide de tous tes démons habituels. Tu profites du calme ambiant, enfin.. Des rires joyeux et candides des enfants que tu peux entendre d’ici, le bruit lointain des discussions des couples marchant non loin et le bruit naturel de la nature. Les oiseaux, les canards et les cygnes se baignant. Tout ça n’est que bonheur pour toi.

Sauf la chaleur… Avec le mois déjà débuté, il est vrai que le temps s’était clairement rafraichi hors, lorsqu’on travailler comme toi, les corps se réchauffaient rapidement, vous faisant transpirer à grosses gouttes sous vos uniformes formels. Passant une main dans tes cheveux pour décoller les quelques mèches rebelles se collant à ton front, tu sens que ton corps réclame réellement une pause, ton dos faisant encore des siennes. C’est ton coéquipier qui t’informe de la présence de la jeune femme, toujours armé de son appareil photo, tu tournes la tête vers elle aussitôt. Deux fois que tu la prenais en flagrant délit, la première fois tu avais eu des doutes, étais-ce vraiment toi qu’elle prenait en photo ou bien les autres invités ? Mais cette fois-ci tu en étais sûr, tu étais bien la cible de ses clichés volés. Delà où tu es tu peux la voir surprise et lorsqu’elle commence à vouloir s’échapper tu l’interpelles vivement, te relevant tu attrapes une bouteille d’eau avant de souffler aux ouvriers de ton art que tu prenais une pause. La blonde toujours de dos tu l’attrapes par le bras pour la tourner vers toi, remarquant ses rougeurs, tu laisses un sourire carnassier fleurir sur tes lèvres. Qu’elle est adorable avec son air effrayer. Une vraie petite biche.

« - Salut. »

Qu’elle finit par sortir après t’être détaché de ta prise et s’être reculé. Mais tu l’entends à peine, quelque peu perturbé par la plus jeune face à toi, sa lèvre inférieure prisonnière de ses dents, ses cheveux décoiffer par le vent. Tu sens bien qu’elle est gênée mais, tu ne comprends pas pourquoi. De vous deux c’est toi qu’elle prend en photo camouflée derrière son appareil et te fuyant quand tu t’approches. Et si cet air si effrayé était révélateur de ta personne Wolfgang ? Et si les gens ne pouvaient que t’observer mais craignais se retrouver prisonnier à tes lucarnes vides de toute âme.

« - Si tu veux prendre des photos de moi ma jolie il faut venir directement me voir. T’exclames-tu tout sourire s’approchant d’elle pour lui murmurer, J’adorerai te faire plaisir. Vraiment. »

Brisant habillement le silence pesant de tes mots, tu restes quelques instants proches d’elle légèrement pencher en avant. Elle est plutôt jolie. Un peu trop l’air innocente à ton goût. Tu te redresses finalement ouvrant ta bouteille d’eau pour boire une longue gorgée dévalant lentement dans ton œsophage. Puis tu rebouchonnes celle-ci une idée géniale te venant soudainement à l’esprit, tu lâches la bouteille sans plus d’explication, ouvrant le zip de ton uniforme de travail tu retires le haut pour ensuite enlever lentement ton tee-shirt blanc te collant à la peau à cause de ton flux corporel. La peau à nue tu fais relouer tes muscles sous celle-ci les détends au passage, tu ne peux pas réprimer le frisson qui te prend à cause du vent ce qui a le don de faire durcir tes tétons, cependant, paradoxalement tu sens les rayons chauds du soleil venir s’échouer sur ta peau décorée par tes grains de beauté ou bien par l’encre tantôt noir tantôt coloré.

« - Comme ça c’est mieux ? Questionnes-tu avant de prendre la pose amusée, C’est peut-être plus agréable que quand je n’en suis pas conscient non ? »

Sans plus d’explication tu prends plusieurs poses parfois sérieuses armé de ton regard charmeur puis certains sont plus humoristique, imitant les bodybuildeurs que tu méprises et que tu vois sur les différents réseaux. Au final tu ne prends pas la situation mal, au contraire tu trouves ça assez drôle même si tu n’hésites pas à lui lancer quelques piques, te moquant ouvertement d’elle et de son passe-temps de stalkeuse.
© Pando

_________________
Rose lunaire
Il dit qu'il a l'impression de ne pas exister, comme si sa manière d'être dans le monde n'était que fragmentaire, jamais entière.- @Bleulivide / icons:  FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: East London :: London's East Park.-
Sauter vers: